lundi 10 juillet - par Laurent Herblay

La défaite du FN a-t-elle tué le débat sur l’euro ?

C’est un débat auquel j’apporte ma contribution depuis plus de 7 ans. Après la large défaite d’une Marine Le Pen de moins en moins enthousiaste pour défendre le démontage de la monnaie unique, comment va évoluer le débat sur le maintien de la France dans la monnaie unique, déjà biaisé par des médias en mode Pravda, alors que le FN semble plus que jamais prêt à changer de posture  ?

 

Entre contexte difficile, débat interdit, et pire avocate
 
 
 
 
 

 

Au final, la défaite du FN va probablement affaiblir plus encore le débat sur l’euro, malgré la force de nos arguments. Mais les aléas de la conjoncture, en faisant trembler de nouveau ce château de cartes, pourrait le réveiller. Il est malheureux que la monétisation des dettes publiques du Japon et du monde anglo-saxon ne montre pas que cette construction est profondément dysfonctionnelle.
 


136 réactions


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 09:48

    C’est bien votre article, pour une fois il n’explique pas ce que Tsipras devrait faire mais ce que nos politiciens devraient faire.

    On progresse.

    D’accord avec vous sur NDA qui est aveuglé par récupérer un électorat de la droite frileuse, ce qui constitue une victoire à la Pyrrhus (enfin, quand bien même ce serait effectif) :

    Pourquoi un électeur conservateur, à part dans les zones du Midi où le FN est dominant depuis 30 ans, se déplacerait vers des partis politiques marginaux et dissidents ?

    ça ressemble à la fable du boa qui veut digérer une proie plus grosse que lui et qui meurt d’indigestion.

    Asselineau a largement raison, mais ce n’est pas un homme politique, c’est un télé évangéliste. Et encore, pour ménager un vote communautariste, il est pour sortir de tous les traités européens...sauf Schengen   smiley


    • Fergus Fergus 10 juillet 11:03

      Bonjour, Olivier Perriet

      « Asselineau (...) n’est pas un homme politique, c’est un télé évangéliste ».

      Bien vu ! smiley

      Il a en effet tout du prédicateur, de surcroît ennuyeux, d’où ses échecs récurrents à élargir la base de l’UPR.


    • Leonard Leonard 10 juillet 11:27

      @Fergus

      Ce n’est pas parce que vous n’arrivez pas a comprendre que c’est ennuyeux Fergus...

      Nuance...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 12:06

      @Leonard

      Ce n’est pas un problème de fond ni de compréhension, c’est un problème de forme, et votre commentaire en est une illustration éclairante :

      François Asselineau tient un discours qui ressemble à la conversion de Saint-Paul sur le chemin de Damas : « Avant j’étais dans l’obscurité, mais maintenant j’ai tout compris, tout s’éclaire, j’adhère à l’UPR ».

      On trouve des trucs semblables chez les évangélistes US.

      Et comme vous dites, ceux qui ne sont pas touchés par la grâce de la prédication sont des mécréants qui n’ont rien compris, des méchants, etc etc.

      ça peut faire kiffer les personnalités en manque de certitudes, ou certains dieudonnistes mais pas moi... même si je suis presque totalement d’accord au fond (et c’est bien ça le pire).


    • Fergus Fergus 10 juillet 12:44

      Bonjour, Leonard

      Je vous renvoie à l’excellent commentaire d’Olivier Perriet ci-dessus.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 12:57

      @Fergus

      Télé-évangéliste ?

      C’est Asselineau qui les bras en croix, grands-ouverts hurlait dans les micros, le ratelier au vent devant son parterre de d’jeuns tous vêtus avec de tee-shirt multicolores, et les applaudissements sur commande ?

       Vous êtes sûr de ne pas vous tromper de personne ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 13:13

      @Nicole Cheverney

      L’un n’empêche pas l’autre


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 18:42

      @Fergus
      Vous avez raison, Asselineau ne récite pas des poèmes, et il ne fait pas dans l’émotionnel, comme votre laveur de cerveau préféré...
      Votre beau rêve européen est sauvé, alors heureux ?


    • FreeDemocracy 27 juillet 21:07
      @Fifi Brind_acier

      bonsoir, 

      ils sont sidérants ces oiseaux rares... Asselineau un télé évangéliste ???

      c’est sur MACRON à côté n’est pas influencé par les USA pour commencer.

      ASSELINEAU est Young leader !
      ASSELINEAU a eu le soutien d’OBAMA !
      ASSELINEAU a bossé pour ROTHSCHILD&Cie (british même topo pour raccourcir)
      ASSELINEAU DAB
      ASSELINEAU est PRO EUROPEEN
      ASSELINEAU HURLE AU MICRO, SCANDE DES SLOGANS
      ASSELINEAU A ETE A LAS VEGAS

      ASSELINEAU C’EST MACRON ! ON NOUS A MENTI ! 

      OK ça devient de plus en plus navrant de lire autant de stupidités assumées et assénées avec autant de certitudes basées sur le néant 

  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 10 juillet 09:56

    La nouvelle communication de Bilderberg, de Rothschild et du Medef a rendu obsolète l’outil FN qu’ils avaient utilisé comme repoussoir depuis l’invention du vote utile.


    Avec l’invention et la mise en rayons de Narcisse-Oedipe (le premier président biologique en tablette doté des fameux enzymes et d’un système d’agents « anticalcaire et antiredéposition »), plus besoin d’accessoire : le produit est vendu « tout-en-un ».

    Le FN a vécu.

    • wesson wesson 10 juillet 18:19

      @Jeussey de Sourcesûre
      ah mais le nouveau produit est-il meilleur, et surtout pourra t’il conserver sa fraîcheur ?


      Avant il était socialiste, maintenant il est jeune (ce qui d’ailleurs ne peut pas s’améliorer). 

      Et demain ?

    • izarn izarn 10 juillet 20:58

      @Jeussey de Sourcesûre
      Et vous croyez qu’une nouvelle gauchiasse va remplacer le FN ?
      Ils sont mal barrés...


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 11 juillet 06:31

      @wesson


      Les théoriciens du marketing prennent comme axiome que tout produit a un cycle de vie : 

      - lancement : pour Macron, c’est surtout Attali qui s’en est chargé avec Bilderberg

      - croissance : aux frais de l’état aux manettes d’un ministère et de sponsors discrets pour la campagne présidentielle

      - maturité : cette phase vient de commencer ; les concepteurs l’ont programmée pour cinq ans

      - déclin : recyclage ou destruction ? on ne peut jamais prévoir.

      En politique, de nombreux produits plus ou moins bricolés passent directement du lancement au déclin, et il arrive que la phase de maturité soit interrompue ou s’éternise.



  • zygzornifle zygzornifle 10 juillet 10:17

    Macron a bien manœuvré et surtout ceux qui pilotent Macron peuvent êtres félicités, ce sont de fins stratèges, maintenant ils n’ont plus la part de gâteau mais le gâteau en entier , bien joué les mecs mais faites quand même gaffe a l’indigestion .....


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 10:20

      @zygzornifle

      Mais non, il a été élu par défaut (j’allais dire « par erreur »), tout le monde le sait, et lui le premier, il est en liberté surveillée.

      C’est la stagnation Chirac Hollande qui va continuer 5 ans de plus.

