mardi 27 novembre 2018 - par velosolex

De la révolte des bonnets rouges, à celle des gilets jaunes, le même moteur à quatre temps de l’explosion sociale

Non anticipation de la crise, transformation des victimes en coupables, mépris de la province et de ses préoccupations, passage en force de décisions dogmatiques, renforcement des injustices : L’actuel mouvement dit des gilets jaunes n’est pas sans évoquer la révolte des bonnets rouges. Je parle ici du mouvement de 1675, qui agita la Bretagne, et fut si moqué par Madame de Sévigné lors de sa répression… 

     « Comment peut-on être persan ?", se demandaient les parisiens, dans "Lettres Persanes" ! Montesquieu déjà se raillait de l’ethnocentrisme des parisiens, médusés par la différence de l’étranger, incapable de comprendre qu’on ne puisse vivre comme eux.

    « Avoir l’air de revenir de Pontoise.. » Il suffisait d'évoquer cetite bourgade située au dix-huitième siècle, à travers cette expression, pour faire comprendre que le type dont on parlait avait tout du parfait ahuri ! Nos bas bretons savent trop que l’expression française baragouiner vient du breton, bara, signifiant pain, et gwin, le vin.

     La légende veut qu’un breton de Cornouailles n’avait que ces deux mots à la bouche, afin de se faire comprendre, perdu dans la capitale. Le sens du mot en tout cas est clair : Il désigne l’incompréhensibilité d’un langage primaire. Qu’en est dit donc des revendications de nos provinciaux ? Ont elles trouvé une légitimité accrue, depuis que nos gilets rouges ont quitté leur désert pour fouler « la plus belle avenue du monde » ?

 

    Augustin Trapenard était-il vraiment bien perçu, à l’autre bout du pays profond, quand il faisait ce 26 au matin son billet d’humeur, lors de son émission « Boomerang », sur France-inter. Ne parlait-il pas un peu comme Madame De Sévigné, fustigeant la racaille, lors du mouvement de révolte qui traversa la Bretagne en 1675 ?

     En préambule de son émission, il opposait dans leur déroulement médiatique la légitimité de deux manifestations parisiennes : L’une contre la violence faite aux femmes, et l’autre, dite "des gilets jaunes"........ Il regrettait ostensiblement que la marche des femmes n’ait pas obtenu la même couverture médiatique ; comme si les médias avaient l’obligation de se conforter à une charte, de respecter des temps d’antennes, comme à un rendez vous politique, entre deux adversaires. La surmédiatisation des gilets jaunes peut-elle provoquer la nausée, mettre en colère, ou est ce un fait politique majeur, qui doit être couvert ? …..https://bit.ly/2S8xyva extrait ;

         « On joue le jaune plutôt que le violet. On préfère les dérives les débordements, aux marches organisées…. Parce que ce qui s’est passé dans le traitement des informations de ce week-end relève au pire de la misogynie, au mieux à la soumission à une ordre patriarcale… »   

    Notre journaliste se répand longuement sur la marche « violette » : « Qu’elle se doive d’attirer l’attention, d’avoir des répercussions, de provoquer des changements, de faire sensation ! »

    C’était exactement l’ambition aussi des gilets jaunes !.... Parmi eux bien des femmes, qui auraient pu tout autant certainement défiler en violet, à une autre heure. Pour quelle raison étrange doit-on cliver les deux mouvements ? La violence faite aux femmes est bien sûr insupportable ! Mais aux pays tout autant !. Et il n’est pas besoin d’être grand clerc pour affirmer que la violence est endémique, et que la violence institutionnelle et les choix économiques induissent des comportements dommageables dans les familles ! Que le chômage, l'exclusion, la solitude et le mépris sont tout autant que l'éducation, des éléments à prendre en compte dans la dynamique de la violence ....

      Bref, les deux causes sont loins d'être antinomiques, et tenter de les cliver, s'apparente à une tentative de de tri selectif, dont on devine facilement quelle couleur de gilet ira dans le tout venant ! Les marcheurs du président, avec leur camion benne n'y trouveront rien à dire, ravis d'avoir de tels échotiers pour les servir ! "Il n'est de bon bec que de Paris" Disait déjà François Villon.

       Rencontre des contraires, de deux géométries opposées, ou quand le centre du cercle rencontre la circonférence. L’aménagement du grand Paris, avec l’explosion de son budget dithyrambique, a déjà un échéancier, tandis que dans les territoires, le désespoir monte : Des maires cherchent comment ils vont parvenir à entretenir le réseau routier qui leur est maintenant échu, se contentant de mettre des rustines de goudron, plutôt que de refaire la route..

    Fait on partie encore du même pays ?... Cette révolte avec « ses débordements » est-elle illégitime, incompréhensible aux parisiens des belles avenues sanctuarisées, horrifiés devant les barrières entassées, les vitrines brisées ? Comme surjouent les politiques en place, tentant de diaboliser ce qui leur échappe, et qu'ils ont pourtant créé, et qui leur revient comme un boomerang, !….Le nom de l'émission.... 

      Y a-t-il d’ailleurs un mouvement quelconque qui n’est pas eu ses soldats perdus, ses black blocks opportunistes, ses demeurés folkloriques qui s’attachent à la queue où à la tête de toutes les armées du monde, sans pourtant en ralentir la marche, ou le sens. ? ...

      A quoi ça sert d’avoir vécu la commune et Mai 68 pour avoir des réactions de dames patronnesses indignées ? Faut-il chaque fois évoquer le « populisme » un mot devenu fourre tout pour dénoncer ceux qui refusent de crever la gueule ouverte ?…. Et tenter d’amalgamer à chaque fois les manifestants vers les partis extrémistes, à mi chemin de l’imbécile ou du naïf manipulé, ou du crétin ne comprenant rien aux enjeux de la modernisation. Un classique du traitement de l’information, de manipulation outrancière, qu’on a déjà entendu hier à Notre Dame des Landes, avec ces dangereux « zadistes » circulant la bave aux lèvres.

     Mais le danger ne serait-il pas justement qu’à un moment les citoyens de base ne s’interrogent sur la pertinence de rester encore dans l’ensemble, et de se cliver vers une sorte de zad à grande échelle ? Révolte des bonnets rouges ? Pour beaucoup, même en Bretagne, cela n’évoque que le refus des portiques payants, un mouvement très médiatisé, bien que marginal, et qui fut monté par les patrons de l’agro alimentaire breton pour lutter contre un projet de taxer le fret.

