jeudi 19 décembre 2019 - par Pierre

La Russie vue autrement

Au stade actuel et alors que les sanctions et aussi les décisions économico-politique [i] occidentales visant à anéantir l'économie russe restent plus que jamais d'actualité, il peut être utile de faire un bilan de la situation économique de la Russie en liens avec les médias russes et suivant ce qu'on peut y lire.

Je ne désire pas l'opposer aux analyses des médias mainstream occidentaux étant donné que ceux-ci considèrent rarement les données officielles russes comme pertinentes et qu'ils ont la déplorable tendance de monter en épingle tous les petits dysfonctionnements qu'ils peuvent déceler dans le système russe qu'ils ont d'ailleurs la malencontreuse tradition d'appeler « le système Poutine ».

Je vais donc considérer ces médias comme non fiables et les ignorer pour cet article.

Soyez donc prêt à prendre une onde de choc de face si votre opinion sur la Russie est uniquement basée sur les reportages des principaux médias occidentaux et sur les avis des experts de plateaux de télévision qui ont la fâcheuse habitude de toujours se tromper.

 

i La récente décision de boycotter la route maritime arctique pour des raisons écologiques fait partie de ces décisions absurdes.

 

La situation économique réelle de la Russie.

 

Que ne lit-on pas comme stupidités sur la situation de l'économie russe en comparaison avec les économies occidentales ? Elle serait du niveau des pays africains, des Pays-Bas, voire de l'Italie pour les plus audacieux des experts.

Que nenni ! En réalité, l'économie russe se situe au même niveau que l'Allemagne quand on utilise l'indicateur le plus fiable pour comparer les économies de pays différents, c'est-à-dire le PIB en PPA. [i] La Russie est destinée à devenir la première puissance économique du continent européen si elle ne l'est déjà.

Tous ceux qui utiliseraient le PIB comme seul indicateur ont droit à un zéro pointé en économie et à un 20/20 en propagande.

En plus, il y a d'autres données importantes qui sont à prendre en considération quand on veut donner son avis sur l'économie russe et elle change complètement la donne.

Contrairement à ses rivales occidentale, la Russie a trois atouts de taille dans sa manche.

 

  • Elle a des économies qu'on appelle des réserves de change en termes économiques. Elles sont de 541 milliards de dollars (mais ne comprennent que peu de dollars) en ce mois de décembre 2019 et elles sont les quatrième ou les cinquième du monde. [ii]

  • Elle a un budget fédéral excédentaire. [iii]

  • Elle est faiblement endettée. [iv] La dette souveraine s'élève à 15 % du PIB, ce qui est ridiculement bas et ne grève pas le budget fédéral en remboursement d'intérêts de la dette.

 

La Russie pourrait facilement utiliser un de ces atouts pour augmenter le pouvoir d'achat de ses citoyens et relancer la consommation. Elle semble pourtant choisir une quatrième voie : le crédit à la consommation. C'est une technique très libérale [v] pour tenir les citoyens par le porte-feuille. En effet, on est peu enclin à partir en grève ou à vouloir changer de pouvoir quand on a d'importantes dettes à rembourser.

 

Je ne m'étendrai pas sur d'autres aspects favorables de l'économie russe : la manne pétrolière, la stabilité politique, le rouble sous-évalué qui favorise les exportations et freine les importations, un taux de chômage relativement bas (4,5%), une balance commerciale positive, une immigration contrôlée qui a compensé le déclin démographique, le taux d'inflation maîtrisé, le patriotisme économique finalement trouvé (consommez russe) et provocation suprême pour les élites occidentales, une équipe gouvernementale d'exception qui a évité tous les pièges que lui tendaient sournoisement les États-Unis et leurs sbires mal intentionnés.

 

Je n'esquiverai pas le problème de la fuite des capitaux en Russie.

D'abord, il faut savoir que l'économie russe est ouverte à tous les investisseurs donc la libre circulation des capitaux doit être garantie avec comme corollaire la sortie éventuelle de fonds. Le problème est connu et n'est pas facilement résoluble sauf à interdire la sortie des capitaux, ce qui réduirait à néant les investissements étrangers. La politique actuelle est de ne pas retenir les entreprises étrangères qui veulent quitter la Russie, surtout celles qui ne réinvestissent pas dans le pays comme GM ou Ford par exemple. Les GAFA, également responsables de sorties massives de bénéfices vont subir des contraintes administratives liées à la confidentialité des données qui ne vont pas les inciter à rester. L'objectif est de les remplacer par des entreprises équivalentes russes produisant dans le pays et sur lesquelles l’État aura plus de moyens de contrôle.

L'essentiel de l'économie russe est quand-même détenu par des résidents ou des citoyens russes ainsi que par l’État. Elle est donc à l'abri d'un éventuel chantage à la délocalisation.

 

Les sanctions.

 

C'est une débâcle tant pour les conseillers présidentiels que pour le Congrès des États-Unis. J'entends encore Barack Obama dire que les sanctions vont mettre l'économie russe à genoux, que la Russie est un nain économique qui n'a pas d'avenir et qu'elle va être diplomatiquement isolée.

 

Cinq ans plus tard, les usines poussent comme des champignons dans tout le pays, la Russie ressuscite de ses cendres sur le plan économique et la diplomatie russe rayonne comme du temps de l'Union soviétique.

Les sanctions ont eu l'effet inverse de celui souhaité et pénalise finalement ses initiateurs.

L'Ukraine vit la période la plus difficile de sa courte histoire. Ses géants industriels, l'usine d'aviation Antonov et les chantiers navals de Nikolaev ne produisent plus rien ou tournent au ralenti. Le fabricant de moteur d'avion et de turbine, Motor Sich, est en difficulté sans les commandes russes et cherche un repreneur. Des Chinois étaient intéressés mais les États-Unis ont mis leur veto. L'industrie lourde et les mines de charbon du Donbass sont perdues à jamais et last but not least, elle va perdre ou voir fortement réduit les royalties pour le transit gazier russe.

Les Pays baltes ne savent pas de quoi demain sera fait. Leurs ports ont jusqu'à présent servi de terminal pour le fret russe. Ils ont été modernisés à grands frais pour cela mais ils sont maintenant au bord de la faillite suivant des experts américains. [vi en russe] La Russie a construit de nouveaux ports au bord du golfe de Finlande et elle a déjà commencé à détourner ses exportations vers ses propres ports. Le transit par les Pays baltes va s'approcher de zéro dans les prochaines années. De plus, ces pays vont perdre une bonne partie des aides européennes à partir de 2020 et leur population s'expatrie vers l'ouest à toute vitesse. [vii en russe]

Ust-Luga est un des nouveaux ports russes du golfe de Finlande.

 

La Lituanie a fermé sa centrale nucléaire de Ignalina sur injonction de l'Union européenne. Elle tente de ne plus dépendre des gazoducs russes pour son énergie et elle a construit un terminal GNL pour cela mais, mauvaise surprise, les géants de la distribution de GNL l'approvisionnent en gaz provenant de Yamal !!! [viii] Elle a gagné à payer son gaz plus cher.

Si l'Allemagne tire son épingle du jeu, on a du mal à trouver un quelconque avantage pour la France. Bien au contraire, elle n'a rien gagné de ces sanctions et on peut même dire que les contre-sanctions ont sévèrement touché le secteur agricole.

Les sanctions ont plutôt stimulé les productions locales en Russie comme nous le verrons dans le chapitre suivant.

L'interdiction de l'accès aux crédits européens freine légèrement le secteur pétrolier russe mais il sanctionne surtout les entreprises européennes qui ne peuvent avoir accès aux juteux contrats de développement si elles n'apportent pas de capitaux. De leur côté, les investisseurs ne peuvent bénéficier des hauts taux d'intérêts (6,5 %) que procurent actuellement les obligations d’État russes.

Ce qui a vraiment provoqué des difficultés à la Russie, c'est le cours du pétrole en baisse entre juillet 2014 et février 2016 en passant de 110 $ à 35 $ le baril. La Russie a dû puiser dans son fond de réserve pour amortir ce choc pétrolier. Heureusement pour la Russie, l'Arabie saoudite ne peut pas supporter des cours aussi bas et ne peut renouveler une opération d'effondrement des cours du pétrole comme elle le fit à la fin des années 80 pour nuire à l'Union soviétique. Ce fut d'ailleurs une des causes de son effondrement. Il y a maintenant des accords entre la Russie et l'OPEP pour réduire la production et maintenir les cours aux environs de 55 $ le baril.

 

La Russie et l'économie réelle.

 

C'est un sujet qui n'est jamais développé dans les médias mainstream occidentaux sans doute parce que cela contredit le discours officiel. Je développerai donc ce chapitre en me basant principalement sur des sites d'informations russes : sites divers et variés pour avoir une vue large du sujet.

Les commentaires des lecteurs de ces sites donnent une bonne image de l'état d'esprit de la société russe avec d'un côté, des commentaires approbateurs et de l'autre, des commentaires acerbes qui se demandent pourquoi cela ne ruisselle pas sur le pouvoir d'achat des Russes. Je répondrai à cette dernière question dans mon dernier chapitre.

 

Nous devons distinguer deux formes différentes d'investissements.

 

  • Les investissements publics pour les grands projets d'infrastructure comme par exemple le pont de Crimée (Kerch), le futur pont sur la Léna [ix], les ports et aéroports et les nouvelles routes et lignes de chemin de fer. Ces projets sont souvent co-financés par des investisseurs privés comme par exemple la création de la station de ski de Rosa Khutor [x] pour les JO de Sotchi.

Rosa khutor.

 

  • Les investissements privés qui créent ou développent des entreprises. Cela peut provenir de créateurs de start-up, d'oligarques pour des investissements plus lourds ou d'entreprises privées russes ou internationales comme par exemple la nouvelle usine de Mercedes-Benz près de Moscou qui produira 20 000 à 25 000 voitures par an et qui créera 1000 emplois au départ. [xi en russe]

 

Il faut noter que la plupart des investissements mixtes se font dans les secteurs primaire et secondaire. L'augmentation de la production industrielle est un signe de la confiance des investisseurs dans l'économie. En septembre 2019 : augmentation de la production industrielle de 3 % sur une base annuelle et de 2,7 % depuis le début de l'année. [xii en russe]

Le développement industriel est encore loin d'atteindre le niveau de l'époque soviétique (qui n'est pas comparable parce qu'il comprenait aussi l'Ukraine et les autre Républiques soviétiques), tout le monde en est conscient.

Il est favorisé par les sanctions qui obligent la Russie à produire des équipement autrefois importés d'Ukraine et des pays occidentaux : turbines de bateaux ou moteurs d'hélicoptères et d'avions de transport par exemple. L'objectif du gouvernement russe est de ne dépendre d'aucun pays étranger pour les secteurs industriels stratégiques.

 

Voici un aperçu non exhaustif du développement industriel en Russie.