      Il faut tout changer pour que rien ne change.


    • zygzornifle zygzornifle 10 juillet 13:13

      @Olivier Perriet


      Avant lui Hollande avait été élu aussi par défaut ce qui veut dire qu’il n’y a plus aucun présidentiable qui tienne vraiment la route , en tout cas si le FN disparaît ou reste complètement affaibli aux prochaines élection il ne faudra plus compter sur le sursaut des andouilles pour l’élire par défaut et il y aura peut être un vrai combat non gagné d’avance pour les 2 prétendants au poste de président ..... 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 19:13

      @Olivier Perriet
      Par défaut ? Vous plaisantez...
      - Pendant 1 an, 99,9% des médias n’ont parlé que de Macron, « la 8 merveille du monde », les autres étaient sans cesse critiqués. 17 000 couvertures de magazines, 100% des télés, 100% des radios, 100% des magazines et des journaux. Une paille !


      Voilà les temps de parole dans les médias des candidats à la Présidentielle. Macron n’avait jamais élu nulle part, il aurait dû bénéficier d’un temps de parole équivalent aux candidats jamais élus, comme Asselineau : 1% du temps de parole dans les médias.

      - Il avait à sa disposition le Parquet national financier, créé fort opportunément par Hollande, chargé de mener des enquêtes uniquement sur ses opposants.
      Le but était d’avoir au 2e tour, Macron contre le Pen, c’était plié d’avance !

      - Tous les oligarques l’ont soutenu comme Drahi (BFTMTV) ou Bergé ( le Monde) etc

      - Les Instituts de sondages à sa disposition, qui distillaient des messages sur le divin Jupiter à longueur de temps pour orienter les électeurs « vers le renouveau du Printemps français ».
      Si c’est le hasard, il fait drôlement bien le choses...

      Quant à la stagnation, vous n’avez toujours pas compris que les Présidents français ne décident de rien, ils appliquent les politiques européennes.
      Vous ne verrez aucune différence, sinon en pire !

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 juillet 23:38

      @Fifi Brind_acier

      Oui, par défaut, bien évidemment :

      le candidat qui avait le plus de chances, c’était celui des Républicains. Mais il s’est crashé tout seul en faisant une campagne d’extrême droite.

      D’où croyez vous que sont venus les électeurs de Macron, sinon de ceux qui auraient bien voté Fillon mais qui ne l’ont pas fait ?

      Il le sait très bien qu’il ne doit sa place qu’à un heureux concours de circonstances et à la médiocrité de ses adversaires.


  • Fergus Fergus 10 juillet 11:00

    Bonjour, Laurent

    La défaite de Le Pen - et sa ridicule prestation sur les questions monétaires lors du débat contre Macron - ont précipité le phénomène : plus aucun parti ne prendra le parti de défendre une sortie de l’euro, et c’est une excellente chose tant les Français - comme du reste les autres Européens - sont désormais attachés à cette monnaie.

    OUI à l’euro !

    J’ajoute à cela que corréler l’euro aux blocages institutionnels de l’UE nés du traité de Lisbonne n’a aucun sens.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 12:09

      @Fergus

      La critique de « la lamentable prestation de Le Pen » vous fait oublier que les propres propositions de Macron sur l’Europe sont totalement utopiques...

      Voir un Insoumis qui applaudit sa soumission laisse rêveur.


    • Fergus Fergus 10 juillet 12:49

      @ Olivier Perriet

      On peut être électeur de la FI sans adhérer en totalité au projet.

      Je ne suis pas sur la ligne de Macron en matière européenne. Mais je suis persuadé que l’euro doit être sauvegardé dans la mesure où il constitue l’un des meilleurs vecteurs d’intégration continentale.

      Il est vrai que, concernant l’UE, je suis plutôt sur une ligne fédéraliste à titre personnel. A condition d’assouplir les règles de fonctionnement et d’abandonner la primauté du libre échange sur le social. OK, je sais que je rêve...


    • Antoine 10 juillet 13:00

      @Fergus
      C’est pas tellement que vous rêvez, c’est surtout que vous n’avez rien compris et que vous ne voulez pas comprendre.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 13:08

      @Olivier Perriet

      Bonjour,

      Macron ne propose rien sur l’Europe, étant son féal le plus résolu. Avant de proposer, il faut que la proposition subordonnée passe par Merkel, la principale ! Alors on pourra parler de l’Europe, le sujet tabou en Macronie, car tout ce qui vient de l’UE est sacré ! Et donc, exécutoire sur le champs !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 13:15

      @Nicole Cheverney

      Il me semble que macron avait fait pas mal de propositions sur l’europe, toutes dans un sens très fédéral

      Mais comme toutes les critiques se sont concentrées sur Le Pen, on a complètement oublié de souligner que les propositions de Macron étaient encore plus irréalistes


    • Fergus Fergus 10 juillet 16:21

      @ Olivier Perriet

      Qu’on le veuille ou non, le fédéralisme sera l’avenir du continent.


    • Coriosolite 10 juillet 17:18

      @Fergus
      Le fédéralisme est-il l’avenir de l’Europe ? Ne lisant pas l’avenir, je n’en sais rien.

      Mais êtes-vous sûr de vouloir remplacer les états-nations par un plus grand état qui éloignerai encore plus ses citoyens du processus de décision politique ?

      Quel serait le poids des petits peuples et des langues minoritaires dans ce moloch étatique ?

      Le risque d’homogénéisation culturelle, de perte des diversités culturelles et des identités à cause de décisions d’une super-bureaucratie européenne acquise à la globalisation me parait très réel.

      Est-ce que le sort fait à la Grèce ne devrait nous alarmer ?


    • Fergus Fergus 10 juillet 17:41

      Bonjour, Coriosolite

      Il y a seulement 2 siècles en arrière, la France n’existait pas dans ses limites et son organisation actuelles, loin s’en faut, et la plupart de ses habitants ne parlaient même pas la même langue, mais de nombreux dialectes régionaux. Or, l’unité s’est pourtant faite sur une base de valeurs communes, malgré des différences en matière d’éducation, de culture et de mode de vie très importantes de l’Alsace au Pays basque, de la Flandre à la Provence, ou bien encore de la Bretagne au Béarn.

      C’est - à mon avis - vers un processus du même type que l’on va aller, et je l’appelle de tous mes vœux tant je suis persuadé qu’au 21e siècle, il y a désormais moins de différences entre les Européens - au moins ceux des pays de l’ouest - qu’il n’y en avait naguère chez nous entre les habitants de nos provinces.

      J’ajoute à cela que les cultures régionales n’ont pas été détruites. Mieux : la mise en place d’une entité supranationale aurait sans doute pour effet de redonner du poids aux particularismes régionaux, ce qui irait d’ailleurs dans le sens souhaité par le Conseil de l’Europe qui, je le rappelle en passant, n’a rien à voir avec l’UE.

      Personnellement, je me sens tout à la fois Auvergnat (mon pays de naissance), Breton (mon pays d’habitat), Français et Européen. Ni plus ni moins l’un que l’autre ! 

      Le cas grec relève d’une seule et unique question : l’annulation de la dette de ce pays qui ne pourra jamais la rembourser. On est là sur un blocage stupide qui finira bien par sauter.