      Mais ce mouvement se référait à une page mal connue, refoulée, car sans doute peu glorieuse de l’histoire de France, qu’on nomma aussi « la révolte du papier timbré  ». C'est alors que le Bretagne est en difficulté que sont mis en place de nouveaux impôts. Louis XIV est en guerre contre la Hollande depuis 1672 ; cette guerre, qu'il imaginait courte, s'allonge. La fiscalité s'alourdit pour répondre à l'effort de guerre. Incorporée depuis plus d’un siècle dans le royaume de France, la Bretagne a perdu son autonomie, mais aussi son économie florissante. (Joël Cornette : Au seizième, la Bretagne disposait de plus de 2000 mille navires de commerce : https://bit.ly/2KyY7ar     Ses exportations dépendant du trafic portuaire, où la pays exporte ses voiles, sont en effet pétrifiées par le blocus maritime que les états de Hollande ont mis en place. Victime de décisions militaires catastrophiques, et de visions à courte vue, les Bretons appauvris s’insurgent, contre ces taxations, contraire à l’esprit du traité qu’ils avaient ratifié lors de leur annexion à la France. https://bit.ly/2zmiNhB ( La révolte des bonnets rouges-Hérodote)

     Ce timing malheureux, entre charges nouvelles imposées aux provinces, dans une contexte de misère économique due à un roi méprisant et hautain« droit dans ses bottes » dilapidant le reste de la trésorerie à Versailles, enflamme le pays Breton. Papier timbré imposé pour tout acte administratif, taxes nouvelles sur le tabac, mais aussi sur la vaisselle d’étain : Nantes, Rennes, Carhaix, chateaulin, c’est en fait tout le pays qui se soulève.

     A plus de trois siècles de distance, la révolte des gilets jaunes montre les mêmes analogies. Les déserts se sont multipliés dans le pays, les services d’état se sont raréfiés à l’extrême. En un demi siècle, un lent détricotage de la France rurale s’est faite, faisant disparaître les hôpitaux, nombre d’écoles et de gendarmeries, les commerces et les emplois s'y rattachant, amenant cette diagonale du vide, qui prend de plus en plus ses aises, au sien du pays.

    Bientôt on parlera d’un hexagone du vide. Le « sentiment » d’abandon est accablant, l’avenir devient redoutable à envisager ! « Sentiment » est devenu un élément redondant de langage en vogue au sein du gouvernement, celui-ci préférant évoquer le coté suggestif de la chose, pour couper court à toute perspective fâcheuse…..

     Pourtant nous sommes dans la réalité dure, celle émergeant d’un choix de société, sur fond de libéralisme mortifère... L’état remplit de moins en moins ses fonctions régaliennes dans les « territoires », ces réserves d’indiens, où ne passent même plus le train dans la prairie. Il faut se rappeler que Fernand Braudel, historien prestigieux, qui écrivit sur ces derniers jours « l’identité de la France » avait coutume de dire que le rail, dans les provinces, avait fait davantage pour le sentiment appartenance à la France, que la révolution de 1789.

     En clair il signifiait que l’action est supérieure au verbe, qu’il ne suffit pas de proclamer « Liberté-égalité-fraternité », du haut d’une estrade, mais qu’il faut créer le cadre ! On paiera son impôt avec beaucoup plus de facilité si celui-ci est compréhensible, s’il y a un véritable deal, une vision où chacun se sentira respecté, et aidé, intégré à un projet collectif.

      Au delà des justifications économiques à courte vue, s’affublant c’est un comble du précepte de sécurité, ( car si l’on ferme une maternité on évoquera hypocritement le risque lié à la sécurité, après avoir amputé le budget) effleure le mépris. Le provincial est transformé en benêt, le gilet jaune à un sans culotte qui s’échauffe et écluse des bières autour d’un rond point…

   Les images TV et les les interviews sont censés donner des éléments de réflexion au lambda moyen, qui se fera une opinion, étayé cependant selon l’endroit où il vit. Révolte des pauvres, des exclus, des dieselistes pétaradant au volant de leur vieille caisse, et refusant de comprendre la noblesse de vue de notre président, regardant les objectifs de la COP 21, les yeux tournés vers l’horizon, comme Clemenceau regardant la ligne bleue des Vosges.

     Allez savoir si ces têtes brûles, adipeuses, faisant peur à certains journalistes bourlingueurs, ayant connu pourtant les pires conflits du bout du monde, et n’ayant jamais eu aussi peur, n’ont pas débusqué là le véritable ennemi intérieur, encore plus redoutable que les âmes perdues de Daesh, « Ils avaient la bave aux lèvres ! » Nous dit ainsi un journaliste de BFM TV !….. » https://bit.ly/2QlslD7

     Quelle idée aussi de partir en mission dans la fumée jaune sans porte flingue à ses côtes, genre Benalla !... Ce journaliste ne s’est pas fait breaké ! Il aurait dû prendre conseil à Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement. Griveaux a en effet fait une sortie très remarquée, commentant une idée de Wauquiez, évoquant la mise en place de compensations financières aux plus impactés par les décisions gouvernementales : « Son ticket carburant, c'est de la subvention à la pollution. Wauquiez, c'est le candidat des gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel. Ça n'est pas la France du XXIe siècle que nous voulons. »

      On voit par là que la France voulue ne correspond pas au paysage rural, fantasmé, une image empreinte de la culture canal + nulle part ailleurs, et Deschiens. Les gueux ont osé monter à Paris, salir la plus belle avenue du monde, et même faire les grands titres. Parfois, la violence vient tout autant d’être à se point caricaturé, et nié.

    Me revient la répression des bonnets rouges. La mise en chauffe. Le 3 juillet 1675 , Madame de Sévigné écrit à sa fille : « On dit qu'il y a cinq cents ou six cents bonnets bleus en Basse-Bretagne qui auraient bien besoin d'être pendus pour leur apprendre à parler ».

      Les espérances de la divine marquise seront exhaussées au-delà. Les âmes sensibles seront conviées à ne pas lire les faits horribles qui s’attachent à cette époque... Reste de tout cela encore la mémoire des pierres, des monuments : Combien de touristes surpris, devant ces clochers coupés, ces chapelles cassées en deux, une des représailles du pouvoir en place, et toujours en nombre en Bretagne. Ce sont les livres de mémoire dépliées en pleine nature.... Elles attestent encore de cette grande barbarie, où les soldats de Louis quatorze pendirent à tout de bras, violèrent, et mirent, comble de l’horreur, même des petits enfant à la broche.

     On comprend que le pouvoir royal préféra détruire les archives, au parlement de Rennes, tant cela est infamant. Il fallait casser le pays, faire une exemple, faire table rase. Répression courte, dans le temps, mais aveuglante, rappelant comme le rappelle de façon alerte Madame De Sévigné, comme une partie de campagne…...

    La ville de Rennes, siège du parlement Breton fut obligé de nourrir et de loger la soldatesque, celle-ci pillant, violant, détruisant la moitié de la haute ville. Le parlement Breton fut déplacé à Vannes, comble d’humiliation. Mais sans doute que le Breton, parlant une langue incompréhensible au Parisien, nouvellement intégré au royaume comme une colonie, est alors le comble du provincial, presque un sauvage qu’on peut se permettre de mépriser, avant de l’instruire peut-être des usages du royaume.

