jeudi 19 octobre 2017 - par Eric F

Fiscalité sur les carburants – le traquenard de Grenelle

Fin 2007, le Grenelle de l'Environnement a décidé de mettre en place un « bonus-malus » sur l'achat d'un véhicule neuf, basé sur l'émission de CO2 (Réf 1). Les moteurs diesel ayant un rendement-carbone supérieur ont de ce fait davantage bénéficié du « bonus » (ou d'un moindre malus), ce qui constituait donc une incitation pour l'achat de voiture diesel, du reste ce mode de calcul reste en vigueur encore à ce jour (favorisant les électrique et les hybrides, mais comparativement plus favorable aux véhicules diesels qu'aux essence).

 

A l'époque, j'avais envoyé un courrier à l'ADEME, m'étonnant que seul le CO2 soit pris en compte indépendamment des autres polluants

extrait de mon courrier du 13/04/2008

La classifications des véhicules pour le Bonus/Malus ne porte que sur le dégagement en CO2 de consommation normalisée, et favorise considérablement les moteurs diesel (surtout lié à la consommation théorique urbaine). Or la plupart des moteurs diesel des voitures économiques sont dépourvus de Filtre à Particule, dégageant en ville des polluants plus dangereux que les moteur à essence catalysés. L'absence de FAP devrait conduire à une dégradation de la catégorie (B, C etc. ), n'oublions pas que ces véhicules ne devaient pas avoir droit à la "pastille verte" dans sa définition initiale

 

J'ai reçu la réponse suivante de l'ADEME, le 29/04/2008

Votre réflexion est vraie pour les véhicules anciens.
Par contre, en ce qui concerne les véhicules récents, ceux-ci sont équipés d'un filtre à particules qui en retient plus de 95 %.


Avec cet équipement, les véhicules diesel ne rejettent pas plus de particules que les voitures à essence.
En revanche, les Diesel sont moins nuisibles en termes d'effet de serre, ce qui est l'urgence aujourd'hui.
Cordialement

[….]
cadre de communication
Cellule Information des publics / SCII

 

Ceci confirme bien que c'est en connaissance de cause que les usagers ont été incités à acheter des véhicules diesel, le site officiel du gouvernement continue dans cette optique orienté CO2, dans un document de 2012 encore en ligne, qui néanmoins constate l'absence d'effet sur le dégagement global de CO2 (Réf 2)

 

Or, depuis ces dernières années, il y a un REVIREMENT COMPLET, le diesel est pointé du doigt par les environnementalistes et les gouvernants.

L'origine a été une étude sur les décès lors des pics de pollution, ayant conduit au HOAX répercuté complaisamment par les médias de 40 000 morts annuels prétendument liés aux diesel, alors qu'il s'agit d'une part d'une extrapolation, et ensuite que cette étude est toutes pollutions atmosphériques confondues. Les transports représentent 14% de la pollution atmosphérique (Réf 3), dont les 2/3 pour le diesel (PL inclus), donc 9% de la pollution totale est liée au diesel (bien sûr davantage en centre ville, justifiant l'interdiction des moteurs sans filtre à particules). S'est ajouté le scandale des programmes embarqués permettant d'optimiser les moteurs au cycle de mesures officielles, qui a été mis en exergue, SAUF QUE les chiffres les plus truqués concernent les moteurs hybrides rechargeables (Auto-Moto a fait l'essai d'un modèle sportif à moteur hybride rechargeable montrant une consommation réelle 3 ou 4 fois supérieure au chiffre officiel, alors que la surconsommation des moteurs thermiques par rapport aux chiffres officiels est de l'ordre de 40%).

 

Donc retour en force de l'écologie punitive et de la frénésie fiscale, la taxe sur le gazole va augmenter pendant ce quinquennat de l'ordre 30 centimes par litre. Rapide calcul : un rural ou habitant de zone non desservie par les transports publics parcourant 10 000 km par an avec un moteur consommant 7 l/100 sera ponctionné de plus de 200 euros de taxes supplémentaires.

 

 

Réf 1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Bonus-malus_%C3%A9cologique#Historique

 

Réf 2 http://www.vie-publique.fr/actualite/alaune/bonus-malus-ecologique-quels-effets-environnement.html

 

Réf 3 http://www.europe1.fr/france/le-diesel-fait-il-42-000-morts-chaque-annee-1435229



78 réactions


  • chantecler chantecler 19 octobre 2017 08:41

    J’ai du mal à penser que nos hauts fonctionnaires soient objectifs dans cette histoire .
    Par contre ça fait des années (20 ans,) que les pétroliers dénoncent le déséquilibre entre la vente de l’essence et celle du GO .
    Et ça les emmerde car ils doivent exporter l’essence aux USA et importer du GO .
    En attendant donc on taxe donc et le GO et l’essence pour « la bonne cause » écologique toujours .
    ...


    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 12:07

      @chantecler
      il y a un certain rééquilibrage par la diminution de la part de chauffage au fuel (fuel et gazole étant identiques en raffinerie). Mais effectivement, 75% de vente de voitures diésel était excessif, les incitations à l’achat peuvent évoluer en faveur de l’essence, mais cela ne doit pas revenir à PENALISER après coup ceux qui avaient suivi les incitations précédentes en faveur du diésel (ni le discours stigmatisant de la mairesse de Paris).


  • vesjem vesjem 19 octobre 2017 09:19

    bon article « équilibré »

    Même à l’escale, les navires de croisière ne stoppent jamais leurs énormes moteurs. L’association France Nature Environnement (FNE) a mesuré qu’un paquebot à l’arrêt polluait autant qu’un million de voitures, en termes d’émission de particules fines et de dioxyde d’azote

    Mais c’est surtout le type de carburant utilisé qui exaspère les défenseurs de l’environnement  : du fioul lourd, peu cher, très chargé en soufre, à 3,5 %, « jusqu’à 3 500 fois plus polluant que les voitures ». « Et les moteurs ne sont pas équipés de filtres à particules  ! »

    alors, ne parlons pas des milliers de bateaux de commerce de fret qui naviguent en continu sur les mers du globe


    • Croa Croa 19 octobre 2017 10:40

      À vesjem,
      Oui, le fuel lourd coûte moins cher HT (hors taxe) car c’est le plus dégueulasse. Il faut le préchauffer pour pouvoir l’utiliser aussi bien pour faire fonctionner un diesel que pour le brûler en continu dans une turbine ou dans une chaudière. Les gros bateaux sont donc équipés pour ce combustible ainsi que les grosses chaufferies industrielles.
      *
      Les moteurs diesels fonctionnent avec n’importe quel carburant. En fait ça dépend du système d’injection car c’est lui qui adapte le moteur à tel ou tel combustible. Les très gros diesels de bateaux sont généralement prévu pour le lourd mais aussi souvent pour le gazole (comme pratiquement tous les moteur de puissance moyenne) sachant qu’il existe des moteurs à injection mixte (on peut passer d’un carburant à l’autre via un double système d’injection.) Des camions militaires à essence diesel ont aussi existé à l’époque où c’était le standard OTAN (années 50.) Le calage de l’avance à l’injection n’est aussi pas le même suivant le carburant.
      .
      Le problème de « particules » (en fait de suies) est effectivement lié à la qualité du carburant. Si on faisait des diesels à essence nous profiterions des avantages de la supériorité technologique du diesel (meilleur rendement) et de la propreté de l’essence. (plus de problème de « particules ».) Pour de basse raisons commerciales et réglementaires personne ne veut de ça, préférant la solution à la Dubout du filtre à « particules » !