 

25 grands chalutiers sont en construction en Russie et 43 ont été commandés sans doute pour l'exploitation des réserves halieutiques de l'Arctique. 42 grands navires marchands pour la navigation sur la Volga sont aussi en construction. La Russie s'est aussi lancée dans la construction de bateaux de croisière pour la navigation fluviale. La Russie n'avait pas beaucoup de compétence dans ce domaine. Elle n'avait pas d'expérience dans ces types de construction. C'est donc un secteur nouveau qui se développe à toute vitesse et qui permet de recruter un certain nombre d'ingénieurs ukrainiens du secteur au chômage. Du temps de l'Union soviétique, ces bateaux étaient construits dans des pays qui ne sont plus ou pas dans sa zone d'influence : Ukraine, Pologne, Autriche (croisières fluviales) etc

Il ne faut pas oublier la constitution d'une énorme flotte de brise-glaces géants pour l'Arctique et la construction en série de nouveaux navires de guerre. On peut dire que la construction navale russe est en plein boom. [xiii en russe]

 

Une fonderie géante d'aluminium dans la région d'Irkoutsk au coût estimé à 120 milliards de roubles et qui produira 750 000 tonnes d'aluminium par an est en construction. L'ouverture est prévue pour fin 2020. Un complexe d'habitations est en construction dans le voisinage et deviendra le noyau d'une nouvelle petite ville. [xiv en russe]

 

Le nouveau biréacteur moyen courrier russe, l'Irkut MC-21, destiné à concurrencer l'A320 d'Airbus et le 737 de Boeing sera produit en série à partir de la fin 2020 avec un an de retard ou peut-être encore plus suite au refus des États-Unis d'honorer un contrat de fourniture de matériaux composites. Avec les déboires du 737 max, cet avion devrait être un sérieux concurrent pour les deux superstars du créneau. [xv en russe]

Dans le secteur de l'aviation civile, il faut aussi évoquer le nouveau bimoteur long-courrier russo-chinois, le CR929, qui devrait décoller en 2023. Lui aussi, il fera de la concurrence à Airbus et à Boeing.

Le CR929. Le futur long-courrier russo-chinois.

 

Une réaction des États-Unis à cette concurrence d'avions de dernière génération produits par des pays « ennemis » à bas coût de main-d’œuvre est attendue et elle risque d'approfondir le fossé entre d'un côté, les États-Unis et de l'autre, la Russie et la Chine.

 

UZTS relance aujourd'hui avec succès l'industrie des machines-outils du Kuban, la portant au niveau international.... [xvi en russe]
 

La Russie est un leader mondial de la technologie nucléaire et de l'enrichissement de l'uranium. Une bonne vingtaine de centrales nucléaires seront construites en Russie d'ici 2030. Elles remplaceront les centrales nucléaires soviétiques qui arrivent en fin de vie et qui seront démantelées.

Il faut aussi mentionner la centrale nucléaire flottante qui alimente dorénavant en électricité la ville de Pevek en Sibérie orientale. C'est une unité pilote et son fonctionnement sera attentivement étudié avant de construire en série d'autres unités de ce type. [xvii en russe]

L'Akademik Lemonosov. La nouvelle centrale nucléaire flottante.

 

L'augmentation des capacités portuaires russes est sans précédent. Elles ont augmenté de 1,7 fois en 10 ans. Les résultats pour 2018 indiquent que la capacité de tous les ports russes a atteint 1,1 milliard de tonnes (le double des capacités françaises). Les nouvelles routes de la soie devraient encore améliorer ce bilan. Les capacités des ports russes va encore augmenter de 330 millions de tonnes dans les cinq prochaines années et seulement un quart de l'investissement proviendra du budget fédéral. [xviii en russe]

 

Kaliningrad est désormais autonome pour son énergie électrique. Plusieurs centrales thermiques ont été construites et les capacités sont désormais excédentaires. [xix en russe]

Une des nouvelles unité de production d'électricité à Kaliningrad.

 

Une nouvelle usine construite par SIBUR Holding, le plus grand groupe pétrochimique russe, dans la ville de Tobolsk en Sibérie permettra la production de polyéthylène et de polypropylène. Il s'agit du plus grand complexe pétrochimique construit en Russie depuis 1991. Il emploiera 1700 personnes. Le groupe emploie environ 23 000 personnes en Russie. [xx en russe]

La nouvelle usine petrochimique de Tobolsk.

 

OSCiAL, le fabricant russe de nanotubes a conquis 95 % du marché mondial. Le coût pour 1 kilo de nanotubes avoisine les 2 000 $ soit 70 fois moins chers que les produits similaires de moins bonne qualité produits par des concurrents allemands, japonnais et américains. L'ajout de 1 % de nanotubes modifie radicalement les propriétés de matériaux de départ comme le verre, le ciment, la peinture, les métaux, les électrodes de panneaux solaires et de batteries, la céramique, les revêtements et autres. [xxi en russe]

 

Moscou à ouvert la plus grande serre verticale du monde sur le site d'une ancienne usine de tabac.

Les produits chimiques toxiques et les pesticides ne seront pas utilisés car ils ne sont pas du tout nécessaires ici vu que tout est stérile. L'air et l'eau entrant dans les plantes passeront par un système de purification et de filtration à plusieurs niveaux. Les engrais seront uniquement biologiques. Le site produira des légumes verts et emploiera 700 personnes.

Serre verticale à Moscou.

 

La Russie a construit un nouvel aéroport à Rostov sur le Don à partir de zéro.

 

La Russie à construit le plus grand terminal à charbon du pays à Ust-Luga, sur le golfe de Finlande.

 

La Russie poursuit avec succès le développement du turboréacteur PD-35 pour de nouveaux avions gros-porteurs. C'est une technologie nouvelle pour la Russie sur laquelle travaille une centaine des meilleurs ingénieurs russes. Les premiers essais devraient avoir lieu en 2023.

Turboréacteur PD-35.

 

On peut encore ajouter l'inauguration du nouveau cosmodrome de Vostotchny destiné à remplacer Baïkonour situé hors de Russie, la construction d'une grande usine de machines agricoles à Rostov sur le Don, la construction d'une multitude de centres de production et de stockage de semences pour écarter toute fourniture étrangère, la percée dans le domaine des robots et le recrutement de spécialistes étrangers dans les domaines vinicole et fromager.

 

En Russie, le secteur manufacturier croit plus vite que l'exploitation minière. 215 nouvelles entreprises de plus de 0,5 milliards de roubles d'investissements chacune ont été crées en Russie en 2018. De leur côté, les usines existantes ont largement augmenté leurs capacités de production.

 

  • Génie mécanique et travail des métaux. 71 nouvelles usines.

  • Industrie chimique. 30 nouvelles usines.

  • Matériaux de construction et réparation. 38 nouvelles usines.

  • Électronique et génie électrique, équipement. 22 nouvelles usines.

  • Médecine et produits pharmaceutiques. 16 nouvelles usines.

  • Production textile. 13 nouvelles usines.

  • Autres. 25 nouvelles usines.

Le total investi est de plus de 207 milliards de roubles. [xxii en russe]

Il est impossible de tout décrire dans le cadre d'un article. Voici un site russe, « Сделано у нас - Fabriqué par nous », qui reprend les plus importantes nouvelles usines crées en Russie. Elles sont classées par ordre chronologique décroissant.

 

  • Novembre 2019 : 21 sites de production.

  • Octobre 2019 : 18 nouvelles usines.

  • Septembre 2019 : 25 nouvelles usines.

  • Août 2019 : 14 nouvelles usines.

  • Juillet 2019 : 22 nouvelles usines.

  • Juin 2019 : 24 nouveaux sites de production

  • Mai 2019 : 21 nouveaux sites de production.

  • Avril 2019 : 24 nouvelles usines.

  • Mars 2019 : 14 nouvelles industries.

  • Etc.

 

Un lien à suivre décrit chaque mois les nouvelles usines avec des photos à l'appui.

Il s'agit bien de sites de production industrielle et pas de centres médicaux, d'écoles, de centres sportifs etc. Ces sites sont répartis sur tout le territoire du pays. [xxiii en russe]

 

La plupart des produits fabriqués sont destinés au marché intérieur. La Russie ne dépendra plus des importations de ces produits à l'avenir et elle les exportera dans un deuxième temps.

 

On ne peut comparer cette expansion industrielle qu'à celle de la fin des années 30 qui avait fait de l'Union soviétique de l'époque une puissance capable de rivaliser avec l'Allemagne nazie sur le plan de l'industrie lourde. [xxiv en russe]

 

Je ne soulèverai pas les polémiques qu'on lit et entend dans les médias occidentaux et qui veulent nous décrire une situation économique exactement inverse à celle décrite ci-dessous.

Je n'illustrerai cette polémique qu'avec un seul exemple.

Arte a donné la parole à Oleg Sentsov. Il prédit la fin du système Poutine quand il quittera la scène politique. Une prédiction incantatoire d'abord parce que personne ne sait quand Vladimir Poutine va partir et ensuite parce qu'après les cinq ans de prison qui ont conforté ses convictions extrémistes, il serait très étonnant qu'il ait une vision juste de la situation russe actuelle.

Si c'est pour diffuser cela, Arte aurait tout aussi bien pu chercher quelque chose dans les prédictions de Nostradamus. [xxv]

 

Conclusion.

 

Le gouvernement russe ne compte pas augmenter la consommation interne avant que sa production industrielle et agricole soit concurrentielle à l'exportation et qu'elle produise elle-même suffisamment de biens de consommation. (outils, voitures, appareils ménagers, vêtements, aliments variés etc.)

Les sanctions économiques lui donnent l'occasion de protéger son économie et de s'affranchir des règles de l'OMC en reprenant à son compte les quatre étapes de la théorie du protectionnisme éducateur de l'économiste allemand Friedrich List qui était, ne l'oublions pas, un critique d'un des premiers théoriciens du libéralisme, l’Écossais Adam Smith.

Adam Smith et Friedrich List.

 

Les quatre étapes de Friedrich List sont à appliquer dans l'ordre suivant.

 

  1. Autosuffisance agricole et importation de produits industriels..

  2. Croissance industrielle.

  3. Autosuffisance industrielle.

  4. Exportation des surplus produits. [xxvi]

 

Malgré l'énorme influence des libéraux globalistes comme par exemple Alexeï Koudrine, c'est bien la ligne libérale listienne que Vladimir Poutine arrive à imposer malgré les réticences et parfois la résistance de son administration. Il faut préciser que pour le président russe, le point 3 comporte aussi une totale autosuffisance du secteur militaire, un objectif que seuls les États-Unis et la Chine ont aussi atteint.

Cette théorie est basée sur l'économie réelle et rejette les opérations d’ingénierie financière qui mine actuellement notre économie capitaliste.

 

Cette théorie dans sa phase de développement suppose la docilité des travailleurs et elle est obtenue entre autres pour les raisons suivantes.

 

  • Le souvenir des années 90 est encore vivace dans toutes les mémoires et les Russes ont la crainte de revivre ces moments de chaos.

  • Les sanctions et les vexations diverses ont réveillé le patriotisme. Il y a 20 ans, les Russes étaient honteux de leur pays et maintenant, ils en sont fiers.

  • Les Russes constatent l'amélioration constante de leur cadre de vie alors que leurs salaires stagnent depuis quelques années. Le taux de pauvreté est à peu près le même qu'en Occident et est donc supportable.

 

Bien sûr, les travailleurs russes ne comprennent pas que les bénéfices des exploitations d'hydrocarbures ne ruissellent pas et n'augmentent pas davantage leur niveau de vie.

Pour moi, l'explication est simple et facilement compréhensible surtout pour ceux qui ont une expérience dans la gestion d'entreprises.