    • wesson wesson 10 juillet 18:30

      @Fergus
      « Qu’on le veuille ou non, le fédéralisme sera l’avenir du continent. »


      pas d’accord du moins pas avant une ww3.

       L’Allemagne est reparti sur un délire de puissance, les USA se convainquent qu’un conflit majeur avec la Russie les laisseraient avec des pertes supportables, on nous amène tout doucement à un conflit direct. Vous allez voir que l’Ukraine ne mettra pas 2 ans à rentrer dans l’OTAN, et à partir de là attaquera militairement la Crimée dans les 6 mois qui suivront, entraînant en cela tout le bloc atlantique contre la Russie, parce que bien entendu, ils vont riposter.

      Après vous ferez un état fédéral avec les cendres radioactives.

    • izarn izarn 10 juillet 21:15

      @wesson
      Meme pas ça...Inutile de brandir une guerre.
      Le fédéralisme en Europe n’a aucun sens historique et ne réussira jamais.
      Un seul pouvoir de l’UE, la BCE et la monnaie...Sinon...
      Les européens se fichent de l’UE :
      Combien d’abstentions lors des élèctions européennes, en Espagne, Italie, Pologne ?
      Et le Brexit ? Ca n’existe pas ? C’est du refoulé ?
      Peut-on refouler la Grande Bretagne ?
      Les fédéralistes sont des fous incultes dignes de l’hosto psychiatrique.
      Branlez vous les mecs, ça n’arrivera jamais !
      L’UE s’écroule petit à petit. Draghi maintient les dettes par la planche à billet depuis 2011...
      Sinon...Plouf !
      Alors un ministre de l’économie allemand peut s’étrangler. Ca prouve surtout qu’il est con.
      Ou alors il veut faire disparaitre l’euro....Alternative possible.
      A l’origine les allemands refusaient l’euro....
      Tous les présidents français sont derrière l’euro. Je maintiens ma thése que Merkel cherchait à faire sortir la Grèce de l’euro...
      Personne n’est fédéraliste sauf ces crétins de gogoche français et les timbrés sarkosystes.
      Derrière le Bilderberg, et les USA ?
      Ce qui expliquerait la bronca contre Trump...
      L’euro, le fédéralisme et mal barré, c’est le pire moment de son histoire...
      Qu’il crève !


    • wesson wesson 10 juillet 21:57

      @izarn
      Je ne peux pas nier qu’il existe encore dans « ma » gauche un rêve fédéraliste. Je ne peux pas leur en vouloir non plus. Mais c’est quand même vrai que avec la Grèce, ils auraient du comprendre. Même en supposant que les Allemands aient un semblant de bonne volonté, un véritable fédéralisme leur coûterait au moins 10 points de PIB, ce n’est pas acceptable pour eux en l’état. 


      Il manque aussi une chose d’essentiel à mes yeux : faire peuple. Et c’est là où on ne vas pas être d’accord. Nous avons beaucoup plus en commun avec l’Afrique du Nord que avec les Polonais par exemple, qui ont toujours été pour nous des planches pourries. tous les ex pays de l’union soviétique sont de véritables étrangers pour nous. Alors que nous sommes objectivement en train de faire peuple avec les Nord Africains (que ça vous plaise ou non nous avons maintenant trop de familles en commun pour qu’il n’en soit pas ainsi), nous nous éloignons en réalité d’avec les Allemands et d’une manière générale de l’Europe du Nord. 

      Cette contradiction est essentielle.Et elle ressortira lorsque les Allemands demanderont à toute l’Europe de conquérir pour eux leur lebensraum.

    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 22:23

      @Olivier Perriet

      Bonsoir,

      C’était bien le but  : faire élire Macron tout en maintenant l’attention sur Le Pen. C’est la raison pour laquelle je dis que les abstentionnistes au deuxième tour ont été très logiques. Ils ont rejeté le deal média-gouvernement - et Macron. Malheureusement il a été "installé’ malgré ses 7 % de votes exprimés.
      Et au nom de ces 7 % il va continuer la destruction de la France et la paupérisation des Français au bénéfice du MEDEF. Aujourd’hui le gouvernement a annoncé vouloir vendre les cessions d’actifs que l’Etat détient dans des grandes sociétés en partie. La grande braderie continue. La France et ses infrastructures vendues à l’encan ! Scandaleux.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 juillet 09:09

      @Nicole Cheverney

      Pratique de dauber sur ses « 7% exprimés » (ça sort d’où ce chiffre déjà ?) alors que votre chouchou a fait moins de 1%.

      « La démocratie est le pire des régimes surtout quand les chiffres ne vous sont pas favorables »


    • maQiavel maQiavel 11 juillet 09:52

      @Fergus

      « Plus aucun parti ne prendra le parti de défendre une sortie de l’euro, et c’est une excellente chose tant les Français - comme du reste les autres Européens - sont désormais attachés à cette monnaie.OUI à l’euro ! Mais je suis persuadé que l’euro doit être sauvegardé dans la mesure où il constitue l’un des meilleurs vecteurs d’intégration continentale. Il est vrai que, concernant l’UE, je suis plutôt sur une ligne fédéraliste à titre personnel. A condition d’assouplir les règles de fonctionnement et d’abandonner la primauté du libre échange sur le social. Qu’on le veuille ou non, le fédéralisme sera l’avenir du continent ».

       Quand je vous lis, je me dis « en voilà un qui va virer germanophobe s’il ne l’est pas déjà ».

      Votre logique est un aller simple vers la germanophobie. 


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 11 juillet 12:31

      @Olivier Perriet

      Un chouchou de 1 % ? De qui parlez-vous ? Ah ! de Asselineau ! En quoi serait-il mon chouchou ?

      Si je lui ai apporté ma voix au premier tour, c’est qu’il a le courage de porter le débat là où tout le monde l’élude. La sortie de l’UE concomitante aveccelle de l’OTAN, et l’EURO. C’est drôle comme ce débat fait peur aux européistes ! C’est drôle comme ce débat pourtant nécessaire manifestement engendre le sarcasme. Moi, je ne tourne rien en dérision, car la situation de notre pays est si grave !
       
      Maintenant, les 7 % seront plus proches de la réalité que les 15 /16 % supposés. Voir les commentaires en vidéo de Michel Onfray, à ce sujet, ils sont éclairants.


    • Coriosolite 11 juillet 14:16

      @Fergus
      Bonjour Fergus

      Je ne reviens pas sur la construction de la France qui a pris 10 siècles et n’a été ni une partie de plaisir ni un joyeux moment festif type Paris-plage sur 40 générations.

      Votre vision d’un état européen fédéraliste est empreinte de sentimentalisme, un doux pouvoir pacifique oeuvrant à la prospérité de tous, aux respects des droits, des cultures et des identités, entre autres bienfaits.

      Je ne vous reproche pas d’y croire, d’ailleurs que vouloir d’autre en fait ? Peut-être un peu plus de grandeur et d’épopée, mais bon ça c’est pour une minorité.

      Mais laissons là nos rêves et soyons réalistes (pragmatiques, c’est à la mode).

      Un état quel qu’il soit n’est pas une entité angélique veillant par essence au bien commun. Il est le reflet des contradictions internes d’une société et le garant de la bonne gestion des intérêts de la classe/caste dominante.