    • William 19 octobre 2017 11:25

      @Croa
      « si on faisait des diésel à essence », en fait, l’essence nécessite une étincelle pour exploser correctement dans le cylindre (idem l’alcool), contrairement au gazole (ou autres huiles) qui explose spontanément à forte compression. Par contre, il y a désormais convergence concernant l’injection directe, et également l’accroissement des moteurs turbocompressés sur les très récents modèles essence, qui de ce fait rejettent davantage de particules que les diésels avec FAP. On va donc mettre aussi une usine à gaz de dépollution en aval des moteurs essence.


    • Croa Croa 19 octobre 2017 12:04

      À William,
      FAUX, c’est pareil quel que soit le combustible, seul le seuil change. Dans un diesel la compression est beaucoup plus forte que dans les moteurs dits à essence. C’est pour ça que le carburant s’y enflamme spontanément, quel qu’il soit. Inversement une étincelle est nécessaire dans les moteurs ordinaires parce que la pression y est insuffisante pour que l’inflammation soit spontanée et aussi pour la déclencher au bon moment car dans un moteur ordinaire un mélange stœchiométrique est déjà présent dans le cylindre alors que dans un diesel il n’y a que de l’air quand commence l’injection.


    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 12:26

      @Croa et Willialm
      Vous avez raison tous les deux : jusqu’ici la technologie ne permettait pas de maîtriser correctement l’auto-explosion dans les moteurs essence (l’auto-allumage se produisait parfois en tant que « ratées » ou « cliquetis »), mais désormais les moyens vont le permettre, il y a déjà eu des véhicules expérimentaux, et le constructeur Mazda prévoit de commercialiser un tel moteur en 2019
      https://www.challenges.fr/automobile/dossiers/mazda-skyactiv-x-les-secrets-du-moteur-essence-a-allumage-par-compression_492348
      ...est-ce que cela pourrait entrainer à terme un « troisième carburant » unique, mélange des deux ? ceci est une autre histoire (on a par ailleurs déjà de l’éthanol dans l’essence et du diester dans le gazole, peut-être existera-t-il une panacée universelle smiley
      ...ceci dit, ça ne console pas du racket fiscal en bande organisée


    • Croa Croa 19 octobre 2017 17:38

      À Eric F
       Non Willialm n’y connaît rien. Son avis n’est pas inintéressant pour autant mais il n’a pas raison.
      .
      L’auto-allumage et les cliquetis ce n’est pas la même chose. Il y a longtemps que les moteurs classiques à auto-explosion existent mais c’est difficile à faire fonctionner correctement. Toutefois si chez Mazda ils ont trouvé une solution bien pourquoi pas ? (À priori c’est douteux.) Comme moteurs à auto-explosion on trouve surtout des micro-moteurs à carburants spéciaux utilisés par les modélistes.
       Le cliquetis c’est quand la réaction d’oxydation transite d’une combustion vers une détonation. Comme c’est violent ça peut casser le moteur (en général non parce que lorsque cette transition arrive il ne reste presque plus de mélange imbrûlé donc plus assez d’énergie disponible mais de toute façon ça ne fait pas de bien au moteur !) 


    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 18:21

      @Croa
      nous sommes donc tous d’accord que l"autoexplosion de l’essence est difficile à maîtriser, ce qui a conduit jusqu’ici à des moteurs à faible compression et bougie d’allumage. Même dans le cas du proto Daimler et du projet Mazda, il semble qu’une bougie d’allumage est prévue au démarrage et dans certaines conditions de fonctionnement.


  • sweach 19 octobre 2017 10:38

    *les Diesel sont moins nuisibles en termes d’effet de serre, ce qui est l’urgence aujourd’hui.*

    *mettre en place un « bonus-malus » sur l’achat d’un véhicule neuf, basé sur l’émission de CO2*
    C’est l’une des pires erreur de notre siècle.
    Le CO2 n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais un polluant, son rôle dans la température est marginal et son taux dans l’air est une conséquence du climat et non une cause.
    Bref on pourrait en débattre pendant un siècle, mais c’est surement le temps que je vais devoir attendre avant que cela soit socialement accepté. (attention je ne suis pas climato septique ces propos ne sont que pour le cas du CO2)

    Si on en revient à la guerre diesel - essence, il faut chercher à comprendre pourquoi le gouvernement Français privilégie le diesel, car ça n’a pas beaucoup de sens, en terme de quantité on produit plus d’essence avec du pétrole que du diesel, l’énergie contenue dans l’essence est supérieur à celle du diesel.

    Si on devait payer nos carburants en kilo et non en litre, l’essence serait plus bon marché que le diesel.

    Donc si on incite a utiliser le diesel c’est qu’on veut vendre notre essence, notre premier client étant les états uni, cependant l’exploitation du schiste a peut être changé la donne.

    • Croa Croa 19 octobre 2017 10:53

      À sweach,
      Le CO2 ne pollue effectivement pas. C’est pourtant la NUISANCE du siècle ! Il ne faut pas confondre nuisance et pollution. La pollution est une nuisance, la capacité GES (gaz à effet de serre) en est une autre. Le CO2 est justement le principal GES.
      .
      L’exploitation du schiste ne fait que retarder l’échéance. Il se dit que le pic de production de pétrole n’en est décalé que de 5 ans quoique cette information reste subjective car les pétroliers restent discrets sur les potentiels réel. Mais une chose est sûre : PLUS DURE SERA LA CHUTE ! Car elle arrivera...  smiley


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 octobre 2017 11:13

      @Croa. Grâce à ta crédulité envers la propagande carbocentriste, c’est fabuleux : te voilà devenu l’élite des citoyens conscients ! Et cela sans jamais faire d’études, qui pourraient te permettre de déceler les supercheries des propagandistes.


    • sweach 19 octobre 2017 12:23

      @Croa
      Il faut quand même être conscient que dans ce domaine, on est loin d’être impartial et finalement nous en savons assez peu.


      Actuellement on observe que d’ancien puits de pétrole de re-remplissent, ce qui en l’état actuel de nos connaissances est incompréhensible, car pour les scientifiques il faut des millénaires et l’origine du pétrole est végétal, hors certain remettent en cause cela et théorise une origine minéral selon les principes de Franz Fischer Hans Tropsch qui a permit la production de pétrole de synthèse pour les allemands pendant la seconde guerre.
      La terre serait donc capable de produire du pétrole au sein de son manteau, ce qui change radicalement la donne sur les possibilités et les potentiels d’exploitation.

      *Le CO2 est justement le principal GES*
      C’est FAUX, le principal c’est l’eau, sous forme de nuage et de vapeur, sans oublier son rôle sous forme de glace dans l’albedo.
      Je veux bien admettre l’argument que le CO2 joue un rôle dans le GES, mais pourquoi impliquer l’activité humaine dans cela ? Oui nous produisons du CO2, mais ça ne change pas son taux pour autan, il est régulé les océans et la température, donc c’est la température qui donne le taux de CO2 et non l’inverse.

