jeudi 12 mars - par Taverne

Virus : établir une frontière entre ce qui est sain et ce qui ne l’est pas

Le critère pour bien agir ne repose pas sur ce qui est dit "raisonnable", ni sur la seule logique ni sur le bon sens. La seule frontière à poser, c'est la distinction entre ce qu'il est sain de faire et ce qui ne l'est pas. Il n'est pas sain de céder à la peur ou de la propager. La peur vous transforme, l'inquiétude au contraire vous préserve et même vous renforce en aiguisant la vigilance et en maintenant votre conscience éveillée, laquelle peut alors anticiper ("un homme averti en vaut deux"). Par ailleurs, la peur est égoïste ("chacun pour soi et dieu pour tous !") alors que l'inquiétude est aussi altruiste.

Pourquoi le "raisonnable" n'est pas la voie infaillible

Le "raisonnable" est ce que le Pouvoir veut imposer, C'est la vision descendante des choses. La voie du raisonnable n'est pas à négliger mais elle n'est pas la voie la plus pertinente et elle n'est pas sans défaut.

Pourquoi la logique ne suffit pas

D'abord, parce que l'ignorance du sujet (ici, le coronavirus) ne permet pas d'appliquer la logique pure avec une totale certitude. De plus, la logique est une notion qui varie selon les individus, les groupes sociaux, les appartenances idéologiques.

Ainsi, par exemple, un partisan de la sécurité trouvera extrêmement logique de barricader le pays, de confiner des centaines de milliers de personnes et de faire passer le test de dépistage à la totalité de population par des militaires surprotégés par des équipements complets.

Un partisan de la liberté individuelle (ou du libéralisme) trouvera que la bonne logique est tout le contraire et qu'il faut laisser tout loisi aux personnes de circuler.

L'Etat protecteur dira que la logique est de prioriser la préserver les plus faibles de la contamination et de les traiter en premier.

Et le bon sens ?

René Descartes a excellemment exprimé les choses à propos du bon sens dont chacun, intimement, en toute bonne foi, se croit le mieux pourvu.

Alors, on n'est pas sorti de l'auberge. C'est ici que je reprends une notion que des Anciens (des Grecs) aimaient employer : la notion du sain.

Il est sain d'avertir et d'éveiller la vigilance et les bons réflexes, de responsabiliser. Il n'est pas sain de prendre des mesures excessives ou dangereusement contre-productives.

La frontière entre ce qui est sain et ce qui n'est pas sain

Ceci n'est pas à prendre au sens strictement médical.

Certaines prises de conscience ont émergé avec la crise du coronavirus. A titre d'exemple, beaucoup reconnaissent désormais qu'il n'est pas sain d'avoir dépossédé totalement notre pays de la fabrication des médicaments vitaux et des produits d'hygiène de première nécessité. Tout délocaliser en Chine n'est pas sain. Nous semblons l'avoir compris. De même, nous avons bien vu qu'il n'est pas sain de sous informer, de minimiser les phénomènes pour rassurer les citoyens en traitant les gens de façon infantilisante.

Il est de bonne politique de prendre les mesures saines (dans toutes les dimensions que le mot "sain" revêt : social, humaine, économique, éducative...). Trouver la bonne distance et le bon équilibre.

Il est sain d'entretenir la "bonne inquiétude", celle qui crée des personnes avisées, responsables d'elles-mêmes et des autres. Il est malsain d'entretenir la peur (sauf cas très exceptionnels où le recours à la peur est l'ultime recours possible). La "bonne inquiétude" permet de développer des habitudes de solidarité, d'hygiène personnelle et collective, de gérer l'incertitude sans céder à la panique.

La peur n'est saine que dans les cas extrêmes, en présence d'un danger grave et imminent. La peur est un affolement voire une folie. L'inquiétude convient le mieux, la plupart du temps. Elle est mère de la plus grande sûreté car elle préserve la personne ainsi que les capacités de maîtrise et de jugement. L'inquiétude tient à distance les passions ; elle fait le choix de la vigilance proportionnée.

