mardi 27 octobre 2015 - par Nicole Cheverney

Shootons-nous aux fromages !

Dans la foultitude des informations aussi débiles les unes que les autres, je suis tombée, aujourd'hui 26 octobre 2015, sur celle qui a provoqué chez moi, une hilarité irrépressible.
« Le fromage aussi néfaste qu'une drogue dure », nous préviennent avec le plus grand sérieux, plusieurs médias relayant les résultats d'une étude universitaire américaine réalisée d'après des tests sur des mangeurs de pizzas qui en ont conclu une addiction causée par la présence de fromage dans la pizza. En cause, la caséine.
La caséine, vous savez, c'est cet élément indispensable pour faire coaguler le lait servant à la fabrication du fromage. Ca sert à cailler le lait !
Alors, puisque une très grande proportion de la population humaine consomme du fromage, quasiment à tous les repas, sommes-nous pour autant drogués, shootés au frometon, cette géniale invention, fruit de l'imagination et du génie humain ?
Car le fromage, c'est un peu, dirais-je le diamant de la gastronomie. Et nous,en France, nous en connaissons un rayon sur le sujet !
Mais cette tartarinade d'informations mainstream aussi malodorantes qu'un vieux claquot coulant nous plonge directement dans les coulisses Atlantistes et de leurs manigances, pour démolir encore un peu plus notre culture européenne, française au demeurant, qui commence par notre façon de
nous nourrir et nos spécialités culinaires principalement. C'est important. Le Fromage étant le porte-drapeau de nos menus culinaires.
De l'autre côté de l'Atlantique, nombres d'Américains qui viennent en France, sont, paraît-il épouvantés par les odeurs de pieds de nos spécialités fromagères. Qu'ils sachent qu' un fromage qui pue, c'est pour le


gastronome hexagonal, prolo ou bourgeois, le nec plus ultra, la quintessence des éléments qui composeront les centaines de variétés de nos fromages. Mais à côté de nous, soyons fair play, les Italiens, les Espagnols, les Allemands, les Hollandais, les Belges, les Anglais, oui, oui, connaissent
eux- aussi le plaisir de tartiner leur lichette de pain en fin de repas de ce précieux fromage, avec son verre de vin ou de bière ou d'eau minérale. Et ce sont des producteurs d'excellents fromages !

A ce stade-là, nous n'en sommes qu'aux prémisses, car cette information tout à fait anodine, mais qui n'en reste pas moins pernicieuse, car destinée à servir TAFA pour mieux nous fourguer les détritus et les immondices des multinationales, si elle est hilarante, n'est tout de même pas à prendre à la légère. Car ça commence toujours comme ça. On vous présente une supposée dangerosité, on compare le fromage à une drogue dure, on vous dit "Attention, les gogos, ce sont des universitaires qui vous préviennent !"
Or, quoi de plus sérieux que des universitaires ?

Et je parie que dès demain, devant les fromageries ou les rayons de supérettes ou de supermarchés, eh bien, après la grand-messe des vingt heures sur TF1, beaucoup vont hésiter, quelques instants, en se disant : Et si ce que prétendaient les médias était vrai ?
Vous vous imaginez alors, au volant de votre voiture complètement shooté au roquefort, aliéné au chèvre ? En état de manque après un camembert, vous tordant de douleur car vous n'avez pas votre
dose de Cantal ? Ou halluciné et prostré sur votre canapé devant un bon match, car vous avez trop ingurgité de coulommiers ?
Imaginez donc, les ravages que peuvent faire dans ce pays, les drogues dures comme le livarot, ou de la fourme de Salers ou d'Ambert ?
Le poîvre d'Ane, le Banon, des surdoses ! En plus avec le soleil sur la calebasse ! C'est du lourd !


La liste des drogues dures s'allonge. Des petits malins dealeront du Pouligny et du Chavignol, plus c'est bon, plus c'est cher ! Et touche pas au Grisbi ! Alors si vous n'avez pas les moyens de vous en mettre plein le naze, avec le Citeaux, le Saint-Florentin et l'Epoisse, rabattez-vous sur les fromages
de montagne, pour planer, haut, bien haut. Avec le petit basque, un fromage de montagne comme le Saint-Nectaire, hébété, vous dis-je, serez-vous, par leurs vapeurs odorifères et vous verrez des éléphants roses ! Et pour les adeptes de la seringue, les mordus de la piquouse, le fromage liquide, je ne
vois que la fondue. Avant ou après l'entremet ? La haute autorité des gastronomes réunis nous dit :
"que seul importe le plaisir, le point culminant, l'apothéose.... !"

Alors, pour conclure ce petit billet d'humeur, je dirais que la réflexion états-unienne demanderait un peu plus d'affinage, et de la part des médias mainstream, car la grossièreté de leur information est telle pour ne pas percevoir, la grande entreprise de dénigrement de notre culture et de tous les domaines qui ont font la richesse. Notre pays, voué à la destruction a pourtant encore de quoi faire baver les propagandistes et les fossoyeurs de notre pays !

A nous de les combattre et de résister.

Cela commence par le contenu de notre assiette.



65 réactions


  • Fergus Fergus 27 octobre 2015 09:18

    Bonjour, Nicole.

    Je partage à 100 % votre combat, et je plusse avec conviction cet article, fût-il parfumé en filigrane de relents de ces merveilles que sont le munster ou le maroilles.

    Cela dit, les étasuniens n’ont pas tort : je suis accro aux fromages, et notamment à ceux qu’ils redoutent le plus, les affinés en limite de date de consommation, ces camemberts à la croûte roussie ou ces laguioles craquelés et dont la croûte épaisse rebute tant de gens.

