mardi 11 février - par Jérôme Henriques

Végan ? Et la B12 ?

La vitamine B12 (ou cobalamine) est une vitamine d'origine bactérienne. Elle est produite par des micro-organismes très communs que l’on retrouve dans l'humus, les algues marines, ou encore dans l'appareil digestif des animaux et des humains …

PNG

Impliquée dans le métabolisme de l'ADN, de certains acides gras et acides aminés, la vitamine B12 joue un rôle important dans le fonctionnement de nombreuses cellules de notre organisme. Son rôle est particulièrement important pour la formation des globules rouges (division mitotique au sein de la moëlle osseuse) et le fonctionnement neuronal (synthèse de neurotransmetteurs, synthèse et entretien de la myéline …). De fait, les principaux signes cliniques d'une carence en B12 sont les problèmes hématologiques/d’anémie (fatigue, vertiges, pâleur, palpitations, souffle court …), généralement réversibles, et les troubles neurologiques (fourmillements, perte sensori-motrice, dégradation de l'humeur, trouble de la mémoire ...), parfois irréversibles (a). Parmi les autres symptômes paroxystiques décrits dans la littérature, les problèmes gastro-intestinaux (langue gonflée et/ou douloureuse, perte d'appétit, constipation ...) ou encore les problèmes de malformations à la naissance (chez les bébés de mère carencée)(1)(2)(3).

D'un point de vue biochimique, la vitamine B12 joue un rôle de coenzyme pour deux réactions : celle qui convertit l-methymalonyl-CoA en succinyl-CoA et celle qui convertit l'homocystéine en méthionine. De fait, une carence en B12 peut-être détectée (dans le sang ou les urines) par une élévation du taux d'acide méthylmalonique et/ou éventuellement du taux d'homocystéine (moins spécifique car dépendant aussi des vitamines B6 et B9)(4). Parmi les conséquences à long-terme d'une carence en B12, même légère, on peut citer un risque accru de problèmes cardio-vasculaires (due à l’élévation du taux d’homocystéine dans le sang), de cancer (du col de l'utérus notamment), de maladie d’Alzheimer, de fragilisation osseuse ou encore de problèmes de santé affectant la progéniture (diabète par exemple)(5)(6)(7)(8)(9).

Dans l'alimentation humaine, la vitamine B12 est le plus souvent apportée par les produits animaux. Son assimilation par l’organisme se fait en plusieurs étapes : dans l'estomac, la vitamine est séparée des protéines alimentaires grâce à l'acidité gastrique ; là, elle se lie à une protéine secrétée par la salive, la protéine R, qui la protège alors de l’acidité gastrique et l'accompagne jusqu’au duodénum (partie de l'intestin grêle située juste en dessous de l’estomac) ; à cet endroit, la B12 est séparée de la protéine R (grâce à une enzyme secrétée par le pancréas), puis, sitôt libérée, se lie à une glycoprotéine secrétée par l’estomac : le facteur intrinsèque ; c’est ce dernier qui accompagne la vitamine jusqu'à l'extrémité de l’iléon (dernière partie de l’intestin grêle) pour lui permettre alors de franchir la barrière intestinale (et ainsi rejoindre le sang)(10).

Si, de par leur alimentation, les végéta*iens constituent une population à risque de carences (50 à 90 % d’entre eux seraient en manque de B12 (11)(12)), ils ne sont pas les seuls concernés. Loin s’en faut ! En réalité, la grande majorité des personnes carencées ne souffre pas d’un problème d'apport mais de malabsorption (13) : parmi elles, les personnes subissant une baisse d’acidité gastrique (10 à 30 % des personnes âgées (14)(15), celles traitées pour des reflux gastriques ou des ulcères …), les personnes souffrant d’un manque de facteur intrinsèque (maladie de Biermer) ou d’une mauvaise utilisation de celui-ci (maladie de Graves, thyroïdite, vitiligo …), celles souffrant de problèmes intestinaux chroniques (maladie de Crohn, colite ulcéreuse, maladie coeliaque), les patients diabétiques sous metformine, ceux atteints de pancréatite chronique … (16)

S’agissant des végéta*iens, les carences n'arrivent pas du jour au lendemain. Sachant que notre foie est capable de stocker environ 2500 microgramme (mcg) de B12 et que les besoins quotidiens sont d'environ 2,5 mcg, il faut en moyenne 3 à 5 ans avant de ressentir les effets des premières carences (17)(18). Ce qui laisse donc un peu le temps de s'adapter (à savoir s'informer et commencer à se supplémenter). Le plus souvent, les végéta*iens consomment assez de B12 pour éviter l’anémie et la dégradation du système nerveux, mais certains n’en prennent pas assez pour prévenir les facteurs de risque cardiovasculaires ou ceux liés à la grossesse (19). Un problème vraisemblablement dû à un manque d'information (et qui devrait donc se corriger avec le temps). En attendant, cela n'empêche pas les scientifiques de présenter le régime végéta*ien comme l'un des plus favorables qui soit (au niveau de la santé cardiovasculaire, des cancers ...)(20).

Ou trouve t-on de la B12 ? Essentiellement dans les produits animaux. Viande, poissons, crustacés, coquillages, produits laitiers, oeufs ... autant de "produits" dont les portions courantes couvrent très largement les recommandations quotidiennes (entre 1,2 et 4 mcg/jour selon les pays (21)(22)(23)). Quelques exemples (à la louche) : les foies (de boeuf, veau, agneau) : entre 50 et 70 microgrammes de B12 pour 100 g de viande consommée ; les coquillages "bivalves" (huitres, moules …) : entre 15 et 25 mcg pour 100 g ; les poissons gras (hareng, maquereau, sardine, saumon, truite, thon) : 5-15 mcg / 100 g ; la plupart des viandes (boeuf, porc, veau, agneau …) : 1-5 mcg / 100 g ; les fromages : 1-3 mcg / 100 g ; les crustacés (crevettes …) : 1-2 mcg / 100 g ; le lait, les yaourts, les oeufs : environ 0,5 mcg / 100 g (24)(25).

Et pas dans l'alimentation végétale ? A priori non. À quelques exceptions près. Ainsi l'algue Nori contient-elle des taux particulièrement importants de B12 (environ 40 mcg / 100 g)(26). On en trouve aussi dans l'algue Chlorelle (de 0 à 100 mcg / 100 g selon les lots) et dans quelques champignons (Trompettes de la mort, Chanterelle ciboire : 1,1-2,65 mcg / 100 g)(27)(28)(29) ; d’autres sources d'intérêt (algues Spiruline, Nostoc, Klamath, champignon Shiitake, feuilles de thé noir, vert …), ont du finalement être déclassées après affinement des techniques d’analyse : on s'est aperçu qu'elles contenaient principalement de la pseudo-B12 (une forme inactive de la vitamine (30)(31)(32)). Notons que certains produits fermentés (choucroute, bière blanche, tempeh, miso, kombucha, shoju, tamari) contiennent également de faibles quantités de B12 « active » (trop faibles là encore pour être considérées comme des sources d'apports fiables)(33)(34).