Les passions sont à tenir à l'écart de l'esprit sain. Il en va de même pour les émotions pathologiques. Sont des émotions pathologiques les émotions qui ne sont pas des dons de la nature, qui ne sont pas des moyens naturels créées au fils des générations comme autant de capacités à la survie et au bien-être. Chaque émotion est une alerte, une information que le corps adresse à notre conscience. Ce n'est pas le cas de l'angoisse et de la paranoïa, qui sont des maladies de la conscience et non des outils émotionnels de la nature. Elles n'aident en rien. Elles sont forgées par les déformations de la conscience, l'ignorance et les passions négatives mal maîtrisées.

Pour finir, c'est avec un jugement sain que nous devons prendre nos décisions et ainsi nous penserons au mieux pour faire face aux aléas et aux incertitudes de l'existence.

Les Grecs disaient aussi (cela est gravé au fronton du temple d'Apollon à Delphes) : "connais-toi toi-même" et "rien de trop". Cette devise - en deux parties mais qui participent d'une seule idée - résume une sage conception de ce qui est sain.

"Connais-toi toi-même" veut dire : fais la balance entre les émotions naturelles et utiles et les émotions pathologiques. Et trouve en toi les ressources et les moyens pour gérer tes émotions et tes passions.

Le "rien de trop" t'invite à ne pas aller à l'excès, à garder tempérance et modération en toutes choses. Se préserver de l'excès - qui est cause de bien des maux - c'est garder la frontière du sain et tenir éloigné ce qui est malsain. Prendre des mesures proportionnées ne suffit même pas. Et d'ailleurs, que signifie cette méthode quand elle doit être appliquée à un fléau à développement exponentiel. Peut-on réellement traiter ce qui est exponentiel par des moyens proportionnés ? Je l'ignore et je suis perplexe...

Selon moi, la vraie sagesse est celle qui s'attache à l'idée de ce qui est sain, dans toutes les dimensions de l'idée du "sain".

A vous d'en discuter.

 



46 réactions


  • Yann Esteveny 12 mars 14:10

    Message à avatar Taverne,

    Merci pour le partage de votre très bon texte en cette période plus que troublée. Merci également pour mettre au premier plan les bonnes questions.
    Le climat de peur malsaine est le premier danger bien devant la grippe H1N1 ou le coronavirus.

    Il est difficile d’exprimer à tous la justesse remarquable de votre texte. Je ne peux que conseiller à tous de voir ou revoir le film « Monsieur Vincent » de Maurice Cloche sorti en 1947 et plus particulièrement les vingt premières minutes durant l’épidémie.

    Respectueusement


    • Taverne Taverne 12 mars 14:44

      @Yann Esteveny

      Merci pour vos encouragements. Je ne sais si je mérite autant d’éloges. Pardon pour les quelques fautes de frappe ; je les corrige (paragraphe précédant le titre « et le bon sens ? ») :

      « Un partisan de la liberté individuelle (ou du libéralisme) trouvera que la bonne logique est tout le contraire et qu’il faut laisser tout loisir aux personnes de circuler.

      L’Etat protecteur dira que la logique est de préserver en priorité les plus faibles de la contamination et de les traiter en premier. »


    • Yann Esteveny 12 mars 17:04

      Message à avatar Taverne,

      C’est de la propagande malsaine dont le peuple français souffre et non du coronavirus.
      L’enferment de la population à son domicile rendra le peuple encore plus malade.
      L’esprit malade raisonnera mais ne guérirera pas.
      La peur est malsaine lorsqu’elle nous asservie.

      Etre sain d’esprit est une priorité qui s’oublie.

      L’anxiogénité médiatique est à son comble.

      Votre texte est juste et tout à fait de circonstances. Il y avait urgence à le faire paraître à cette phase de l’épidémie où des choix individuels importants vont devoir être pris par les Français. Si dans ces circonstances, des lecteurs vous refusent la charité pour vos cacographies, cela ne renforcera que d’autant plus l’urgence qu’il y avait à le faire paraître.

      Respectueusement


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 mars 14:10

    De la sagesse des nations

     

    Un trou de cul est toujours le centre de quelque chose.

    Un proverbe  : sagesse populaire.

    Tous les proverbes : sottise universelle.

    Une bonne bouteille de vin, que faut-il de plus ? Un tire-bouchon.