    Pire : mon alimentation est principalement constituée de charcuteries et de fromages, la faute à mon origine auvergnate !

    Justement, ayant mes deux petits-fils cette semaine, je dois partir renouveler mon plateau : bien que petits, ils adorent le vieux salers, le comté de 36 mois ou la fiouve.


    • Fergus Fergus 27 octobre 2015 09:57

      J’ai oublié de vous féliciter, Nicole, pour cette allusion au Banon ou au Pèbre d’Aï, deux des meilleurs f’romages du sud-est.

      A découvrir, non loin de là, le « claousou » du Causse Méjean, un fromage de brebis au goût boisé dû à son entourage d’écorce d’épicéa. Bien affiné, c’est un régal !


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 octobre 2015 17:52

      @ Bonjour Fergus,

      Je suis comme vous, j’aime les plaisirs de la table, ce qui m’a valu quelque petite mésaventure avec mon taux de cholestérol, aussi ai-je dû surveiller mon régime. Mais soit, je reste une inconditionnelle du fromage, de la charcuterie, à condition qu’elle soit bonne.
      Le problème en France, c’est que nos petits artisans crémiers, fromagers, bouchers, et même tripiers disparaissent les uns après les autres, sans remplacement.

      Ou plutôt si, remplacés illico-presto par les supermarchés qui s’imposent partout dans nos villes et nos villages et cités-dortoirs, avec leurs enseignes et leurs immenses parking agressifs. Cela commence à bien faire et provoque chez moi et beaucoup d’autres, une sorte de colère sourde, de voir nos produits de terroirs complètement disparaître des étals, au profit de marchandises frelatées Il reste bienheureusement les marchés, où l’on peut pour des prix raisonnables remplir nos paniers de produits frais, pas spécialement bio. Le bio, restant cher.

      Le problème devient culturel, puisque les jeunes générations ne prennent plus la peine de réfléchir aux conséquences néfastes sur la santé de ce qu’elles donnent à leur enfants.

      Quant au munster, ou Géromé, rajouter quelques graines de cumin, c’est divin ! Avec un bon petit blanc d’Alsace !
       


    • Rincevent Rincevent 27 octobre 2015 18:22

      @Fergus

      Moi, c’est mon petit neveu (2 ans 1/2) qui vient de passer et a fait le tour du plateau. Même le Chaource affiné ne l’a pas arrêté ! Son éducation au goût lui évitera peut-être d’avaler ça plus tard :http://gastronomie.excite.fr/du-fromage-synthetique-dans-nos-assiettes-N29170.html


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 28 octobre 2015 03:49

      @Fergus

      J’ai aujourd’hui la preuve formelle que dénigrer le fromage N’EST PAS un complot contre la France ou la gastronomie En effet, au même moment, l’Organisation Mondiale de la Santé - où l’influence yankee n’est pas nulle - vient de décréter que TOUTES les viandes rouges (en plus des charcuteries, bien sür) sont CANCERIGENES au mèeme titre que le tabac !. Pour qu’un peuple de cowboys se tire ainsi dans le pied a travers ses bottes, il n’y qu’une explication : la sincérité.

      NON, les Amerloques ne sont pas préjugés. Jocrisses, soit, mais pas méchants. Juste innocents, dans tous les sens du terme. Donc, cause entendue. pour vivre on renonce au fromage... mais aussi aux charcuteries et à la viande et aux poissons pleins de mercure.... L’avenir est aux lichens et au varech aromatisé .... reste a se demander, si ça en vaudra la peine. A mon âge avancé, il se pourrait que je triche un peu smiley

      PJCA

    • Fergus Fergus 28 octobre 2015 08:44

      Bonjour, Pierre JC Allard

      Très franchement, que les Etasuniens soient sincères ou non sur cette question, il est probable que cela ne changera rien aux habitudes de consommation des Français attachés aux fromages du terroir fabriqués au lait cru et affinés dans des conditions garantissant le plaisir des papilles. Du moins pour les deux décennies à venir...


  • cevennevive cevennevive 27 octobre 2015 09:32

    Bravo Nicole pour cet article,


    Il représente tout à fait ce que pensent les gens « normaux »...

    Aujourd’hui, on vient nous bassiner avec la charcuterie, rillettes, saucisses, la viande et les produits carnés.

    Avant-hier, c’était le sucre, un vrai poison nous ont-ils dit.

    Alors, qu’est-ce qu’il nous reste ? La salade aux pesticides ? Le blé et les céréales nourris artificiellement ? Les fruits dont on doit ôter au moins un centimètre de peau afin de ne pas s’empoisonner ?

    Pour le moment, les châtaignes ne sont pas traitées, mais pour combien de temps ?

    Allez, bon appétit ! Heureusement qu’il nous reste le pouvoir d’en rire. Ils sont trop comiques !

    Bien à vous.
     

    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 octobre 2015 18:07

      @cevennevive

      Bonsoir,

      Le but des multinationales est de laminer complètement nos traditions. TAFTA est déjà bien implanté en France. Ce qui me dégoûte, c’est que l’Oligarchie, à commencer par nos élus, se soignent aux petits oignons et font très attention à leur santé.

      Alors, bien sûr, se nourrir correctement a un coût, il est parfois élevé, mais c’est un choix ! Et un mode de calcul de budget également. Blé et céréales, on en trouve d’excellents dans les boutiques bio, un peu cher encore.

      Ravie également que vous évoquiez les chataîgnes, un petit régal des Cévennes et de Corse, où l’on fait paraît-il des soupes à la chataigne magnifiques.

      Cordialement.