    • Croa Croa 19 octobre 2017 12:23

      Non seulement j’ai fait des études, mais dans le technique en plus ! Et mon dernier poste avant heureux départ à la retraite c’était justement dans l’information et la documentation. (Heureux de partir car à notre époque de l’Internet les Ingénieurs se débrouillent tout seul pour trouver l’information sauf quand elle est payante et encore même dans ce cas c’est eux qui la trouvent tout seuls !)
      .
      Bref, en fait de propagandiste(s), effectivement tu es repéré JC_Lavau !  smiley


    • Croa Croa 19 octobre 2017 12:32

       À sweach,
      Tu mélanges tout. L’eau est vecteur de l’effet de serre et plus que ça puisque toute la thermodynamique de l’atmosphère repose sur elle. Mais pas cause primitive d’un déséquilibre dépendant en fait des autres GES.
      .
      Tu es repéré aussi sweach !  smiley


    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 12:40

      @Croa , sweach, Lavau
      Le taux de CO2 dans l’atmosphère a considérablement augmenté depuis le début de l’ère industrielle et atteint des niveaux jamais vu depuis plus de 2 millions d’années, car la réabsorption par les végétaux ne suit plus le rythme d’émission.
      courbe : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8a/Flux_carbone_fr.pn g/290px-Flux_carbone_fr.png
      Il y a des modèles de simulation de l’effet de serre engendré, mais il y a d’autres facteurs d’effet de serre, c’est donc un problème à variables multiples. Quoiqu’il en soit, était-il pertinent de ne tenir compte QUE de cet aspect pour le bonus-malus écologique, sans tenir compte d’autres rejets ? c’est là que réside le revirement écolo-politique, dont les usagers sont victimes. 


    • sweach 19 octobre 2017 13:17

      @Eric F
      Quoiqu’il en soit, était-il pertinent de ne tenir compte QUE de cet aspect pour le bonus-malus écologique, sans tenir compte d’autres rejets ?

      Bien quand on connait la vérité et il est assez pratique d’accuser un faux coupable, surtout quand ça implique de la géopolitique et de l’économie.
      Rassurez-vous le gouvernement souhaite que nous réutilisions l’essence, car nous arrivons aux limites de nos productions de diesel et nous sommes maintenant obligé d’en importer de Russie.
      Nous allons donc avoir une politique anti-diesel dans les prochaines années.

      Je ne vais pas trop chercher à argumenter sur le cas du CO2 car ça m’énerve un peu, mais je sais que le temps jouera en ma faveur, mais bon ça a quand même prit 8 siècles à l’humanité pour remettre en question un bouquin.

      Si vous voulez aller sur le terrain de l’écologie, il y a le cas des éoliens, ils coûtent plus chère en Kwh à fabriquer que ce qu’ils vont produire au cour de leur vie, j’exagère à peine et je ne vous parle pas de l’aspect financier qui est une niche fiscal et un panier de crabes.

    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 14:04

      @sweach
      au delà de raisons qui sont plutôt des prétextes, le gouvernement a surtout trouvé un filon fiscal, car il ne baisse pas la fiscalité sur l’essence qui augmente encore, mais il augmente deux fois plus la fiscalité sur le gazole .

      Concernant les éoliennes, le prix de bout en bout du kilowattheure, compte tenu de la fabrication, l’installation, la forte proportion de périodes de « calme plat », est très peu compétitif. Ceci étant on peut en admettre une certaine proportion dans le mix énergétique pour ménager les ressources naturelles et diminuer les rejets, mais pour une disponibilité 24/7, il faut des dispositifs de stockage ou de production relai (par exemple centrales au charbon au Danemark), qui alourdissent encore la facture, et dégradent le bilan pollution global.


    • sweach 19 octobre 2017 14:50

      @Eric F
      *le gouvernement a surtout trouvé un filon fiscal, car il ne baisse pas la fiscalité sur l’essence qui augmente encore, mais il augmente deux fois plus la fiscalité sur le gazole*

      Ça on pouvait le prédire dès le départ de la politique incitative sur le diesel, maintenant qu’on roule tous au diesel.
      Si on se penche sur la technologie, l’essence a une marge de progression sur les niveaux de consommation, pour le diesel c’est les system « anti-polution » qui bloque.
      Après quand les voitures feront 500kg et non plus 2 Tonnes on y gagnera encore.

      *les éoliennes... on peut en admettre une certaine proportion dans le mix énergétique*
      Quand c’est au prix d’une pollution visuel et sonore et que ça tue le tourisme, je suis un peu moins motivé que certain par cette technologie qui est tout sauf écologique.

      *il faut des dispositifs de stockage ou de production relai ...qui alourdissent encore la facture, et dégradent le bilan pollution global.*
      Je suis totalement d’accord avec cet argument.
      Dans l’absolu, je ne suis pas contre une usine à charbon ou à fioul ou encore au bois, sous réserve que ses fumés soient correctement retraitées, si on trouve le moyen d’éliminer les particules fines, oxyde d’azote et autre. 
      On nous gonfle avec le débat stérile sur le CO2 mais ces surtout vers une obligation de retraitement des fumés qu’il faudrait orienter la politique sur l’environnement.

      Niveau énergie il faudrait orienté le nucléaire vers les générateurs de 4em générations et zapper complètement la 3em génération.

      Après niveau énergie renouvelable c’est principalement la biomasse qu’il faudrait développer et les centrale OTEC ont également de l’avenir.

      Je pense que le solaire doit trouver une place au niveau local, c’est à dire directement être utilisé là ou il est produit sans devoir être transporté, chauffer un ballon d’eau chaude par exemple.

    • JC_Lavau JC_Lavau 19 octobre 2017 14:55

      @EricF. Doublepluscanelangue ! Tu vis dans le délire dirigé par les escrocs aux ordres.

      Nous demeurons toujours dans une ère de tragique pénurie en dioxyde de carbone atmosphérique ; essentiellement à cause des glaciations successives du Quaternaire. 98 % des espèces terrestres ne se sont adaptées qu’en dilatant davantage leurs stomates, ce qui les rend très fragiles aux épisodes de sécheresse.
      La tragique minceur des sols depuis la glaciation de Würms n’a pas d’autre origine : la pénurie en dioxyde de carbone atmosphérique.
      J’ai déjà expliqué tout ça ici il y a près de trois ans et demi. Mai 2014.
      Lassant de devoir tout répéter aux cancres les plus outrecuidants.

    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 16:18

      @JC_Lavau
      je n’entrerai pas dans la polémique sur le sujet du CO2 qui n’est pas le thème de l’article, mais si vous préconisez d’en revenir au pré-wurmien, je ne suis pas très « chaud » sur ce point smiley


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 octobre 2017 17:08

      @Eric F. Les plantes ne sont pas de ton avis. 98% d’entre elles.

      Sauf donc les cactées, l’ananas, la joubarbe, le maïs, la canne à sucre, le sorgho, espèces qui se sont adaptées à la pénurie, en changeant de filière photosynthétique, et au prix d’une demande accrue en ensoleillement.
       
      98 % des espèces, que NKM traite donc de connards ou connardes ou connasses...

    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 18:27

      @JC_Lavau
      J’ai donc le regret de ne pas être une belle plante, pour bénéficier de l’enrichissement de l’atmosphère en CO2 smiley

      A propos des bénéfices des « rejets » pour certains espèces, après la « marée noire » en Bretagne, certaines algues ont alors proliféré et contribué à résorber les dépôts mazoutés, ceci étant, c’est au détriment d’autres espèces.


  • William 19 octobre 2017 11:18

    Au départ, les moteurs diésel étaient presqu’exclusivement utilisés par les véhicules professionnels (camions, camionnettes, taxis...), car étant plus couteux et moins performants, c’est de cette époque que date la moindre taxation du gazole par rapport à l’essence.

    Les progrès techniques (turbo, injection directe...) ont conduit à améliorer les performances, par ailleurs le bruit a été réduit par « encapsulage » des moteurs, ce qui, ajouté à la moindre consommation (en litres mais aussi en grammes de co2) au prix à la pompe inférieur, et aux incitations gouvernementales (barème de puissance fiscale à l’époque de la « vignette », bonus-malus écologique) a conduit à une forte vente de véhicules diésel (jusqu’à plus de 75% au début des années 2010).