À ce stade, d’aucuns en concluront que le régime végétarien est insuffisant en B12, et donc, qu’il n’est pas naturel. Sauf que … Des études menées au sein de populations traditionnellement végétariennes (en Asie notamment) ont montré que celles-ci n’avaient aucun problème de carence (35)(36). Leur secret ? Une alimentation à base d’algues locales (peu transformées) et de légumes/légumineux fermentés (selon les méthodes traditionnelles). En évaluant les taux de B12 présents dans certains mets traditionnels (Miyeok guk, Kimchi, Doenjang, Chunggukjang, Tempeh, Miso) et en les comparant à ceux trouvés dans leurs homologues industrialisés/occidentalisés (37)(38)(39)(40), ces études ont montré que le problème du manque de B12 ne correspondait peut-être pas tant au choix d’une pratique alimentaire (le végétarisme), qu’aux procédés alimentaires modernes (séchage des algues, pasteurisation des produits fermentés, ajout de conservateurs …).

A cela s’ajoute les changements environnementaux. Le système digestif de nombreuses espèces animales (lombrics, mammifères ...) produit de la vitamine B12, mais à un niveau parfois trop bas pour permettre son assimilation par l'organisme (le côlon pour les mammifères par exemple)(41). Pour autant, les matières fécales se retrouvent ensuite dans la nature et constituent une source de B12 fiable pour les nombreuses espèces qui y vivent ; certaines pratiquant la coprophagie (consommation volontaire de matières fécales) et d’autres se nourrissant d’herbe ou d’eau "contaminées" (42). Une thèse confirmée par l’étude de certaines populations humaines ; comme ces groupes autochtones (iraniens, indiens) peu enclins à la consommation de produits animaux et semblant tirer principalement leur B12 de la contamination organique environnante (milieu hygiénique pauvre, animaux vivants à proximité …)(43)(44).

Personne ne se plaindra des progrès en matière d’hygiène : ils ont permis d’éradiquer certaines maladies et d’augmenter notablement l’espérance de vie. Néanmoins, les conditions de vie moderne (aseptisation extrême, agriculture industrielle, alimentation transformée …) ont conduit à un double appauvrissement : celui de la flore microbienne terrestre et intestinale (il est d’ailleurs intéressant de noter à quel point les deux semblent se refléter)(45)(46)(47). Une étude publiée en 1980 (dans Nature) a montré la capacité de notre organisme à produire de la B12 au niveau de l’intestin grêle (zone d’absorption)(48)(49)(50). Il est probable que certains végétariens/végans arrivent à s’auto-suffire en B12 : ceux ayant une santé solide, un mode de vie sain (niveau de stress bas …), des apports riches en crudités (fruits/légumes) et en micronutriments (minéraux/oligo-éléments/probiotiques …) ; comme il est tout aussi probable que cette auto-suffisance ne concerne qu’une minorité d’entre eux (51).

Oui je me supplémente en B12. Mais que croyez-vous qu’il en soit pour les animaux d’élevages ? Qu’il s’agisse de combler les carences alimentaires (sols pauvres, alimentation hors sol) ou d’améliorer la production, la plupart font l’objet de multiples dosages/supplémentations : vitamines (A, B1, B2, B3, B6, B9 ...), minéraux (Phosphore, Calcium, Sodium …), oligo-éléments (Cuivre, Zinc, fer, Cobalt …), acides aminés (lysine, méthionine …) (52)(53)(54)(55)(56). Quant à la B12, signalons quand même que la majeure partie de sa production (90 % selon certaines sources (57)(58)) est destinée à l’élevage. Comme les végéta*iens, les non-végéta*iens sont donc eux aussi supplémentés : la différence est que les premiers prennent leurs ampoules/gélules directement tandis que les seconds passent par l’intermédiaire d’un tiers (l’animal mangé).

"Prendre de la B12 c’est pas naturel !" insisteront certains. Ignorant peut-être le fait que les carences existent aussi dans la population générale et que cette dernière fait également l’objet de mesures de supplémentation : on peut citer le cas de l’iode (ajoutée volontairement au sel de cuisine), du fluor (ajouté à l’eau du robinet, en Amérique du Nord) ou encore des produits laitiers enrichis en vitamine D. Et puis, qu’est ce qui est encore naturel dans nos sociétés aujourd’hui ? 80 % de l’offre actuelle en supermarché est constituée d’aliments ultra-transformés (bourrés de substances dérivées, d'additifs …) et ces derniers représentent plus du tiers de l’alimentation des français (59). Alors, la petite gélule de B12 … Par ailleurs, des études ont montré que les végéta*iens avaient une flore intestinale en meilleure santé que les autres (60)(61)(62). Qu'en pensent leurs détracteurs ?



134 réactions


  • JL JL 11 février 14:37

    Merci pour cet excellent article.

    Il faudrait signaler toutefois qu’il existe plusieurs sortes de compléments B12.


    • JL JL 11 février 15:43

      @JL
       
      trop de commentaires ci-dessous sont affligeants par le fait qu’ils associent carences en B12 et bobos végans.
       
      Bêtise parce que les carences en B12 ne sont pas l’apanage des végans, comme il est souligné dans l’article. Sont particulièrement menacés ceux qui sont par nécessité économique, réduits à mal-bouffer. A ce titre, l’auteur fait figure de lanceur d’alerte.
       
      Malgré tout, je ne souhaite à personne de souffrir un jour de carences en B12 car je crois savoir que c’est très grave et très difficile de s’en remettre.
       


    • foufouille foufouille 11 février 16:09

      @JL

      beaucoup de végé sont tarés et ça ne soigne pas.

      pour les autres c’est surtout temporaire comme carence.


    • JL JL 11 février 16:13

      @JL
       
      j’émets l’hypothèse que la diffusion du Midazolam est la réponse du berger à la bergère malbouffe ? J’invite à lire cet autre article qui n’est pas sans lien avec celui-ci.


    • JL JL 11 février 16:15

      @foufouille
       
       temporaire ? Oui, comme tout ce qui est temporaire avant le grand départ.
       
       Les carences ne sont peut-être pas toujours signalées comme telles, ou alors pas toujours à temps.


    • foufouille foufouille 11 février 16:35

      @JL

      il faut manger uniquement végétalien pour avoir ce genre de carence.

      ou avoir une mauvaise absorption intestinal.

      la carence en potassium est grave aussi et réversible sur le court terme.


    • JL JL 11 février 18:55

      @foufouille
       
      ’ou avoir une mauvaise absorption intestinal.’
       
      C’est bien ce que j’ai dit ci-dessus, à 15:43.


    • foufouille foufouille 11 février 19:10

      @JL

      ben non. surtout que c’est le cas des vieux et des malades.


    • CLOJAC CLOJAC 12 février 06:59

      @foufouille

      « beaucoup de végé sont tarés et ça ne soigne pas ».