       


  • bnosec bnosec 27 octobre 2015 09:34

    Notre repas de dimanche dernier : un camembert, un sainte maure de touraine, un abondance, quelques feuilles de salade nature à grignoter, le tout arrosé d’un petit quincy de derrière les fagots.
    Si j’avais su que c’était si dangereux j’aurais emmené les mômes au macdo !


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 octobre 2015 18:13

      @bnosec,

      J’ai essayé un jour, des tartines de camembert grillées au feu de bois ! Succès garanti.

      Je me souviens d’un camembert très moelleux, ce qui avait assuré tout le fondant.

      Que nous avions arrosé d’un petit côte de Provence ! Exceptionnel !


  • bnosec bnosec 27 octobre 2015 09:36

    Et le week-end prochain champignons etchataignes si tout va bien !
    mmmmh


  • Hector Hector 27 octobre 2015 09:49

    Je vais de ce pas, me rouler un pétard au chavignol...


  • rocla+ rocla+ 27 octobre 2015 10:02

    Emile Gorgon Zola  disait : 


    Comté  vos Bries il y a des Demi-sel qui avec leurs Laguiole 
    transforment les Munster en Fourme de l’ Orne .

    Stade Germinal .


  • Gasty Gasty 27 octobre 2015 10:13

    Pssst.... ! Et mec, j’ai du roquefort, du bon à tartiner.


  • kalachnikov lermontov 27 octobre 2015 10:21

    Mouais. ’c’est pour le gastronome hexagonal, prolo ou bourgeois’. Quand je vois le prix, genre 5 euros la part, au supermarket, je ne parle pas même chez le crémier/fromager (et je ne parle pas même de ces sortes de nouveaux crémiers avec jolis étals, jolis fromages d’apparence, jolies vendeuses à jolis nichons, jolis petits sacs en papier comme si on venait d’acheter un parfum mais surtout joli prix et absence de goût - l’avenir bobo fadasse tout dans l’apparence -), quand je vois le prix disais-je, plus d’une demi-heure de smic pour une part de fromage, je laisse à chacun calculer le prix d’un plateau de fromage correct, genre 7/8 fromages, de toute les sortes, fromage, chèvre, brebis, pâtes dures, molle, etc. Autrement dit, ça devient un produit de luxe.
    Je suis mangeur de fromages (j’adore en particulier le pélardon, pas trop sec, avec de la sarriette) mais ça finit par me gâcher le plaisir. Que les nantis qui ne sont rien d’autres que des exploiteurs non seulement volent le fruit du travail d’autrui mais aussi les belles et bonnes choses ; Surtout pour un enfant parce que l’éducation n’en déplaisent aux toqués rousseauistes est un conditionnement et quand on n’a pas l’opportunité d’avoir des expériences dans l’enfance, on ne les a pas de sa vie durant (hors exceptions).

    Je bois du vin, aussi, et, quoique non auvergnat, je kiffe grave, itou, la charcuterie. Et évidemment j’emmerde les hygiénistes d’outre-atlantique, le pays des obèses et de la bonne food, comme chacun sait. Vu leur apport à la gastronomie mondiale, il devrait demander à faire inscrire celui-ci au patrimoine mondial de l’humanité (ce qui est de l’ordre du possible puisque grâce à leur planche à billet ils ont pu acheter un prix Nobel de la Paix à l’assassin en chef de ce pays, fruit du crime et de la mort (ça ruisselle de sang indien là-dessous)).

    Bon, à part ça, je conseille l’ostiepok, un petit fromage slovaque (brebis, je pense), avec du paprika. Ou le kachkaval, un fromage bulgare dont le goût rappelle le cantal mais très différent en texture ; à faire fondre sur du pain brioché et à manger en buvant une Kamenitza (bière du crû).


    • Yanleroc Yanleroc 27 octobre 2015 13:40

      @lermontov
      Qu’i z’y viennent les Amerlocks,nous piquer nos fromages, et on leur refait un Charlie 2, puissance 10 !

      C’est vrai ça, la Liberté d’expression c’est pas si important après tout, mais dire du mal du terroir, alors là, alors là .. ! 
      Le clacos, c’est l’arme ultime, si bien que j’m’en vas énucléer une vache ou deux derechef, pour précipiter la révolte ! j’chuis plein d’espoir sur l’avenir tout à coup ! vive la France !

    • Rincevent Rincevent 27 octobre 2015 18:35

      @lermontov

      Le prix, ben oui… C’est aussi une question de filières. Il y a bien longtemps que je n’achète plus de fromages dans les hypers (pas plus que de viande, fruits et légumes). Reste les circuits alternatifs, pas tous boboïsés, en direct du producteur. J’ai la chance d’habiter au Pays Basque où ça ne manque pas et pas que pour le fromage de brebis (viandes, volailles, lait, vin, etc.)

      Ça prend plus de temps, c’est un choix.


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 octobre 2015 18:41

      @lermontov

      Bonsoir,

      5 euros la coupe dîtes-vous ! Eh bien je suis persuadée que la note finale d’un caddy d’une mère de famille qui aura dépensé plus que de raison en c......... pour satisfaire les caprices de ses enfants en sucreries, brioches, gateaux secs, bonbons gélatineux, aux marques bien connues, pas de légumes, de fruits frais ou de fruits secs, dans le caddy, rien que des crèmasses en packs au parfum artificiel, des faux yaourts, des faux fromages, etc... etc... etc... sera bien plus élevée que des achats raisonnés pour des repas équilibrés. Je me sers évidemment comme tout le monde au supermarché de ma ville, pas très grand au demeurant, j’évite les hyper ou je me perds et que je déteste, et je vois tous les jours des acheteuses céder à la mode ambiante de l’américanisation du panier ! C’est horrible ! Et inquiétant pour l’avenir. Car ces femmes-là se rendent-elles compte qu’elle condamnent à terme leur progéniture à des problèmes récurrents de santé ?