    Il y avait déjà eu des tentatives de « récupération » fiscale, par exemple il avait été envisagé une vignette spécifique diésel, ou encore, lorsque madame Voynet était ministre de l’écologie, l’alignement de taxation sur l’essence avait été amorcé. Mais, comme l’article l’indique bien, le Grenelle de l’environnement avait donné un brevet de vertu au gazole du fait du plus faible dégagement de dioxyde de carbone, donc, que cette focalisation sur l’effet de serre soit ou non justifiée, les acheteurs ont bel été bien été incités à acheter des modèles diésel (de plus la presse automobile ne tarissait pas de louange sur leurs performance et économie, sur l’efficacité du FAP, etc.). Les automobilistes qui ont cédé aux sirènes écolo-gouvernementales d’il y a cinq ou dix ans sont désormais montrés du doigt, bannis de certaines villes, et ponctionnés fiscalement, d’où leur colère d’avoir été grugés.

    Les écolo-politiciens poussent désormais à la voiture électrique (idéale pour une voiture exclusivement urbaine), ou hybride-rechargeable, technologie détournée pour permettre aux marques de luxe de « tenir la norme européenne » de limitation de CO2 grâce à des tests de consommation outrageusement favorables comme l’indique l’article, comme si les acheteurs de Porsche Cayenne allaient se contenter de rouler 5 kilomètres à 40 de moyenne -leur moteur électrique est en fait un booster de puissance, comme sur les F1-.


    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 12:46

      @William
      en effet, le gazole est en ligne de mire de manière récurrente, que ce soit des écologistes ou des percepteurs. Les groupes de pression professionnels (routiers, taxis...) font reculer certains initiatives, mais ils bénéficient d’une détaxation au moins partielle, contrairement aux usagers lambdas -comme beaucoup, j’ai « cédé aux sirènes » tardivement, ayant précédemment eu des voitures « essence », mais je figurais presque comme le dernier des Mohicans-


    • doctorix doctorix 19 octobre 2017 21:05

      @Eric F
      Tous nos ennuis viennent de notre négationnisme vis-à-vis des énergies libres.

      L’énergie est partout, elle est gratuite et infinie, évidemment non-polluante.
      A force de proclamer qu’elle n’existe pas, on a fini par en persuader tout le monde, ce qui arrange bien les producteurs de pétrole et de nucléaire, et même ceux d’éolien ou de photo-voltaïque qui ont maintenant beaucoup à perdre et freinent eux aussi tout progrès.
      L’énergie libre n’existera un jour que si vous commencez à y croire et que vous la réclamez.
      Un exemple ici :
      Ici, la fusion froide, une réalité cachée :
      Et ce n’est encore rien par rapport aux travaux de Tesla.


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 octobre 2017 21:09

      @doctorix. Aïe ! Tu as encore loupé une belle occasion de te taire.


    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 22:32

      @doctorix
      Ce n’est pas par « négationnisme » que l’utilisateur lambda est bien obligé d’acheter ce qu’il trouve sur le marché et en fonction de ses moyens, ainsi la Tesla est hyper propre mais hyper chère.
      S’il existait un moyen infaillible de construire une voiture efficace, pas polluante, pas chère, et quasi nulle en coût d’usage (la pierre philosophale automobile en quelque sorte) un constructeur alternatif ou un pays émergent ambitieux (la Chine par exemple) n’aurait pas manqué de la mettre sur le marché, et prendre l’exclusivité. Il y a eu des tentatives, ainsi la voiture à gaz comprimé du constructeur indien Tata, restée semble-t-il sans suite. Cela viendra peut-être un jour ...mais je n’ai pour ma part pas les capacités d’en bricoler une dans mon garage smiley
      Donc on est effectivement une clientèle captive, le gouvernement utilise les pièges du marketing, il nous appâte avec une prime ou un bonus, et une fois la voiture (ou l’appartement) acheté, la pompafric fiscale ramasse la mise.


    • doctorix doctorix 19 octobre 2017 22:45

      @Eric F
      Quand je parle de Tesla, je ne parle de la jolie voiture électrique, mais du plus grand génie de tous les temps. Et ce qu’il a découvert aurait pu sauver le monde de la misère comme de la pollution.

      La vraie révolution énergétique est encore à venir. Et elle viendra quand les hommes la réclameront.
      Evidemment, on ne peut que la nier quand on nie la réalité des OVNIs, qui l’utilisent d’une façon prodigieuse, avec en plus l’anti-gravité qu’elle autorise.
      C’est encore une autre forme de négationnisme que de le nier.
      Quant à la voiture à air comprimé, elle n’est pas d’origine indienne mais Française, née de l’esprit brillant de l’ingénieur Guy Nègre. Mais je crois qu’elle ne sera jamais au point. Dans tous les cas, cela reste un archaïsme. Si elle avait eu de l’avenir, Nègre aurait subi le sort de Stanley Meyer :
      La encore, il s’agissait de l’énergie du vide. Des dizaines d’inventeurs ont subi son sort tragique.

    • Clouz0 Clouz0 19 octobre 2017 23:15

      @doctorix
      Evidemment, on ne peut que la nier quand on nie la réalité des OVNIs, qui l’utilisent d’une façon prodigieuse, avec en plus l’anti-gravité qu’elle autorise.


      Absolument !
      En tant qu’Extra-Terrestre moi-même, j’ai régulièrement l’occasion de conduire l’une ou l’autre de nos navettes (ce que vous nommez des OVNIs) et je confirme que l’anti-gravitude est très agréable à utiliser. Surtout entre 2 galaxies.
      Mais ça reste tout de même des chars assez peu confortables, ni très maniables et assez lents par rapport à nos voitures habituelles.

    • doctorix doctorix 19 octobre 2017 23:15


      Concernant Stan Meyer, à voir absolument :

      (il y a deux autres parties).

    • Croa Croa 19 octobre 2017 23:35

      À doctorix,
      Tesla est un savant fort connu en effet. Mais comme tous les savants il lui est arrivé de tomber sur des impasses et l’énergie « libre » en est probablement une. Ceux qui, après lui, prétendent avoir trouvé sont tous des imposteurs.
      .
      Contrairement aux idées reçues les solutions simples n’ont pas d’avenir. Il ne faut pas oublier que nous sommes sous le règne des marchands et des financiers. Les solutions simples ne rapportent pas ou pire, risquent de détruire des marchés juteux existants. Exemple automobile : Le moteur-roue et l’hybride série pourraient certainement constituer l’automobile de demain... TROP SIMPLE hélas ! Suite à quoi tous les constructeurs se sont mis d’accord pour que personne ne fabrique ça ! 


    • JC_Lavau JC_Lavau 20 octobre 2017 07:29

      @doctorix. Tu les loupes en série, les occasions de te taire et d’éviter de dire des conneries !


    • doctorix doctorix 20 octobre 2017 08:46

      @JC_Lavau
      Une connerie, ce n’est pas nécessairement ce que ne pense pas JC Lavau.

      Et cela fait deux fois de suite que vous essayez de manier la censure.
      Pauvre pensée humaine, qui s’arrêterait à la vôtre.
      Vous avez choisi d’être un frein, quand je choisis d’être un accélérateur de pensée. Et l’avenir me donnera nécessairement raison. Pour ceux qui s’informent, même le présent que vous ignorez me donne raison.

    • doctorix doctorix 20 octobre 2017 08:58

      @Croa
      Ceux qui, après lui, prétendent avoir trouvé sont tous des imposteurs.

      On se demande alors pourquoi ils finissent tous assassinés.
      Le moteur roue est excellent, il équipait déjà une Porsche en 1900 (il avait à la fois inventé le 4x4 et le moteur-roue).
      L’innovation n’est donc pas là, mais elle réside dans un premier temps dans les super-condensateurs, sans lesquels la voiture électrique n’a pas d’avenir. Nous ne sommes pas obligés de réfléchir comme il y a un siècle, et l’énergie libre est notre avenir, plus ou moins lointain selon que nous ouvrons les yeux ou pas.
      C’est pourtant ainsi que raisonne Lavau, et de nombreux autres avec lui qui nous tirent en arrière.