    Un refrain ne fait pas la chanson.

    Un tiens vaut mieux qu’un furoncle.

    Un tiens vaut mieux que deux furoncles.

    Un tiens vaut mieux que le choléra.

    Un tiens vaut mieux que la furonculose.

     

    Jean C. Baudet


  • Taverne Taverne 12 mars 14:40

    @Séraphin Lampion

    Il existe aussi des proverbes qu’il est sain d’observer :

    — « Ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier » (ne pas fabriquer tout en Chine)

    — « tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler » (et ne pas prétendre que ce n’est qu’une gripette ou que la contamination n’aura pas lieu ou encore que nous ne connaîtrons jamais le sort de l’Italie).

    — « Comme on fait son lit on se couche. » (Si on n’a pas anticipé des stockages suffisants de médicaments et fournitures ni formé assez de personnels médicaux, ni prévu assez de lits, par exemple)

    — « Avec des si on mettrait Paris en bouteille » (Si notre système de santé était incomparablement supérieur à celui des Italiens)
    « Il vaut mieux arriver en retard qu’arriver en corbillard »
    « Chacun son métier, - Les vaches seront bien gardées. » (Tout le monde ne peut se dire médecin ou infectiologue)
    « Comparaison n’est pas raison. » (Ce n’est pas une grippe. Il y a seulement des analogies dans les modes de contagion et la mortalité)
     « Nul ne peut donner ce qu’il n’a. » (Pas de vaccin : on soigne avec ce que l’on a)
    « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer »


  • MagicBuster 12 mars 14:58

    On laisse entrer des migrants tous les jours ;

    ils peuvent avoir la peste et/ou le choléra et personne ne voit de problème.

    https://www.breizh-info.com/2018/09/07/101902/medecine-maladies-immigration/

    « Le corps médical sait parfaitement que le retour de certaines maladies en France est lié en partie à l’immigration »

    La gale, le scorbut, la tuberculose, la dengue, le chikungunya, la bilharziose, la West-Nil …et peut-être demain le Zika, la peste et le choléra.


    C’est bien d’avoir peur avec une petite gripounette . . .


    Mais imaginez la peste à Paris  ?!

    ( A cause de nos chances pour la France )


    WTF !!!!!


  • Sozenz 12 mars 16:06

    a chaque article que vous faites ,

    j hallucine ..

    je crois que ce n est pas bien rangé là haut malgré votre coté maniaque a tout vouloir recouper , ranger caser .

    et en plus pour ma part je trouve que ce vous dites totalement deconnecté ;

    je vous invite a prendre une pause ; aller vous aéré l esprit ; sortez de vos bouquins , de votre mental. ça tourne de trop ; je vous promets que ce n est pas sain ce que vous faites .


  • rita rita 12 mars 16:39

    La logique et la politique, ne font pas bon ménage !


  • rogal 12 mars 17:24

    L’auteur se garde de préciser ce qu’il entend par sain, en un sens autre que médical.


  • BA 12 mars 18:45

    Jeudi 12 mars 2020 :


    Pour la première fois, le gouvernement français refuse de faire le point quotidien concernant le nombre des morts du coronavirus, ainsi que le nombre des personnes contaminées.


    Pour ne pas provoquer de panique en France, le gouvernement a ordonné au professeur Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé, de ne pas faire son point quotidien sur les morts et les personnes contaminées par le coronavirus.


    « il n’y aura pas, ce soir, de point quotidien au ministère de la Santé, comme c’était le cas jusqu’ici. Santé publique France n’a pas non plus actualisé son bilan quotidien. »


    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/direct-coronavirus-les-etats-unis-ferment-leurs-frontieres-aux-europeens_3862735.html


  • soi même 12 mars 21:29

    Bonne interrogation, il faut pas rechigné à la tache pour que cela devienne lumineux.


  • Slipenfer 1er Ratatouille 2 le retour 12 mars 23:26

    A Marseille, 2000 masques chirurgicaux ont été dérobés à l’hôpital de la Conception

    .c’est le début de la connerie malsaine ...c’est bien pour les chirurgiens ,un torchon sur la tête et au boulot.

    les chacals sont là ....