      J’en connais un depuis quelques années et je le plains.
      Il a l’air mal réveillé en permanence.
      Les gens qui le voient la première fois le prennent pour un cancéreux, rapport à son teint cireux et sa grande maigreur.
      Et il est triste, triste...
      Végétarien et buveur de flotte, son délire l’exclut de toute vie sociale.
      Une grillade d’agneau ou de poissons arrosée d’un bon rhum goyave, c’est pas pour lui. L’odeur le rend malade.
      En plus, il n’arrive à garder aucune vahiné.
      Il n’a que 55 ans, se déplace à pas mesurés comme un petit vieux,et d’après des confidences faites à ma douce et tendre, il n’arrive plus à bander même avec du viagra.


    • CLOJAC CLOJAC 12 février 21:45

      Un paradoxe hallucinant : ceux qui se disent les plus proches de la nature en ont horreur !

      La B 12 on en trouve à profusion dans les viandes, les coquillages, les poissons, les crustacés...
      Mais c’est mieux de la prendre en gélules pleines de molécules de synthèse fabriquées au Népal ou en Patagonie par des sous-traitants de Big Pharma ! ! !

      Des gélules dont l’enveloppe est un mélange de gélatine, issue des os de bœufs ou de la peau des porcs, avec du glycérol, qui sert de plastifiant.
      Les végés, vous vous faites baiser sur toute la ligne ! 


    • L' Hermite (IX) prong 12 février 22:10

      @CLOJAC

      la gelatine , le lactose (issu du lait dans le meileur des cas ) , mais aussi du stearate de magnesium issus de graisse animal rafiné .... 

      Bon retour a la salade terminer la malbouffe ....
      He bien non , ou alors sans vinaigre , car il contient des millier de petit vers qui veulent vivre aux aussi :) ....

      Une salade =1 million de vie , une vie de boeuf = 500 repas :)


    • L' Hermite (IX) prong 12 février 22:12

      @ all vegans 
      @prong

      la vie d’ un petit vers ca compte au moins autant qu’ un boeuf si on est anti-speciste non ???


  • rogal 11 février 14:42

    Et puis 10 € les 30 gélules, vraiment pas cher. J’en veux plein.


  • Hallala Hallala 11 février 14:58

    Il y en a une excellente pour ces carences chez les végans : la zobéine B12. Garantie.


  • Decouz 11 février 15:17

    La metformine utilisée dans le traitement du diabète de type 2 peut conduire à des carences en vitamine B 12.

    https://www.passionsante.be/index.cfm?fuseaction=art&art_id=27680


  • Aimable 11 février 15:25

    Les végans sont des mutants qui n’ont pas besoin , entres autres choses , de B12


  • Xenozoid Xenozoid 11 février 15:27

    j’avais cru comprendre que la b12 est déja ajouté dans la bouffes des animaux..

    quelqu’un a des détails là dessus ?


    • foufouille foufouille 11 février 15:43

      @Xenozoid

      dans un hangar le sol n’est pas en terre donc la source de b12 est artificielle.

      c’est pour ça que les aliments pour pondeuse sont hors de prix ( env 2€ le kg ).


  • sweach 11 février 15:31

    *B12 et que les besoins quotidiens sont d’environ 2,5 mcg, il faut en moyenne 3 à 5 ans avant de ressentir les effets des premières carences*

    Cela est vrai pour un adulte, mais pas pour un enfant ou un nourrisson.

    Les problèmes alimentaires touchent rarement les adultes qui pratique ces régimes restrictifs, car cela prend des années avant que des symptômes de carences apparaissent, mais ce n’est pas le cas pour les organismes en développement.

    En se privant volontairement de protéine animal, un végan doit chercher à combler ses carences potentiel en vitamine B12, en fer, en acides aminés, etc ...

    Bref si ils faisaient quelques impasse avec le lait, des oeufs, voir des insectes par exemple, ils n’auraient pas ces problèmes.

    D’autre régime restrictif comme le régime cétogène conduit à la dépression à cause d’un excès de cortisol.

    Idéalement il faut manger de tout avec la meilleur qualité possible, mais on ne doit pas oublier que nous sommes des omnivores.


  • Albert123 11 février 15:32

    « Qu’en pensent leurs détracteurs ? »


    en tant qu’omnivore et jouisseur tel que la nature m’a fait, je ne suis pas en croisade, je suis tout simplement et ce simple constat ne m’oblige pas à me justifier contrairement aux idéologues de tout poil

    Si vous voulez vous enfiler des algues dans le fion ou de picorer des gélules plutôt que d’apprécier la bonne bouffe ça vous regarde, chacun son délire.

    je ne ressens, en fait, pas votre besoin d’écrire des articles inutilement longs et moralisateur dans l’unique but de vous auto convaincre du bien fondé de vos errances alimentaires de petits bourgeois complexé.


    • amiaplacidus amiaplacidus 11 février 16:44

      @Albert123 qui dit « ... ça vous regarde, chacun son délire ... ».

      Pas tout à fait, le régime des végans implique une très forte utilisation de la chimie (les allemands en sont les champions) et pas seulement pour les compléments alimentaires, mais aussi pour toutes les saloperies de type « viande », « saucisses » et autres « fromages » végans.
      Cette production implique une grosse pollution de l’environnement et une consommation excessive d’eau (il faut plus d’eau pour produire 1 kg d’avocat au Mexique que pour produire 1 kg de bœuf en France). Sans compter tous les pesticides utilisés dans la production végétale.
      Un élevage contrôlé et responsable fait bien moins de dégâts naturels.

      Ce qui veut dire que les végans sont comptables, devant l’humanité, d’un surcroît de pollution.


    • Sparker Sparker 11 février 17:39

      @amiaplacidus

      « le régime des végans implique une très forte utilisation de la chimie »

      Il ne faut pas lire et colporter n’importe quoi...


    • foufouille foufouille 11 février 17:43

      @Sparker

      c’est vrai pour le faux fromage, etc.


    • sweach 11 février 18:45

      @Albert123
      *Si vous voulez vous enfiler des algues dans le fion ou de picorer des gélules plutôt que d’apprécier la bonne bouffe ça vous regarde, chacun son délire.*
      Si on était purement sur la liberté de chacun, je serai d’accord, malheureusement ces lubies alimentaires affectent les enfants de ces gens là.
      Deusième problème ils cherchent à imposer leur mode de vie en agressant ceux qui exploitent les animaux d’élevage pour se nourrir, se vêtir, se divertir, ou autres.

      On est en présence d’”hooli-vegans” et on ne peut pas vraiment discuter avec ce genre de personnes.