     Le marchand rennais Duchemin note dans son journal que tous les soldats ont tellement « vexé les habitants qu'ils ont jeté de leurs hôtes et hôtesses par les fenêtres après les avoir battus et excédés, ont violé des femmes, lié des enfants tous nus sur des broches pour les vouloir faire rôtir, rompu et brûlé leurs meubles, démoli les fenêtres et vitres des maisons, exigé grandes sommes de leurs hôtes, et commis tant de crimes qu'ils égalent Rennes à la destruction de Jerusalem  »

    C’est de cette histoire, qu’émergea ce breton fantasmé, têtu, cabochard, fort en gueule, un peu stupide, et qui a besoin d’être maté, auquel fait allusion madame De Sévigné, moins belle dans la nature que dans son style. . Se rendant à son château de Vitré, elle se fend encore de quelques bons mots, dans une belle empathie naturelle : « Nos pauvres bas-Bretons, à ce que je viens d’apprendre, s’attroupent quarante, cinquante, par les champs, et dès qu’ils voient les soldats, ils se jettent à genoux et disent mea-culpa. C’est le seul mot de français qu’ils sachent… », écrit-elle, entre autres joyeusetés, le 24 septembre 1675 

      « J’ai, continue-t-elle, une toute autre idée de la justice, depuis que je suis dans ce pays. Vos galériens me paraissent une société d’honnêtes gens, qui se sont retirés du monde pour mener une vie douce : nous vous en avons bien envoyé par centaines ; ceux qui sont demeurés sont plus malheureux que ceux-là ! » …Rennes est comme une ville déserte ; les punitions et les taxes ont été cruelles ; il y aurait des histoires tragiques à conter… (en octobre 1675)…) https://bit.ly/2ByLXM0 : Source Le Génocide Breton | BZH Reflexion

      Bien sûr, les idées ont évolué, les mœurs se sont apaisés, autant que les comportements et les éléments de langage. Pourtant de temps en temps un dérapage survient, comme un retour du refoulé de la vieille France royaliste, centralisée, du château, sûre de son fait, et de pertinence de ses décisions, enjambant les juridictions régionales, et les parlements que l’on bafoue ……Sans doute que le Breton, parlant une langue incompréhensible au Parisien, est alors le comble du provincial, mal dégrossi, et qu’on peut se permettre de mépriser, avant de l’instruire peut être des usages du royaume.

      Qui a écouté la modération des présidents de région, très mesurés, quand notre bon Edouard Philippe a imposé sans concertation la limitation à 80 km/ heure. Ils avaient compris, quel que soit leur bord politique, de la profonde inadéquation de ce genre de décision avec la réalité d’un terrain déjà excentré. La genèse des gilets jaune à bien des sources. Mais beaucoup de gens en colère contre des décisions injustes, ramenant le thème d’un politique propice aux riches, avaient noté l’hypocrisie matoise, faisant tomber des sous dans la caisse de l’état, sous une argumentation fallacieuse et hypocrite.

    La limitation serait indispensable pour votre sécurité, tout comme la taxation du diesel le serait à votre santé et à celle de la terre ?... A la bonne heure ! Mais qui est dupe. Sécurité et écologie sont évoqués uniquement quand il s’agit de faire entrer des sous, mais oubliés quand ils fâchent les intérêts des copains, et des lobbys. https://bit.ly/2DYSyBS : (La colère des gilets rouges, conséquence de l’enfumage politique – Contrepoints.)

       Pourquoi ne rend-on pas les autoroutes gratuites ?…. Pourquoi protège-t-on les producteurs de pesticides, et tous ceux de l’industrie de mort ?….Pourquoi n’interdit-on pas les monstres de pollution que sont les bateaux de croisière, qui vivent actuellement un nouvel âge d’or .. Utilise-t-on ces monstres des mers pour aller au boulot ?.. Nos meilleurs intellectuels donnent parfois des conférences à bord, discourant sur l’état de la planète devant un parterre d’happy few ?….Qui n’a pas vu ces publicité de voyage « culturels » autour de la Méditerranée, ou dans les fjords des pays du nord ? Dans ce monde clivé, psychotique, l’absurdité est patente, et l’apragmatisme des gouvernants insupportable ! Ces dérives seraient comiques, semblant sortir d’un théâtre de guignol, et on en rirait bien, si elles ne nous amenaient pas en enfer. Mais la soumission aux puissances d’argent fait que l’aérien ne sera pas déranger le moins du monde, mais au contraire encouragé, toutes ailes dehors, bénéficiant même d'éxonération des taxes sur le kérosène….

     Le conducteur de base perdu dans sa province, se voit comme le maillon faible ! Il ne s’agita pas de défendre le diesel en lui-même, en effet mortifère, mais de défendre les gens qui l’utilisent, et qui n’ont guère le choix. Les faire payer davantage ne changera pas leur pratique, pour la bonne raison que leur voiture a été rendue indispensable par les abandons successifs de l’état, n’offrant pas d’alternative aux sacrifiés. Voilà la raison pour laquelle la plupart des écologistes dénoncent cette politique ridicule, refusant d’être eux pris pour comme derniers boucs émissaires de l’’affaire, avec ce mistigri qu’on se refile… https://bit.ly/2QgxSej Les gilets jaunes, nouveaux « ploucs émissaires » ? - Le Figaro

      Bécassine est un héritage de cette histoire des bonnets rouges, même si elle porte une coiffe bretonne. . Même si cette grande cruche un peu brave fait sourire aujourd’hui, elle n’en est pas moins la marque historique du dédain du pouvoir Parisien envers la province. A ce titre la Bretagne fut longtemps, l’exemple même d’un dépliant naïf, simpliste, à l’histoire occultée, tour à tour fantasmée et méprisée par les élites parisiennes, à l’image des colonies plus tard. L’image du tirailleur Sénégalais buvant son chocolat Banania, remplaça un jour celui de Bécassine. Il faut se rappeler qu’ils sont frère et sœur ! 

     Louis quatorze, « roi soleil » ne fut en fait qu’un roi d’ombres et de ténèbres, bien loin de la magnificence du château de Versailles et de ses lumières, ne brillant que pour quelques milliers de privilégiés. Son règle sera marqué par bien des infamies. Les Cévenols gardent en mémoire la terrible répression de ses dragonnades, suite à la suppression de l’édit de Nantes, qui garantissait la liberté de culte... C’est une autre histoire, que cette de ces Huguenots qui s’en allèrent en de longues cohortes s’expatrier par force, et faire la fortune de l’Allemagne et des pays de La Hanse.