Quand on investit avec ses fonds propres, on ne peut pas en même temps distribuer des dividendes et augmenter les salaires. Le partage du gâteau se fera petit-à-petit quand les premiers résultats fructueux arriveront.

Il y a un point que les Occidentaux oublient dans leur analyses, c'est le coût pour l’État des pensions en Russie. Durant la période soviétique, on ne cotisait pas pour sa retraite et il n'existe donc pas de caisse de retraite comme par exemple en France. Les pensions, dans la logique soviétique, devaient être prises en charge l’État. Maintenant que le système soviétique n'existe plus, l’État doit continuer malgré tout à verser des pensions pour ne pas accroître la pauvreté dans le pays. C'est une lourde charge pour 0le budget russe au moment où justement l'espérance de vie augmente.

 

Pourquoi écrire cet article ? Des Agoravoxiens diront que la situation dans les autres pays ne les intéressent pas vu la situation en France. Qu'ils se détrompent parce que dans le monde actuel, tout est lié. Les guerres post-coloniales, les sanctions et les contre-sanctions, les dérives du capitalisme financier par exemple ont un énorme impact sur la France, sur l'Union européenne et sur l'Occident en général. Sommes-nous condamnés à subir passivement cette situation ou y a-t-il une autre voie ?

 

Un pays comme la Russie est parvenu à inverser la vapeur en 20 ans. Les mêmes solutions ne sont peut-être pas applicables à la France ou à l'Union européenne mais persister à suivre une mauvaise voie sans chercher d'alternative finira tôt ou tard par nous précipiter dans l'abîme.

 

Je prends ici position pour une réindustrialisation de la France quitte à s'affranchir des contraintes européennes.

Je prends position pour que les secteurs clés de l'économie soient cogérés par l’État et que les fonds d'investissements soient exclus du droit de vote dans les assemblées générales de ces entreprises. [xxvii]

Je prends position pour que des pays partageant ce même objectif s'associent pour former une entité d'au moins 200 millions d'habitants, ce qui est le seuil généralement préconisé par les experts pour qu'un ensemble économique soit vivable.

 

Non Monsieur Juncker, les traités européens ne sont pas au-dessus de la démocratie et si les traités européens n'apportent plus de valeur ajoutée, on a le droit de les jeter dans le feu, comme les Britanniques l'ont fait.

 

 

i https://www.contrepoints.org/2018/04/06/313417-non-la-france-nest-plus-la-5e-puissance-mondiale

ii https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serves_de_change

iii http://french.xinhuanet.com/2018-09/07/c_137450567.htm

iv https://fr.rbth.com/economie/83523-taux-dette-publique-russie

v On ne rappellera jamais assez que la Russie est une économie libérale et que les avantages sociaux hérités de l'époque communiste sont les uns après les autres remis en question.

vi https://zen.yandex.ru/media/id/5d65ef831ee34f00add998bc/pribaltiiskie-porty-na-grani-bankrotstva-a-vinovata-rossiia-5df56d5286c4a900b1ad2e03

vii https://zen.yandex.ru/media/war_reporter/rossiiskie-kompanii-pokidaiut-pribaltiku-chto-jdet-pribaltiku-v-2020-godu-rf-nachala-razvivat-svoiu-infrastrukturu-5df56ac19ca51200afa85d13

viii https://www.total.com/fr/expertise-energies/projets/petrole-gaz/gnl/yamal-lng

ix Ce projet est enfin décidé. Il n'y a pas de pont sur ce fleuve et la Russie n'a de ce fait pas de liaison terrestre avec la Yakoutie. C'est un projet complexe à cause du permafrost et d'une énorme masse de glaces emportée par le fleuve au dégel. Le coût est estimé à 83 milliards de roubles. http://dorinfo.ru/star_detail.php?ELEMENT_ID=77634

x https://www.lesechos.fr/2018/02/quatre-ans-apres-la-vitrine-de-sotchi-les-stations-de-ski-se-developpent-en-russie-984059

xi https://www.autonews.ru/news/5ca4583e9a79475d0c57ddfb

xii https://news.ru/economics/v-rossii-zafiksirovan-rost-promyshlennogo-proizvodstva/

xiii https://zen.yandex.ru/media/sdelanounas.ru/sudostroitelnyi-bum-v-rossii-i-eto-tolko-nachalo-5db42bb56d29c100b4f8fc93

xiv https://zen.yandex.ru/media/sdelanounas.ru/esce-odin-zavodgigant-stroitsia-v-rossii-5dd17f152538e85f0fa83577

xv Https ://www.airlines-inform.ru/commercial-aircraft/Irkut-MS-21.html

xvi https://politexpert.net/172580-yuzts-gotovit-novye-masshtabnye-proekty-v-oblasti-stankostroeniya?

xvii https://zen.yandex.ru/media/id/5dd06ad14180cf0b42418f20/rossiia—energeticheskaia-sverhderjava-5dd0f4242535bb706a2fae2d

xviii https://zen.yandex.ru/media/korabel/besprecedentno-vyrosli-portovye-moscnosti-rossii-5dd4de29ac58121f38cabf3b

xix https://zen.yandex.ru/media/id/5cdd212d566f1500b369cc56/kaliningrad-otkliuchilsia-ot-energosistem-pribaltiki-shantaja-ne-vyshlo-rossiia-na-poklon-ne-prishla-5ddf701b0d13017d4ff77eed

xx https://zen.yandex.ru/media/id/5d9e195505fd9800acd6432a/v-rossii-postroen-krupneishii-zavod-s-milliardnym-finansirovaniem-5de160ca97b5d400b1082c70

xxi https://zen.yandex.ru/media/novosti_i_fakty/rossiiskii-produkt-nanotehnologii-kotoryi-zahvatil-95-mirovogo-rynka-5dc3b6b579c26e00ac157340

xxii https://zen.yandex.ru/media/id/5b479b3e56927000a9570bef/v-rossii-obrabatyvaiuscaia-otrasl-rastet-bystree-dobyvaiuscei-5ddfba1ff7e01b00ae9b7b36

xxiii https://sdelanounas.ru/sphinxsearch/?s=%D0%BE%D0%B1%D0%B7%D0%BE%D1%80+%D0%BD%D0%BE%D0%B2%D1%8B%D1%85+%D0%BF%D1%80%D0%BE%D0%B8%D0%B7%D0%B2%D0%BE%D0%B4%D1%81%D1%82%D0%B2

xxiv https://fr.vikidia.org/wiki/Industrialisation_de_l%27URSS_avant_la_Seconde_Guerre_mondiale

xxv Https ://www.arte.tv/fr/videos/094051-000-A/entretien-avec-oleg-sentsov-le-systeme-de-putin-est-condamne/

xxvi http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2014/04/08/cercle_95187.htm

xxvii Les fonds d 'investissements ont généralement promis des rendements élevés à leurs acquéreurs de parts. Dans le cadre de la globalisation mondialisée, ces taux élevés ne sont plus réalisables dans les pays à haut niveau de vie. Sous l'influence de ces fonds d'investissements, des entreprises sont délocalisées pour générer plus de bénéfices, d'autres dont le foncier est important sont parfois démantelées ou parfois, comme Citroën-Peugeot en Iran par exemple, ne peuvent commercer librement.



92 réactions


  • Clocel Clocel 19 décembre 2019 10:51

    Z’allez susciter l’ire de la tour sombre ! smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 décembre 2019 11:00

      @Clocel

      c’est sûr qu’un esprit aussi brillant et imbu de lui-même que vous, n’est pas descendu de sa tour sombre. Un peu comme les primates.

      On attend avec impatience le commentaire de troll&buse


    • Ruut Ruut 19 décembre 2019 17:05

      La Russie est donc prête a l’agriculture orbitale, intéressant...


    • SEPH SEPH 20 décembre 2019 17:25

      @Olivier Perriet
      Cet article est excellent. Il bouleverse bien des idées reçues qui place la Russie au niveau de l’Espagne. Que d’ignorance, parmi les pays modernes qui émergent, nous pouvons citer : Chine, Russie, Iran, ..... (bizarre des pays sous embargo !!!) à l’inverse les pays vieillissants, dont les infra-structures s’effondrent, citons : USA, Japon, pays européens,....  
      Sous Eltsine (1991-1999) : le pouvoir d’achat des russes a été divisé par 2, il y avait beaucoup de SDF car les retraites n’étaient pas payées, Les militaires US paradaient dans les sites secrets de l’ancienne URSS.

      Poutine a trouvé en 1999 la situation suivante :

      • Retrait de l’Etat et corruption massive
      • La libéralisation des prix, accompagnée de la privatisation de l’outil de production, a ainsi pour conséquence une chute de 50% du PIB entre 1991 et 1998. Dans ce contexte difficile, l’Etat se voit contraint de réduire drastiquement ses subventions : les retraites sont amputées et la plupart des pensions diminuent, d’autant que nombre de services publics deviennent payants, comme les transports, mais aussi la santé. C’est pourquoi de nombreux russes, qui bénéficiaient de la gratuité du service public de santé, n’ont plus les moyens de se soigner.
      • Le retrait de l’Etat se matérialise aussi par la hausse de l’économie informelle et la mainmise de la mafia sur la société, qui gangrène tous les secteurs du pays. De nombreux arsenaux militaires sont pillés avec la complicité de fonctionnaires corrompus.
      • Crise sociale et diminution du niveau de vie
      • Le résultat de la transition économique s’avère dramatique : la chute vertigineuse du niveau de vie des russes, dont le revenu moyen en 1998 atteint seulement 60% du revenu moyen de 1991, et le retrait de l’Etat de secteurs comme celui de la santé, ont pour conséquence une surmortalité que certains chercheurs ont estimé à plusieurs millions de personnes (!) sur la décennie, et une diminution de l’espérance de vie de six ans. D’autant que cette surmortalité s’accompagne alors d’une chute importante de la natalité. C’est pourquoi, malgré un solde migratoire positif sur la période, la population russe passe en dix ans de 149 à 146 millions d’habitants.

      Or, cette situation difficile pour le pays, qui trouve son paroxysme dans la crise bancaire et financière de 1998 dans laquelle de nombreux russes perdent toutes leurs économies, permet en grande partie d’expliquer la popularité de M.  Poutine aujourd’hui, dont l’action s’est articulée autour de l’idée du retour de la stabilité économique et d’une Russie forte à l’international.

      Poutine a augmenté le pouvoir d’achat

      en le multipliant au moins par 3. Par ailleurs, la Dette publique en fonction du PIB était de 99% en 1999 elle est passée à 6,5% en 2008 ( Macron qui vient de dépasser les 100% devrait en prendre de la graine !!!, chez nous le gouvernement brade tout , même les retraites)

       


    • Pierre Pierre 20 décembre 2019 22:10

      @SEPH
      Merci pour cette intéressante contribution qui explique bien le contexte de départ que Vladimir Poutine a hérité de son prédécesseur.
      Oui, la Russie doit son redressement politique et économique au seul Vladimir Poutine au prix de quelques entorses au dogme « démocratique » qui a été imposé chez nous par des élites et qui se prétend universel. 
      Le système russe actuel est un équilibre entre les intérêts collectifs et les intérêts individuels avec quelques victimes qui s’accrochent à ce dogme universel.
      L’influence de ce dogme chez les élites russe est élevée mais très basse dans la population, aux environs de 5 % suivant les résultats des élections. 
      Si 95 % d’une population rejette une idéologie, doit-on malgré tout l’appliquer parce que des idéologues étrangers disent que c’est cela la démocratie ? 
      Je pense que parfois, surtout en cas de crise, les intérêts individuels doivent se soumettre aux intérêts collectifs. C’est une autre forme de démocratie.
      Pour terminer, je voudrais souligner un symbole que peu de lecteurs ont sans doute remarqué. 
      La première illustration où on voit le Moscou du XXe siècle en avant plan et le Moscou du XXIe siècle tout en modernité et en high-tech apparaître derrière dans une espèce de flou qui se révélera bientôt est peut-être l’avenir de la Russie. C’est en tous cas ce que je lui souhaite.