    • JC_Lavau JC_Lavau 20 octobre 2017 09:23

      @doctorix. J’ai consacré un sub-forum aux imposteurs, vendeurs de mouvements perpétuels :

      http://impostures.deontologic.org/index.php?board=46.0
      Ceux là se sont tous carapatés avec l’argent.

      Plus un spécial pour Philippe Dufour :
      Un tragique cas de délire sincère ? Mais d’un narcissisme et d’une morgue mémorables. Eventuellement un bipolaire.

      Tous ont des problèmes psychiatriques de frontières, typiquement entre soi et leur môman.
      Impossible de faire de la mécanique, a fortiori de la thermo, tant qu’on n’a pas conquis ses propres frontières, pour se rendre capable de délimiter l’intérieur et l’extérieur d’un système, lister les intrants et les sortants.

    • Croa Croa 20 octobre 2017 09:47

      À doctorix,
      En 1900 la technologie était d’un niveau très inférieur. Nous ne savions pas faire d’onduleurs de puissance par exemple et les meilleurs moteurs de traction étaient alors à courant continu. En conséquence de quoi le moteur-roue de Monsieur Porsche était forcément peu puissant. Sa voiturette a certainement déçu !
      Je ne vois pas l’utilité des super-condensateurs pour l’automobile, peut-être pour la récupération de l’énergie dans les descentes ? C’est effectivement mieux que des batteries pour les charges-décharges brèves. Trams et trolleybus utilisent déjà des super-condensateurs pour pallier à des coupures d’alimentations afin de traverser des ponts sans caténaires par exemple.
      .
      Lavau est un propagandiste qui nous est envoyé par les propagandistes climatosceptiques... Faut pas faire attention à lui !


    • doctorix doctorix 20 octobre 2017 09:56

      @JC_Lavau
      Il ne semble pas, au vu des vidéo, que Stan Meyer (ou Tesla) avaient des problèmes psy particuliers.

      Votre problème est que vous limitez vos mécanismes de pensée au seul connu.
      Il n’est pas question de remettre en cause la conservation de l’énergie. Mais il ne faut pas se limiter à des phénomènes d’utilisation classique de l’énergie, comme l’explosion ou le moteur électrique.
      Toute matière est énergie condensée, et on peut facilement imaginer qu’un phénomène électronique utilisant certaines fréquences puisse dissocier une molécule autrement, en douceur, avec par exemple un changement de masse infinitésimal, ce qui résoudrait votre problème de provenance de l’énergie.
      En première instance, c’est ce que semble avoir découvert Meyer, encore que bien d’autres hypothèses soient envisageables. 
      C’est dans cette direction qu’il vous faut réfléchir,au lieu de vous bloquer dans des paradigmes acquis, qui ne mènent qu’au statu quo..
      Ce que nous connaissons aujourd’hui est une misère par rapport à ce que nous connaitrons dans 50 ans. Alors autant essayer de prendre un peu d’avance, et donc d’imaginer.
      Les OVNIs sont un phénomène bien réel, qui nous montre qu’il est possible de réussir autrement qu’avec nos mécanismes de pensée classiques. Evidemment, on peut nier leur existence, mais ça ne les empêche pas d’exister. Or ils utilisent des forces qu’il ne nous reste plus qu’à découvrir (à mon avis, c’est déjà fait depuis longtemps).

    • doctorix doctorix 20 octobre 2017 10:32

      @Croa
      Jusque dans les années 20, il y avait autant de modèles de voitures a essence qu’électriques.

      Sous la pression des pétroliers, la filière électrique a été abandonnée, et les recherches ont été délaissées, sinon nous n’en serions pas là.
      Les super condensateurs sont en train d’évoluer vers de grosses capacités grâce aux nano-particules entre autres. Mais encore une fois, ce n’est pas l’avenir. L’avenir passe par un autre moyen de produire de l’électricité instantanément sans avoir besoin de la stocker. Meyer, c’est encore autre chose, il produisait du mélange HO instantanément et sur place avec très peu d’énergie électrique (rendement 1700%), en utilisant les propriétés des hautes fréquences.
      En passant, le seul point ou je suis d’accord avec Lavau, c’est sur la fumisterie du réchauffement climatique anthropique. Le réchauffement est minime depuis 20 ans, et l’homme n’y est pour rien.

    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 10:49

      @doctorix
      Je n’engagerai certainement pas un débat sur les OVNIS, mon propos est beaucoup plus ...terre à terre smiley
      Je ne crois pas qu’il suffise que les hommes « réclament » quelque chose pour que cela soit possible, je crois plutôt que lorsqu’une chose est possible, il y aura toujours quelqu’un pour l’accomplir.
      Je crains qu’un moteur à air comprimé ne puisse avoir une autonomie suffisante pour seulement sortir la voiture du parking...


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 10:54

      @Croa
      « tous les constructeurs se sont mis d’accord... » ça pouvait exister à l’époque des marchés fermés, comme cette marque étasunienne étouffée dans l’œuf dans les années 50, mais aujourd’hui, personne n’empêcherait la Chine, l’Inde ou la Russie de développer une technologie novatrice si elle existe..


    • Croa Croa 20 octobre 2017 12:14

       
      Là, je deviens mauvais puisque je ne t’avais pas repéré doctorix !  smiley

      Nous n’avons même plus besoin de l’avis des savants en ce début du XXIe siècle tant le réchauffement est visible !  Pour nier encore cette évidence il faut être un sacré crétin ou avoir intérêt à mentir en pleine connaissance de cause.


    • Croa Croa 20 octobre 2017 12:21

      À Eric F,
      .
      Tu es naïf  !  smiley
      Si tu savait le nombre de brevets achetés par les grosses boîtes à de petits inventeurs et pas seulement à des petits, pour en empêcher toute exploitation, c’est à dire pour enterrer enterrer toute innovation, tu serais surprit !


    • JC_Lavau JC_Lavau 20 octobre 2017 12:46

      @Tu te relis des fois ? « Lavau est un propagandiste qui nous est envoyé par les propagandistes climatosceptiques ».

      Avec une affirmation de ce calibre, ça va t’être difficile de te faire passer pour sain d’esprit.

    • JC_Lavau JC_Lavau 20 octobre 2017 12:48

      @Eric F. Tucker : « marque étasunienne étouffée dans l’œuf dans les années 50 »


    • foufouille foufouille 20 octobre 2017 13:11

      @Croa
      "Tesla est un savant fort connu en effet. Mais comme tous les savants il lui est arrivé de tomber sur des impasses et l’énergie « libre » en est probablement une."
      sauf que c’est un hoax.


    • foufouille foufouille 20 octobre 2017 13:18

      @doctorix
      le mieux est lé générateur à patates ou la multiprise auto amorcé.


    • JC_Lavau JC_Lavau 20 octobre 2017 13:43

      @foufouille. Sans oublier le coran alternatif.


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 14:05

      @Croa
      Les « brevets » ? les Chinois les contournent sur le marché intérieur. On peut « enterrer » des techniques concurrentes proches de celles que l’on développe, mais on ne peut pas « enterrer » une grande idée géniale, elle finit toujours par ressurgir ailleurs et autrement.


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 14:16

      @JC_Lavau
      oui, le nom m’avait échappé, c’est bien Tucker, ceci étant, bien qu’originale et à la pointe, il n’y avait pas d’invention révolutionnaire, on a même fait le rapprochement avec la Tatra 77 de 1934... Chevrolet a voulu reprendre certains solution quelques années plus tard sur la Corvair, avec les déboires que l’on sait.