    • Xenozoid Xenozoid 11 février 18:49

      @sweach

      et c’est la faute du manque de b 12 ?

      il y a plus de holligans que de vegan,ça c’est sur,hooligan famille irlandaise connu pour sa violence, consanguinité et fanatisme,,,
      ce qu’on peu faire avec des mots


    • Albert123 11 février 18:56

      @amiaplacidus

      « Si on était purement sur la liberté de chacun, je serai d’accord, malheureusement ces lubies alimentaires affectent les enfants de ces gens là. »

      le darwinisme a du bon

      « Deusième problème ils cherchent à imposer leur mode de vie en agressant ceux qui exploitent les animaux d’élevage pour se nourrir, se vêtir, se divertir, ou autres.

      On est en présence d’”hooli-vegans” et on ne peut pas vraiment discuter avec ce genre de personnes. »


      ah mais à ce niveau là je suis d’accord avec vous, si ces gens en arrivent à nous imposer quoi que ce soit ça sera une déclaration de guerre ouverte et j’espère bien qu’ils en ont un minimum conscience malgré leur nombreuse carences.des conséquences que cela aura pour eux.





    • Sparker Sparker 11 février 19:12

      @sweach

      « on ne peut pas vraiment discuter avec ce genre de personnes. »

      Avec vous non plus...


    • Sparker Sparker 11 février 19:16

      @Albert123

      Si vous voulez continuer à manger des animaux je vous conseille de vous mettre à l’élevage... Un jour ou l’autre ça sera nécessaire pour remplir votre assiette.


    • sweach 11 février 19:18

      @Albert123
      *le darwinisme a du bon*
      Je ne peux pas vraiment laisser faire des lubies religieuses quand elles touchent la santé des enfants.

      *ça sera une déclaration de guerre ouverte ... des conséquences que cela aura pour eux.*
      Déjà ces gens sont minoritaire et pour la plupart ils sont déjà en guerre contre nous, non le problème c’est surtout nos médias qui donnent une place public d’expression à ces fous et cela fini par avoir des impacts sur nos vie.
      Par exemple en s’attaquant à nos abattoires, cela à pour conséquence l’utilisation d’abattoires à l’étrangé.
      En poussant nos politiciens contre l’exploitation animal, on se retrouve avec des normes toujours plus restrictive qui favorise toujours plus l’importation (qui est pire).
      On ne peut plus porter des pulls en cachemire, en laine, de veste en vison sans être jugé et ça sera bientôt le tour du cuir.

      Bref les gens sont tellement loi de la terre et de l’élevage, qu’ils ne savent plus faire pousser une plante ou bien tuer un animal pour le manger, ils sont tellement devenu ignare qu’ils croient que c’est anormal de tuer pour manger.


  • popov 11 février 15:37

    Bon article exempt de fanatisme.

    À chacun de trouver l’alimentation qui lui convient en fonction de son hérédité, de sa culture culinaire, de sa santé et de son environnement. Il n’y a pas de recette magique valable pour tous.

    Puisqu’on en parle, je viens de récolter des choux blancs et des choux de Chine. J’en ai fait deux gros pots de choucroute et de kimchi. La choucroute sera prête dans 6 semaines et le kimchi dans deux ou trois. 


  • Esprit Critique 11 février 16:17

    La connerie se soignerait donc avec de la vitamine B12.

    Je crains que ce ne soit pas suffisant pour le Veganisme aigu.


  • Sparker Sparker 11 février 17:37

    Pas végan mais végétalien depuis 34 ans, la B12 connait pas, les carences non plus et pas d’anémie ni je ne sais pas quoi. Travail physique pendant des années (vie à la montagne) et maintenant travail intellectuel, ma médecine c’est la chiropractie (encore une secte) et pour le moment tout va bien, voir bien mieux que quand j’étais jeune.

    Alimentation simple, efficace, facile à digérer, pleine de saveur et légère écologiquement et en bonne partie productible sur de petites surfaces, rien de plus moderne. Corps qui ne subit pas trop les « outrages » de l’âge, encore musicien actif, les neurones en bon état et apparemment encore nombreux. Mais bon, je dois avoir de la chance...

    Les animaux ne sont pas une ressource naturelle.


    • foufouille foufouille 11 février 17:42

      @Sparker

      la b12 ne se trouve que dans les produits animaux ou certains végétaux fermentés donc tu es un mytho.


    • Albert123 11 février 18:29

      @Sparker

      « Les animaux ne sont pas une ressource naturelle. »

      bah si justement, ça rentre parfaitement dans la définition d’une ressource naturelle, n’en déplaise à votre idéologie et à sa volonté de modifier la définition et le sens des mots pour se justifier :

      « une ressource naturelle est une substance, un organisme, un milieu ou un objet présent dans la nature, sans action humaine, et qui fait, dans la plupart des cas, l’objet d’une utilisation pour satisfaire les besoins (énergies, alimentation, agrément, etc.) des humains, animaux ou végétaux. »

      ainsi les animaux dans leur milieu naturel et sans action humaine sont des ressources naturelles.

      et les animaux d’élevage sont, eux, juste des ressources.


    • Sparker Sparker 11 février 19:06

      @Albert123

      "modifier la définition et le sens des mots pour se justifier :

      ainsi les animaux dans leur milieu naturel et sans action humaine sont des ressources naturelles".
      Retour à l’anthropophagie, les humains sont une ressource naturelle sans action humaine... bah ça pourrait arranger des choses...


    • Sparker Sparker 11 février 19:08

      @foufouille

      La B12 c’est de l’arnaque de lobbyiste, donc t’es un blaireau...


    • foufouille foufouille 11 février 19:22

      @Sparker

      tues un vrai taré car la b12 est vitale.


    • Sparker Sparker 11 février 19:35

      Allez tu m’amuses comme d’hab, tu ne connais rien à rien mais tu la ramènes sur tout.

      Heureusement que tu ne sers à rien...

      Et ta B12 tu sais où tu peux te la mettre... p’t’être quelle sera efficace à cet endroit pour toi 


    • Sparker Sparker 11 février 19:49

      @foufouille

      Mais les végans sont des fachos qui impose la B12, t’as pas pigé, faut tout te dire...
      Je suis pas végan, je n’impose rien à personne...


    • Sparker Sparker 11 février 19:54

      @foufouille

      La grande majorité de la vitamine B12 produite dans le monde est destinée aux animaux d’élevage.

      Fallait le dire !!!


    • Xenozoid Xenozoid 11 février 19:59

      @Sparker

      Fallait le dire !!!

      d’ou ma question plus haut

      je cite "j’avais cru comprendre que la b12 est déja ajouté dans la bouffes des animaux..

      quelqu’un a des détails là dessus ?’


    • Xenozoid Xenozoid 11 février 20:01

      @tous\

      ici


    • foufouille foufouille 11 février 20:15

      @Xenozoid

      mes poules étaient en liberté et fouillait le sol donc pas pas besoin de b12. en hangar, c’est du béton ou du grillage.


    • floyd floyd 12 février 09:41

      @Sparker
      "Les animaux ne sont pas une ressource naturelle.

      "

      Parce que les animaux dans la nature ne s’entretuent pas entre eux ?