    • SEPH SEPH 21 décembre 2019 10:33

      @Pierre

      Pour compléter la situation sous Eltsine (1991-1999) :

      La brillante libéralisation de l’économie de l’URSS

      • La libéralisation rapide des prix s’accompagne d’une inflation galopante : elle dépasse les 2000% en 1992. Ainsi, le pouvoir d’achat des ménages, dont le salaire n’a pas suivi la hausse des prix, s’effondre brusquement.
      • En 1995, un tiers des russes vit sous le seuil de pauvreté, et un tiers supplémentaire consacre 90% de son revenu aux dépenses de première nécessité.
      • Par conséquent, la majorité des russes n’a d’autre choix que de céder ses parts d’entreprises pour survivre, au profit de privilégiés qui se constituent rapidement une fortune colossale et mettent, aux côtés des capitaux étrangers, la main sur l’économie du pays.
      • Ces nouveaux oligarques opèrent alors une réorganisation rapide de l’appareil productif, qui passe souvent par la fermeture d’usines et par des licenciements, ce qui contribue encore à renforcer les inégalités, qui explosent dans le pays.

      Les conséquences du libéralisme : retrait de l’Etat et corruption massive

      • La libéralisation des prix, accompagnée de la privatisation de l’outil de production, a ainsi pour conséquence une chute de 50% du PIB entre 1991 et 1998.
      • Dans ce contexte difficile, l’État se voit contraint de réduire drastiquement ses subventions : les retraites sont amputées et la plupart des pensions diminuent, d’autant que nombre de services publics deviennent payants, comme les transports, mais aussi la santé. C’est pourquoi de nombreux russes, qui bénéficiaient de la gratuité du service public de santé, n’ont plus les moyens de se soigner.
      • Le retrait de l’État se matérialise aussi par la hausse de l’économie informelle et la mainmise de la mafia sur la société, qui gangrène tous les secteurs du pays.
      • De plus, de nombreux arsenaux militaires sont pillés avec la complicité de fonctionnaires corrompus.

      Ce pays a été pillé de l’intrieur par une Mafia


    • SEPH SEPH 21 décembre 2019 10:51

      @SEPH
      Une erreur de manipulation ne m’a pas permis de terminer ma conclusion !!

      Ce pays a été pillé de l’intérieur par une Mafia qui avait déjà des liens internationaux avec les USA et Israël. 

      Mr Poutine (qui est un patriote) a observé ce pillage durant 8 années (1991 à 1999) avant qu’il n’arrive au pouvoir sous la surveillance des voyous amis de Eltsine.

      Il a fallu bien du courage et de la ténacité d’un grand homme d’État pour amener la Russie au niveau actuel d’indépendance dans le respect du droit international et de la dignité humaine. 


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 décembre 2019 10:59

    Intéressant.

    Mais quand je critique les poutiniens en les présentant pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des esprits serviles, des courtisants qui se vendent au plus offrant, comme autrefois le PCF était vendu à Moscou, je ne critique pas la Russie.

    Les deux choses sont distinctes.

    Si on va par là, les poutiniens, les « UPR rien », ne sont qu’une autre facette de la décadence occidentale smiley

    Moi aussi j’ai été poutinien dans les années 2000, quand ce n’était pas à la mode. Maintenant honnêtement, c’est squatté par les plus bêtes. C’est laid, c’est repoussant.

    Je préfère Trump, qui prouve lui aussi que quand on veut on peut, etc.... enfin, ce que vous avez démontré dans votre article.


    • leypanou 19 décembre 2019 11:23

      @Olivier Perriet
      Mais quand je critique les poutiniens en les présentant pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des esprits serviles 

       : ce qu’Olivier Perriet a du mal à admettre c’est qu’un poutinien n’existe pas.

      Un poutinien approuve tout choix de Poutine, en particulier l’approbation débile par la Russie et la Chine des dernières sanctions économiques contre la Corée du Nord : qu’est ce que la Russie et la Chine y avaient gagné ? Les timbrés états-uniens voulaient même contrôler les bateaux russes à cause de çà, ce qui a fait tiquer Poutine qui avait décrété qu’il est hors de question que la Russie accepte que ses bateaux soient inspectés par les yankees.

      Par contre, un anti-poutinien existe et il y en a au moins un sur ce site.


    • troletbuse troletbuse 19 décembre 2019 12:23

      @leypanou
      L’eau gazeuse fait sa fixette sur Poutine et l’UPR ; Si ces 2 entités n’existaient pas, je me demande de quoi il pourrait parler ? de son errance politique ?
      Comme il est toujours à contre-sens, il n’ose pas dire qu’il est du côté de notre efféminé vu que ce n’est plus à la mode.


    • popov 19 décembre 2019 13:28

      @troletbuse

      Bonjour

      Avez-vous compris que ce n’est pas moi qui vous ai censuré, comme je vous l’ai expliqué sous l’article de CLOJAC ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 décembre 2019 13:30

      @troletbuse

      Il y a ceux qui sont en errance politique, comme moi.

      Et les troll&buse qui sont tellement égo centriques qu’ils nulle part et de nulle part  smiley 


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 décembre 2019 13:31

      @leypanou

      Cette attitude vous honore ( smiley ), mais elle porte un nom très connu, depuis la nuit des temps :

      être tellement lèche botte qu’on se montre plus royaliste que le roi


    • troletbuse troletbuse 19 décembre 2019 13:59

      @pschitt
      qu’ils nulle part et de nulle part.
      Vous apprenez le français en ce moment ? Repassez quand vous aurez terminé


    • troletbuse troletbuse 19 décembre 2019 14:02

      @popov
      Bonjour popov
      Non, je n’avais pas vu votre réponse. Veuillez m’excuser.


    • troletbuse troletbuse 19 décembre 2019 14:09

      @popov
      Tout s’explique. Il est vrai que je ne comprenais pas cet article pro-rechauffistes et vos réactions non-réchauffistes.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 décembre 2019 14:17

      @troletbuse

      pour un soucoupiste, c’est assez surprenant smiley


    • popov 19 décembre 2019 14:27

      @troletbuse

      C’est un peu ma faute. Quand je me suis inscrit, je ne savais rien de Popov qui en fait est plus ancien que moi sur ce site. Je m’en suis rendu compte longtemps après mon inscription et j’ai pensé changer de pseudonyme pour ne pas provoquer de quiproquo, puis j’ai laissé tomber en constatant que Popov se manifeste très rarement sur AV.


    • Pierre Pierre 19 décembre 2019 17:30

      @Olivier Perriet
      Que 68% des Russes (suivant le dernier sondage du Centre Levada) soient poutiniens, je le comprends. Que Vladimir Poutine ait fait des erreurs, même beaucoup d’erreur, j’en suis convaincu. Je pense même qu’il aurait dû parfois faire preuve de plus d’autorité, notamment lors de la présidence de Medvedev.
      Je me trompe peut-être mais pour moi, il a à ce moment-la voulu prouver par l’absurde que le rapprochement avec l’Occident est une erreur et cela a provoqué un malentendu avec les Occidentaux.
      Analyser cela et le publier ne fait pas de moi un poutinien inconditionnel. 
      Le communisme ne reviendra pas en Russie. Le libéralisme débridé des années 90 encore moins. Poutine ne sera un grand chef d’Etat russe voire le plus grand de tous que s’il arrive à amener les standards de vie des Russes au même niveau que les nôtres. C’est semble-t-il sa volonté mais il y a encore beaucoup d’obstacles sur le chemin.
      Un Poutine français n’est, à mon avis ni envisageable ni souhaitable en France tout simplement parce que la France ne s’est pas effondrée comme la Russie des années 90.
      Au stade actuel, je pense qu’un renforcement démocratique avec un parlement représentatif de l’ensemble des Français et qui aurait un contrôle réel sur l’exécutif conviendrait aussi bien qu’un Poutine français.


    • V_Parlier V_Parlier 19 décembre 2019 21:55

      @Pierre
      Il est vrai que les français ne sont pas encore conscients de ce qu’est la vraie faillite (vers laquelle nous nous dirigeons pourtant) et nous sommes à un point où il est à la fois trop tard pour se redresser par des moyens « confortables » et à la fois trop tôt pour être assez dans la mouise pour s’en rendre compte. Ce qu’on pouvait faire il y a 20 ans à titre préventif, on ne peut même plus le faire. Et les manifs / grèves à répétition n’y changeront rien : Nous sommes désindustrialisés, devenus hyper-dépendants, en route vers le chômage de masse qui impliquera encore plus de pression accompagnée de décadence (économique et morale).

      A propos de décadence, la Russie n’est pas à l’abri sur le plan moral. On n’a pas seulement les occidentaux mais aussi pas mal de jeunes russes gavés de propagande libertaire « made in american GAFA » qui ne font que geindre sur des problèmes économiques « cachés » (sic) qui ne sont en fait que les problèmes mondiaux bien connus, mais qui n’existeraient soi disant pas en Europe. Et avec ça on leur fait avaler tout le package « made in Europe » sociétal et « progressiste » (même si le LGBT passe toujours mal quand même). Au vu de certains projets de loi soumis à la Douma, il y a un bon paquet d’infiltrés parmi les députés qui promeuvent parfois des lois même pires que les françaises (p.ex. une femme empêchée par son mari d’avoir des relations extraconjugales pourrait porter plainte pour « violence sexuelle » si une loi débattue en ce moment venait à passer). Les déjantés libertaires-libertins ont là-bas un boulevard sur les réseaux sociaux occidentaux massivement utilisés en Russie (ils n’ont pas anticipé assez vite, les équivalents russes n’ont pas réussi à s’imposer, et même parfois ils se prostituent comme Telegram qui a donné ses clés de sécurité à tous les gouvernements potentiellement ennemis mais pas... à celui de son pays). Et on crache, on crache, sur l’autorité parce-que c’est l’autorité, sur l’Eglise, etc... Bref, je m’inquiète de voir la Russie amorcer le chemin qu’à pris l’Europe il y a 25-30 ans... Espérons que je me trompe.