      Or pour ce que je connais de vous à travers vos écrits ici, il me semble que tout comme moi vous ne faites pas partie des « élites dominantes » qui se succèdent au pouvoir dans nos vieilles nations européennes - vieilles me plait bien car j’y vois une résistance au temps et aux épreuves -.

      Ces élites pour qui la comptabilité tient lieu de religion -bilan, coût, profitabilité etc.- si par malheur pour nous, elles héritaient d’un super-état européen avec la puissance qui va avec, croyez vous vraiment qu’elles tolèreraient longtemps cet incroyable gâchis de pognon que représente - exemple trivial mais qui vaut par sa simplicité - l’emploi d’une vingtaine de langues différentes.

      Je pourrais multiplier les exemples, mais j’arrête là.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 19:27

      @Fergus
      Le principe de réalité, c’est de voir les choses comme elles sont, et pas comme on rêve qu’elles soient... L’euro avait été créé, soit disant, pour faire converger les économies.
      Les économies des pays de la zone euro divergent de plus en plus !
      L’euro est justement un facteur de désagrégation et pas d’intégration.
      Mes condoléances.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 19:38

      @Fergus
      Les valeurs communes de l’ Europe, sont sa soumission à la finance, aux multinationales, à la mondialisation, aux lobbies, à la fin de la démocratie et aux guerres de l’ OTAN....
      A part vous, cela ne fait plus rêver grand monde...


      Au G20, Merkel a insisté sur la lutte contre le protectionnisme, la bête noire de tous les Mamamouchis européens ! Appeler les opposants à l’ UE « des populistes » montre aussi qu’il faut les diaboliser car ils sont de plus en plus nombreux !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 juillet 06:06

      @Olivier Perriet
      Oui Macron a proposé un gouvernement de la zone euro, et sur les travailleurs détachés.
      Mais comme toutes les modifications, cela nécessite l’unanimité, Macron peut donc attendre ...la St Glinglin.


    • Onecinikiou 13 juillet 03:57

      @Fifi Brind_acier


      On excusera Fergus qui n’a sans doute pas la moindre formation économique, et qui bien que récitant son mantra façon méthode Coué « OUI A l’EURO » ne comprend pas qu’une monnaie commune ne peut que correspondre aux aspirations d’un peuple et d’une nation et eux-seuls, et qu’il n’y a pas trace de peuple ni de nation européens existants. 

      On ne fait pas d’omelette avec des oeufs durs rappelait l’illustre visionnaire de Gaulle, toujours ancré dans le réel et jamais dans l’idéologie crasse. 

      C’est donc bien la raison pour laquelle l’euro ne fonctionne pas hormis pour l’Allemagne et son glacis, et qu’il dévaste les économies, les modèles sociaux et les industries de toutes les autres nations membres. 

      Fergus et ses alter ego préfèrent foncer dans le gouffre en klaxonnant plutôt que de faire machine arrière, car cela supposerait qu’ils se déjugent et reconnaissent leur erreur monstrueuse, et donc reconnaissent leur déficience et leur incapacité à penser le monde, ce qu’ils sont bien incapables de faire l’idéologie les aveuglant.

    • julius 1ER 15 juillet 08:29

      @Fergus

      tu as entièrement raison Fergus l’avenir est ...les Etats Unis d’Europe !!!

      je ne vois pas ce qui pourrait être l’alternative afin que le continent ne retourne pas à ses errements passés .... 
      mais ceux qui pensent que détruire est plus facile que construire ne feront rien pour faire avancer l’idée aussi il faudra attendre le passage d’une ou deux générations et quelques projets communs pour que les gens comprennent que l’on est lié vers un avenir commun ....
      mais la route sera longue !!!!!

  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 12:07

    @ Fergus,

    Bonjour,

    Vous pourriez rajouter à votre com ce serait plus franc et logique de votre part, « Oui à l’Euro, à l’UE, à l’OTAN » !
    Non, non, être européiste à ce point n’est pas un défaut majeur, c’est juste une dépréciation de la réalité économique qui saute aux yeux !
    L’Euro est pourtant en train de se casser la figure !


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 12:11

      @Nicole Cheverney

      Suite : mais le FN prenant les électeurs pour des gogos ont oublié de préciser que sortir de l’Euro tout seul n’était pas possible, sans sortir de l’UE et de l’OTAN en même temps ! d’une part,

      D’autre part, même assommant, Asselineau sera toujours plus intéressant que les sempiternelles rodomontades du PS qui régurgitent les leçons apprises par coeur en Macronie !


    • Fergus Fergus 10 juillet 12:53

      Bonjour, Nicole Cheverney

      à l’euro, OUI à l’UE - mais pas à celle-là ! - et NON à l’Otan. Cela fait des années que je n’ai pas bougé sur ce positionnement.

      « L’Euro est pourtant en train de se casser la figure ! »

      Je n’y crois pas un instant. Certes, la monnaie unique traverse une passe difficile, mais elle sera surmontée dès lors que la convergence économique entre les états s’améliorera.


    • Fergus Fergus 10 juillet 12:54

      Désolé, le premier OUI à l’euro a sauté.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 13:10

      @Fergus

      Je vous laisse à vos illusions. Il suffit d’écouter les économistes qui s’écartent du mensonge officiel pour se rendre compte à quel point l’Euro adossé sur le dollar accompagne dans sa décrépitude le petit papier vert de la planche à billets. Voir la politique économique de la Chine sur l’Or.


    • Antoine 10 juillet 13:18

      @Fergus
      OUI à l’UE - mais pas à celle-là
       
      Il n’’y a qu’une seule Union Européenne, c’est celle qu’on a.
      Si vous n’êtes pas pour cette Union Européenne là, c’est que vous êtes contre.
      Donc dites le clairement : je suis contre l’Union Européenne.
      Parce que là vous être en train de nous dire que vous êtes pour quelque chose que vous ne voulez pas. Il y a quand même un sacré problème de cohérence.


    • Fergus Fergus 10 juillet 16:28

      Bonjour, Antoine

      Rien d’incohérent. On peut être pour une entité politique - qu’elle soit nationale ou supranationale - sans être d’accord avec sa constitution du moment.

      C’est exactement mon cas avec l’UE, et même avec la France dont j’estime le cadre constitutionnel dépassé.

      Or, pas plus que je ne suis contre la France - en tant qu’état -, je ne suis contre l’Union Européenne - en tant qu’entité politique supranationale.


    • Antoine 10 juillet 18:44

      @Fergus
      L’entité Union Européenne n’est faite que de sa constitution et ses traités. Donc, être contre ce qui la constitue d’un coté et pour ce qu’elle est de l’autre, est un non-sens : elle n’est que par sa constitution, ce contrat qui nous lie à elle.

      Ce que vous dites n’a pas de sens, sauf à croire que ceux qui détiennent le pourvoir au moyen de cette constitution seraient susceptibles de vous rendre du pouvoir, alors que vous n’en avez aucun.
      Ce qui n’est pas mieux.


    • izarn izarn 10 juillet 21:30

      @Nicole Cheverney
      Pourquoi sortir seulement de l’euro est impossible ?
      Quels textes, ou quelles conditions économiques ?
      Pourquoi dans l’UE il y a des pays hors zone euro ?
      Pourquoi pas revenir hors zone euro ?
      Qui peut se permettre de laisser sortir la France de l’UE sans rediscuter les traités ?
      Ils vont prendre le risque de tout faire exploser ?
      C’est quoi l’UE sans la France et la GB ?
      Pas grand chose !
      Vous savez, vulgairement :
      -Marine n’a pas de couilles.
      -Mélenchon n’a pas de couilles.
      -Asselineau n’a pas de couilles.
      -Macaron n’a pas de couilles.