      Sur son lit de mort, s’adressant au dauphin, voulant soulager sa conscience, et être de bon conseil, le roi regretta son œuvre : « Mon cher enfant, vous allez être bientôt roi d’un grand royaume : ce que je vous recommande le plus fortement, est de n’oublier jamais les obligations que vous avez à Dieu... Souvenez-vous que vous lui devez tout ce que vous êtes... Tâchez de conserver la paix avec vos voisins. J’ai trop aimé la guerre : ne m’imitez pas en cela, non plus que dans les trop grandes dépenses que j’ai faites. Prenez conseil en toutes choses, et cherchez à connaître le meilleur, pour le suivre toujours"

       Prendre conseil. Écouter, ne pas prendre des décisions à l’emporte pièce. Prévoir, anticiper. Déployer lentement ses pièces sans hâte, au lieu de renverser l’échiquier. Mais le jeu d’échecs est-il une bonne métaphore ? Pourquoi faudrait-il qu’il y ait un vainqueur et un vaincu ? Il y aurait beaucoup d’économie et d’intelligence à ce que tout travaille de concert, qu’on s’attaquent aux injustices, au maillage du territoire, qui en garanti la cohésion.

     La vision du territoire n’est pas chose anodine. C’est elle qui fabrique nos représentations mentales. Et réciproquement... Deux mondes se font face, dans l’incompréhension la plus totale. L’un semble avoir des assurances, celui d’une soumission au libéralisme, et à ses diktats, envisageant toute divergence comme opposition à détruire, utilisant pour cela le couperet de la norme, de la conformité, de l’appellation, des chartes et des circulaires.

     Quelques Apaches émergent, protestent quand les traités de paix sont outrageusement bafoués, quand on réduit un peu plus leur réserve, qu’on met leurs quelques droits aux allocations en danger, ou qu’on se rappelle que leur désert serait adapté à supporter une décharge de fûts radioactifs ?. Peut-on continuer à construire de grands projets, ces trains à grande vitesse, qui sillonnent quelques couloirs, ressemblant plutôt à des avions, et qui drainent la lumière vers Paris, pressés d’aller toujours plus vite, de façon psychotique, sans penser à ce savant maillage qui a fait la France ?…

      Voilà plus de trente ans que l’on est rentré dans cette logique mortifère et libérale, qui demande toujours plus d’efforts et de sacrifices pour un bénéfice que l’on ignore, hormis celui des actionnaires, avides de châteaux de Versailles et de parachutes dorés. Faire en sorte que les gens aient moins le besoin de se déplacer bouge forcément les paradigmes agricoles, compromis dans la libéralisation sauvage, les rendements absurdes, soutenus avec forces pesticides. La campagne a perdu ses belles couleurs..... Interdire demain le diesel, pourquoi pas ?... Mais il faudra faire en sorte d’introduire de nouvelles pratiques assurant l'emploi au pays, et le réenchantement du paysage. Bref, retourner au local, arrêter cette course éperdue, le frêt insensé, cette recherche des opportunites cannibles. A vrai dire c'est tout le sens de l'économie capitaliste mortifère, cracheur de particules et bouffeur d'espaces, qui est à repenser !. Il y a du boulot dans la confection de ce patchwork !

         Tout cela tire un peu des bords dans tous les sens, et ne sera sûrement pas apprécié, par bien des gilets jaunes, tant ce gilet, à l’égal du bonnet rouge de nos ancêtres, a été endossé par bien des gens différents, n’ayant qu’un sentiment d’injustice patente pour les unir un moment. C’est ainsi qu’a débuté notre révolution française, sanctifié, mais si brocardée au début par certains esprits, se bouchant le nez devant les sans culottes, cette plèbe s'agitant sur les boulevards. Mais c’est le propre des mouvements de révolte, de provoquer des réflexions, de bousculer les barrières, pas seulement métalliques, surtout celles de la « plus belle avenue du monde » comme on disait de la galerie des glaces, avec ses courtisans emperruqués. 

    C’est la condition de celui qui se rappelle qu’il est vivant, que la fatalité économique et n’existe que dans la tête que ceux qui veulent bien la courber !

     D’un seul coup, bien au-delà du coup de pompe, ils se sont organisés, montrent le poing, brillent dans la nuit comme mille lucioles !. Ne manque plus qu'un nouveau "contrat social" pour rallumer les lumières !

       Gardons-nous des nouvelles Madame de Sévigné, promptes à se moquer, à nous régler notre sort, à s’amuser de notre déconvenue . Que serait devenue celle-ci, si elle était née 100 ans plus tard ?…. Aurait-elle osé faire de l'humour, avec Marie-Antoinette, du haut du balcon, à propos de pain et de brioche, ou se serait elle montrée plus maline ?

 



111 réactions


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 novembre 2018 11:45

    Merci vélosolex. article très long comme une promenade dans la cmapagne. Je me souvienx du film avec Philippe noiret : que la fête commence. Dans mon roman, j’avoque aussi les « Bonnets rouges ». Mais en rapport avec l’affaire Caillaux. IL y aurait trop à dire. Rappel : 

    L’affaire Caillaux[modifier | modifier le code]
    Le Bonnet Rouge, Les rois de la République, 1914.

    À cela s’ajoute, qu’en 1914, le ministre Joseph Caillaux finance Le Bonnet rouge pour qu’il publie des articles prenant la défense de sa femme, Henriette Caillaux, qui était accusée du meurtre de Gaston Calmette, le directeur du Figaro. Ce dernier avait mené une campagne contre Caillaux à qui il reprochait une politique occulte de rapprochement franco-allemand. Excédée par la campagne et effrayée par des indices laissant croire que sa vie privée était sur le point d’être étalée au grand jour, MmeCaillaux avait assassiné Calmette.


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 14:11

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Merci Melussine pour votre attention, et vos remarques pertinentes. l’histoire tire sans cesse des rallonges. Elle nous conditionne encore, et la France, à partir de Paris, continue à demeurer une sorte de république royaliste, avec cette suffisance, ce mépris, cette cohorte de courtisans infatués, tentant toujours d’imposer le la. L’internet a sans doute bousculé les fils de l’ancienne toile d’araignées, et permet échanges et informations. Sans compter ce formidable réseau de documents, et d’archives, disponibles par un simple clic. L’histoire est une formidable école de connaissances, qui nous permet de mieux saisir d’où nous venons, nos incapacités, nos boiteries, nos refoulement. Qui veut s’allonger sur ce divan comprend un peu mieux la psychologie collective, les étiquettes et les notions arbitraires qui continuent à se véhiculer. J’ignorais que vous aviez écrit un livre sur les bonnets rouges, sur cette mémoire sanglante, dont il reste les chapelles crevées, dont on a coupé les clochers, dans un geste castrateur. Curieusement en ces lieux hantés, et qu’on a voulu tuer, l’esprit accroche les nuages, et l’émotion nous envahit de façon extraordinaire. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 novembre 2018 14:17

      @velosolex

      Et ce qui vous intéressera peut-être c’est qu’il sera mit en lien avec la Bretagne, la cité d’YS et Rennes, Une espèce de triangles des Bermudes criminel et métaphysique qui prend sa source à Bruxelles et remonte jusqu’aux Celtes et même avant. L’avantage d’internet qui ma permit de remonter à l’Atalante de Jean Vigo,...je n’en dirai pas trop,....un peu de mystère.