    • Pierre Pierre 19 décembre 2019 23:19

      @V_Parlier
      Merci pour ce commentaire que je trouve pertinent. Il y a bien sûr aussi un côté sombre de la Russie mais je trouve qu’il est suffisamment étalé dans nos médias.
      J’ai simplement voulu un petit peu rétablir l’équilibre en présentant une vue positive de la Russie. Je constate qu’il peut y avoir des doléances dans les commentaires qui accompagnent les liens en russe mais il n’y a pas de commentaires qui dénoncent l’authenticité de ces nouvelles créations d’entreprises.
      C’est vrai que la popularité de Vladimir Poutine cache l’impopularité des autres dirigeants russes avec quelques exceptions comme Choïgou ou Lavrov. 
      J’ai des sentiments partagés en ce qui concerne la jeunesses. Il y a celle qui est me semble-t-il majoritaire qui a cessé de boire de alcool, qui a renoncé au tabagisme et qui vote vote pour Poutine et une autre qui veut ressembler à toutes les jeunesses du monde et qui a adopté la culture rap, les tags et s’est accroché aux drogues et aux provocations. 
      Comme vous, je ne sûr de rien sauf de la volonté de Poutine de forcer le destin de son pays.


    • troletbuse troletbuse 20 décembre 2019 11:49

      @Olivier Perriet
      Vous pourriez nous donner votre avis sur les OVNI, ce serait plus explicite. Pour ma part, je n’en ai pas et je m’en fous.


    • mmbbb 20 décembre 2019 15:17

      @Pierre Turboréacteur PD-35. il ressemble au reacteur franco americain LEAP ; Les services d espionnage russe fonctionne correctement ! Quant a votre article, il est un peu trop dithyrambique . Les Chinois etendent leurs zones d influence notamment lors de la construction de la route de la soie au detriment de la Russie ; Ces pays d asie centrale sont désormais de facto tournes vers la Chine Les routes russes sont assez mal entretenues , Les Chinois prennent pied en Siberie 
      L economie russe stagne neanmoins et vous avez passé un peu vite sur les conflits sociaux dans ce pays .


    • V_Parlier V_Parlier 20 décembre 2019 18:09

      @Pierre
      Vous écrivez : « Il y a bien sûr aussi un côté sombre de la Russie mais je trouve qu’il est suffisamment étalé dans nos médias. »
      -> Justement pas celui là ! Tout ce qui est étalé dans nos médias est bidon et pourrait même faire croire aux blasés de la propagande que la Russie et son pouvoir sont forts et résistants. Or nos mdédias ne parlent justement pas des vrais problèmes de la Russie parce-que pour eux ce serait décrire des qualités !!!


    • Pierre Pierre 20 décembre 2019 22:59

      @mmbbb
      La navette russe Buran ressemblait au space shuttle américain mais elle était fondamentalement différente. Les ingénieurs russes utilisent sans doute toutes les documentations disponibles pour créer le PD-35 mais ce n’est pas parce qu’il y aura une ressemblance qu’il ne sera pas fondamentalement différent. D’un autre côté, les lois de la physique sont les mêmes pour tous et si les ingénieurs russes ne trouvent pas des solutions révolutionnaires, ce sera peut-être un turboréacteur ressemblant. Allez savoir trois ans à l’avance ?
      Pour le reste :
       La Russie entretient de très bons rapports avec les pays d’Asie centrale pour le moment. Pour les nouvelles routes de la soie, c’est du gagnant/gagnant. La circulation se fera dans les deux sens.
       Les routes principales russes en Europe sont correctes et il y a un programme pour moderniser les routes secondaires. Voyez comment on asphalte les routes en Russie dans cette vidéo. (lien)
       Les musulmans prennent pied en France mais vous voyez un péril chinois en Sibérie. Vous confondre les Chinois qui sont un peuple qui s’intègre partout très bien et une cinquième colonne qui vient déstabiliser un pays.


    • JC_Lavau JC_Lavau 20 décembre 2019 23:17

      @Pierre. Une nuit d’été, ils ont refait ainsi l’asphalte de l’avenue devant chez moi. Hé bien pas une femme parmi les ouvriers ! Cette intolérable discrimination sexiste doit cesser !


    • mmbbb 21 décembre 2019 13:09

      @Pierre C est la réalité c est tout , j ai un collègue dont sa femme est russe et ayant des enfants franco russe ( divorce ) c est ce que les Russes disent eux mêmes . Je prends ainsi les nouvelles du pays bien que je n ai aucun lien Vous avez aussi oublié la corruption dans ce pays mais il est vrai que Poutine ne peut pas tout . Allez a Courchevel, vous verrez si ces Russes ont gagne honnêtement cet argent !
      Quant au reacteur , j ai crû que c etait un LEAP tant les palles de la soufflante sont si similaires 


  • leypanou 19 décembre 2019 11:29

    Des Agoravoxiens diront que la situation dans les autres pays ne les intéressent pas vu la situation en France  : il faut « le » comprendre.

    Ce qu’« ils » pensent ou font ont peu d’impact pour ne pas dire zéro impact sur la marche des affaires du pays alors ils considèrent qu’il est inutile de se cultiver un minimum, le minimum étant bien sûr objectif.

    En tout cas, merci pour l’article très instructif de la part de ceux qui ne comprennent pas le russe.


    • Pierre Pierre 19 décembre 2019 17:51

      @leypanou
      Un peu comme j’ai dit à Olivier Perriet, c’est d’une refondation démocratique que la France a besoin. Les gilets jaunes (les ronds-points), les recherches d’Étienne Chouard sur la représentation démocratique, les critiques féroces de l’Europe de François Asselineau (ses analyses sont magistrales, ses conclusions sont moyennes et ses solutions sont trop radicales) et bien d’autres sujets de réflexion finiront peut-être par réveiller le peuple français. (Un peuple, c’est tous les citoyens d’un pays moins les privilégies)


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 décembre 2019 21:55

      @Pierre
      Il n’y aura rien de démocratique tant que la France ne sera pas sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN... La Russie est un pays souverain, ce n’est pas le cas des pays européens.
      .
      La France a la chance d’avoir le seul mouvement favorable au Brexit, c’est l’ UPR. Mais la censure par les médias dure depuis plus de 12 ans, et la majorité des Français ne sont pas au courant... L’UPR a été obligée de se développer uniquement sur Internet.
      .
      En Russie, l’opposition peut s’exprimer, pas en France.


    • V_Parlier V_Parlier 19 décembre 2019 22:04

      @Fifi Brind_acier
      Chacun pourra chipoter sur le terme « s’exprimer ». Alors je dirais que des deux côtés elle peut s’exprimer, mais :

      • En Russie l’opposition est massivement relayée par les GAFA étrangers alors que la TV fait la part belle aux partis dominants (avec leurs diversités tout de même)
      • En France, l’opposition réelle (pas juste les critiques ad-hominem de Macron et les critiques prout-prout qui donnent un os à ronger) est juste accessible sur les GAFA mais plombée par les algorithmes de classement. A la TV elle est soi disant présente mais parodiée (c.à.d. il ne faut pas sortir du cadre : européisme, libre-échange, géopolitique alignée, etc...) donc pas réelle non plus. La plupart des « opposants » à Macron, journalistes compris, sont des hollandistes (bref encore pires que Macron).

    • V_Parlier V_Parlier 19 décembre 2019 22:46

      @V_Parlier
      (Je précise : les GAFA étrangers accessibles en Russe et en Russie évidemment)


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 décembre 2019 22:52

      @V_Parlier
      La plupart des « opposants » à Macron, journalistes compris, sont des hollandistes (bref encore pires que Macron).


      Les socialistes sont dans le gouvernement de Macron !
      De Castaner à Marlène Schiappa, en passant par le Drian, il y en 7 ou 8 !
      .
      Il est d’ailleurs rigolo de lire leurs critiques des réformes des retraites quand ils étaient dans l’opposition à la Droite !


    • Garibaldi2 20 décembre 2019 05:38

      @Fifi Brind_acier

      Hilarant !

      Merci pour le lien.


    • mmbbb 20 décembre 2019 13:37

      @Fifi Brind_acier une constance chez les politiques ? Cela ce saurait ! Ils tournent plus vite leur veste qu ils changent de slip 


    • V_Parlier V_Parlier 20 décembre 2019 18:13

      @Fifi Brind_acier
      C’est bon de le rappeler, mais sous Hollande c’était déjà clair : « On vit plus longtemps, on vit plus longtemps, il faut trouver une solution, on s’ennuie quand on est en retraite, etc... ». Franchement c’était facile de voir venir ce plan après la procrastination sarkhollande...


    • Pierre Pierre 20 décembre 2019 23:16

      @Fifi Brind_acier
      Je n’ai rien contre François Asselineau. Je trouve même qu’il a bien mis le doigt sur les dysfonctionnements de l’Union européenne. Malheureusement, il manque de souplesse et il n’est pas en harmonie avec les espérances des Français qui croient encore qu’ils vont dominer l’Europe grâce à l’Union européenne. Vous oubliez que c’est la France qui a fait l’Union européenne avec l’Allemagne et que c’est la France qui a voulu l’euro. Zemmour que vous semblez mépriser explique cela très bien. Peut-être et je ne le souhaite évidement pas, que si la France tombait aussi bas que la Russie des années 90, les opinions changeraient.


  • nemo3637 nemo3637 19 décembre 2019 11:54

    Je trouve cet article intéressant, allant à contre-courant des poncifs anti russes, mal argumentés, que l’on nous présente trop souvent. L’intelligente diplomatie russe suscite plus que de la jalousie...

    Ayant de la famille en Russie et en Ukraine, je me désole surtout du caractère dictatorial du pouvoir. L’absence de débat réellement démocratique empêche souvent de prendre les mesures les plus raisonnables. Et du coup le pouvoir réagit à retardement, parfois dans la démesure.

    Mais au niveau du quotidien, au cours des vingt dernières années, bien des choses se sont améliorées.

    Les problèmes environnementaux ne sont pas mentionnés dans cet article à la vision peut-être trop « productiviste ».


    • Clocel Clocel 19 décembre 2019 12:21

      @nemo3637

      Sûr qu’en France, on peut se permettre de donner des leçons de « démocratie » à la Russie...


    • troletbuse troletbuse 19 décembre 2019 12:24

      @Clocel
      Si, l’eau gazeuse


    • troletbuse troletbuse 19 décembre 2019 12:25

      @troletbuse
      L’eau gazeuse au parfum d’olive.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 décembre 2019 13:33

      @troletbuse

      t’as vu ça où que je donnais des leçons de démocratie à la Russie ?

      Je me contente de baver sur les poutiniens qui adulent Poutine... de loin  smiley


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 décembre 2019 13:55

      Ferrier, c’est pou !


    • Pierre Pierre 19 décembre 2019 18:10

      @nemo3637
      Les puissances d’argent ont dans le monde un pouvoir inimaginable. S’il n’y a pas d’alternative démocratique en Russie, c’est aussi parce que tant d’élites russes passent par les Universités américaines et britanniques et qu’il y a un fort soupçon de trahison. Il ne faut pas avoir la mémoire courte et se souvenir que les Américains ont sanctionné des oligarques russes pour les inciter à renverser Poutine.
      Je sais pourtant que Poutine est conscient du manque de débat démocratique en Russie. J’ai lu récemment que l’équipe au pouvoir envisage de scinder le parti Russie unie en deux pour favoriser l’alternance et notamment déboulonner les apparatchiks (surtout en province) qui tiennent l’appareil du parti un peu comme à l’époque soviétique.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 décembre 2019 22:00

      @Olivier Perriet
      C’est ballot, mais Poutine a beaucoup d’admiration pour de Gaulle !