      C’est sur que s’il y avait un conflit sérieux ; Frexit par exemple avec l’UE, l’euro perdrait de sa valeur et serait plus faible que le dollar...
      De quoi faire réflechir les rentiers de l’euro...
      Quand on a des armes il faut s’en servir.
      En plus il faut se servir de Trump « L’OTAN est obsolète »...Certes il change d’avis souvent, mais c’est vis à vis de ses merdias locaux. Sinon finalement, il tient la route.
      Trump est grossier ? Surtout avec les cons...


    • izarn izarn 10 juillet 21:32

      @izarn
      Au niveau du Target 2, la France n’aurait pas grand chose à payer à la BuBa...
      Ce qui n’est pas le cas de l’Italie et de l’Espagne.


    • maQiavel maQiavel 11 juillet 09:58

      @Fergus
      « Certes, la monnaie unique traverse une passe difficile, mais elle sera surmontée dès lors que la convergence économique entre les états s’améliorera ».


      S’améliorera ? Est ce que vous pensez qu’elle est en difficulté ? 
      La question n’est même pas de savoir si la convergence économique s’améliorera mais de déterminer si la divergence économique entre les pays s’accentuera ... 
      Avant de parler de convergence , il faut réussir à limiter la divergence économique au sein de la zone euro et rien que pour ça , il faut vraiment être shooté à l’espoir ... 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 19:49

      @izarn
      Ceux qui sont hors zone euro l’ont décidé avant. Après c’est trop tard. L’euro a été mis en place par le Traité de Maastricht, et Attali explique comment ils se sont débrouillés pour empêcher une clause de sortie. Il n’y a pas de clause légale de sortie à l’euro.
      Pour sortir de l’ euro, il faut d’abord sortir de l’ UE par l’article 50.


      Vous pouvez discuter des Traités tant que vous voulez, mais pour les changer, il faut l’unanimité des 27 pays sur chaque article + 27 referendum unanimes, que vous n’aurez jamais. Les pays européens sont divisés sur toutes les questions essentielles, vous n’aurez jamais les 54 conditions réunies.

    • Lugsama Lugsama 12 juillet 12:10

      @Fifi Brind_acier

      27 référendum non, c’est illégal dans plusieurs États européens.


  • Lugsama Lugsama 10 juillet 12:27

    L’€ apporte la stabilité monétaire, les français aiment l’épargne et comme ils ne sont pas débiles ils comprennent ce que signifient le retour au Francs, c’est d’ailleurs souvent affiché :dévaluation « compétitive » et donc baisse de leur patrimoine.

    Ça plus un pays vieillissant, une peur du chaos financier en cas de sortie de l’Euro et des conséquences économiques totalement contradictoire dans un monde interdépendants.

    La sortie de l’Euro fait peur..


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 12:50

      @Lugsama

      Bonjour,

      Ce n’est pas parce que la doxa ultra-libérale instille la peur de sortie de l’Euro que la France n’en sortira pas, en même temps que la sortie de l’UE, la priorité, et l’OTAN, le jour où le pays se débarrassera de l’asservissement des néo-conservateurs états-uniens. La petite idéologie dominante finira bien par disparaître comme le fascisme mussolinien a disparu : collusion des grands industriels et du pouvoir.

      Ca ne vous plait pas d’entendre ce genre de discours, mais les choses changent et pas dans le sens où vous l’entendez, car les triomphes les plus tapageurs ne sont pas les plus durables.


    • Coriosolite 10 juillet 15:03

      @Lugsama
      La sortie de l’Euro fait peur..

      Tout à fait, et c’est pourquoi en France les partis politiques qui mettent en avant sortie de l’UE et de l’euro ne gagneront jamais une élection.

      Mais, comme Marine Le Pen, peut-être préfèrent-ils rester dans le rôle de contestataires éternellement impuissants.


    • Lugsama Lugsama 10 juillet 19:37

      @Nicole Cheverney

      Vos discours idéologique attardés ne feront pas sortir la France de ses alliances non plus.

      La France ne quittera pas l’Euro et l’UE parce qu’elle ne le veux pas, pas la peine d’allez chercher plus loin.

    • izarn izarn 10 juillet 21:40

      @Coriosolite
      Vous aurez remarqué que quand meme que la FI+FN ont fait plus de 40% des voix...
      L’opinion est bien la...
      Il suffit d’un nouveau « jupiter » anti euro, pour raffler la mise dans 5 ans...
      C’est surtout le FN qui est diabolisé, pas la sortie de l’euro.
      Parceque le FN, le Système n’en a rien à faire en réalité. Par contre de l’euro, si !


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 22:46

      @ Lugsama

      Vos discours idéologique attardés ne feront pas sortir la France de ses alliances non plus.

      De quelles alliances parlez-vous ? Alliances ou soumission ?

      La France ne le veut pas !

      C’est qui la France ? Les think tank ou le peuple dans son ensemble ?


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juillet 22:50

      @izarn

      Bonsoir,

      Jacques Attali fut le premier à avouer que les rédacteurs du traité de Lisbonne avaient verrouillé l’UE de façon à ce que l’on ne puisse en sortir. Etant donné que le gouvernement français a fait rentrer la France dans la zone Euro, il est certain que cela l’a enfermée dans les frontières circonscrites de zones monétaires. L’article 50 est le seul qui puisse permettre l’unilatéralité d’une sortie. Ce n’est pas l’idéal. Mais c’est un moyen envisageable.


    • maQiavel maQiavel 11 juillet 10:09

      @Lugsama

      dévaluation « compétitive » et donc baisse de leur patrimoine

       L’euro s’est dévalué par rapport au dollar de 25 % entre 2014 et 2015. C’était l’apocalypse ?On peut faire mieux en termes de stabilité monétaire , vous ne croyez pas ? 


    • Lugsama Lugsama 11 juillet 10:44

      @maQiavel

      L’Euro ne s’est pas dévalué de 25%..

    • Coriosolite 11 juillet 15:23

      @izarn
      Si vous voulez croire que la présidentielle était un référendum sur l’euro, libre à vous.

      Quant à moi je reste persuadé que ces 40% fondraient comme neige au soleil lors d’une campagne référendaire sur l’euro..


    • Vraidrapo 11 juillet 19:52

      @Nicole Cheverney
      Le problème (ce n’est pas le seul) est qu’on ne prépare pas de débat sur les scenarii de sortie de la monnaie unique. Ce serait instructif pour tout un chacun de voir se confronter les points de vue opposés et de se faire sa propre religion avant de voter. Mais imaginez-vous une seconde, un journaleux minable comme on en trouve sur France-Intox, TF1, France 2, France 5.iTélé, ou BFM préparant un tel débat..., moi pas une seconde.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 19:55

      @Lugsama
      Y rester nous coûtera combien ??
      Les politiques européennes imposées par Bruxelles sont les mêmes pour la France que celles appliquées en Grèce.

      La France va subir le même sort que la Grèce.