      En attendant le poulet à la javel, et le boeuf aux hormones !

      Vous évoquez à juste titre les excellents fromages de l’Europe de l’Est, il est vrai que dans mon article un peu franco-français, je l’avoue, j’ai essayé de recentrer le problème autour de nos traditions fromagères car ne nous y trompons pas, c’est bien la France qui est visée en priorité par les Atlantistes et comme le disait le Grand Curnonsky, prince de la gastronomie : la France est le seul pays d’Europe qui possède autant de variétés de fromages : entre 400 et 750.

      N’est-ce pas un chiffre merveilleux ? Pour ces petites perles de saveur....

      Il n’y a pas trente-six façons de détruire un pays conquis : s’attaquer aux archives nationales, à son patrimoine culturel et à ses habitudes culinaires. Je vois mes contemporains s’enfoncer de plus en plus dans la bêtise, et cela me rend très amère.

      Cordialement.


    • mmbbb 27 octobre 2015 20:00

      @Nicole CHEVERNEY Vous critiquez les americains mais la bouffe degueullase nous savons aussi la produire et la vache folle fut un scandale sanitaire revelateur. Notre etat et comme celui des USA ils ne tiennent pas de comptabilite analytique La mal bouffe coute une fortune au gouvernement americain sante et arret maladie Idem chez nous mais les liberaux s’en foutent et c’est le contribuable qui paie Meme les chinois de la classe moyenne deviennent des petits boudha un medecin chinois a tire la sonnette d’alarme Si vous citez Curnosky je me rappelle de Brillat Savarin et de sa physionomie du gout Il est vrai que desormais l uniformisation est un fleaux L’italie resiste tres bien et on mange tres bien dans ce pays


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 octobre 2015 20:43

      @mmbbb

      En gros, je suis d’accord avec votre constat. Nous sommes dans une cycle de surconsommation occidentale, la malbouffe étant devenue la norme. Cela nous vient des US, disons-le, il faut bien désigner les causes du mal. Le peuple américain lui-même est la première victime des multinationales. Chez nous, tout est mis en oeuvre pour faire disparaître les petits paysans-producteurs, et les sources d’approvisionnement de l’agriculture vivrière est entrain de disparaître, pour ne laisser qu’une agriculture globalisée, genre immenses latifundi, comme le voulait d’ailleurs Sarkozy. Jusqu’à une trentaine d’années en arrière, le fait que nous comptions des dizaines de milliers de paysans nous assurait d’un certain confort élémentaire pour notre façon de nous nourrir. Mais malheureusement, les projets pharaoniques d’élevages et de cultures intensives ont tué le pays et avec, les gens, particulièrement les petits paysans. Les paysans pieds et poings liés à la FNSEA.

      Il faut résister, il faut réapprendre à se nourrir. D’accord avec l’Italie, et sa résistance patrimoniale, vins, et tout le reste.

      J’ai un faible pour Curnonsky, ma mère m’ayant légué le grand livre de la gastronomie éditions 1949, c’est sentimental.

      Cordialement.


    • kalachnikov lermontov 27 octobre 2015 22:03

      @ Nicole CHEVERNEY

      Excuse-moi mais non, elles ne s’en rendent pas compte et je doute que la condescendance y change quoi que ce soit. Ce n’est pas leur choix, comme dit l’ultralibéral sans le savoir, qui a jappé plus haut. Il faut une transmission. Et si ce n’est pas l’Etat constitué pour garantir, si ce n’est pas le concitoyen, c’est... Fin de la fraternité, il pleuvra tôt ou tard des cordes sur la Concorde mais goinfrons-nous en attendant le déluge.

      A part ça, vu que j’ai fait un temps mon propre fromage : la caséine est une protéine du lait. Pour cailler, on utilise la présure, une enzyme qu’on trouve dans l’estomac du veau.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 28 octobre 2015 04:08

      @lermontov


      Je me souviens des 9 plateaux de fromages divers qui vous faisait un bon souper chez Androuet, circa 1965.... si je n y avais survécu depuis maintenant 50 ans, je croirais que j’y ai gravement compromis ma longévité......

      PJCA

    • oncle archibald 28 octobre 2015 22:43

      @lermontov : louais, c’est vrai que c’est cher un beau plateau de fromages et mon fils aîné qui s’en régale chez nous ironise en disant que si nous voulons économiser 50 euros par semaine nous n’avons qu’à supprimer les fromages de nos menus ... Mais bon, ça ne nous gâche pas le plaisir et nous n’achetons jamais tout un tas de saloperies sucrées et aromatisées qui encombrent les cadys de nos enfants, nous ne jetons à peu près jamais rien, mes belles filles sont scotchées quand elles voient ma femme trier une salade, salade du jardin qui plus est, elles qui n’achètent que des salades déjà triées vendues sous vide ... Donc ? malgré le prix élevé, je persiste et je signe : vivent les fromages !


  • colere48 colere48 27 octobre 2015 11:00

    Mourir ? oui ! mais de mort lente....

    Shooté aux vrais bons fromages
    Gavé de succulentes charcuteries
    Enivré de divins nectars

    Oui mourir puisqu’il le faut, mais de mort lente, et jouissive !!