      Il reconnait que De Gaulle a toujours défendu l’indépendance et la souveraineté de la France, comme Poutine soutient l’indépendance de la Russie...
      .
      Un peu comme les Français, d’ailleurs, qui déplorent les brochettes de bras cassés que les médias propulsent au pouvoir depuis Pompidou, et que vous soutenez si activement.


    • V_Parlier V_Parlier 19 décembre 2019 22:17

      @nemo3637
      Vous écrivez : « je me désole surtout du caractère dictatorial du pouvoir. »
      -> Et bien moi je me désole surtout de sa molesse. Je parle du pouvoir en Russie (ne souhaitant pas, et pour un certain temps je pense, m’aventurer en Ukraine). En ce moment la Russie se laisse bouffer par toute la merdasse libertaire et décadente importée et « adaptée au terrain ». Des litanies du genre : Nous sommes pauvres donc on ne va pas faire d’enfants (1), en Europe c’est mieux, en Europe on retraite les déchets et pas chez nous (2), en Europe c’est « social » (mais l’âge de la retraite en Europe, ça les a calmés), en Europe il y a du travail (celle-là c’est la remarque qui m’agace le plus). Bref, quand on me parle de censure en Russie je décris plutôt ça comme une critique qui donnerait une fausse impression positive !

      (1) Une ineptie totale quand on voit que les pays d’Europe les plus riches, Allemagne en tête, ont toujours été les premiers à connaître le déclin démographique. (Et le déclin démographique considérable de la Russie dans les années 90 catastrophiques s’explique surtout par une perte totale de confiance en l’avenir, conjuguée avec une cinquantaine d’années de culture de l’avortement qui feraient pâlir NVB et Taubira).

      (2) On ne compte plus les vidéos de propagande d’une niaiserie sans pareil qui vantent le recyclage totale des déchets en Europe, les bienfaits de l’incinération !!! Essayez de publier la réalité à destination de la Russie et voyez comment Youtube vous classe : https://www.youtube.com/watch?v=quCCNdqCZNM&list=PL1fQfU9jb9UwckfqWv95qLQ3Md6ERjnWm&index=4&t=0s (le son est en Français, vous pouvez suivre).


    • V_Parlier V_Parlier 19 décembre 2019 22:18

      @Pierre
      Scinder le parti « Russie Unie » en deux serait en effet peut-être la solution. Ca montrerait clairement qui est qui et il y aurait au moins une chance d’avoir une moitié propre.


    • nemo3637 nemo3637 20 décembre 2019 19:21

      @Pierre
      Je sais pourtant que Poutine est conscient du manque de débat démocratique en Russie.

      C’est bel et bien une dictature où, opposant, on finit rapidement en prison, voire assassiné comme nombre de journalistes.
      Il n’y a pas la tradition du Droit comme dans les pays « libéraux ». Du coup cela remet parfois en question votre « droit », comme celui à la propriété privée. Encore aujourd’hui un gang armé peut s’introduire chez vous et vous voler. Un de mes cousins s’est fait voler sa récolte de carottes encore en terre ! La police est souvent corrompue.
      Mais bon, nous savons aussi que le libéralisme est lui aussi une hypocrisie où les puissants volent en toute légalité....


    • V_Parlier V_Parlier 20 décembre 2019 21:01

      @nemo3637
      « Encore aujourd’hui un gang armé peut s’introduire chez vous et vous voler. » -> Euh, ici ça n’existe pas, ça ? Mppfff...


    • V_Parlier V_Parlier 20 décembre 2019 21:06

      @nemo3637
      Ou encore : « opposant, on finit rapidement en prison »
      -> Arrêté dans une manif avec couteau, marteau ou cocktail Molotov... ben c’est bien connu qu’en France le gilet jaune moyen peut se promener tranquillement avec tout ça sans être inquiété, n’est-ce pas ? smiley


    • Pierre Pierre 21 décembre 2019 00:24

      @nemo3637
      « C’est bel et bien une dictature où, opposant, on finit rapidement en prison, voire assassiné comme nombre de journalistes. »
      — 
      Vous ne connaissez pas la définition du mot « dictature ». La France a aussi un pouvoir présidentiel fort. Savez-vous qu’un président français peut commettre un acte de guerre sans consulter son parlement. Le président russe ne le peut pas.
       Les opposants ne finissent pas vite en prison comme vous dites. Il y a des élections en Russie et d’ailleurs aux dernières régionales, des régions ont été gagnées par l’opposition. En revanche, des dissidents, formés et payés par l’étranger, qui appellent au renversement du pouvoir par la rue et 
      qui ne respectent pas la loi peuvent finir en prison. « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté. » C’est bien un Français qui a dit cela ! Non ?
       Journalistes assassinés !!! OK mais avant Poutine pour la plupart et ils ont été assassinés par des mafias, ce que les médias mainstream refusent d’admettre. Savez-vous quel est le pays d’Europe qui a vu le plus de ses journalistes assassinés ces dernières années ? Non ? Et bien, c’est la France ! Huit journalistes assassinés à Charlie Hebdo ! Oui mais ici, ce sont des islamistes qui sont responsables. Je réponds et là, ce sont des mafias. Pas plus Hollande que Poutine n’ont commandités ces assassinats sauf dans certains esprits retors.

      Un gang qui vient voler des carottes. Oui, peut-être et en France aussi d’ailleurs. Et dans le monde aussi mais le pays où c’est institutionnalisé, c’est notre proche amie l’Ukraine qui nous a déjà coûté 12 milliards d’euros d’aides.


    • V_Parlier V_Parlier 21 décembre 2019 09:46

      @Pierre
      Bonnes réponses, mais j’ajouterais juste un détail. Vous écrivez : « Pas plus Hollande que Poutine n’ont commandités ces assassinats » -> Mais Hollande a décidé de ne pas intervenir et de laisser le massacre du Bataclan aller jusqu’au bout sous prétexte que « nous ne sommes pas en guerre ». Il y a avait juste à côté des forces capables d’intervenir : http://www.profession-gendarme.com/attentats-du-bataclan-les-militaires-ont-recu-lordre-de-ne-pas-intervenir-les-victimes-portent-plainte/ . Tout le monde s’efforce de l’oublier, y compris ceux qui crient au faux attentat (ce qui prouve qu’ils sont les idiots utiles permettant d’étouffer le vrai scandale). Après ça certains ont le culot de reprocher à Poutine ne n’avoir pas réussi à sauver la totalité des otages lors des grands attentats des années 2000... et bien ils feraient bien d’adopter le profil bas.


    • nemo3637 nemo3637 21 décembre 2019 10:16

      @Pierre
      J’ai justement pris la peine, dans un de mes posts, de faire la différence entre « dictature » (dictature du prolétariat) et « tyrannie ». J’appelle un tyran l’individu qui, usant de la force et de tous les subterfuges, s’accroche au pouvoir pendant des décennies .
      Je ne sais pas ce qu’est une dictature ? Et bien sûr, je ne connaitrais rien, avec mes misérables carottes volées, au Paradis Russe décrit par Spoutnik....
      Je pourrai engager un peu plus le débat, et montrer à partir d’un vécu que je connais bien, l’aspect de propagande grossière de certains écrits et dires.
      .Vous faites dans l’idéologie et Poutine vous chierait dessus vous diriez que c’est du chocolat !
      Ce genre d’attitude rappelle une sombre époque, celle de Thorez et de Staline.


  • popov 19 décembre 2019 13:41

    @Pierre

    Merci pour cet article rafraîchissant. Rien à ajouter.


  • JMBerniolles 19 décembre 2019 13:54

    Pierre,

    Merci beaucoup pour cet article riche et approfondi et pour l’accent mis sur la possible émulation concernant notre propre sort.

    Le PIB instrument complètement manipulé aujourd’hui dans nos pays n’est pas du tout un moyen de comparer des économies.

    Paul Craig Roberts citaient notamment des manipulations sur la PIB américain comme l’intégration positive de coût qui ont en fait un effet négatif. Concrètement il notait le fait qu’une pénalité bancaire sur un compte pour manque de provisions était comptée positivement dans le PIB.

    Beaucoup de données sont ainsi orientée politiquement.

    Il faut se rabattre sur des éléments incontestables :

    • la production électrique et la consommation d’électricité par l’industrie par exemple
    •  la balance commerciale
    •  la dette .....

    Les sanctions ont sauvé la Russie du néo libéralisme. Elle l’ont aussi orientée vers des partenaires plus fiables.

    Dans tout cela il faut aussi savoir reconnaitre l’héritage de l’URSS


    • Pierre Pierre 19 décembre 2019 18:37

      @JMBerniolle
      Bonjour et merci pour votre commentaire.
      J’ai lu un autre truc absurde sur un site russe.
      Se faire plomber une dent coûte 1 000 dollars aux Etats-Unis et augmente le PIB d’autant.
      En Russie, c’est gratuit et cela n’a aucun effet sur le PIB.
      En effet, l’URSS a laissé un héritage et beaucoup de Russes qui ont connu cette période en ont la nostalgique. D’après les conversations que j’ai eu avec eux, il n’envisagent pourtant pas un retour au communisme. 


  • France Républicaine et Souverainiste France Républicaine et Souverainiste 19 décembre 2019 13:59

    Un vieux pote d’origine polonaise est parti travaillé en Russie, autour de Moscou je crois... Il s’y plait et ne reviendra pas en France (ou en Pologne). Comme quoi cet article est intéressant...


    • Pierre Pierre 21 décembre 2019 00:33

      @France Républicaine et Souverainiste
      Votre anecdote est aussi intéressante... et sans doute rare. Habituellement, Russes et Polonais se regardent en chiens de faïence.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 décembre 2019 18:24

      @Tall

      C’est Arletty qu’avait raison ...


  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 19 décembre 2019 14:19

    @ Pierre,

    Bonjour et merci pour ce très bel article. La Russie, grand pays de culture et chez certains cela commence très jeune.

    https://www.youtube.com/watch?v=9phP2rlGmiw


    • mmbbb 20 décembre 2019 14:37

      @Nicole Cheverney et le piano est il Russe ? 


    • Pierre Pierre 21 décembre 2019 00:51

      @Nicole Cheverney
      Merci pour le lien. Sans doute un futur lauréat du concours Tchaikovsky... Tiens, un compositeur homosexuel honoré dans un pays considéré comme homophobe par nos élites médiatiques. Bizarre ! OK, lé piano est américain mais soit.


    • mmbbb 22 décembre 2019 12:21

      @Nicole Cheverney c est vrai Khrouchtchev voulait absolument se rendre au parc Disney lors de sa visite aux USA ? Disney le lui a refuse .

      Quant aux USA , ils ont une sous culture c est evident !

      Ils n ont pas d orchestres symphoniques Le petit russe joue sur un Steinway ! 


  • filo... 19 décembre 2019 14:22

    Un très bon article. Une analyse d’une pertinence mémorable.

    Félicitations !


  • Hervé Hum Hervé Hum 19 décembre 2019 14:45

    J’ai pas tout lu, mais dire écrire un article contre propagandiste, en vantant la Russie de Poutine avec une idéologie purement capitaliste, c’est du foutage de gueule !

    En effet, les dirigeants occidentaux défendant aussi le capitalisme, ce que vous écrivez consiste juste à dire que Poutine se veut plus capitaliste que les occidentaux eux même. Et c’est si vrai, que ce les investisseurs capitalistes occidentaux investissent aussi en Russie !