    • Albert123 12 février 11:46

      @floyd

      « Parce que les animaux dans la nature ne s’entretuent pas entre eux ?  »

      Dans le monde fantasmé des antispécistes, les lions ne mangent pas les gazelles, il les fécondent pour donner des liozelles.


    • Sparker Sparker 12 février 15:15

      @floyd

      Bah facile encore, ben non les animaux sont mus par des déterminismes et ils ne peuvent faire de choix sur ce plan là, certains sacrifient sans problème leurs descendances, vous voudriez qu’on ai le droit d’en faire autant ?
      Ou vous marier avec une mante-religieuse qui pourrait vous sacrifier après la copulation ?
      Le monde animal est une source de connaissance avant d’être des steaks, et a l’allur ou cela va dans deux siècles, si c’est pas avant, il n’y aura plus d’aznimaux « sauvages » sur terre. Mais c’est peut-être l’avenir que vous voyez radieux.


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 12 février 16:39

      @Sparker

      L’anthropophagie a été fondamentale pour la survie de l’espèce humaine devant la difficulté de se nourrir de protéine animale....QUI CREA l’HOMO SAPIENS.

      Et c’est d’avoir cesser cette activité à l’encontre de leurs ennemis que l’homme créa l’esclavage, une fois que l’activité économique permis de nourrir l’esclave, au lieu de le tuer et le manger.

      Libre à vous de vous suicider à refuser de manger les morts qui vous entourent alors que vous seriez le seul survivant d’une catastrophe aérienne.

      Peut être que dans un avenir encore très lointain, les hommes mangeront les morts au lieu de les livrer à d’autres bestioles, une foi bien sûr que notre espèce se soit débarrassé de leurs dogmes religieux et culturels non moins pernicieux.
      Ce qui serait très très écologique, et permettrait de gagner de l’espace vert.

      Vous vous sauvez tel un lâche devant votre absurdité qui dicta que les animaux ne sont pas des ressources naturelles.

      En fait, les principaux animaux que les gens normaux mangent sont des ressources culturelles, car essentiellement produit de la CULTURE HUMAINE.
      Ces animaux ( vaches, cochons, poulets etc..) n’existeraient pas sans l’homme !


    • bebert 12 février 17:58

      @Sparker
      Toi et tes semblables vous êtes de grands malades


    • Sparker Sparker 13 février 10:55

      @MAUGISMICHEL

      Sacré pirouette de viandard qui ne veut rien mettre en question, jusqu’à me traiter de lâche... bravo. Mais c’est nul et sans profondeur

      Ou ai je dis que je me suiciderais si je n’avais pas d’autre choix que de manger du cadavre humain (extrême) ou plus raisonnablement des animaux  ? En fait si la question se posais je ne suis pas sur de me jeter dessus et non pas par « idéologie » chose que je ne pratique pas. Mais un cas extrême ne fait pas une généralité, ce n’est pas par ce qu’on peut être contraint de manger de l’humain à 6000m d’altitude en pleine neige après le crash d’un avion que ça justifie de bouffer les animaux sur cette bonne vieille terre. 

      Je vous laisse à sucer les os de vos morts et régalez vous, vous n’en serez, selon vous, que plus intelligent. Mais c’est pas chez vous que l’on ira chercher des solutions d’avenir...

      Et je vous redis ce qui vous fâche, les animaux ne sont pas une ressource naturelle m^me si ça fait de moi un lâche selon vous (je ne vois pas le rapport)... c’est sur que votre abus de pouvoir sur les cadavres fait de vous un courageux d’exception.
      On ne doit pas placer le courage au même endroit.


    • pemile pemile 13 février 11:02

      @Sparker

      Vous limitez le présence humaine dans les zones tempérées où l’agriculture peut produire suffisamment pour la nourrir 365/365, non ?


    • Sparker Sparker 13 février 11:55

      @pemile

      En effet oui, voilà une question intéressante qui pose le problème de la colonisation de la terre par les humanoïdes.
      L’alimentation (et sa production) est au cœur de l’impact du « parasite » humain dans la nature.
      La terre à bien fonctionné en autonomie durant plusieurs milliards d’années apparemment et nous sommes apparus et finissons par déstabiliser tout l’ensemble par notre « prédation ».
      Nous ne pouvons plus agir empiriquement et compulsivement la question de notre place dans le biotope général devra être pensée et réfléchie.
      Soit l’humanoïde restera le seul « animal » sur terre car il n’y aura plus de place pour les autres, jusqu’au moment ou il n’y aura plus assez de place pour lui non plus, soit nous nous « communautarisons » avec le reste du vivant le déclarant autant légitime que nous... mais nous devrons partager et restreindre alors notre impact, ce choix il va falloir le faire.
      Loin de ressembler à une cure d’austérité cela pourrait nous ouvrir à d’autres perspectives, enfin c’est ce que j’en pense et ça vaut ce que ça vaut. Pour moi la dynamique de développement par la prédation que nous suivons depuis la descente des arbres commence sérieusement à tousser prévenant l’arrivée du cercueil...
      Si on est prêt à sacrifier le monde animal et naturel dans son ensemble (l’artificialisation du vivant est dans les tuyaux de multinationales) et qu’on arrive à en donner une vision d’avenir, un imaginaire comme on dit maintenant, qui emballe les foules tant mieux pour ceux que ça rassure... bon moi ça ne m’emballe pas...

      Après nos connaissances sur le plan végétal sont très limitée encore et sur l’alimentation peut-être encore plus mais ça se développe. Evidemment si vous tenez à vivre là où il y a un mètre de glace je vais avoir l’air con avec mes végétaux...Souhaitez vous vivre dans ces conditions ? et ceux qui y vivent ou vivaient y tiennent-ils tant que ça de nos jours ? Etes vous prêt (ou vos petits enfants) à ne vivre qu’avec des chihuahuas à mémère comme animaux ? Etes vous sur que les animaux n’ont d’autre réalité, pour nous, qu’alimentaire ou de compagnie voir d’esclaves ? Etes vous prêt à vivre sans animaux ?

      Etre végétalien est aussi une réponse dans les faits, ce n’est pas qu’une « idéologie » n’en déplaise à ceux qui voudraient ne le voir qu’ainsi.


    • pemile pemile 13 février 12:50

      @Sparker "Evidemment si vous tenez à vivre là où il y a un mètre de glace je vais avoir l’air con avec mes végétaux...Souhaitez vous vivre dans ces conditions ?"

      Sur un mètre de glace, dans une région où il ne pleut que tous les 3 ans ou dans une région peu fournie en végétaux consommables par l’homme, refuserez vous de modifier votre régime alimentaire pour la survie de l’espèce ?