  • Combien d’hommes extraordinaires furent tués pendant les deux guerres ? Darwin, où es-tu ???


  • Avec l’égalité des sexes, il n’y a plus de raison comme au temps du Titanic de dire : les femmes et les enfant d’abord. Va pour les enfants mais que feraient-ils seuls sans les adultes ? L’enfer est pavé de bonnes intentions. Pendant que les plus fragiles restent chez eux, les plus solides se « tuent » à la tâche. 


    • chantecler chantecler 13 mars 08:22

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Vous avez raison : lançons le slogan : « noyons nos enfants » ...
      Après tout à court terme ils représentent une charge et le court terme c’est la base de l’économie libérale .


    • @chantecler le mariage homosexuel, la GPA et la PMa ont été encouragé par les libéraux. Allez voir du côté des francs-maçons. Par contre, en Belgique, ils se battent afin d’autoriser l’allongement de la durée pour le droit d’avorter à 18 mois. Les libéraux sont schizophrènes.


  • Quelles que soient les décisions prises aujourd’hui, nous pressentons déjà qu’elles auront des conséquences catastrophiques. La coronavirus, s’il passe, ce qui n’est pas certain, entraînera une hécatombe de burn-out...


  • « Sain »te Greta aura été entendue. Vue du ciel la planète sera plus belle...


  • chantecler chantecler 13 mars 09:17

    Ah moi depuis que j’ai entendu not’ président , j’ai retrouvé la foi et je prie , mes chers frères .


    • Taverne Taverne 13 mars 09:39

      @chantecler

      Oui mais il nous a enlevé notre point quotidien (chaque soir le jugement de Salomon) :

      Donnez aujourd’hui notre point quotidien !


    • Taverne Taverne 13 mars 09:40

      Donnez-nous aujourd’hui notre point quotidien !

      (un mot avait sauté, sans doute un coup du coronavirus...)


  • Un esprit sain dans un corps sain. Comment faire quand le corps social est pervers ? Lire CHristian Nots. Inversons la pyramide inversée du Louvres. LE MAAT : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%A2t


    • Taverne Taverne 13 mars 12:05

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Comment savoir qu’un corps est sain ? Quand il résiste à l’introduction d’un mal. A nous de renforcer les résistances du corps social par les voies les mieux indiquées (celles qui sont recommandées par les autorités les plus compétentes) et par le sang-froid et la solidarité. Un corps se renforce et devient plus sain une fois le mal jugulé. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Je me demande même s’il ne vaut pas mieux contracter le virus non muté pour mieux résister à l’avenir aux formes plus méchantes. Mais n’étant pas scientifique, je ne l’affirmerai pas.

      Qu’est-ce que le « corps social pervers » dont vous parlez ? Ce serait par exemple la foule aveugle, égoïste et déchaînée. Même la nature n’a pas engendré une bête aussi immonde qu’une mauvaise foule. Souhaitons que la bête ne surgisse pas ou sinon tenez-vous bien à l’écart.


    • @Taverne Trop long à développer : lisez Christian Nots. Lui a vu clair. Il n’y a pas que le corona, mais d’autres toxiques comme le retour du populisme. 


    • Taverne Taverne 13 mars 12:23

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Il est difficile de définir un corps sain, plus facile de décrire son opposé. Or, je sais ce qui n’est pas un corps sain : un corps tremblant de panique et perdant le sens des réalités et des proportions n’est pas un corps sain. Ce corps-là se noie alors que le corps sain a de bonnes chances de surnager.


    • @Taverne les pervers narcissiques maîtrisent mieux leurs émotions (ils n’en ont pas, comme Macron et TRump, ce sont des nuques raides,...). La vie est une loterie. Mais le gagnant n’est pas toujours celui qu’on croit ;


  • AlLusion AlLusion 13 mars 11:26

    @Taverne,

     C’est en fait, un crash-test pour notre civilisation humaine et aussi au niveau individuel.

     La réaction peut être de plusieurs formes en relation avec une peur.

     Par la raison ou par l’émotion.

     Du cartésien à l’émotif anonyme, qui résistera le mieux à une situation pareille ?.