    Et mort aux cons ! smiley


  • vesjem vesjem 27 octobre 2015 11:25

    Une « étude » universitaire amer-loque de dénigrement de nos clacos ;
    Une cabale anti-française et plus largement anti produits traditionnels , tout comme celle de l’oms déclarant cancérogènes les « viandes transformées » ; 


  • edouard 27 octobre 2015 11:33

    De Gaulle disait :
    « Un pays qui produit plus de 365 sortes de fromages ne peut pas perdre la guerre »

    Il avait raison les ricains qui n’en produisent qu’une dizaine sans saveurs on l’habitude de perdre toutes leurs guerres...

    Ils ont débarqué en Normandie pour détruire notre Camembert...c’est vrai

    Car il y a une relation forte entre la culture du goût dans un pays et la vigueur d’une civilisation....

    La « civilisation » américaine est fondée sur une alimentation quasi liquide, sucrée et uniforme. On avale sans mâcher , sans goûter, sans éducation ce qui entraine la violence et l’autodestruction.

    Les ricains mourront pour ne pas avoir appris à savourer nos fromages...c’est indéniable !

    Vive les fromages français ... à bas le Hollande !


    • CORH CORH 27 octobre 2015 12:31

      @edouard
      « Un pays qui produit plus de 365 sortes de fromages ne peut pas perdre la guerre »
      Il ne disait pas « ne peut pas perdre la guerre » mais en concluait qu’il était ingouvernable, ce n’est pas la même chose mais pas bien grave, par contre de quelle guerre parlez vous ? de la 2eme mondiale ? il me semble bien qu’on l’a appelée « la débâcle », la résistance qui suivie, surtout sur la fin, ne fut qu’une figuration nécessaire pour l’honneur mais figuration quand même.


    • edouard 27 octobre 2015 13:16

      @ CORH


      Nous avons gagné la guerre c’est inscrit partout , le nier c’est du négationnisme et c’est sévèrement puni par la loi....
      Ouvrez tous les manuels d’histoire , c’est comme le Port Salut c’est marqué dessus...
      Quoique le Port Salut était à l’origine un fromage collabo....

    • CORH CORH 2 novembre 2015 15:26

      @edouard
      n’importe quoi ! ce n’est pas parce que les allemands ont perdu que la France a gagné vous êtes très drôle, votre patriotisme primaire vous fait délirer, il n’y a qu un français comme vous pour dire une chose pareille, vous avez demandez a un russe,a un anglais ou un américain si la France a gagné la guerre ?


  • ZenZoe ZenZoe 27 octobre 2015 11:37

    Je suis venue pour dire que je reste perplexe quant à l’exactitude de l’étude américaine selon laquelle les mangeurs de pizza seraient shootés au fromage.
    En effet, chacun sait maintenant qu’il n’y a plus de fromage sur les pizzas (sauf le très haut de gamme et le fait maison), mais un mélange d’épaississants, de gélifiants de d’amidon appelé ACH Optimum. Ce substitut coûte 60% moins cher que le vrai fromage et remplace les protéines laitières. Il a été breveté par une société... américaine, Cargill !
    Les mangeurs de pizzas américains sont plus sûrement shootés aux saloperies chimiques qu’au fromage à mon humble avis.


    • Fergus Fergus 27 octobre 2015 12:53

      Bonjour, ZenZoe

      « Les mangeurs de pizzas américains sont plus sûrement shootés aux saloperies chimiques qu’au fromage à mon humble avis. »

      Bien vu !


  • jef88 jef88 27 octobre 2015 11:38

    Que peut on manger sans crainte ?
    RIEN !
    Même la confiture pose problème : on va vers la pénurie ....

    Alors je fais une proposition !
    Le bétail (cancérogène) va disparaitre ...
    les prairies seront libérées ....
    Tout le monde à quatre pattes et broutons en cœur ! ! !


  • symbiosis symbiosis 27 octobre 2015 13:23

    Bonjour,
    J’entre dans ce fil pour faire la proposition suivante qui consisterait à utiliser nos clacos puants pour faire parler les mecs enchaînés en tuniques oranges à Guantanamo ainsi que des soufflets tartinés d’ACH Optimum pour notre ineffable BHL.


  • Philippe Stephan Christian Deschamps 27 octobre 2015 13:38

    @ l auteur
    merci ,sympathique et humoristique article.
    il y aura toujours des gastronomes et des épicuriens qui penseront que la qualité primera sur la quantité et si les prix montent et bien dégustons plus lentement ses petites précieuses bouchées.
    il y a beaucoup de gens qui se moquent totalement du gout des aliments (ça se mange...) ou qui ne sont pas fine gueule.la même chose pour la musique.le gout aussi se travail.

    pour la bouffe de super marché,on peut travailler avec les épices,les poivres,les modes de cuisson
    pour alléger la souffrance de devoir ingurgiter ses ersatz. smiley


    • Yanleroc Yanleroc 27 octobre 2015 13:47

      @Christian Deschamps

      Svp, ne parlez pas de Souffrance, vous allez nous ramener Hotha Dan !

    • Philippe Stephan Christian Deschamps 27 octobre 2015 16:21

      @Yanleroc

      j ai un peu de mal à le suivre celui là
      sont style d’écriture peut-être un peu chiant à lire et je suis toujours pressé .

       


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 octobre 2015 18:58

      @Christian Deschamps

      Bonsoir, merci pour avoir apprécié mon petit billet d’humeur et d’humour.
      Il est vrai que tout le monde n’est pas fine gueule, personnellement je me classerais dans la catégorie des épicuriennes. J’aime autant cuisiner que déguster de bons petits plats. Je consacrerai, d’ailleurs peut-être un de mes prochains billets à la gastronomie française. Et à ce que malheureusement elle est devenue !