    • Sparker Sparker 13 février 14:24

      @pemile

      Mais pourquoi aller vivre dans des régions aussi peu hospitalières ?
      S’il n’y avait d’autres choix je mangerai des animaux, certes, mais nous n’en sommes pas là et de loin. On sait le gaspillage en tout genre que représente l’élevage et déjà là il y a de quoi relancer l’économie vivrière pour un bon moment avec le régime végétalien.
      Pensez vous que le régime carné actuel est viable à long terme ? Pensez vous que la disparation du monde animal ne soit que secondaire ? Pensez vous que la culture globale de notre rapport à la « nature » soit durable et puisse soutenir le développement exponentiel des humains ?
      Ce sont là les questions à se poser, que se passera t-il demain vu ce qui s’annonce, a moins que vous ne pensiez que tout ça ne soit que des affabulations.
      Les us, modes, traditions vont devoir changer, il n’y a pas d’éternité.


    • pemile pemile 13 février 14:39

      @Sparker « S’il n’y avait d’autres choix je mangerai des animaux, certes »

      Ok, merci d’avoir répondu, certains n’ont effectivement pas le choix.

      « Pensez vous que le régime carné actuel est viable à long terme ? »

      Le régime carné est vieux de plusieurs millions d’années, si la question concerne notre mode de vie actuel, effectivement, je ne le pense pas non plus viable à long terme.


    • Sparker Sparker 13 février 15:04

      @pemile

      « Le régime carné est vieux de plusieurs millions d’années »

      Hum, là il y aura aussi combat d’anthropologues d’ethnologues, pour certain le régime carné à toujours été une exception dans les climats où la végétation était relativement généreuse.
      Avec les végétaux, pas de fatigue à courir, pas de risque physique, bien meilleure conservation même courte et une profusion à portée de mains, possibilité pour les très jeunes de se nourrir facilement etc etc...
      Avec la viande c’était bien plus complexe, mais il a fallu des peaux pour se couvrir alors déjà a cette époque on ne gaspillait pas, j’imagine.
      Mais bon, saura t-on jamais vraiment comment les humains se nourrissait-ils.


    • pemile pemile 13 février 15:16

      @Sparker « Avec les végétaux, pas de fatigue à courir »

      C’est un peu compliqué l’hiver, non ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 15:40

      @Sparker. Si, si on peut examiner des dents. Techniques de laboratoire bien équipé.


    • foufouille foufouille 13 février 16:08

      @Sparker

      si les archéologues savent très bien ce que mangeaient les hommes sauf pour les malades végés.

      ils avaient pas de frigo donc rien pour conserver ni briquet = le gaspi étaient énorme.


    • Sparker Sparker 13 février 18:58

      @pemile

      Oui certainement que la chasse contribuait à l’alimentation, petits gibiers etc.. personne ne le nie, quoiqu’il y a du végétal à manger l’hiver, moins bien sur, mais de là a faire de la viande un indépassable y’a une marge.
      On en reste quand même à prendre une vie qu’il n’est à mon avis plus nécessaire de prendre, à moins de considérer les animaux comme des « choses » à notre disposition, on peut quand même le prendre en considération quand des milliards de vie animales sont sacrifiées chaque année, sans compter l’impact écologique...
      Quoique vous fassiez et sans philosophie cette question arrivera tôt ou tard dans votre assiette.
      Je me doute que ça va faire sourire ou hurler mais j’ai depuis un moment commencé des apports en algue, spiruline, lithothamne etc et c’est assez efficace, mais je suis rodé... mais bon, face à l’entrecotte de 500 grammes je fais petit joueur...


    • Sparker Sparker 13 février 19:03

      @JC_Lavau

      Il me semble, mais je ne puis le soutenir, que c’est en observant les dents qu’on découvre un régime à gros pourcentage végétal pour certaines populations.
      J’avais lu ça ainsi que d’autres points de vues et scénario il y a bien longtemps.
      Maintenant qu’on en vient à douter du berceau de l’humanité en afrique, c’est dire que les hypothèses ne sont que des hypothèses même sur une analyse de dents.


    • Sparker Sparker 13 février 19:08

      @foufouille

      Tu sais, je vais te laisser à ton délire. Si tu n’as rien d’autres à dire que facho, malades, aryen et j’en passe, ben j’ai autre chose à foutre. Si tu as besoin d’un défouloir je ne serais pas celui là.
      T’as trop lu Rahan dans ta jeunesse...

      https://www.hachette-collections.com/fr-fr/collection-rahan/?gclid=EAIaIQobChMIkMnDw4_P5wIVSEHTCh0t0gA1EAAYASAAEgL-HfD_BwE 


    • foufouille foufouille 13 février 19:14

      @Sparker

      durant la période glaciaire, c’était pratiquement juste de la viande ou du poisson ..........


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 15 février 03:45

      @Sparker
      Je vous ai traité de lâche pour votre pirouette, qui vous a permis de fuir au lieu de répondre à votre interlocuteur.
      vous avez bien dit que vous vous suiciderez à ne pas manger de viande si c’était la seule possibilité de rester en vie.
      Vous n’avez en rien justifié votre végéta*isme à refuser d’essayer de réfuter mes arguments, en particulier c’est parce que l’espèce humaine s’est mise à manger de la viande, surtout depuis la découverte du feu, qu’elle est devenue sapiens sapiens, c’est à dire avec un cerveau développé et qui pense.

      Je considère que c’est pédocriminel que d’interdire à un enfant de manger des produits animaux. C’est vraiment de l’hypocrisie infecte que d’écraser des fourmis en permanence, des acariens de toutes sortes, et ne pas vouloir tuer des animaux pour les manger, alors que ceux-ci n’existeraient pas sans l’homme.

      En fait, c’est vous qui voulez tuer des millions d’animaux à militer pour le végéta*isme. 

      Que vous le vouliez ou non l’homme est une ressource naturelle, car c’est de sa force de travail et de sa VIANDE, comme pour les autres animaux, que s’est créé l’humanité


    • Sparker Sparker 16 février 20:41

      @MAUGISMICHEL

      Désolé mais, discours convenu de quelqu’un qui ne se pose pas vraiment ou pas du tout le problème, discours, de plus, mainte fois contredit.
      Le régime carné est condamné à terme, mais peut-être passerez vous au travers si vos n’êtes pas trop jeune, rassurez vous...


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 16 février 23:16

      @Sparker

      Et pourquoi le régime carné serait condamné à terme ?
      Vous ne l’avez pas expliqué, surtout que c’est bien le régime non-carné qui a été condamné depuis la découverte du feu, et même avant.

      C’est un fait que nous mangeons trop de viande, et c’est bien le seul bénéfice de la propagande vegéta*iste que nous inciter à en manger moins, mais de là à être végétarien ou végétalien ....

      Ce n’est pas comme les religions qui elles disparaitront à terme, et votre végéta*isme est bien une nouvelle religion qui se comporte comme telle de plus en plus.


    • Sparker Sparker 17 février 11:02

      @MAUGISMICHEL
      Et pourquoi les religions disparaîtraient-elles, vous ne nous l’avez pas expliqué ?
      Pour ce qui est du régime carné, tout a déjà été dit, surpopulation, écologie, maladie, efficacité alimentaire etc etc.
      Le végétalisme une religion ? par ce que les végétaliens défendent leur point de vue qui est politique aussi ? comme l’écologie ? j’ai des enfants et des petits enfants et de convictions tout simplement.