      Les Grecs sont ruinés, sauf les riches qui ont mis leurs avoirs dans les banques allemandes, en espérant qu’après l’euro, ils seront remboursés en marks ...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 juillet 06:14

      @maQiavel
      Vous avez raison ! Quand l’euro perd 20%/$, les euro nouilles trouvent ça normal, mais quand on parle de sortir de l’euro pour le dévaluer de 10 %, ils font des convulsions !


      L’économiste Murer explique en 15 minutes les avantages de la sortie de l’ euro :
      « Il y a une vie après l’euro »

      Et pour ceux qui veulent un dossier complet sur la question :
      « Les scenarri de sortie de l’euro » par Sapir et Murer, dossier à télécharger.

  • bob14 bob14 10 juillet 12:51

    La sortie de la France de l’euro est programmée, seul manque la date !


    • Lugsama Lugsama 10 juillet 19:38

      @bob14

      Programée par quelle voyante ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 19:56

      @Lugsama

      La voie de la Raison, tout simplement :

      un édifice qui ne tient pas debout finit toujours par tomber.


    • Lugsama Lugsama 11 juillet 00:47

      @Olivier Perriet

      On en reparle dans 50 ans ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 juillet 09:10

      @Lugsama

      Dans 5 ans


    • babelouest babelouest 11 juillet 09:33

      @Olivier Perriet
      Pourquoi seulement de l’euro ? Celle-ci n’est qu’une conséquence du reste de ce qu’il nous faut faire (en priorité sortie IMMÉDIATE de l’union européenne avec blocage des flux financiers).


    • Lugsama Lugsama 11 juillet 10:40

      @Olivier Perriet

      Dans 5 ans quand Macron sera réélu ? je ne pense pas. smiley

    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 11 juillet 12:53

      @Lugsama

      Votre problème est le suivant. Vous êtes heureux qu’un néo-conservateur ou ultra-libéral si vous préférez, ait été élu. C’est votre problème.

      Mais cinq ans c’est très long et en cinq ans tout ce qui a fait le lit de son élection se sera délité, parce que ce lit est construit sur du sable, c’est-à-dire les oripeaux mitterrandiens, balladuriens et chiraquiens, qui ne reposent que sur l’adossement aux Etats-Unis et une économie uniquement basée sur un mode uni-polaire et hégémonique.

      Ces alliances sont fragiles, vous le savez, parce que le dollar est devenu fragilisé par l’émergence de nouvelles forces économiques mondiales qui prônent elles, la multipolarité des échanges. Ce que les States refusent absolument, et cela vous le savez aussi.

      Vous savez également, si vous êtes réellement un libéral pur jus, ce que je pense, que la Russie, la Chine, l’Iran, les pays de l’Amérique Latine comme le Vénézuela forment actuellement un conglomérat qui sera très difficile aux States d’en contredire les désirs d’émergence économique multipolaire. Bien que tout soit fait pour déstabiliser de l’intérieur en finançant à coups de milliards de dollars, des genres de mouvements contestataires qui ne durent pas, car totalement artificiels.

       Les néo-conservateurs auront tout essayé pour gagner, mais force est de constater qu’ils ne gagnent ni sur le terrain russe, ni sur le terrain moyen-oriental, et plus ils essayent, et plus ils échouent. Ca c’est la réal-politik qui vous saute aux yeux mais que par votre aveuglement idéologique vous ne voulez surtout pas voir, encore dans vos illusions que l’Occident est invincible. Il le fut mais ne l’est plus !

       A mon avis pour un si jeune président sans expérience, dont la seule expérience est bureaucratique, et non celle d’un homme de terrain, bien qu’il s’en donne les postures en allant dans les usines et tous les lieux de rendez-vous médiatiques, l’expérience du pouvoir sera plus une traversée morose qu’un long fleuve tranquille.

       Vous savez, au fond, je le plains, comme je plains tous les libéraux qui ne voient que par le côté le plus confortable de la société, c’est-à-dire sans sa complexité et les ressources profondes de l’être humain. Relisez Guillebaud, cela vous fera du bien, et accessoirement Antonin Artaud, un marseillais visionnaire.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 juillet 06:29

      @Lugsama
      La sortie de l’euro est programmée par la BCE elle - même !


      La sortie de l’euro est déjà prévue dans les emprunts d’état, qui contiennent une taxe « sur les risques de convertibilité » :
      « Le petit détail du discours de Mario Draghi », c’était en 2012 !


      « Natixis prépare la sortie de l’euro  » c’était aussi en 2012 !

      Stiglitz, prix Nobel d’économie :
      « Ceux qui sortiront en premier de l’ euro s’en sortiront le mieux », les autres hériteront du mistigri.

    • Lugsama Lugsama 12 juillet 12:29

      @Nicole Cheverney

      C’est plutôt VOTRE problème non ?

      Le Vénézuela bonne exemple, si c’est votre horizon pas moi, et les venezueliens vont les déloger d’eux même en 2018 au plus tard, pas la peine d’appeler les occidentaux..

      Après le monde multipolaire s’impose à tout le monde et les USA en sont tout à fait conscient et certainement mieux informé que vous.. Le libéralisme, tant économique que societal, à plutôt fait des bon de géants en Russie a l’échelle de l’Histoire.

      Quand à la Chine c’est une dictature ultra-libéral qui pratique l’esclavage et finance les dettes des USA..


  • Gavroche 10 juillet 16:56

    « Mais, comme Marine Le Pen, peut-être préfèrent-ils rester dans le rôle de contestataires éternellement impuissants. » @Coriosolite a raison :


     il n’y a pas eu de défaite du FN, qui a eu ce qu’il voulait, comme à l’habitude depuis 40 ans : faire gagner un candidat du monde capitaliste dont ils font partie.

    Et ils y sont parvenus, comme pour Chirac , Sarkosy, Hollande fausse gauche...

    Qui peut croire que le flop du débat du second tour n’était pas soigneusement orchestré ? un peu trop gros !! Histoire de faire perdurer l’exploitation de l’homme. 

    A t-on jamais vu Lepen en tête d’une manif de travailleurs à coté des syndicats (qu’elle adore) ? Une seule avancée sociale, et il y en a eu des tas arrachés par les syndicats, pour laquelle elle se serait battue ?

    Lepen père n’a jamais voulu du pouvoir , pas fou, et sa fille a tout fait pour ne pas le prendre, la situation familiale est bien plus confortable et rentable en étant dans l’opposition, alors qu’il serait suicidaire de prendre le pouvoir sans programme, réelles capacités ni troupes valables.

  • maQiavel maQiavel 10 juillet 17:53

    Merci pour l’article. 


  • wesson wesson 10 juillet 18:42

    Ce n’est pas le débat sur l’Euro qui est mort, mais c’est le FN qui est malade en fait de ses propres contradictions, et de son positionnement politique élastique en dehors du seul sujet de l’immigration, qui lui n’est pas assez fédérateur.


    Ce qu’il s’est passé, c’est que les électeurs que le FN avait su convaincre réalisent qu’ils se sont fait blouser. 