    • doctorix doctorix 20 octobre 2017 19:18

      @Croa
      Nous n’avons même plus besoin de l’avis des savants en ce début du XXIe siècle tant le réchauffement est visible !  

      Oui, c’est visible à la une du figaro et sur BFM TV.
      A part ça, et mise à part cette vilaine habitude d’insulter ceux qui ne sont pas d’accord avec vous, l’origine anthropique du réchauffement est de moins en moins probable, et son intensité nettement moins forte que prévu, pratiquement inexistant depuis 21 ans.
      Déclaration de 2013 :

      Aveu de Rajendra Kumar Pachauri, président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) : « Il n’y a pas de réchauffement depuis 17 ans. »

      Putain la gaffe !!!!

      Maintenant, ça fait 21 ans.
      Alors, qu’est-ce qui est si visible ? Simplement que les modèles climatiques étaient faux et que les experts du Giec se sont plantés. Et ça valeur être très dur de manger leur chapeau.

      Dans dix ans, vous nous direz qu’en fait, une glaciation s’approche, comme le Times d’Avril 1977 :

      En fait, quand on parle de la pluie et du beau temps, c’est qu’on n’a vraiment rien à dire.


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 23:18

      @doctorix
      plutôt que « réchauffement » on peut parler de « dérèglement climatique », par exemple le réchauffement au pôle conduit à la fonte de la calotte glaciaire, ce qui refroidit localement les océans et modifie les courants, le phénomène est complexe avec des inversions temporaires, dans une tendance générale au réchauffement depuis le début de l’ère industrielle, avec une pente et une ampleur supérieurs aux périodes chaudes récentes. La « pause » du réchauffement du début des années 2000 est désormais remise en cause, les années récentes ayant été plus chaudes. Il pourrait y avoir inversion cataclysmique, ce qui ne serait pas de meilleur aloi (cf le film « le jour d’après »)


    • JC_Lavau JC_Lavau 21 octobre 2017 17:05

      @Eric F. As-tu pris tes précautions contre le réchauffement médiatique ?

      L’Adour a changé trois fois de lit et d’embouchure au cours des temps historiques. Mais il n’y avait pas la télévision pour vous faire peur. Alors qu’en nos temps hystériques, elle vous serine jour et nuit : « Wouah ! Réchauffement climatique ! Wouah ! Gaz à effet de serre ! Wouah ! Colères de la déesse Gaïa ! Wouah ! Empreinte carbone !, etc. »

    • Eric F Eric F 21 octobre 2017 18:34

      @JC_Lavau
      Il y a bien évidemment eu des modifications climatiques plus accentuées sur le « temps long », mais ce à quoi nous assistons au niveau du recul des glaciers, du dégel du permafrost ou de la réduction de la calotte glaciaire concerne une période courte. Je comprends parfaitement que l’on puisse en discuter les causes (humaines, solaires, ou combinés), ceci étant il ne me semble pas possible que ces éléments ne soient qu’une invention médiatique, dont je ne discerne du reste pas quel en serait la motivation. Par contre, je veux bien croire qu’il y a surdramatisation, dans le but de « conscientiser » (désolé pour le barbarisme) les dirigeants et les consommateurs-gaspilleurs -le moralisme médiatique a remplacé le sermon des clercs-.


    • Eric F Eric F 21 octobre 2017 18:37

      @JC_Lavau (suite)
      exemple : https://www.les-crises.fr/images/1300-climat/1380-banquise/10-epaisseur-banquise-arctique.jpg peut-on contester ce genre de mesure ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 octobre 2017 07:17

      @Eric F. Bin, Olivier Berruyer est un farouche militant carbocentriste, et il censure tout commentaire qui oserait le scepticisme.

      Nobody is perfect.

    • JC_Lavau JC_Lavau 22 octobre 2017 07:44

      @Eric F. Motivations ? Pas facile de se mettre dans la tête d’oligarques à visées mondiales tels Rockefeller.

       
      Quelques indices :
      Quand le WWF et PisseVerte lancent leurs meutes d’idiots utiles à l’assaut de l’électronucléaire français, d’une part ils cherchent à préserver leur marché captif, la dépendance redevenant totale à leurs gisements d’hydrocarbures.
       
      D’autre part, ils éliminent ainsi toute possibilité d’une politique d’indépendance gaullienne. Leur bête noire : « Vive le Québec libre ! » plus jamais ça... « Peuple d’élite, sûr de lui et dominateur », plus jamais ça à voix haute...
       
      Et enfin, avec les mythologies carbocentriste et antinucléariste ils occupent ainsi le temps de cerveau disponible des petits bourgeois râleurs qui veulent se prendre pour l’élite des citoyens conscients, en excitant leur misanthropie et leur haine des travailleurs populaires. Ainsi ils se garantissent que jamais ce qui fut le mouvement ouvrier ne puisse renaître de ses cendres. Surtout pas de cerveaux ni d’instruits avec les travailleurs manuels !

      En quatrième lieu, en lançant les médias sur le coup des « gaz à effet de serre » et de « l’empreinte carbone », ils se garantissent que jamais les mêmes militants outrecuidants, ni non plus les journalistes ignares, n’iront investiguer les questions minières, qui leur sont réservées. Et qui sont à terme sans solution.
       
      Rockefeller a financé de même Gloria Steinem et Michele Wallace, parce que la guerre sexiste permet d’épuiser les peuples dans chaque foyer, et couper leurs moyens de résistance.
      Ça vaudrait le coup d’explorer le financement d’Andrea Dworkin, aussi.

    • Eric F Eric F 22 octobre 2017 09:51

      @JC_Lavau
      Je ne pense pas que les courbes de températures ou des effets comme la fonte de la banquise puissent être falsifiés avec la complicité de la très grande majorité des experts de tous pays, Chine ou Russie inclus. Ceci étant, si le phénomène de dérèglement me parait indéniable, et que la corrélation avec les rejets de l’ère industrielle me parait extrêmement troublante, il est évident qu’il y a surexploitation politico-médiatique pour différentes raisons, notamment la ponction fiscale (sujet de mon article), l’idéologie écologiste, les lobbies éolien et solaires, voire le détournement des consciences que vous évoquez etc.
      Par contre, je pense que la phobie-co2 est au contraire favorable à la filiale nucléaire qui a une faible « empreinte carbone » et permet à la France d’être bien classée sur ce point, les attaques des anti-nucléaires portent sur les risques d’accident et la question des déchets, ce qui n’est pas sans fondement, même si la population française (et l’industrie) se satisfait plutôt de la situation permettant des prix d’électricité compétitifs. Que les consortium pétroliers sponsorisent les milieux anti-nucléaires ET les opposants aux régimes souverainistes me parait également très probable.


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 octobre 2017 14:19

      @Eric F.J’ai déjà expliqué, et je suis loin d’être le premier, comment les bureaucraties qui accordent ou suppriment les crédits obtiennent par la menace qu’ils falsifient au moins leur conclusion et leur résumé :

       

      La fraude à « 70 % des arbres menacés par le changement climatique »

      Il est hyper-chiant de contourner les bogues de SPIP pour réussir à vous transmettre les liens sur les autres articles, sur ces fraudes obligatoires. Sinon COUIC ! les crédits...
      Ce sont mes premiers articles sur ce site. Avant que tous mes autres articles soient bloqués systématiquement.

    • Eric F Eric F 22 octobre 2017 19:54

      @JC_Lavau
      De mon point de vue, ce que vous indiquez (pressions sur les experts) existe certainement et peut conduire à une exagération ou une atténuation mais pas à un complet renversement du contenu des différents études, qui sont nombreuses et proviennent de différents pays. En un mot, je pense qu’il y a surdramatisation mais que le phénomène de dérèglement climatique est néanmoins réel.
       