      Bonne continuation carnée.


    • pemile pemile 17 février 11:06

      @Sparker « par ce que les végétaliens défendent leur point de vue »

      Qui s’appuie un peu sur la mondialisation, parce que manger végan 365/365 avec une production locale, c’est pas évident.
       


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 17 février 11:24

      @Sparker

      Les religions disparaitront à terme parce que les conditions de leurs apparitions n’existeront plus, c’était essentiellement l’ignorance crasse de l’humanité, reconnue par toutes les religions QUI S’IMPOSENT sur des cerveaux pas encore formées, comme le véganisme d’ailleurs. Imposer une religion, comme le véganisme, c’est de la pédocriminalité.


    • Sparker Sparker 17 février 14:33

      @MAUGISMICHEL

      « Imposer une religion, comme le véganisme, c’est de la pédocriminalité »

      Désolé je ne vous suivrais pas et donc n’accréditerais pas ce genre de propos uniquement extrait de votre délirium.


    • Sparker Sparker 17 février 14:34

      @Sparker

      Bien que je ne sois pas végan, végétalien « seulement »...


    • Sparker Sparker 17 février 14:38

      @pemile

      Pas évident mais pas impossible, de la bonne volonté suffit, bon si vous voulez vraiment des fraises à noël et pas des congelées, ça va être dur pour vus certes.
      Ça ne se fera pas ni sans effort ni sans recadrage de nos indicateurs de « bonheur ». 


    • Sparker Sparker 17 février 15:07

      @foufouille

      Dans la végétation naturelle il y a des tas de choses à manger, des trucs insipides mais aussi des trucs savoureux.
      C’est une culture que nous n’avons plus et qui pourtant aurait besoin d’être restaurée et amplifiée.
      Si vous habitez à la campagne il y à des tas de choses à manger en toutes saisons.
      Une amie, décédée maintenant, avait réalisé un premier recueil recensant les plantes comestibles de notre région, impressionnant. 

      Bon évidemment si la référence est l’entrecotte de 500 grammes et la salade en sachet (facilité) je peux aller me rhabiller... c’est un autre rapport a soi même, à l’alimentation et à l’environnement. Je sais ça fait beaucoup à la fois mais depuis le temps qu’on est dans le déni va falloir secouer la barque vu les résistances.

      La bidoche c’est une vrai passion pour beaucoup, sujet très difficile à discuter et qui d’ailleurs se discute très peu, un peu comme un tabou, c’est intouchable... Le rapport entre l’homme et l’animal, longue et ancienne histoire qui finit par la domination exclusive de l’homme sans doute qu’il tient à le réaffirmer en permanence, bon c’est spéculatif mais ça interroge si peu d’empathie pour les animaux sauf les peluches bien sur...mais bon on à été en guerre pendant longtemps avec eux.
      Etonnant aussi d’amuser et d’accompagner les enfants avec des peluches animales mignonettes et attendrissantes et après on leur dit que c’est normal qu’on tue les « doudous »pour les bouffer. D’ailleurs les régimes alimentaires des enfants est éloquent.
      Des parents qui disent « ma fille n’aime pas les légumes » bah oui quand tu les addict à la viande, les légumes qui bien souvent sont pas ou mal cuisinés ça fait fadasse... et ce non développement du goût le poursuivra toute sa vie...
       
      Y’en a même qui insulte les végétariens et autres végans...


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 18 février 14:05

      @Sparker

      Végétalien ou végan c’est la même chose.

      je parlais de pédocriminalité intellectuelle évidement, comme l’est de toute évidence l’imposition d’une religion en imposant à l’enfant des conneries et en disant plus tard que celui-ci à choisi sa religion. Comme un adulte qui dira qu’il a choisi d’être végan alors que cela lui a été imposé par ses parents : C’est de la pédocriminalité.


    • Sparker Sparker 20 février 10:38

      @MAUGISMICHEL

      Non végétalien et végan ne sont pas la même chose. Bien que je me tape de ces définitions vous parlez de quelque chose que vous ne connaissez pas. Le végan est végétalien mais le végétalien n’est pas végan forcément mais peut l’être bien sur. Le végétalisme est un mode d’alimentation et donc d’exploitation des ressources. Le Véganisme est une « philosophie » concernant la vie animale et les relations avec l’humain (et qui comprend forcément l’alimentation).

      Le régime carné est culturel comme toute l’alimentation humaine, vous aussi vous conditionnez vos enfants avec votre viandisme.
      Une amie a fait une sortie scolaire avec repas prévu le midi sur commande, sur 43 élèves il y a eu 19 demandes végétariennes, ça progresse...et les 19 familles ne sont pas végétariennes pour autant.
      Les jeunes quand ils comprennent que c’est « doudou » qu’on sacrifie n’ont pas envie de manger des animaux. Mais les parents veillent au grain pour leur dire que ce n’est pas grave et que de toute façon c’est obligatoire...
      Les maris de mes filles étaient des viandards, un dans la tradition culinaire française et l’autre plutôt américaine, si vous voyez... Ben je vous dis pas leur régime maintenant qu’ils ont gouté à la légèreté et la saveur de la cuisine végé que mes filles font et qu’ils finissent par faire aussi. Ils ne sont pas devenu pur végétariens pour autant, mais ils font attention à ce que mangent leurs enfants et la quantité de viande à été grandement réduite, d’ailleurs les petits n’en rafolent pas tant qu’on leur pourrit pas le sens du goût avec des salaisons.

      Pédocriminalité « intellectuelle », vous êtes amateur de sensation lexicale ? Un peu grandiloquent, vous n’avez moins gore comme concept.
      Je ne connais pas de proteïnes intellectuelles, peut-être y en a t-il dans la viande d’après ce que l’on dit... merde, je dois être en carence, merci de l’alerte...


  • gardiole 11 février 18:38

    Il faut comparer ce qui est comparable. Si vous comparez la santé des végéta*iens à celle de mangeurs exclusifs de steacks-frites, il n’y a pas photo.


    • foufouille foufouille 11 février 19:04

      @gardiole

      les végés vivent moins vieux et sont plus dépressif, taré.


    • Sparker Sparker 11 février 19:11

      @foufouille

      Une andouille comme toi ça vit vieux donc ! (ha merde...).


    • Xenozoid Xenozoid 11 février 19:12

      @foufouille

      les végés vivent moins vieux et sont plus dépressif, taré.

      tu es végan ?


    • foufouille foufouille 11 février 19:19

      @Xenozoid

      non omnivore mais on vit assez vieux dans ma famille. je ne pense vivre aussi vieux toutefois.

      tu es pas concerné car juste végétarien pas facho.


    • foufouille foufouille 11 février 19:20

      @Sparker

      je ne sais pas mais mais c’est courant 90 ans dans ma famille.