    Enfin, faire l’éloge du leader, du chef qui guide ses moutons face aux loups et à la concurrence des bergers voisins, c’est encore une fois de la pure propagande capitaliste, c’est même son principal argument. Tel Macron parlant des « premiers de cordées ». Vraiment, vanter Poutine et critiquer Macron qui partagent la même idéologie économique, la même pensée idéologique n’a pas de sens.

    Ainsi, pris dans votre lettre à Macron « Eh oui ! C’est notre modèle économique qui est premier problème. Tous les autre en découlent. » Mais dites moi, en quoi ce que fait la Russie de Poutine est différent ? Absurde, mais bon, l’époque est à l’absurdité du raisonnement.

    Bref, c’est tout, sauf de la contre propagande, mais bel et bien de la pure propagande pro capitaliste, pro modèle économique dont vous dites que c’est le premier problème. Voilà un article qui va sûrement plaire à Spartagugus !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 décembre 2019 14:54

      @Hervé Hum

      c’est pas très clair ce que vous dites smiley

      Que voulez-vous dire ?
      Que la Russie de Poutine n’est pas capitaliste ?

      Ou qu’il ne faut pas dire que la Russie de Poutine est capitaliste ?


    • popov 19 décembre 2019 15:02

      @Hervé Hum

      Poutine défend son pays.
      Macron suit les directives de l’UE qui l’obligent à vendre votre pays aux banquiers.


    • filo... 19 décembre 2019 17:49

      @Hervé Hum
      Comment est possible de porter un jugement pareil si vous n’avez pas lu l’article ?
      Ça serait alors « ...du foutage de gueule ! »
      Un cas d’école même...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 décembre 2019 22:15

      @Hervé Hum
      Et bien, lisez tout l’article ! Il répond aux attaques des pays de l’ OTAN, qui passent leur temps à cracher leur bile contre la Russie, à la considérer comme un pays du Tiers monde, et à lui imposer des sanctions de toutes sortes...
      .
      Le libéralisme n’est pas en cause, puisque vous remarquez fort justement que c’est le même libéralisme qu’en Europe. Les agressions incessantes contre la Russie ont donc d’autres motifs que le système économique.


    • Sparker Sparker 20 décembre 2019 03:27

      @Hervé Hum

      Je suis d’accord avec vous, bon ok Poutine joue bien le jeu apparemment.
      Ils ont l’unité des pays froid, à la nature rigoureuse qui force une forme de solidarité, enfin plus que nous, les latins, qui pouvons envoyer tout paître et vivre dans la forêt de chasse et de pèche, seul, pour eux, c’est la mort l’hiver.
      Et ils ont des richesses, ils ont donc les moyens de jouer le jeu. Pas de quoi pavoiser c’est comme la chine.
      Pierre écrit aussi que la russie à du se relever d’un effondrement et que les mafias avait pris possession des lieux, il me semble (je rajoute). Naviguer dans ce marigot pour éviter le morcellement et la soumission au trafics à été le choix fait apparemment. Difficile de juger si tant est qu’on se le permette, sans tenir compte du contexte, la suite le dira, un peuple qui va mieux se met a avoir des idées...


    • Hervé Hum Hervé Hum 20 décembre 2019 08:07

      @Olivier Perriet

      je crois que c’est vous qui avez un problème avec la clarté, puisque j’écris et répète que la Russie de Poutine est aussi capitaliste que l’occident et qu’il n’y a pas de guerre idéologique sur ce point. La pseudo guerre consistant juste à savoir si le capitalisme est mieux défendu par le nationalisme ou par le mondialisme. Or, c’est le nationalisme qui, seul, défend le capitalisme. Le mondialisme des occidentaux n’étant que de façade, ne pouvant excéder le domaine économique et interdisant d’intégrer le social sous peine de s’effondrer. Voilà bien pourquoi, désigner la Russie comme ennemie imaginaire est si important, pour continuer à manipuler les idiots et leur faire continuer à regarder le doigt. Cette réponse valant pour la pauvre Fifi et cie


    • Hervé Hum Hervé Hum 20 décembre 2019 08:12

      @Sparker

      dans le système capitaliste, il y a la mafia officielle et la mafia officieuse. La différence étant que la première se fait passer pour légitime et légale, l’autre pas et qui fait que l’une dispose de la force publique pour imposer son système, la seconde de la force privé. Mais les deux utilisent strictement les mêmes techniques. Vous ne verrez pas de différence de fond. Cela dit, allez donc expliquer à un flic ou un gendarme qu’il n’est que le bras armé de mafieux !!!


    • Pierre Pierre 20 décembre 2019 09:57

      @Hervé Hum
      Je voudrais vous répondre mais pourriez-vous préciser jusqu’où vous avez lu l’article pour que je ne vous réponde pas sur quelque chose que vous n’avez pas lu. smiley
      Plaisanterie mise à part, je pense que vous faite partie de cette catégorie de personnes qui ne veut pas lire des propos contraires à ses convictions mais sachez que ce n’est pas parce que vous refusez de le savoir que cela n’existe pas.


    • Hervé Hum Hervé Hum 20 décembre 2019 14:37

      @Pierre

      il ne s’agit pas tant de lire ou non des propos contraires à mes convictions, mais de lire un article restant avec le dogme du capitalisme, faisant l’éloge de ce système, quand son auteur affirme par ailleurs que c’est là le problème.

      Je viens de lire votre conclusion et je ne vois pas où elle sort de ce dogme fondé sur la propriété et sur la concurrence qui en est le corollaire pour faire accepter la soumission du prolétariat. L’économie russe est en re-structuration et donc, absorbe l’essentiel de la plus-value produite, mais, une fois terminé, le même mécanisme qui a cours en occident se produira inévitablement, c’est à dire, la financiarisation de l’économie, c’est à dire, faire tourner la planche à billet et permettre son accumulation

      Pourquoi ? Tout simplement parce que le sens de circulation de la monnaie en système capitaliste ne peut en aucun cas s’inverser, il va obligatoirement dans les mains des propriétaires via toutes les formes de dividendes. L’équilibre voulant simplement signifier la mort du système, donc, de la primauté de la propriété de l’économie. Cela tient de la physique pure, inviolable dans la réalité, seulement dans son imaginaire, individuel ou collectif, peu importe. La seule chose que peut faire une politique sociale à l’intérieur du système capitaliste, c’est ralentir ce processus d’accumulation, mais pas l’arrêter, car c’est mécaniquement sortir du système capitaliste, dont la propriété est la condition d’existence, car c’est elle qui permet de prélever l’impôt particulier sur l’activité collective, but du système.

      Pour changer ce mécanisme, il faut obligatoirement change l’ordre directeur, soit ici, mettre la responsabilité économique devant la propriété. Sans cela, autant pisser en l’air


    • Pierre Pierre 21 décembre 2019 01:24

      @Hervé Hum
      Je ne fait pas l’éloge du capitalisme, je décris ce que je vois.
      Quoique vous pensiez, il y a une différence fondamentale entre le libéralisme d’Adam Smith tel que présenté dans la Richesse des nations et les théories beaucoup plus nationalistes de Friedrich List. 
      Maintenant, les Russes n’ont majoritairement aucun désir de retourner vers l’utopie communisme qu’ils ont connue. Ils veulent avoir leur chance de faire de leur pays un modèle envié par ses voisins.
      Réussira ? Réussira pas ? Je n’en sais rien, je ne suis pas devin.
      Pour ma part, quel que soit le modèle économique du futur, il y aura toujours une part de libéralisme.


    • Hervé Hum Hervé Hum 21 décembre 2019 11:54

      @Pierre

      déjà, si on s’en tient au sens propre des mots, l’URSS n’a jamais été communiste dans les faits. Tout comme la France n’a jamais été un pays démocratique dans les faits, seulement par le mot utilisé de manière biaisé. Tout comme il n’y a pas de libéralisme dans la doctrine capitaliste au sens propre du mot, puisque celle ci se réduit aux seuls propriétaires et exclu plus ou moins tous les autres. Soit donc, la majorité de l’humanité. Détourner le sens des mots, permet toutes les manipulations des cogito et cela fonctionne aujourd’hui plus qu’hier.

      Quoique j’en pense, le point commun entre Smith et Friedrich,c’est le principe de la propriété qui domine l’économie et qui met la société en rapport de domination et non de coopération. Cette dernière étant alors réduite et motivée par la menace extérieure, sans laquelle elle n’existe pas à l’intérieur et menace alors la cohésion sociale intérieure.Vous l’écrivez vous même ici ! Voilà pourquoi, le monde actuel se doit d’être divisé en au moins deux blocs opposés, quand bien même ils partagent la même idéologie économique, soit, le capitalisme. Voilà pourquoi il faut que la Russie soit l’ennemie des USA, alors que cela n’a aucun sens sur le pan économique, mais essentiel sur le plan social de contrôle des populations. Autrement dit, l’ennemie extérieur sert avant toute chose à contrôler sa population intérieure contre toute volonté de justice sociale, où donc, la paix est le pire ennemie de tout système fondé sur le culte du chef, qu’il soit militaire, religieux ou ici, économique. Continuer à vouloir et admirer le chef, c’est continuer à se condamner à un monde de servitude. La fameuse servitude volontaire de La Boétie, où on peut chercher en vain le libéralisme.

      Pour finir, un principe établit ne peut plus être supprimé, de quelque manière que ce soit. Cela veut dire que le principe du capitalisme, quant à la volonté de posséssion ne peut pas être supprimé, mais être maitrisé, tout comme le principe de liberté. Et autant l’un que l’autre, ne le peuvent qu’avec la responsabilité, mais encore faut t’il la vouloir. Sachant qu’aucun système est parfait, chacun contenant en lui même ses avantages et inconvénients. La différence étant qu’un système est adapté à un environnement propre où les avantages dominent les inconvénients. Dans le cas contraire, ce sont les inconvénients qui deviennent dominant. C’est le cas du capitalisme avec sa condition d’existence qu’est la propriété. Mais voilà, bien que vous soulignez vous même qu’il s’agit du problème principal, vous persistez à vouloir le conserver.

      Pour vous faire une idée, vous pouvez lire cet article


    • mmbbb 22 décembre 2019 12:41

      @Filo cet article n est pas assez circonstancié et fait l impasse sur la corruption par exemple , Idem pour la liberte de la presse journalistes assassines on n est plus dans les annees 1970 ! 