      Les supermarchés, de moyenne grandeur, peuvent, s’ils s’en donnent la peine travailler avec les producteurs locaux. Je crois savoir que deux enseignes le font. Une petite anecdote à ce sujet : ne trouvant pas de camembert au lait cru, moulée à la louche, j’ai demandé au chef de rayon de m’en commander. Ce qu’il a fait très aimablement, et est apparu au rayon, deux marques de camembert au lait cru et moulé à la louche.
       
      C’est l’UE, sous la pression des hygiénistes anglo-saxons qui ont exigé que le camembert français soit au lait pasteurisé. Ce qui est une véritable hérésie et ne mérite surtout pas le nom de camembert.

      Lorsque l’on voit la liste de toutes les spécialités fromagères dont jouit notre pays, dans nos terroirs, du moins ce qu’il en reste, là on peut avoir un petit brin d’espoir.

      Cordialement.


  • Jason Jason 27 octobre 2015 13:52

    Le fromage, comme disait Jules Renard, « il sent comme les pieds du bon Dieu ».

    Merci pour cet article qui nous met en alerte. Les partisans du traité commercial transatlantique, proposé par les américains, devraient être mis devant un beau plateau de fromages bien odorants. Ceux qui refusent de les consommer devraient être exclus des réunions immédiatement.

    Ah, mais !!! C’est encore un coup fourré de leur FDA (Food and Drug Administration), organisme protectionniste par excellence.

    Les américains n’ont pas de culture culinaire, c’est bien connu.


    • Rincevent Rincevent 27 octobre 2015 18:41

      @Jason

      Food and Drug = Nourriture et drogue : tout est dit…


    • Jason Jason 27 octobre 2015 22:20

      @Rincevent

      Tout n’est pas dit. Drug signifie à la fois médicament et stupéfiant. La Food and Drug Administration est l’agence de protection en matière alimentaire et pharmaceutique. Il existe aussi la DEA, Drug Enforcement Agency, l’anti-drogues-stupéfiants, etc.


    • Rincevent Rincevent 28 octobre 2015 00:15

      @Jason

      Je sais bien et, jadis, en français le mot drogue a longtemps inclus les médicaments aussi.


  • elmer 27 octobre 2015 15:24

    Je ne sais pas si cette étude est à tourner en dérision. C’est loin d’être la majorité des humains qui mangent beaucoup de fromage comme nous, en asie, Amérique du Sud, Afrique ils en mangent très peu voire pas du tout. Et le fromage n’est pas l’aliment sain par excellence non plus...


    • steklo steklo 27 octobre 2015 19:20

      @elmer
      C’est tout à fait exact. Le fromage est une saloperie que des gourmets auraient tort de se passer, mais qui devraient éviter de transmettre l’addiction, comme le sel, le sucre, la cigarette, etc, etc, à leurs enfants afin qu’ils ne connaissent pas, dès le départ les otites, bronchites et antibiotiques, amygdales, les crises d’asthme, l’acné et plus tard le cancer et les artères bouchées (infarctus et AVC). Car le lait animal, et principalement le lait de vache, a comme fonction de faire grossir des veaux et pas des humains. D’où une irrésistible tendance à grandir, grandir, alors que les pays comme la chine qui n’en consomme pas, restent avec des tailles stables. La caséine, qui est la protéine du lait, est une énorme molécule que l’intestin ne parvient à digérer que partiellement et qui, vu que notre mauvaise alimentation nous le rend poreux (perméabilité intestinale), va passer dans le sang et provoquer des allergies, des accumulations de toxines qui induisent des tumeurs bénines puis malines, des athéromes qui vont boucher nos artères. J’étais dernièrement dans la Corrèze parmi les paysans qui vivent de leurs vaches et j’ai trouvé leur santé pour ceux qui sont encore vivants, pas mauvaise, plutôt catastrophique. Alors pour moi, rien de meilleur que de bons légumes crus ou cuisinés à la vapeur avec de la crème au soja et en dessert un bon yaourt ... au soja. Comme cela, je boycotte quand même les américains.


  • keiser keiser 27 octobre 2015 15:44

    Aujourd’hui ...
    La patronne de ma supérette habituelle , m’a donné du fromage avec une date limite , pour ne pas le jeter .
    Mais je pense , qu’elle a plutôt essayé de m’accoutumer .

    C’est une honte !
    Et pour qu’elle reçoive le châtiment qu’elle mérite .
    Je vais de ce pas , la dénoncer aux américains , non mais !

     


  • oncle archibald 27 octobre 2015 18:44

    L’exil de deux de mes enfants loin du Languedoc natal m’a permis de découvrir des fromages inconnus : le maroilles, le seul fromage interdit en cabine dans les avions, comme le dit mon fils de Lille en riant, et le camembert fermier de Normandie à Rouen chez ma fille, rien à voir avec ceux que l’on trouve à Carcassonne, qui devrait l’être aussi quand il est en fin d’affinage ....


    Ceci dit je consomme avec grand plaisir et « sans modération » à peu près n’importe quel fromage, qu’il soit confectionné avec du lait de vache, de chèvre ou de brebis, produit en Auvergne, au Pays Basque, en Savoie ou ailleurs. Un plateau de fromages variés, un vin bien choisi pour les accompagner et quelques feuilles de salade entre deux pour se « rincer la bouche » avant de passer au suivant, me mettent en joie depuis longtemps. Ce qui me vaut d’être devenu un écologiste militant pour « le développement du râble ».

    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 octobre 2015 19:05

      @oncle archibald

      Bonsoir,

      Concernant mon taux de cholestérol, je me suis dit qu’il fallait que je le soigne par le mépris. Que voulez-vous on ne se refait pas !