    • Gollum Gollum 27 novembre 2018 14:35

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      je n’en dirai pas trop,...

      Ben dis donc, heureusement que vous vous retenez... 13384 commentaires postés depuis votre inscription à l’été 2017... smiley


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 novembre 2018 14:42

      @Gollum
      Cela vous empêche-t-il de dormir ? Vélosolex, comme, les gilets jaunes, l’affaire des Bonnets Rouges et du Figaro mêlait différents courants. L’Action française, Léon Daudet et l’extrême Gauche. Pierre Mendès France n’était-il pas aussi régionaliste de gauche, décentralisateur ? La droite, celle de Marine, plutôt nationaliste. Macron, nationaliste, pro européen en surface. quelle salade,....J’ai toujours été mendésienne et le resterai. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 novembre 2018 14:50

      @velosolex

      Les régionaliste sont plutôt du gauche,....Le nationalisme est monarchiste et centralisateur. Seule solution : couper la poire en deux. 


    • ASTERIX 29 novembre 2018 10:41

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      nous sommes des anes et MANU 1ER est le president d’ un peuple d’
       anes !!!!!!!!!!!!  :
      pour élire un banquier prvé il faut le faire MIS EN PLACE PAR ROTSCHILD ET LA FINANCE INTERNATIONALE IL DECOUPE LA FRANCE POUR LA VENDRE EN MORCEAUX !!!!

      mme buzyn ministre de la santé bientot privée a été 15 ANS LOBBYISTE DES
      labos medicaux
      ex femme d’un fils de MME SIMONE WEIL DONC« INTOUCHABLE »

      MME BUZYN-WEIL-LEVY EST MEDAILLE D ’OR DU LOBBYSME DES LABOS MEDICAUX
      RESULTAT MEDIATOR VIOXX GARDESIL LE VOTHYROX ECT...et BEBES SANS MAINS MME AVAIT 14 PAGES DE DECLARATION D’ INTERETS POUR ETRE MINISTRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      REINE DES CONFLITS D INTERETS  !!!!! LEVY LUI EST DIRECTEUR DE L INSERM
      CONTROLE DONC SA FEMME / ILS ONT ETE complices

      RAS LE BOL DE CES CONFLITS D INTERETS DES MINISTRES DEPUTES SENATEURS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! de MARCHARcarriere ou de marche arrières


    • ASTERIX 29 novembre 2018 10:46

      @ASTERIX

      il faut que ca PETE pour mai 2019 AU PLUS TARD  : !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      ressortons la GUILLOTINE POUR LES ELUS NATIONAUX §§§§§§§§§§§


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 novembre 2018 11:47

    Corrigé : Merci vélosolex. article très long comme une promenade dans la campagne. Je me souvienx du film avec Philippe Noiret : Que la fête commence. Dans mon roman, j’évoque aussi les « Bonnets rouges ». Mais en rapport avec l’affaire Caillaux. IL y aurait trop à dire. Rappel : 

    L’affaire Caillaux[modifier | modifier le code]

    Le Bonnet Rouge, Les rois de la République, 1914.

    À cela s’ajoute, qu’en 1914, le ministre Joseph Caillaux finance Le Bonnet rouge pour qu’il publie des articles prenant la défense de sa femme, Henriette Caillaux, qui était accusée du meurtre de Gaston Calmette, le directeur du Figaro. Ce dernier avait mené une campagne contre Caillaux à qui il reprochait une politique occulte de rapprochement franco-allemand. Excédée par la campagne et effrayée par des indices laissant croire que sa vie privée était sur le point d’être étalée au grand jour, MmeCaillaux avait assassiné Calmette.


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 15:10

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      J’arrive jamais à faire court. J’ai pris la plume en entendant Boomerang de France inter, qui m’a bien irrité. Le clivage entre gilets jaunes, et violet de femmes m’a paru très con. Car le lien entre les deux mouvements existe : Il s’agit de la culture de la violence, dont j’aurais pu intitulé mon article.
      La violence faite aux femmes, me parait venir de différentes sources. On ne saurait exclure pourtant les gens éduqués, car malheureusement l’éducation ne résout pas la perversion, le pulsionnel, qui a bon dos. Etre marginalisé, fragilisé, perdu est en tout un ferment de violence. Et la lutte contre la discrimination sociale est en accord avec la lutte des femmes contre la violence.
      Reste à explorer la société du spectacle qui utilise cette violence de plus en plus pour vendre, s’imposer devant les autres. Une sorte de stip-tease culturel et éthique, dont la pornographie est le fer de lance, si j’ose dire. 
      De cela on ne parlera pas. C’est que les échotiers des medias respectent leurs maitres, leurs copains, leurs connivences. On désignera donc le deschiens, qui ne comprend rien, qui bat sa femme, qui boit, comme le gros dégueulasse de feu reiser. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 27 novembre 2018 15:19

      @velosolex

      Tous dans le même sac. Quand une société (ne parlons plus de civilisation) n’a plus de direction, il est classique de s’en prendre à ceux que l’on désigne comme faibles (qu’ils le soient réellement ou non). Signe d’impuissance masculine ?? Hitler : toute cette juiverie larmoyante et si féminine, ces gueux. Dans l’inconscient ressurgit les vieux classique du sado-masochisme. Régression classique dans une société sans éthique ou spiritualité. Céline n’est-il pas devenu antisémite suite à une déception amoureuse avec une juive,...Le narcissisme négatif : un poison.


  • dorian 27 novembre 2018 12:42

    J’ai l’impression d’être dans « un jour sans fin » ou la pleurniche éternelle des vieux cocos de ce site . Ils se lamentent jours et nuits , alors que ce sont des retraités nantis , jaloux et égoistes de leurs petits privilèges de franchouillard aigris.


  • generation désenchantée 27 novembre 2018 12:58

    différentes époque , même mépris des dirigeants et courtisans de « la cour » pour le peuple

    l’ histoire ne serait qu’un éternel recommencement , elle se répète , mais on serait plus le 13 juillet 1789 que en 1675

    dirigeants politiques et élites culturelles et économique , complètement déconnectés du monde réel des classes populaires , moyennes et légèrement supérieures


    • Fergus Fergus 27 novembre 2018 18:54

      Bonsoir, generation désenchantée

      Le « mépris » a ceci de (paradoxalement) positif qu’il implique que l’on porte un regard sur les autres, fût-il très négatif. Or, dans de nombreux cas, ce n’est même pas du mépris, mais un totale indifférence qui apparente les hommes du peuple à des objets sans la moindre valeur ou à des éléments de décor transparents.


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 19:16

      @Fergus
      bonsoir
      L’indifférence n’est elle pas la forme supérieure du mépris ?


    • Fergus Fergus 27 novembre 2018 19:53

      @ velosolex

      Oui, c’est exactement ce que j’ai voulu dire.