    J’ai été ce weekend chez une connaissance se disant ouvertement raciste et électeur du FN. 
    Il recevait entre autre l’une de ses voisine qui est ... une immigré marocaine, et avec laquelle il entretient des relations extrêmement cordiales. Et, pour m’ensoleiller mon week-end, il m’as dit que pour la 1ère fois de sa vie lors des élections, il n’avait pas voté Le Pen mais Mélenchon, en disant qu’il ne revoterait plus jamais pour « cette co.... et son parti de gros nazes. »

    C’est à ces petits rien que je comprends que la situation politique du FN vient de changer radicalement. 

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 19:44

      @wesson

      Soit vous croyez aux miracles (« le gros raciste qui devient super pote du jour au lendemain avec sa voisine marocaine »)

      Soit vous n’avez rien compris au FN et à la société française en général.

      Je penche pour la 2e hypothèse.


    • wesson wesson 10 juillet 20:41

      @Olivier Perriet


      ahahah, et bien penchez, penchez, et continuez à vous convaincre que vous, vous savez !



    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 juillet 09:14

      @wesson

      Parce que les dogmatiques de chez Mélenchon ne sont pas convaincus d’avoir, eux, la Vraie Vérité Vraie ? (malgré les zigzags de leur mentor)


    • wesson wesson 11 juillet 11:16

      @Olivier Perriet
      ah ça en matière de dogmatisme et de certitudes, vous parlez en expert chez DLR


    • Odin Odin 11 juillet 17:16

      @wesson

      Moi je suis allé ce week-end chez une connaissance se disant ouvertement trotskiste et pour l’ouverture des frontières. 

      Il recevait entre autre l’un de ses voisins qui est membre du FN, et avec lequel il entretient des relations extrêmement cordiales. Et, pour m’ensoleiller mon week-end, il m’as dit que pour la 1ère fois de sa vie lors des élections, il n’avait pas voté Poutou ou Mélenchon, en disant qu’il ne revoterait plus jamais pour « ces co.... et ces partis de gros nazes. »

      C’est à ces petits rien que je comprends que la situation politique des gauchistes vient de changer radicalement. 


    • babelouest babelouest 11 juillet 17:23

      @Odin
      Eh bien, cela me confirme que les trotskistes sont dangereux, de simples soutiens du globalisme capitaliste.


  • Vraidrapo 10 juillet 19:34

    C’est mort parce que l’Électorat n’en veut pas, je n’ai pas entendu autour de moi d’écho des interventions d’Asselineau sur l’Article 50. Asselineau , 0,8% !
    Comme disait Quis’ingère, la foule préfère la promesse (illusoire) de Sécurité à l’Aventure. Ça c’est une réalité que je grave dans le granit !
    Tant qu’à faire, ceux qui ont les moyens, pourront toujours jouer à la Corbeille en attendant le grand Soir. C’est pas plus mal de monter aux barricades, les poches pleines...


    • babelouest babelouest 11 juillet 09:38

      @Vraidrapo
      comme l’utilisation de l’article 50 du TUE est un gros piège illégitime, il est logique que personne n’en parle.

      Parlons de sortie IMMÉDIATE et légale, celle-là, en plus d’être légitime, via le droit incontestable d’utiliser la convention de Vienne. Ce que refuse le patron de l’UPR. Lui, se met vraiment en porte-à-faux, mais pourquoi être aussi têtu ?


    • Vraidrapo 11 juillet 12:30

      @babelouest
      Comme j’ignore le Contenu de la Convention de Vienne, je ne peux pas apprécier votre réponse. Quelle est cette finesse qu’on nous cache ?

      Lui, se met vraiment en porte-à-faux, mais pourquoi être aussi têtu ?
      Il y a tellement de mystères et d’arrières pensées dans un crane humain... et ces candidats qui ne souhaitent pas être élus, ne le dit-on pas de MLP ?...


    • babelouest babelouest 11 juillet 17:44

      @Vraidrapo, je vais tenter de donner une interprétation personnelle. Elle ne plaira sans doute pas à certains.

      L’UPR n’existe que par et pour ce fameux article 50 du TUE. Le TUE est l’un des deux éléments de ce qu’on appelle le traité de Lisbonne. Celui-ci n’est qu’une réécriture du Traité de l’union européenne que les Français ont rejeté sans contestation possible le 29 mai 2005. Des politiciens félons ont résolu de le faire passer quand même, en faisant approuver la procédure par le parlement réuni en congrès à Versailles. Passer outre la volonté du Peuple souverain, c’est ce qu’on doit appeler un coup d’État parlementaire. On se souvient d’un autre coup de poignard du même genre, c’était le 10 juillet 1940.

      L’article 50 du TUE est donc une partie de ce texte refusé par les Français, à raison. Et l’UPR s’en empare, se plaçant ainsi sous la coupe de cette union européenne qu’il est censé combattre. Quel manque de logique, n’est-il pas !

      De plus, cet article 50 bloque toute manœuvre de sauvegarde et d’avancée du gouvernement qui y fait appel, pendant pratiquement deux ans, voire bien plus compte tenu des retards dans les phases successives. Pendant ce temps-là les fonds vautours ont tout loisir pour dépecer le pays en question, comme ils l’ont fait de la Grèce qui a baissé les bras.

      On notera que le Brexit est un cas à part, même s’il n’avance guère, parce que la livre sterling a toujours été indépendante, et que le royaume-uni dispose d’autres facilités : comme avait dit quelqu’un, après avoir été un pied dedans, maintenant il est un pied dehors.

      C’est pourquoi je me demande si l’UPR n’est pas à nouveau une formation politique chargée d’empêcher tout progrès, exactement comme celles qui continuent à se dire pro-union européenne. La véhémence de ses militants rappelle d’autres formations apparemment plus révolutionnaires, mais tout aussi dogmatiques.


    • Ar zen Ar zen 11 juillet 17:57

      @babelouest

      Vous n’avez pas compris la portée de l’article 50. 

      Vous écrivez que la GB avait un pied dedans et un pied dehors. Savez vous qu’il existe de nombreux pays de l’UE qui ne possèdent pas l’euro ? 

      Le « Brexit n’avance guère ». Vous n’avez, encore une fois, pas compris la portée de cet article. Il indique, mais faîtes vous semblant de l’ignorer, que la sortie de l’UE est « effective » deux années après l’annonce du déclenchement de l’article. Si quelqu’un a une épée de Damoclès sur la tête c’est bien l’UE et non la GB. 

      Savez vous que la sortie de la GB de l’UE va provoquer un manque à gagner de 10 milliards d’euros par année ? 

      Vous êtes victime de la manipulation de ceux qui critiquent l’article 50. Vous n’avez pas compris son fonctionnement. Il s’agit de « négocier » la sortie. Il y a par conséquent deux parties : 1° la GB ; 2° l’UE. Aucune partie n’est l’avantage sur l’autre. Il s’agit de trouver des compromis sur des tas de situations. 
      Je vous précise par ailleurs que le terme « renégocier » les traités est une ineptie parce que les traités se changent mais ne se renégocient pas ! Et il faut l’unanimité pour en changer la moindre virgule. 

      Ceux qui ne comprennent pas la portée de l’article 50 sont, à l’évidence, des gens manipulables et des gens manipulés par les puissances de l’argent. 



    • babelouest babelouest 11 juillet 18:09

      @Ar zen relisez mon raisonnement.Il faut sortir immédiatement, et la France a le droit international de la faire, ce que conteste Asselineau. Après tout, c’est son droit, comme c’est le nôtre de ne pas vouloir de sa mauvaise solution.