      J’ai découvert récemment des noms de fromages très anciens, de la région de mes aïeux (Bourgogne et Franche-Comté), le Gex de Septmoncel, le trappiste de Citeaux, et le Soumaintrain).

      Dans l’orléannais, le pithiviers au foin.

      Cordialement.


  • Pere Plexe Pere Plexe 27 octobre 2015 19:06

    C’est affligeant mais la communication « scientifique » n’échappe en rien au délabrement qu’engendre la communication à outrance et la course au buzz.

    Le besoin de financement a cette désastreuse conséquence.

  • Montdragon Montdragon 27 octobre 2015 19:46

    Dans une excellente boutique de province où j’officiais il y a peu, ô combien étaient nombreux les touristes étrangers à venir et voir et sentir et acheter au moins deux cents fromages..ça allait de l’australien au russe au ricain, il faut l’avouer plus lettré que la moyenne.
    Comme d’habitude on fera la distinction entre un pouvoir et ses citoyens..tout ces gens là étaient adorables mais venaient un peu comme chez Mickey..une boutique à l’ancienne bien mignonne qui se prend en photo..mais ça marche malgré tout donc résistance !!


  • alinea alinea 27 octobre 2015 20:06

    J’ai cherché mais je n’ai pas trouvé : une planche a circulé sur facebook ; d’un côté, le légal, à gauche, et de l’autre l’illégal, à droite ( en anglais bien sûr puisqu’il s’agit d’Amérique !) ;
    Sous « légal », une collection d’armes ; sous « illegal », une collection de fromages" !

    Sinon on vient de me rapporter un fromage de Corse, dont j’ignore le nom, il ne ressemble à rien que l’on puisse craindre, pas de peau rose plissée sur une crème épaissie et jaunie, non, presque un St. Marcellin bis, mais alors l’arôme, le goût, Munster se cache sous l’armoire de dépit ! Mais comme Munster et contrairement à Maroilles, très doux quand même, c’est un tendre qui teint l’haleine : à tuer les mouches !
    Merci pour ce texte, je ne vous connaissais pas sous ce jour ! J’ai aimé !!


    • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 octobre 2015 20:52

      @alinea

      J’ai d’un fromage Corse un sacré souvenir, il s’agit d’un fromage particulier qui marche tout seul, ou plutôt sa colonies de vers qui le fait se déplacer.... Quant à l’odeur, je ne vous dis que ça ! Je ne me souviens plus du nom de ce formage, si quelqu’un peut m’aider. Il est typique.

      Bonne soirée.


    • Fergus Fergus 27 octobre 2015 22:14

      Bonsoir, alinea

      « c’est un tendre qui teint l’haleine : à tuer les mouches ! »

      Dans le genre redoutable, moi l’amateur d’époisses, j’ai eu la chance de goûter un produit local de la région de Paray-le-Monial, également au marc de Bourgogne, un fromage genre époisses en plus fort et plus coulant totalement anonyme produit par un fermier du coin pour ses clients du marché et quelques restaurateurs du cru. A tuer non seulement les mouches, mais également un bataillon de GI ! Une rencontre dont je garde un souvenir très fort, à tous points de vue.


    • Rincevent Rincevent 28 octobre 2015 00:17

      @Nicole CHEVERNEY

      Le Bruccio peut-être ?


  • Attilax Attilax 27 octobre 2015 21:26

    Des tas d’études scientifiques démontrent la grande nocivité du lait et des produits laitiers en général. Je m’en branle. J’adore le fromage. Entre autres drogues. Et je continuerai à en manger jusqu’à ce que mort s’ensuive. Hélas, tout ce qui est mauvais est bon... Merci pour cet article si hexagonal, rafraichissant et combattif !
     smiley


  • Plus robert que Redford 27 octobre 2015 23:35

    Bonsoir Nicole

    Evidemment en tant que bon franchouillard bouffeur et un peu picoleur (mais pas fumeur !!) je ne puis qu’apprécier votre billet d’humeur.

    Je trouve néanmoins que l’ensemble des commentaires s’égare par rapport au présupposé qui guide l’article :

     « relayant les résultats d’une étude universitaire américaine réalisée d’après des tests sur des mangeurs de pizzas »

    En effet, cette phrase m’a immédiatement évoqué l’annuelle cérémonie des « IG Nobel » qui prend un malin plaisir à débusquer les études les plus farfelues, bien que scientifiques (ou du moins, le prétendent-elles) dont la plupart sont, bien évidemment, Américaines.

    Je vous invite à solliciter votre moteur de recherche préféré et savourer la liste des récipiendaires de ce fameux prix !


  • franc 28 octobre 2015 05:15

    Les américains comme l’OMS disent n’importe quoi ,qui les écoutent encore tous ces mafiosi .Ils ont du recevoir un paquet de billets de dollars de la part de de l’Arabie Saoudite ou du Qatar pour diffuser ces mensonges et ces énormités sans vergognes .

    -

    les français qui mangent le plus de fromage et de charcuteries sont aussi ceux qui vivent le plus longtemps avec les japonais qui euxaussi aiment les fromages et les vins français ;de plus ils sont le s plus intelligent en étant le s plus grands inventeurs avec les chinois qui mangent le plus de viandes de porc .

    -

    Jeanne Calment la française doyenne de l’humanité a dit qu’elle mangeait tous les jours un morceau de fromage et quelque tranches de saucissons avec un bon verre de vin rouge .

    -

    Donc vive le fromage et vive le saucisson et vive la France pays des mille fromages ,mille charcuteries et mille vins , et aussi des milles pâtisseries la meilleure du monde .

    la meilleure gastronomie du monde classée au patrimoine culturel à l’UNESCO

    cocorico ! 