    • Pierre Pierre 22 décembre 2019 15:37

      @mmbbb
      Tout est dans le titre. Je n’ai pas à subordonner mes articles au contrôle d’une hiérarchie et je ne me sens pas obligé de les ponctuer de remarques qui reprennent des stéréotypes négatifs pour plaire à la confrérie des médias européiste.
      Est-ce que quand vous voyez un reportage sur un aspect quelconque sur l’Union européenne, les médias mainstream doivent nécessairement mentionner que la corruption peut coûter jusqu’à 990 milliards d’euros annuellement à l’UE ? (lien) selon une étude publiée par le Parlement européen. La corruption est une calamité mondiale qui n’est pas l’apanage de la Russie seulement.
      Les victimes des derniers assassinats de journalistes en Russie sont tous liés à la mafia caucasienne comme les derniers assassinats de journalistes en France sont liés au terrorisme islamique et ceux de Malte et de Slovaquie sont liés à la Mafia, peut-être à la Ndrangheta. (lien)
      En Russie, rien ne permet d’accuser le pouvoir de ces crimes. 
      La liberté de presse ! Si elle n’existait pas, il n’y aurait pas l’Echo de Moscou, Dojd, Novaïa Gazetta etc. L’opposition russe s’exprime dans les grands médias mais la dissidence qui veut prendre le pouvoir par la rue comme par exemple Navalny (considéré comme agent de l’étranger) en est exclu. Je peux faire un parallèle avec Alain Soral par exemple qui est banni des médias mainstream pour les raisons que l’on sait.
      Je pose deux questions en rapport avec l’article.
      Pourquoi la Russie se réindustrialise et pourquoi la France se désindustrialise ?
       Quelles conséquences cela aura sur l’avenir de ces deux pays ? 


  • JMBerniolles 19 décembre 2019 16:42

    En ce qui concerne les évaluations indirectes de la situation d’une économie, j’ai vu une comparaison intéressante. Elle concerne les USA et non la Russie

    Il s’agit de la comparaison de deux indices 

    1. le S&P500 à peu près équivalent au CAC40 qui est relatif à l’activité boursière et financière
    2.  Un indice dit FedEx qui par le biais de l’activité transport donne une idée de l"économie réelle.

    C’est intéressant. De 2016 à 2018 on voit d’abord un effet TRUMP positif (je pense qu’il est tout relatif mais il se manifeste là) et les deux indices sont liés. Puis milieu 2018 un écart important se creuse, le marché boursier explose tandis que le FedEx se contracte à moins 30%. Ce qui se matérialise ici c’est la déconnexion de deux économies, celle liée à la finance et celle liée à l’économie réelle. Les QE ont relancé la première tandis que les sanctions, les efforts militaires … ont affecté fortement l’économie réelle. au point que l’indice FedEx a donc perdu 30% environ.

    La monnaie (le Rouble) exposé au marché est un lien qui relie encore la Russie au néo libéralisme. L’affranchissement du Dollar et une meilleure maitrise de sa monnaie offriront encore à la Russie un moyen de croissance réelle. Avec la possibilité d’en faire profiter les russes eux-mêmes ce qui reste encore un problème.

    L’ironie du sort est que cela s’apparente à un retour vers un système qui va vers le socialisme


    • Pierre Pierre 21 décembre 2019 08:31

      @JMBerniolles
      Merci, c’est intéressant. 
      J’étais intuitivement persuadé que l’arrivée de Trump avait commencé à relancer l"économie réelle.


    • JMBerniolles 21 décembre 2019 14:07

      @Pierre

      Oui, mais cela ne va pas jusqu’à profiter aux américains puisqu’en même temps le nombre de sans abri augmente dans ce pays. Où plus généralement règne une misère qui pour moi est scandaleuse et désespérante.

      Et il y a une nette rupture mi 2018. Sans doute la conjonction de plusieurs causes, * le tassement de l’effet pétrole et gaz de schistes, * la guerre économique tout azimut, * le coût des interventions militaires * la fin d’un certain état de grâce également… _.
         
      Malgré tout avec la nullité des démocrates et leur incapacité à faire autre chose que combattre Trump sur des terrains instables, il est probable qu’il sera réélu.


  • Eric F Eric F 19 décembre 2019 17:39

    Nos grands média parlent de la Russie sous forme de réquisitoire, il est donc utile que cela soit contrebalancé par une plaidoirie, dont il faut néanmoins prendre avec prudence le caractère hagiographique.

    En tout cas, concernant les sanctions, je suis absolument d’accord avec l’auteur qu’elles ont permis à la Russie d’améliorer son autosuffisance, et les contre-sanctions se sont retournées contre les initiateurs -dont la France-.

    Je suis également d’accord que le produit intérieur des différents pays doit se comparer à « parité de pouvoir d’achat ». Et aussi en terme d’évolution, et sur ce point ce bilan est contrasté : forte croissance au début de la présente décennie, récession au milieu de la décennie (lié au pétrole), et croissance molle quoique supérieure à la nôtre actuellement. Certains chiffres sont considérés par les experts ...occidentaux comme ayant été gonflés, mais aucun ne conteste que les sanctions ont été inefficaces voire contre-productives. Il faudrait bien évidemment les lever.


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 décembre 2019 19:38

      @Tall. Ah ? Grâce à ta crédulité envers la propagande de la secte sous contrôle, tu disposes du bouton de réglage du climat ?


  • agent ananas agent ananas 19 décembre 2019 23:42

    A voir ces russes qui font du ski à moitié à poil donne du crédit au réchauffement climatique ... smiley

    Pierre merci de remettre les pendules à l’heure ...

    Je me souviens qu’en 2014, le Saker francophone avait fait une traduction de cette analyse où l’auteur James Petras exposait les réussites et vulnérabilités de la Russie de Poutine.

    Il faut croire que depuis, Poutine à réussi aujourd’hui à diversifier l’économie russe qui n’est plus dépendante de l’export de ses matières premières comme elle le fût avant les sanctions suite à la crise ukrainienne.

    En tout cas la jeunesse russe n’a rien à envier à celle occidentale (voir mon lien en introduction).


  • JMBerniolles 20 décembre 2019 12:07

    La plate forme marine nucléaire l’Akademik Lomonosov vient d’être mise en service. Elle alimente en courant la petite ville de Pevek dans la région Choukotka de la Russie, en sibérie orientale. L’utilisation de petits réacteurs nucléaires modulaires sur une plate forme flottante offre de nombreux avantages.

    En France nous avons tous les atouts pour développer ce type d’unité à la fois électrogène et producteur de chaleur, et nous avons des exemples de sites d’intérêt pour ce type d’unité marine. Par exemple pour la Corse (pas sûr que les corses soient d’accord bien entendu). Il y a aussi une voie d’application vers le dessalement d’eau de mer.

    Pendant très longtemps la France et la Russie se sont mutuellement inspirées dans le cadre de la Recherche nucléaire et du développement de réacteurs nucléaires. Y compris sur la Fusion contrôlée thermonucléaire puisque qu’ITER est basé sur la technique russe Tokamak. Les russes continuent à développer les réacteurs nucléaires rapides à sodium avec le démarrage récent de BN800 faisant suite à BN600 qui a très bien fonctionné.

    La raison profonde de tout cela réside dans le fait que notre pays est complètement annihilé par le capitalisme financier international, dont la Russie est préservée à cause des sanctions, par l’état de guerre économique et de menaces militaires. 


    • CN46400 CN46400 20 décembre 2019 13:39

      @JMBerniolles
      Vendre de l’électricité (300MW) et (ou) de la chaleur, livrée quasi sur place peut être intéressant dans pas mal de situations. C’est parait-il, une idée issue de la catastrophe du « Koursk », où le réacteur nucléaire aurait été récupéré intact.
       Il semble bien que les sanctions occidentales ont évité à la Russie de s’enferrer davantage dans le syndrome hollandais de l’exportation de matières premières, et de la sur-importation de produits manufacturés.


    • JMBerniolles 20 décembre 2019 13:58

      @CN46400

      Sur la plateforme Lomonosov il y a deux réacteurs nucléaires de 35 MWe chacun.
      Mais effectivement ces réacteurs nucléaires modulaires peuvent aller jusqu’à 300 MWe.
      Ils sont sous beaucoup d’aspects plus sûrs… 


  • QAmonBra QAmonBra 20 décembre 2019 20:27

    Merci @ l’auteur pour le partage.

    Un article très instructif et pertinent sur la Russie, confirmant que son salut économique, culturel et politique passe obligatoirement et dorénavant, par l’indépendance d’avec l’arnaque de la finance occidentale et une complémentarité très poussée avec la Chine, dont l’ampleur dépasse le stade stratégique et cette synergie pouvant s’étendre à d’autres nations.

    A ce titre, les sanctions économiques à leur encontre leur ont rendu un grand service, à V. Poutine et son équipe bien sur, mais aussi et de plus en plus aux chinois.

    Mais il est vrai aussi que la gigantesque fédération de Russie à une résilience, des ressources qui ne le sont pas moins et, surtout, la capacité de générer des dirigeants d’exception, aux moments cruciaux de sa longue et tumultueuse histoire.


  • Pierre Pierre 21 décembre 2019 09:17

    PS. Je suis désolé d’avoir lu et répondu si tard aux nombreux commentaires ci-dessus. Je suis un affreux bourgeois qui a des enfants et qui doit aussi faire ses courses de Noël. smiley


    • JMBerniolles 21 décembre 2019 09:40

      @Pierre

      Joyeux Noël pour vous et votre famille


    • Pierre Pierre 25 décembre 2019 21:47

      @arthes
      Je n’ai aucun souci à vous répondre.
      D’abord, je ne suis pas russe et je n’ai aucun lien familial en Russie.
      J’ai fait de nombreux voyages culturels en Union soviétique dans les années 80 et j’ai noué des liens d’amitié avec des Russes. 
      Dans les années 90, je voyageais souvent en Russie pour des raisons professionnelles et j’ai assisté à la dégradation des situations économique, sociale et sécuritaire. J’ai été très choqué par la manière dont les médias français rapportaient la rébellion tchétchène alors que j’avais des informations prouvant qu’il s’agissait de groupes mafieux s’opposant les uns aux autres et qui étaient manipulés par des terroristes islamiques étrangers. J’ai pu aider mes amis russes à cette époque et ils m’en sont encore toujours reconnaissants.
      J’ai continué à faire des voyages privés et d’affaires à partir des années 2000 et jusqu’à maintenant. J’ai à nouveau été choqué par les médias français qui ne voyaient que le problème des droits de l’homme alors qu’il s’agissait pour la Russie de survivre et de sauver l’unité du pays.
      Presque 20 ans plus tard, je ne peux que constater que Vladimir Poutine et son équipe ont complètement renversé la vapeur. Les Occidentaux ont d’abord ignoré la Russie pour après, à partir de 2008, se rendre compte que la Russie avait cessé de se laisser imposer les volontés occidentales.
      Mon meilleur ami russe est décédé il y a deux ans. Je garde le contact avec sa veuve et ses enfants et je suis de ce fait très bien informé de ce qu’il se passe en Russie et bien sûr de ce qui ne va pas aussi.
      Je vous souhaite une bonne fin d’année et mes meilleurs vœux pour 2020.


  • JMBerniolles 21 décembre 2019 14:22

    Sans doute parce que Poutine a eu l’impudence de déclarer que la question du climat n’était actuellement pas maitrisée (il traduit là de manière diplomatique l’avis des scientifiques russes du Climat qui n’ont aucune raison de se laisser duper par le battage sur la théorie de l’effet anthropique qui est entretenue et propagée par le capitalisme financier) les agents zélés de cette théorie de l’influence anthropique sur le Climat, sur ce fil, se précipitent pour reprendre tous les arguments largement frelatés que le système dominant assène sur le sujet.

    Comme Poutine l’a souligné dans son discours les russes sont largement concernés par les évolutions climatiques en Arctique et en Sibérie. Ils multiplient leurs activités en Arctique, ont beaucoup bâti sur des terres gelées .... Donc l’avis des scientifiques russes a un certain poids sur la question.


Réagir