    • Taverne Taverne 13 mars 12:08

      @AlLusion

      La raison et l’émotion sont les deux voies de l’intelligence. La bourse ne sait pas concilier les deux, c’est une bête sans cervelle et très dangereuse pour l’équilibre du monde. Il serait sain d’y songer sérieusement à l’avenir et de trouver des moyens de nous en préserver.


    • AlLusion AlLusion 14 mars 09:56

      @Taverne

      Bien d’accord...
      Trois choses mènent le monde des humains : le pouvoir, l’argent et le sexe.
      L’homme n’a inventé que l’argent en plus que tous les autres êtes humains.
      Mais à partir d’aujourd’hui, en période confinement, la relation entre le temps et l’espace vont reprendre du gallon.
      Plus on d’espace moins on a de temps et plus on a de temps moins on a d’espace.... Explication toute chaude (ici)


  • Nous vivons dans un monde d’aveugles ou les psychopathes sont roi. C’est la chute d’eCARE.


  • zygzornifle zygzornifle 13 mars 12:35

    Une frontière de plus ....


    • Taverne Taverne 13 mars 12:53

      @zygzornifle

      C’est la seule frontière qui tiendra. Les frontières entre les peuples, les races, les nations, les genres ou les idéologies, ne pèsent pas lourd devant un virus. L’amour ne peut que solidifier la frontière dont je parle.


  • de toutes façons nous allons tous l’attraper. Nous portons tous des cellules cancéreuses qui ne se développent jamais. Certains en mourront, d’autres pas.Alors toutes ces mesures pour endiguer le corona relèvent de la psychose.


    • Yann Esteveny 13 mars 15:10

      Message à avatar Tarverne,

      « D’où vient le coronavirus ? Comment s’en protéger ? »
      L’article ne donne pas les bonnes réponses à ces deux questions.
      D’où vient le coronavirus ? D’un laboratoire militaire.
      Comment s’en protéger ? Ne pas céder à la psychose organisée.

      Respectueusement


    • Taverne Taverne 13 mars 15:52

      @Yann Esteveny

      Je ne crois qu’une psychose puisse s’organiser...
      L’article répond avec les précautions des journalistes qui ne parlent de ce dont ils sont plutôt sûrs.


    • Yann Esteveny 13 mars 16:43

      Message à avatar Taverne,

      Je vous cite : « Je ne crois qu’une psychose puisse s’organiser... ».
      L’ouvrage de Serge Tchakhotine « Le viol des foules par la propagande politique »
      pourra peut-être vous convaincre du contraire. Depuis sa parution, le « raffinement » dans l’ingénierie sociale ou la ponérologie n’a pas régressé.

      Respectueusement


  • Je préfère de loin l’avis de mon médecin, très philosophe. Rien ne sert de paniquer. Quand c’est notre heure, c’est notre heure.


    • Taverne Taverne 13 mars 15:50

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Oui mais on n’est pas à la minute. Cela ne presse pas...
      Il est aussi possible que votre docteur soit aussi philosophe que je suis docteur, parce que des phrases comme celles-là ne signifient pas grand chose et ne montrent pas un zèle particulier chez votre médecin...


  • Jonas 14 mars 08:08

    Le Coronavirus , est un mal qui je l’espère se transformera en bien et incitera la France et les pays européens à tirer toutes les leçons de notre vulnérabilité vis-à-vis de la Chine. 

    1. Le ministre des solidarités et de la santé , tient un point de presse quotidien pour informer et actualiser les recommandations afin de protéger la santé des Français. Chacun de nous doit respecter les consignes, pour éviter que ce virus ne se répande , même si le confinement est désagréable à vivre.
    2. Beaucoup de fabrications ont été délocalisées dans l’indifférence générale, dont celui des médicaments. Il est anormal de se retrouver à court de certains médicaments. Le coronavirus aura servi a faire prendre conscience , aux gouvernement de la France comme des autres pays de l’Union à recouvrer la souveraineté dans l’industrie, le commerce, les technologies etc il ne faut pas que des secteurs entiers se trouvent paralysés parce que la Chine éternue. Sans pour autant aller a la « démondialisation » . La France a exporté pour 500 millards d’euros en 2019.  

Réagir