      « Vous êtes victime de la manipulation de ceux qui critiquent l’article 50 » ? Ah tiens, dans ce cas je suis l’un des manipulateurs, non un manipulé, parce que sur ce point comme sur d’autres c’est le Pardem qui m’a rejoint, et non l’inverse.

      On ne négocie pas, on sort d’abord, et ensuite on négocie non avec l’union qu’on ne veut pas connaître, mais avec des pays, ceux qui veulent, et toujours de façon bilatérale. La démarche est carrément opposée.


    • Ar zen Ar zen 11 juillet 18:45

      @babelouest

      Le Pardem, et vous même, allez à l’encontre du droit international et du droit des traités. La France s’est engagée dans les traités européens et sa seule et unique façon d’en sortir est de respecter ces traités qui ne permettent d’en sortir qu’en utilisant l’article 50. Article 50 qui existe en vertu du droit des peuples à disposer d’eux même. 

      Dire que l’on peut sortir unilatéralement de l’UE sans appliquer l’article 50 est le strict équivalent que de dire que la France va effacer d’un seul coup d’un seul sa dette de plus de 2000 milliards.

      A votre avis, et c’est vous que j’interroge et non le Pardem, comment les banquiers créanciers de la France pourraient-ils s’opposer à l’annulation de la dette française ? C’est quand même bien cette dette impossible à rembourser qui plombe annuellement le budget de la France. L’annulation de la dette fait gagner à la France une année de PIB. Qu’attendons nous à votre avis pour le faire ? 

      Sans respect des règles internationales aucun pays n’est crédible. Voilà mon point de vue. 


    • babelouest babelouest 11 juillet 19:14

      @Ar zen
      Relisez la convention de Vienne de 1969, articles 61 et 62. Nous n’avons que faire de cet illégitime (pour les Français) article 50 d’un traité que nous, citoyens, nous le peuple souverain, avons refusé.

      Maintenant, si vous pensez qu’une fraction du peuple peut se croire au-dessus du peuple entier, vous contrevenez à l’article 3 de la Constitution française.

      Et bien entendu, le peuple français peut statuer en toute indépendance sur les parties de la dette publique qui sont irrecevables, que les banquiers soient contents, ou pas (à mon avis, si cela arrive, ils ne seront pas contents). Il y a même, dans cette affaire, de nombreuses personnes, dont des banquiers, qui pourraient bien finir en prison. A moins qu’ils ne soient jugés par contumace. Dans ce cas, leurs biens en France seraient saisis.


    • Vraidrapo 11 juillet 19:44

      @babelouest
      Comme vous y allez !...
      Déjà que le Français se chie dessus dès qu’on lui fait craindre le pire... s’il doit monter des barricades comme en 1871.. sauve qui peut !
      Pendant la Commune de Paris, les troupes ennemies d’occupation avaient laissé les coudées libres à la troupe française pour capturer et pendre les 150000 Communards.
      Je suis certain que les Français n’ont plus les couilles pour récidiver sauf quelques centaines de casseurs anarchistes...
      Que ceux qui se sentent offensés me pardonnent mais, sur l’Agora, on écrit librement. Non ?


    • Ar zen Ar zen 11 juillet 19:52

      @babelouest



      La convention de Vienne sur le droit des traités n’a rien à voir dans cette affaire ! La France a signé les traités européens et ceux ci disposent d’une clause de sortie. Pour en sortir légalement il suffit d’appliquer la clause de sortie. Est-ce si compliqué à comprendre ? 

      Les Française ont rejeté, certes le TCE, mais, d’une manière tout à fait constitutionnelle, le congrès a ratifié le traité de Lisbonne. Vous pouvez le contester, vous pouvez en être affligé, comme moi, mais c’est légal. Dire le contraire est une ineptie. 



      Je pense que vous avez mal lu l’article 3 de la constitution de la 5ème République. Le voici reproduit dans son premier alinéa. Il y est bien question de « représentants » n’est-ce pas ?
      ARTICLE 3.

      La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. 


      Par ailleurs, à quoi cela sert-il de signer des traités avec d’autres pays si chacun peut y désobéir lorsque cela lui chante ? Les autres pays, sont, selon votre analyse, habilités à désobéir lorsqu’ils le veulent aux traités n’est-ce pas ? Comment dans ces conditions mettre en place des collaborations internationales ? Ce que vous imaginez peut sans doute marcher très bien en Corée du Nord. 

      Savez vous que la France n’a pas ratifié la convention de Vienne sur le droit des traités ? Pourquoi faire référence à cette convention que la France ignore ? Les articles 61 et 62 ne sont d’aucun effet dans les circonstances actuelles.

      Adoption de la convention[modifier | modifier le code]

      La convention est rédigée par la Commission du droit international et adoptée par soixante dix-neuf des membres présents, contre dix-neuf abstentions (dont les pays du bloc de l’Est) et un vote contre (la France). Elle a donc été adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 23 mai 1969, et est entrée en vigueur le 27 janvier 1980. Depuis son adoption, il a fallu attendre que trente-cinq États consentent à être liés à cette convention internationale pour qu’elle entre en vigueur.






    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 20:09

      @babelouest
      En quoi l’article 50 serait « illégitime » ? Le Traité de Lisbonne a été ratifié légalement par le Congrès réuni à Versailles, ce qui est prévu par la Constitution.


      Vous confondez la forfaiture commise sur le référendum de 2005, qui concerne les électeurs floués par la classe politique, avec la légalité de la ratification.
      Il y a 2 manières de ratifier un Traité, par referendum ou par le Congrès.
      Le Traité de Lisbonne a bien été ratifié dans les formes légales prévues dans la Constitution, ne vous en déplaise.

      Sinon, vous allez inventer quoi à la place de l’article 50 ?
      Pour régler le sort des 6680 accords internationaux qui ont été signés au nom de la France ?
      Pour régler le sort des fonctionnaires et élus français qui ne seront plus payés ?
      Pour récupérer le solde des milliards versés au budget européen ?
      Chez Nikonoff, vous êtes des gens irresponsables.

    • babelouest babelouest 11 juillet 20:30

      @Fifi Brind_acier
      Comme nous l’avons répondu à vos amis d’Evreux le 7 juin, nous sommes des révolutionnaires. Cela ne plaît pas, tant pis. Eux, ont été étonnés.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 juillet 20:58

      @babelouest
      Le Pardem, ce sont des révolutionnaires ? Alors, qu’attendez-vous pour rejoindre le PRCF ?? Et en quoi le fait de sortir de l’ UE légalement vous empêche de préparer la révolution ?

      Et si la révolution ne vient pas, le Plan B, c’est quoi ?
      On reste dans l’ UE et dans l’ OTAN jusqu’à ce qu’on en crève ?


    • babelouest babelouest 11 juillet 21:32

      @Fifi Brind_acier, l’article 50 n’est qu’un piège.J’ai dit pourquoi : il ne faut pas deux ans aux fonds vautours pour transformer un pays à peu près prospère en un mouroir. L’article empêche de prendre les mesures énergiques nécessaires, et de les prendre tout de suite. Il faut se souvenir qu’actuellement notre pays est complètement enchaîné par les ordres de Bruxelles. Et de ceux de la BCE. La sortie en force a pour but précisément d’éviter ces « désagréments ».


Réagir