    • generation désenchantée 27 novembre 2018 22:18

      @velosolex
      macron l’a atteint ce niveau
      mais ses courtisans sont du même niveau de mépris que lui même , pour les français périphérique


  • rogal 27 novembre 2018 13:38

    Au XVIIe siécle le royaume connut un nombre élevé d’émotions présentant des traits communs avec celle du ’’papier timbré’’ bien narrée par l’auteur. À la base, le maintien des impôts permettant au Roi Très-Chrétien de prolonger ses guerres contre le Roi Très-Catholique ; les ’’financiers’’ venus les percevoir sont malmenés (ou pire) ; les troupes de Sa Majesté viennent y mettre bon ordre, avec plus ou moins de délicatesse ; dans sa magnanimité, Sa Majesté pardonne aux braves gens égarés ; pour l’exemple on pend quelques meneurs ; puis tout recommence dans une autre province.


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 14:45

      @rogal
      J’avais à cœur de parler de cette révolte précise, car elle comporte des analogies avec l’époque actuelle : Le floué, est transformé en coupable, en victime expiatoire d’un système où il n’a pas eu son mot à dire. La révolte des bonnets rouges est bien peu connue. Une page infâmante de l’histoire de France, que les petits enfants n’apprennent pas à l’école..
      D’ailleurs, d’autres faits épouvantables ne sont pas plus traités. De la répression des albigeois, aux guerres de Vendée, dont le nombre de morts approche sans doute les 500 000 victimes, hommes, femmes, enfants, livrés à la soldatesque, que reste t’il dans la mémoire institutionnelle. Il ne suffit pas de condamner la Turquie, pour son amnésie du génocide arménien, il faut être capable d’assumer son passé. 
      Les nazis ont sans doute poussé à l’omega la diabolisation de celui qu’on veut nier, avant de le tuer, pour rendre service au monde semble t’il, transformant les bourreaux en héros, afin de leur facilité leur tache…. Mais les caricatures des provinciaux, de Bécassine au bon nègre Banania parlent du même système d’exclusion.
      L’histoire semble sans cesse ramener les mêmes plats. Mais en comprendre la signification permet de désamorcer leur violence, et de comprendre où l’autre veut en venir.
      Le Breton a pris néanmoins une partie de cette image dévalorisée au pied. L’usage de la langue s’est perdue. Même si l’école Diwan lutte contre son effondrement, une richesse, puisque cette vieille langue, proche du cornick et du gallois est sans doute avec le basque la plus vieille de France, incomparablement plus ancienne que le français, sans doute proche de l’ancien gaulois, langue elle aussi celtique….Mais la France n’a toujours pas rallié la charte européenne des langues minoritaires, ignorante de son patrimoine, préférant financer les créatifs autoproclamés, laissant ses trésors linguistiques vivant à l’abandon. 


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 21:03

      @rogal
      Ce dix septième siècle voit en effet l’Europe du nord, et en partie les états allemands mis à sac par la guerre de 30 ans, une guerre qui inaugure si l’on peut dire, de l’horreur des guerres mondiales qui se déchainèrent au siècle dernier, et les effets délétères sur les populations civiles, dans une guerre totale, impliquant nombre de pays. La ville de Brandebourg fut prise un nombre incalculable de fois, et le quotidien évoque les tableaux de Jérôme Bosch. Les troupes françaises participèrent à ces massacres, et peut être peut on envisager que la répression abominable de la population bretonne est en lien avec les exactions des mercenaires et des soudards qui parcoururent l’allemagne.
      Cette descente en enfer de l’humanité entraina une régression, et des sectes hérétiques, qui ne sont pas rappelés les fous de Daesh, soldats fous pensant qu’ils étaient la main divine de dieu, et qu’ils pouvaient tout se permettre. J’avais écrit un article qui parle de l’aventure du Batavia, au dix septième siècle, avec un dénommé Corneluis qui se révéla comme un esprit du mal personnalifié après un naufrage. Le Naufrage du Batavia https://bit.ly/2npbzWq


    • Et hop ! Et hop ! 28 novembre 2018 16:30

      @rogal : La taxe sur le papier timbré ne touchait que la bourgeoisie de robe et pas du tout la très grande masse de la population qui était paysanne et qui n’utilaisait du papier timbré (des actes enregistrés) qu’une ou deux fois dans leur vie, et voire jamais.
      Danc ce n’était pas une révolte fiscale du peuple mais des bourgeois de financiers et marchands, notaires et autres gens de justice qui ont poussé en avant des paysans.


  • nono le simplet nono le simplet 27 novembre 2018 16:02

    salut à toi !

    j’ai lu lentement comme quand on savoure un plat d’une gastronomie locale qu’on ne connaissait pas ...

    merci pour ce moment !


    • dorian 27 novembre 2018 16:48

      @nono le simplet
      Ben toi, t’es pas difficile , on te met une auge devant le yeux et tu baffres sans même savoir ce qu’il y a dedans. J’ai vu certains cochons plus dédaigneux que toi en matière de nourriture.


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 17:09

      @nono le simplet
      Merci Nono ;. Il y a bien des échos d’un bout de la bretagne à l’autre. Je connaissais l’histoire des bonnets rouges, mais pas la sauvagerie de la répression, et le fait que le parlement breton avait été transféré de Rennes à Vannes. Il s’agit là d’une répression d’ordre médiévale, voir de résonnance antique, comme on en lit dans les récits d’Hérodote. 


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 17:15

      @nono le simplet
      Je regrette juste de ne pas avoir induit le terme de mépris, dans le titre de mon article, qui me semble le fil rouge.
      Mépris, répression, honte, exclusion, les quatre temps du moteur à explosion. Pour certains, le bonnet rouge peut se changer en cagoule, à force d’incompréhension, pendant que d’autres, gardent toute leur vie, leur béret, ou leur bonnet d’âne. 

      Quoique le béret soit fort noble, et que je diffame moi même ce couvre chef, participant moi même aux clichés culturels qui ont la vie dure


    • nono le simplet nono le simplet 27 novembre 2018 17:43

      @velosolex
      mais pas la sauvagerie de la répression

      je l’ignorais totalement aussi ... dèjà que je n’aimais pas Louis le quatorzième ...


    • nono le simplet nono le simplet 27 novembre 2018 17:45

      @dorian
      Ben toi, t’es pas difficile

      pas touche bébert ... au panier !


    • Le421 Le421 27 novembre 2018 20:16

      @nono le simplet
      Bah...
      A cette heure, y’en a qui en sont à leur sixième demi.
      Ça explique beaucoup de choses...  smiley


    • aimable 27 novembre 2018 20:38

      @velosolex
      quand je vous lis j’ai l’impression d’entendre mon père raconter ce qu’il tenait son père etc ... , nous sommes voisins et proche culturellement , nous aussi nous avons eu subir la même oppression de la part de petits nobles fermiers ou plutôt propriétaire terriens pour la plupart .
      quant aux moqueries, je crois que tout ce qu’ils appellent la France profonde a subit les mêmes quolibets .