      C’est un peu comme cette histoire de pollution liée au diésel : le chiffres de « 42000 morts annuels liés au diésel » est une exagération hyperbolique, il n’en reste pas moins que les particules sont effectivement toxiques et qu’à terme il serait bénéfique d’avoir des moteurs plus propre (hydrogène ou électrique), par un remplacement progressif -aidé éventuellement par des primes- du parc automobile, sans pour autant stigmatiser et brimer fiscalement les usagers actuels qui avaient été incités à acheter un véhicule diésel plutôt qu’essence jusqu’au revirement depuis trois ou quatre ans.


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 octobre 2017 20:44

      @Eric F. Encore faudrait-il prouver qu’il soit arrivé un temps où le climat ait été « réglé ». En tous temps, en tous lieux, le climat a toujours été sauvage et chaotique. Il n’a jamais cessé de fluctuer à toutes les échelles.

      Et cela bien davantage en ce Quaternaire où il y a des glaciations, que dans les ères amplement majoritaires où les glaciations étaient impossibles, faute de traverser un bras galactique.
       
      Tu ne prends toujours pas la mesure de l’opacité ni de la perversité du pouvoir des marionnettistes.
      On citait le 15 octobre un article qui n’en finissait pas de brosser à reluire la mythologie carbocentriste, - sinon il est juste impossible de publier - tout en prouvant que le volcanisme sous-marin dirige en réalité les alternances Niño-Niña.
       
      http://news2.nemoweb.net/ fr.soc.environnement Sujet Re : Une relation entre El Niño et les éruptions volcaniques dans le Pacifique 

       https://www.notre-planete.info/actualites/4240-volcans-sous-marins-climat-Terre

      J’ai aussi cité les menaces explicites de Marc Dubois, dit « Mad », envers celui qu’il présumait être Sylvain Delzon : Tu as touché l’argent RCA, tu ne peux plus reculer, sinon je te dénonce au CNRS comme un irresponsable...

       
      Etant repéré comme réfractaire aux mythologies aux ordres, je suis désormais interdit de publier ici. Issam Zahreddine a donc été assassiné une seconde fois par Agoravox.

    • Eric F Eric F 22 octobre 2017 23:23

      @JC_Lavau
      je suis relativement novice sur ce site, mais j’ai constater voir qu’il existait des « groupes de connivence » de blogueurs (on le voit dans les évaluations de commentaires : certains se ramassent une vingtaine de « 5 étoiles », d’autres opposées une vingtaine de « 1 étoile »), peut-être certains qui vous sont hostiles bloquent-ils en tant que « modérateurs », pour autant il m’a semblé que sur ce site, la majorité des articles sont plutôt « non alignés » (donc réfractaires) par rapport au courant mainstream politico-médiatique.


    • JC_Lavau JC_Lavau 23 octobre 2017 08:38

      @Eric F. Ils n’ont repéré qu’une faible partie des mensonges de la propagande médiatique hégémonique.

      Agoravox est essentiellement cabanellistique.

  • Esprit Critique 19 octobre 2017 19:28

    Tout ce barratin pour comprendre ce qui se voit comme le nez au milieu de la figure depuis toujours :

    L’écolo-politique est un demeuré, tous et toutes (je rigole un peu), sont inculte scientifiquement et de toute façon totalement abruti d’idéologie. 

    Les socialos et autre convertis « En Marche », Seul le fric a ramasser sur l’augmentation du Gasoil les intéressent pour entretenir la fuite en avant, seul idée qu’ils ont jamais eu.

    Si il n’y avait que des diesels de conception récentes équipés tous de filtre a particules, et d’une installation de traitement du dioxyde d’azote, la Bagnole a moteur thermique ne polluerait pratiquement plus.

    Problème cette engin serait trop cher pour le smicard, ce parasite nécessaire a l’épanouissement économique du Bobo Parigot.


    • Croa Croa 19 octobre 2017 22:01

      À Esprit Critique,
      Tu devrais lire les autres avant de poster. La pollution est un problème, surtout en ville, mais ce n’est pas la principale nuisance ! Or, les automobiles récentes produisent encore plus de GES que les anciennes. Elles sont plus grosses et font plus de km/an. Quand au bobo parigot au moins peut-il se permettre de nous critiquer car c’est le plus exemplaire, beaucoup de parisiens n’ayant pas de voiture ! 


    • Nolats Nolats 19 octobre 2017 22:04

      @Esprit Critique
      à propos du « bobo parigot », c’est quelqu’un de ce genre qui a inventé la « prime à la conversion » : reprise d’un véhicule diésel de plus de dix ans pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride-rechargeable neuve. Comme si les gens qui se trainent une vieille voiture avaient les moyens -même avec prime- d’acheter une électrique neuve, qui ne correspond par ailleurs pas au même type d’utilisation ! Pas étonnant que cette mesure soit un bide. Mais les constructeurs automobiles s’y mettent aussi contre l’achat d’un véhicule neuf aux normes actuelles, pour eux c’est une opportunité de vendre un modèle plus récent et plus cher, et de se racheter une image vertueuse...
      En attendant, vieux diesel polluant ou nouveau diesel avec filtre à particules et piège à oxydes d’azote, même punition : 7 ou 8 centimes de hausse des taxes par litre chaque année.
      Il faudra bien économiser sur quelque chose pour amortir cela ...par exemple en gardant plus longtemps sa vieille voiture polluante !


    • Eric F Eric F 19 octobre 2017 22:34

      @Croa
      les parisiens n’ont souvent pas de voiture, mais un réseau de transport en commun bien « maillé ». Pour les provinciaux, l’équation est différente.


    • Croa Croa 19 octobre 2017 23:49

      À Nolats 7 ou 8 centimes en plus le litre ça laisse le gazole encore très bon marché. Les produits pétroliers sont en réalité vendus à vil prix. C’est parce que c’est pas cher que nous sommes devenus dépendants de la bagnole. Une politique responsable aurait voulu que ce soit taxé bien plus fort encore, ce qui permettrait de préparer la transition à venir par une détaxe équitable à ce moment là. Mais de toute façon... smiley il est déjà trop tard !  smiley


    • Esprit Critique 20 octobre 2017 10:17

      @Croa
      Brillant raisonnement, ça me rappelle Toubon , Maire de Paris qui avait proposé comme solution des barrières aux portes de Paris au niveau du périf pour empêcher les banlieusards de rentrer.

      Dommage qu’il ne l’ait pas fait, une barriére marche dans les deux sens, et les Bobos parigots auraient été con-finés depuis ....


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 11:34

      @Croa
      je ne partage évidemment pas votre point de vue sur le « vil prix », le carburant est taxé à 150% (c’est à dire que pour 100€ de prix net raffiné/distribué, il y a 150€ de taxes, qui constituent donc 60% du prix total final). C’est la gabelle moderne.
      L’alternative serait un réseau de transports en commun considérablement plus dense en régions, mais à partir d’une certaine faible densité, cela ferait circuler des bus le plus souvent vides, moins économique que des voitures utilisées selon les besoins. Et puis, allez acheter des rouleaux de laine de verre à Brico et ramenez les en tram, vous m’en dires des nouvelles smiley


    • Croa Croa 20 octobre 2017 12:34

      À Eric F
      Malgré cette taxation le carburant reste très bon marché. Si on compare avec le transport collectif lorsqu’il n’est pas subventionné ça reste moins cher de rouler en bagnole même seul à bord ! (Comparaison valable avec le TER plein tarif mais évidemment pas avec les transports de villes tous largement subventionnés.)
      C’est si vrai que même lorsque le transport est gratuit (cas des cars de ramassages du personnel autour des grosses boîtes, certains patrons offrant ce service) il y a encore des gens qui préfèrent s’en passer tellement ils aiment leur bagnole ! (Pas nombreux il est vrai et plutôt les cadres.)