    -

    -

    PS :------------- l’OMS c’est l’Ogarnisation Mafieuse de la Santé -----------------------ou

    ---------------------------------l’Organisation Mondiale Satanique

    ce qui revient au m^me ,souvenez vous de la fausse pandémie du virus H1N1 lancée par l’OMS pour les profits de l’industrie pharmaceutique qui a du les payer grassement pour diffuser ces mensonges .


  • julius 1ER 28 octobre 2015 08:32

    Bien sûr que tout cela fait partie de la désinformation !!!!


    salissez, salissez, il en restera toujours quelque chose et c’est bien ce qui se passe puisque l’on est obligé de pondre des articles pour rééquilibrer le débat...

    toutes ces études scientifiques ne sont souvent qu’une obligation de résultats pour des chercheurs à qui l’on demande de trouver « un truc »qui fasse le buzz afin de justifier les crédits qui leur sont alloués, car eux aussi sont sous pression bien souvent !!!! 

  • Melly 28 octobre 2015 17:29

    Il y a des raisons à beaucoup de choses, mais encore faut-il les connaître. Ce sont les casomorphines (sorte de morphine dans le lait des animaux y compris celui des humains) qui nous rendent accros et pour cause : ces propriétés bien particulières du lait servent à élargir et approfondir le lien entre (animal) enfant et la mère...et oui ! la nature ne fait rien sans raison ! Après, de là à dire que c’est atlantiste, là par contre ça fait sourire !...Par ailleurs, nous n’avons pas les mêmes sources américaines car les américains, pour beaucoup, aiment les fromages français, je peux vous le dire ! (source)


  • Melly 28 octobre 2015 20:36

    (petite parenthèse, il me semblait avoir posté..veuillez m’excuser si ce commentaire paraît donc une seconde fois) Parmi les commentaires tout « en bouche » qui sont postés ici je vais venir m’immiscer et je ferais sans doute figure d’intrus pour dire que oui, il y a des casomorphines dans le lait, qu’il soit animal ou humain, et elles nous rendent accros : vous savez pourquoi ?.et bien parce que leurs propriétés ont une raison d’être, et pour faire simple, de servir à élargir et approfondir le lien entre l’enfant et la mère...et oui ! la nature ne fait rien sans raison ! donc quand on prend le lait du veau, c’est un drame pour la vache et son veau qu’on lui retire peut de temps après sa naissance. Après, de là à dire que c’est atlantiste (et je suis loin de l’être), là par contre ça fait sourire !...car les américains aiment les fromages français ! (de source personnelle)


  • franc 29 octobre 2015 03:10

    Pas besoin d’être grand spécialiste pour savoir que tout ce qui est bon donne l’addiction .

    Faut il supprimer tout ce qui est bon


  • superyeti superyeti 29 octobre 2015 07:21

    Se shooter au Maroilles ou se faire une dose de Munster va devenir illégal, vous allez voir que Bruxelles va nous pondre un petit texte dont ils ont la spécialité pour nous enlever ce petit plaisir.


  • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 29 octobre 2015 08:09

    Bonjour Melly,

    Pour avoir eu une belle-soeur américaine d’origine irlandaise, et pour connaître un petit peu les States et la mentalité Yankee, je confirme que les Américains, lorsqu’ils viennent en France, apprécient notre gastronomie, mais il s’agit d’une élite intellectuelle ou classe privilégiée.

    Le reste de la population, et cela bien sûr, dépend des Etats, ne connaissent pas ou prou nos traditions culinaires européennes et s’en contre-fichent. Ils ont d’autre habitudes alimentaires et pas des meilleurs exemples, comme chacun sait. Peut-être à New-York, allons-nous trouver des spécialités d’autre continents, vu le cosmopolisme de la population, dont les françaises, italiennes, chinoises, indiennes, etc..

    Par contre, je reste sur le postulat que toutes ces études universitaires américaines qui plus est au moment de l’instauration de TAFTA, nous arrivent tout d’un coup, (je ne crois pas au hasard en économie-politique), pour dénigrer le fond de nos marmites : viande rouge, fromage, charcuteries, etc...) et nos habitudes alimentaires, à nous, Français en particulier.

    Je ne peux m’empêcher d’y voir là, un lien avec TAFTA. Le business Atlantiste ignore toutes les nuances que nous, les peuples pouvons avoir concernant notre façon de vivre. Et que vous évoquez, concernant les goûts de chacun.

    Pour les néo-cons, les ultra-libéraux, les ultra-capitalistes, une seule règle de mise : faire tabula rasa des oripeaux européens, et instaurer à leur place, leur grand projet mercantile, globalitaire et totalitaire ! Projet que tous les parasites de la commission européenne ont voté comme un seul homme.

    Cordialement.


    • Melly 1er novembre 2015 08:04

      @Nicole CHEVERNEY
      Bonjour Nicole et merci de votre commentaire en réponse à celui que j’ai posté. Je vous répondrais que bien qu’étant une française comme d’autres le sont, j’ai néanmoins quelques différents avec une certaine gastronomie, puisque je ne mange ni animaux ni sous-produits animaux...je ne suis en rien copine avec l’atlantisme mais je n’ai rien contre certains américains non plus (qui sont eux-même contre une certaine « politique » atlantiste). Ma vision de l’alimentation se situe à un niveau différent, c’est tout .Je vis bien. Je fais attention à ce que j’achète et mes achats sont français pour la plupart .

      Petite parenthèse : attention aux produits Monsanto qui se cachent derrière certaines marques bien connues et qui sont dans les habitudes depuis bien longtemps !

Réagir