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 21:53

      @nono le simplet
      Cet épisode de l’histoire de France, est surement le ferment de la révolution de 89. L’article de wilkipédia https://bit.ly/2Q0czOw est très intéressant sur le contexte, les aboutissements, et les analyses, telle celle ci
      L’historien soviétique Boris Porchnev a travaillé essentiellement sur le riche fonds Séguier, qu’il avait à sa disposition à Léningrad. Il décrit lui aussi cette révolte comme antifiscale, temps fort de la lutte des classes, mais il en élargit les causes à une révolte contre les prélèvements des seigneurs fonciers (nobles et ordres religieux). Il propose également une analyse patriotique bretonne de ce soulèvement en citant un article de N. Ia. Marr58 qui fait un parallèle entre la situation des Bretons en France et les « allogènes » caucasiens en Russie tsariste. Boris Porchnev écrit : « Le rattachement définitif de la Bretagne à la France, confirmé par les États de Bretagne, avait eu lieu en 1532. Peut-on parler d’asservissement national et de lutte de libération nationale des Bretons, étant donné que la noblesse bretonne s’était déjà entièrement francisée et que, au fond, seuls demeuraient bretons les paysans ? La réponse est contenue dans l’état actuel du problème breton en France. En dépit d’une dénationalisation continue d’une partie des Bretons, ce problème demeure typique des « minorités nationales » et ne saurait être résolu dans les conditions d’un régime bourgeois »59. Boris Porchnev conclut : « Nous trouvons justement dans le XVIIe siècle les racines historiques lointaines de cette lutte59 ». Enfin, pour lui, la révolte de 1675 annonce 1789.


    • nono le simplet nono le simplet 28 novembre 2018 04:10

      @velosolex
      intéressant cet aspect ...


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 10:30

      @aimable
      Bonjour
      La moquerie envers le provincial dans cette affaire, semble plus décomplexée que contre celle qu’on ne se permet plus d’exercer contre les peuples lointains et exotiques, de peur de se faire taxé de raciste


    • Et hop ! Et hop ! 28 novembre 2018 16:39

      @velosolex :

      La révolte des parlements qui a eu pour sanction la fermeture du parlement de Bretagne et sa recréation à Vannes n’avait absolument rien de populaire : c’est le mouvement du jansénisme parlementaire qui est une poussée de la grande bourgeoisie fortunée pour parvenir à prendre le pouvoir. Elle a abouti en 1789 avec le Club breton au mouvement jacobin centralisateur qui a mis la bourgeoisie d’affaire au pouvoir et qui a commencé par abolir lles libertés de la Bretagne et à persécuter la langue et les traditions bretonnes.
      Il ne faut pas prendre pour argent comptant l’histoire bourgoise de la Bretagne écrite pour légitimer le pouvoir républicain qui envoyé les paysans se faire massacrer en 14-18 et qui a éradiqué la langue bretonne.


  • Fergus Fergus 27 novembre 2018 17:48

    Bonjour, Velosolex

    Merci pour ce long et très intéressant article. 

    Pour ce qui est de la marquise de Sévigné, cette péronnelle n’était pas à une ânerie près. Le plus souvent, le sujet était, il est vrai, moins grave, à l’image de cette définition qu’elle donnait à sa fille de la fenaison qui consistait à « batifoler en retournant le foin » (je cite de mémoire). 

    A noter que notre épistolière a peut-être vu ses espérances « exaucées », mais pas « exhaussées ». smiley


    • Fergus Fergus 27 novembre 2018 17:51

      @ Velosolex

      Une question : quelle est l’église ? J’ai cru reconnaître celle de Lambour (Pont-L’abbé), mais je crois que ce n’est pas elle.


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 19:22

      @Fergus
      Beaucoup d’autres fautes, d’orthographe, ou de frappe, quoique pas de petite frappe. Notez donc le manque d’attention, qui devrait minorer l’ampleur du crime. La marquise De Sévigné est une dame de son temps, et dévoile la cruauté du regard des puissants, qui considéraient que travailler, était se salir, non seulement les mains, mais aussi l’esprit. On comprend mieux à travers ces événements comment a pu être l’appétit de revanche du peuple, lors de la révolution, cent ans plus tard. 


    • Fergus Fergus 27 novembre 2018 20:02

      @ velosolex

      « le manque d’attention, qui devrait minorer l’ampleur du crime »
      Nous commettons tous le même genre de « crime ». 


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 20:36

      @Fergus
      Lambour fut décapitée comme tant d’autres. Celle ci est située aussi près de Pont-L’abbé, c’est celle de Languivoa. Cette photo date des années 60, avant sa restauration, dans les années, 60. 
      Beaucoup n’ont pas eu cette chance, et peut être est il bien que ces lieux de mémoire continue d’exister, comme un livre ouvert, qui questionne les gens. 
      Chapelle Notre-Dame de Languivoa — Wikipédia


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 21:36

      @Fergus
      La marquise de Sévigné parle riche, même quand elle se traine dans une botte de paille, ou dans la boue. Ses témoignages sont intéressants, comme celle d’une témoin d’un crime, quoique regardant du haut d’un balcon, avec sa lorgnette et son papier, pas timbré. 
      Elle nous révèle ainsi que la génèse du crime se situe peut être en partie dans cette horreur que fut la guerre de trente ans...L’europe vit alors toutes ses valeurs péricliter, et on extrapoler sur la violence endémique, qui une fois libérée, n’est plus guerre maitrisable, et se répand comme une trainée de poudre ou un incendie. Combien de temps faut il alors pour ramener l’équilibre ? La mort des acteurs suffit elle à l’anesthésie. Le massacre des arméniens en tout cas continue à secouer cette communauté plus de 100 ans plus tard, devant l’intransigeance Turque. On peut se féliciter que l’Europe ai si vite réparer ses plaies après 45, et les rapports entre allemands et français sont exemplaires, en rapport avec ce qui c’est passé. C’est que les deux parties ont affronté leur histoire. Un courage en rapport avec une nécessité. Plus jamais cela, enfin !


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 21:38

      @velosolex

      J’ai oublié de mettre en lien cette phrase révélatrice de la marquise !

      « Il y a dix ou douze mille hommes de guerre, qui vivent comme s’ils étaient encore au delà du du Rhin » (= dans le Palatinat, où les horreurs commises par les troupes françaises atteignirent le sommet de l’ignominie).


  • ninportequoi 27 novembre 2018 18:57

    Même s’il s’agit d’une autre Roi Louis : 

     
    Sur ses larges bras étendus, La forêt où s’éveille Flore,
     A des chapelets de pendus, Que le matin caresse et dore.
    Ce bois sombre, où le chêne arbore, Des grappes de fruits inouïs
     Même chez le Turc et le More, C’est le verger du roi Louis.