    • Xenozoid Xenozoid 11 février 19:25

      @foufouille

      pas concerné ? tu ne veux pas de moi ? tu es décevant foufoulle. toi tu accuses les autre de fachisme , mais selon toi je ne suis pas assé faschist pour prendre part...
      tu ressemble aus islamiste dis donc...fais gaffe,tu pourrais mourir plus jeune....lolo


    • foufouille foufouille 11 février 19:35

      @Xenozoid

      je ne t’ai jamais lu balancer des vacheries du style mangeur de cadavre, carniste, etc.

      ni prétendre que c’était mieux végétaryen qui rend plus intelligent, etc.

      ou encore il faut interdire les repas non végé dans les écoles pour végé.

      etc etc


    • Sparker Sparker 11 février 19:38

      @Xenozoid

      Une chose qui est sure est que s’il meurt plus jeune il mourra moins con... car dans son cas le temps à a voir dans l’affaire, depuis le temps qu’il traine su Avox ça ne s’arrange pas... 


    • Xenozoid Xenozoid 11 février 19:38

      @foufouille

      j’ai de l’empathie a la tonne,mais je refuse l’anthopocentrisme et morphisme


    • foufouille foufouille 11 février 19:53

      @Xenozoid

      je n’en fait pas non plus donc je peux manger certains animaux mais pas mes oies que je considérais comme proche de l’humain ou certaines poules plus utiles que de servir de casseroles.


    • bebert 12 février 18:01

      @Sparker
      Tu t’es vu quand t’as lu


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 15 février 03:49

      @foufouille

      Les inuites végétariens ne vivent pas très longtemps. 


  • Ratatouille 2 le retour Ratatouille 2 le retour 11 février 19:42

    pourquoi pas prendre des vitamines B complexe plutôt que de la simple B12 . ? C’est un petit plus cher mais bon suivant fournisseur à voire).

    -

    8 VITAMINES B DANS UN COMPRIMÉ - Thiamine (Vitamine B1), Riboflavine (Vitamine B2), Niacine (Vitamine B3), acide Pantothénique (Vitamine B5), Vitamine B6, la Biotine (Vitamine B8), l’Acide Folique (Vitamine B9), la Vitamine B12.

    ne pas oublier la vitamine D pour les no life et voile intégrale en Laponie  smiley



    • Xenozoid Xenozoid 11 février 19:48

      @Ratatouille 2 le retour

      j’ai cru comprendre que trop de vitamines,en surplus engendraient plus de problêmes que leur manques,un oeconologue disaient que les surplus de vitamine étaient over kill pour le systême immunitaire


    • Ratatouille 2 le retour Ratatouille 2 le retour 11 février 23:59

      @Xenozoid
      tout dépend du dosage ,je pense ...dans le cas des médic qui flinguent la b12 ou le tabac qui flingue la C ,les médecins filent des ampoules de vit D 300000 ui dans le nord aux vieux.
      mais je suis pas médecin.
       la B complexe c’est un CP par jours juste pour éviter les carences pas obliger d’en prendre tout le temps,je ne sait si l’on peut voir avec une une prise de sang les taux...


  • L' Hermite (IX) prong 11 février 23:59

    La farce

    de nombreuse gelule de B12 contienne du lactose et/ou des gelatine animale .... Pas tres vegan tout ca ... 

    Bon il reste a soupe de lichen ou certain champi :)


  • Gasty Gasty 12 février 09:05

    Quelle inquiétude ! Ou trouver de la B12 ?

    Une angoisse de plus dans ce monde de malbouffe, bientôt une pénurie de B12 dans le panier à développement durable de la ménagère.


    • jjwaDal jjwaDal 14 février 17:07

      @Gasty
      Encore une fois... Pour une civilisation qui gave ses femmes d’hormones de synthèse pour pouvoir tirer tout ce qui bouge, qui déverse des milliers de produits chimiques dans la nature pour ses cultures et son industrie, se focaliser sur la consommation de b12 chez les végétaliens est perdre son temps.
      Pour info la plupart des adultes sont carencés sous nos latitudes et plus proche des deux pôles en vitamine D, que l’industrie incorpore banalement dans notre alimentation . A quand un article sur la vitamine D. Comme dirait Jancovici il y a les faits et il y a les opinions. Certains ici semblent fâchés avec les faits. Pas inutile dans discuter un peu...


    • Gasty Gasty 16 février 10:58

      @jjwaDal

      J’ai cru comprendre que l’article parle des végans et de la vitamine B12. Pas de la pilule contraceptive qui selon certains serait un appel à la débauche plutôt qu’une régulation des naissances. Mais ai-je mal lu ? Cet article traite de ce sujet et je focalise sur la B12 ?


  • Ruut Ruut 12 février 10:35

    C’est quoi l’effet d’un surdosage de B12 ?

    Car le risque avec les compléments alimentaires, c’est le surdosage vitaminique.


    • jjwaDal jjwaDal 14 février 17:14

      @Ruut
      Le sujet est encore débattu. Mais à dose de 2000 microgrammes jour (1000 fois la dose recommandée) aucun effet négatif constaté. Il n’y a pas de limite haute dû au fait que l’excès de vitamine b12 ingérée est éliminé dans les urines.


  • Legestr glaz Legestr glaz 12 février 12:03

    Soyons un peu critique et observons, en premier lieu, votre référence n°60. 

    Voici sa conclusion : « Il existe des différences dans la composition du microbiote intestinal des individus ayant des habitudes alimentaires distinctes, qui diffèrent selon leurs profils inflammatoires et métaboliques. Sur la base des résultats relatifs à l’abondance des bactéries et de leurs actions reconnues dans le métabolisme, nous suggérons que l’exposition aux aliments d’origine animale peut favoriser un environnement intestinal qui pourrait déclencher une inflammation systémique et des troubles métaboliques dépendants de la résistance à l’insuline. »

    Alors, effectivement, s’il s’agit d’examiner des troubles métaboliques en lien avec la résistance à l’insuline, il convient de souligner que cette « résistance à l’insuline » est en lien avec une « sur-consommation » de glucides. Et, tout le monde sait que les « protéines animales » contiennent davantage de. glucides que les protéines végétales. Ainsi tout le monde sait qu’une entrecôte contient davantage de glucides qu’un morceau de pain complet ! De qui se moque t-on ? 

    Une analyse qui « détourne » totalement la question de fond ! 


  • Legestr glaz Legestr glaz 12 février 12:08

    J’examine maintenant votre référence numéro 61. Il s’agit d’un article de « passeport santé ». Je relève dans cet article ceci : 

    « Les études scientifiques parues sur le sujet ne laissent pas de place au doute : Homo Sapiens, la seule espèce d’hominidés encore existante, est bien omnivore1. Cette capacité à digérer les produits d’origine animale découle d’une évolution rapide liée à la sélection naturelle : l’avantage procuré par cette capacité a permis aux individus une descendance plus importante que les individus n’ayant pas cette faculté. »


    Inutile de commenter davantage !


Réagir