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 12:49

      @Croa
      Non, ce n’est pas « bon marché », car le carburant n’est qu’une partie du cout d’usage de l’automobile, il faut tenir compte de l’amortissement de l’achat, de l’assurance, de l’entretien, des péages éventuels, c’est ce cout global qui peut se comparer aux transports en commun ...lorsqu’ils existent, car encore une fois l’équation diffère entre urbains, banlieusards, et provinciaux.
      Le problème que j’évoque est le surcout pour les usagers des effets de la hausse décrétée.

      PS : quoique cadre, j’étais l’un des seuls de ma boite à venir à l’entreprise à vélo même en hivers, mais c’est une autre histoire smiley


    • Croa Croa 20 octobre 2017 14:56

      À Eric F,
      Pas tout à fait. Sinon tout le monde roulerait en 2CV, voire en voiturette (si la bagnole n’était nécessaire que pour aller au boulot et/ou faire les courses.) En fait les gens ont majoritairement comme une envie de voiture, de la posséder et d’affirmer un statut social, ce que les marchands d’automobiles ont parfaitement intégrés d’ailleurs (voir leurs pubs !) . C’est pourquoi la bagnole de tout un chacun est toujours plus grosse et plus belle que nécessaire. Cela a un coût et ce coût est fixe, qu’on se serve de la voiture ou pas. Ces coûts fixes sont ceux de l’achat (à diviser par le temps de possession pour l’évaluer sur une année), l’assurance et le contrôle technique (divisé par 2 sur l’année.) Les coûts fixes n’ont pas à être pris en compte dans une comparaison avec les déplacement en transports en commun (ou alors à l’envers car plus on utilise l’automobile mieux on amorti ces frais fixes. Ce que confirme la réalité, à savoir que les automobiles récentes font beaucoup plus de km/an que les autres.)
      .
      Suite à quoi le coût d’usage de l’automobile ne comprend que le carburant (pour l’essentiel) et les usures diverses (pneus, freins, etc... ). Quand on voyage il faut y ajouter les péages bien sûr mais c’est là un choix comme celui de préférer le TGV à l’autocar pour celui qui ne voyage pas en voiture. Grosso-modo sur cette base là, utiliser sa voiture c’est moins cher la plupart du temps et souvent très largement (cas où la solution alternative passe par un TER.)
      .
      Ou alors il ne faut pas du tout avoir de bagnole !


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 21:25

      @Croa
      Non, le « prix de revient kilométrique », qui est pris en compte notamment pour les frais de déplacement professionnels, comporte bien l’amortissement du prix d’achat et la ventilation des frais fixes (exactement comme les couts de logement ne se limitent pas à la facture d’électricité) , et effectivement les « couts par kilomètre » ces frais fixes sont plus faibles lorsqu’on roule beaucoup, les impots ou entreprises utilisent des barèmes moyens.
      Il y a certes dans la possession d’une voiture une part de plaisir ou de « représentation », ceci étant il y a davantage d’achat de véhicules d’occasion que de neuf.
      Vous pourriez me rétorquer que le cout de carburant est « dilué » dans le cout global dont il ne représente qu’une fraction, c’est pourquoi le chiffre que j’indique est le « surcout de la hausse de la taxe » toutes choses égales par ailleurs.


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 21:29

      @Eric F
      je précise : si on habite loin du boulot ou des commerces, sans transport en commun, on *usera* plus vite sa voiture, l’achat du véhicule de remplacement fait partie des frais induits.


  • HELIOS HELIOS 20 octobre 2017 00:11

    ... Grenelle ou pas, ce qui est primordial pour un gouvernement c’est :


    - ramasser le plus de fric possible, non pas pour en faire de l’amenagement du pays et de la redistribution aux citoyens, mais d’en alimenter des systeme financiers dont ils sont dépendant et profiteurs.

    Alors, la-dedans le diesel, l’essence, le nucleaire, les eoliennes, l’electricite bien sur tout le monde s’en fout... sauf les ecologistes qui se sont construit un dogme, essentiellement basé sur l’automobile, car cette dernère est un symbole de la liberté, cette liberté que les dogmatiques n’aiment pas.

    Les gouvernements profitent des ecologistes parce que ce sont les idiots utiles qui reussissent a convaincre les plus faibles d’entre nous, ceux qui malheuresement n’ont pas pu s’informer suffisament pour appréhender la réalité et se forger leur propre opinion.

    Dans le cas spécifique des vehicules, ce qui serait le plus efficace en termes de « pollution », si tant est que le CO2 soit une pollution - au passage les produits emis par la combustion de l’essence sont loin d’etre inofensifs- serait la génération et l’usage a bord du vehicule de l’hydrogène.

    Utiliser de l’eau, un catalyseur pour produire cette hydrogène qui brule tres bien dans un moteur thermique avec l’oxygène ambiant est une bsnne solution, mais transitoire seulement, car cette combustion génère pas seulement de l’H2O mais d’autres produits tels que des ions NH bien acides et toxiques (oui, il y a de l’azote dans l’air du moteur).

    L’etape suivante serait la « nouvelle pile a combustible » outils évolué des versions dApollo dans l’espace qui elle produit directement l’electricité utilisé dans les moteurs electriques.

     Oui mais voila, la structure commerciale actuelle avec moteur thermique quels que soit leur carburant rapporte une vraie fortune aux constructeurs, alors qu’un vehicule electrique muni de 4 petits moteurs dans les roues permet, et dont la cinematique est controlée par logiciel, d’en reduire les couts par 3 au minimum et quasiment en faire disparaitre les frais d’entretien.

    ... et pas que ! puisque l’objet de cet article est le prix des carburants, la diminution de leur consommation avec l’arrivée des vehicules tout electriques crée une forte diminution de l’entree de la TIPP dans les caisse de l’etat. 
    Celui ci va devoir rapidement trouver une solution de remplacement pour nous faire payer le manque a gagner.
    L’idée des portiques qui avaient l’arriere idées de faire payer au passage ayant été effacée, c’est soit le compteur electrique adapté a cela pour recharger la voiture ou le relevé kilometrique au controle technique - ou periodique dans une structure a creer expres, Il reste aussi la location de la batterie comme le pratique Renault ou un paiment d’une taxe supplementaire pourrait venir.

    Bien, c’est long comme d’habitude, mais qui argumente de nos jours ?

    • JC_Lavau JC_Lavau 20 octobre 2017 07:34

      @HELIOS. Qu’attends-tu pour proposer l’avion électrique à l’armée de l’air ?


    • Eric F Eric F 20 octobre 2017 11:20

      @HELIOS
      le moteur à hydrogène est théoriquement simple mais pratiquement compliqué du fait du maniement de ce gaz ; des protos existent, le déploiement à grande échelle est plus problématique.
      Votre remarque sur le manque à gagner fiscal lié au développement de la voiture électrique est très pertinente. Dans un premier temps l’état fera raquer plus encore le « parc en circulation » de voitures thermiques (c’est pourquoi j’ai parlé de « traquenard » dans le titre). Dans un second temps il trouvera le moyen de faire payer l’usage de l’infrastructure routière par les voitures électriques, peut être qu’une adaptation du « mouchard » (chronotachygraphe) des poids lourds sera greffé d’origine dans les voitures, qui seront « connectés » comme de bien entendu (big brother veille sur vous).


Réagir