    Tous ces pauvres gens morfondus, Roulant des pensers qu’on ignore,
    Dans des tourbillons éperdus, Voltigent, palpitants encore.
    Le soleil levant les dévore. Regardez-les, cieux éblouis,
    Danser dans les feux de l’aurore. C’est le verger du roi Louis.

    Ces pendus, du diable entendus, Appellent des pendus encore.
    Tandis qu’aux cieux, d’azur tendus, Où semble luire un météore,
    La rosée en l’air s’évapore, Un essaim d’oiseaux réjouis
    Par-dessus leur tête picore. C’est le verger du roi Louis.


    Prince, il est un bois que décore, Un tas de pendus enfouis
    Dans le doux feuillage sonore. C’est le verger du roi Louis !

     Théodore de Banville


  • Sergio Sergio 27 novembre 2018 19:11

    « .... C’était exactement l’ambition aussi des gilets jaunes !.... Parmi eux bien des femmes, qui auraient pu tout autant certainement défiler en violet, à une autre heure ... »

    J’ai vu une femme prendre un coup de matraque sur le flan qui lui aura laissé une trace violette, ce fût là la transition. Comme vous le dîtes ou que je le subodore, la révolte des gilets jaunes est donc de facto, le prolongement de la révolte des femmes humiliées et assassinées, même combat. Y en a-t-il un plus beau ou plus noble que l’autre, demandons à cette femme.


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 20:16

      @Sergio
      Bonjour à toi
      La répression et la misère engendrent la violence, et la violence cherche des boucs émissaires, dans cette génèse du crime. Dans les crises économiques, dans les guerres, sans aucun doute y a t’il une régression, et les boucs émissaires sont toujours les mêmes, les gosses et les femmes en premier. 
      Alors défiler contre la violence faite aux femmes, c’est bien sans doute, car l’éducation à son importance. De même une culture patriarcale d’oppression comme on la trouve chez certains intégristes…..Mais le contexte l’est tout autant. Il faut donc agir sur les différents leviers : Cela passe par donc redonner de l’espoir aux gens. Voilà pourquoi l’éditorial de ce Traquemard sur inter, m’a paru indigeste, petit, totalement à coté de la plaque, sans perspective. 


    • Sergio Sergio 27 novembre 2018 21:53

      @velosolex

      Les jeunes sont l’avenir, il ne faut pas qu’on culpabilise car ils refuseront celui qu’on leur propose, faisons leur confiance. N’imaginons pas qu’ils ne sont uniquement capables que de jouer avec leurs consoles et téléphones, ils valent bien mieux que ça. Nous, nous sommes complètement RÉVOLUS et DÉPASSES.

      En attendant, ce qui nous concerne est hors sujet mais j’y tiens. Je soigne mes genoux et j’ai encore de la marge, c’est mon espoir à moi, bien à toi.

      https://www.ouest-france.fr/auvergne-rhone-alpes/ardeche/107-ans-il-fete-son-anniversaire-par-une-balade-de-15-km-velo-6092255


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 27 novembre 2018 22:08

      @Sergio

      Ton secret sera la Jeanlain .


    • Sergio Sergio 27 novembre 2018 22:20

      @Aita Pea Pea

      Peut être qu’on sera amené un jour à en partager une, qui sait ! Mwen ba ou plis fos boug mwen !


    • velosolex velosolex 27 novembre 2018 22:42

      @Sergio
      Mon premier vélo digne de ce nom, fut un « Bertin », de couleur jaune. Quatre vitesses mais un guidon de course. Le premier soir il resta dans ma chambre. J’hésitais un moment entre l’achat de calle pied, ou d’un double plateau, afin d’augmenter mes performances. Il me fallait choisir, en cette année 68 où des pavés, je ne connaissais que ceux de Paris Roubaix. 
      Pas un jour sans le nettoyer à fond. Il finit par en faire une maladie de peau. Ma vocation pour le soin vient de là
      Enfin j’acquis une paire de gants de cyclistes, qui m’apporta j’en étais sûr de bien meilleures chronos. L’été arriva, et à la grande fureur de mes parents, je retirais les gardes boues, et la lumière. J’en avais assez leur disais je, assez à l’intérieur. 
      C’était maintenant un vrai vélo de course. Surtout de loin quand je retirais mes lunettes, et que je m’abstenais de le peser. Jan Janssen, un Hollandais, gagna cette année là le tour de France.
      Le premier que je suivis avec ferveur. Il portait comme moi des lunettes. N’était pas un bon présage, et un démenti cinglant à Pélissier, qui avait affirmé 30 ans de cela que jamais un binoclard ne gagnerait le tour. 
      Me voici arrivé à l’âge de sixty four, le 16 décembre, et je ne sais depuis combien d’années j’ai en mémoire et sur les lèvres, la chanson des Beatles. Traverser les âges, faire tous les circuits, est une chouette expérience...Ah, les genoux, écoutez donc serena Ryder « weak in the knees » Ca te remontera https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=11&ved=2ahUKEwik0sXGxPXeAhWxqIsKHbzFAIkQwqsBMAp6BAgEEAc&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3D5geByqtSP4w&usg=AOvVaw2Oze5Q6DTBhYYrKUdWOV0p


    • Sergio Sergio 28 novembre 2018 09:49

      @velosolex

      En 85/86, un Bertin rouge à 6 vitesses/2 plateaux, on disait un mi course, j’ai mis des garde-boue. Sur les pavés en Belgique, tout se dévissait .... Jolie musique et belle personne !


  • Le421 Le421 27 novembre 2018 20:20

    Pour ma part, voici un excellent résumé.

    Il manque des choses, bien sûr, mais c’est un bon début...

    https://www.facebook.com/FrancoisRuffin80/videos/264188747612637/?t=1


  • moebius 27 novembre 2018 22:58

    Sans allez chercher des reference si lointaine j’en trouverais une plus proche de ce mouvement  : la nuit debout .Qui se souvient des revendications de ce mouvement pour lequel nous avons tous étaient si bienveillant ? 

     Il y’a une réalite ces mouvements citoyens s’épuisent 


  • Eric F Eric F 27 novembre 2018 23:19

    Il y a des similitudes avec les jacqueries, mouvements spontanés contre les élites et gouvernants. Mais désormais les gouvernants ne procèdent plus du droit divin mais des urnes, et ils seraient bien inspirés d’écouter parfois les Jacques.


  • nono le simplet nono le simplet 28 novembre 2018 04:47

    mon commentaire est complétement hors sujet ... quoique ... mais je sais que velosolex ne m’en tiendra pas rigueur ...

    j’aimerais connaître l’opinion des autres sur un phénomène que je crois avoir remarqué ... il me semble que les échanges sur Ax sont plus riches, avec plus de participants divers depuis quelque temps même si les sujets tournent autour des gilets jaunes ... le fait que de nombreux perturbateurs aient disparu des radars y serait il pour quelque chose ?


    • dorian 28 novembre 2018 08:51

      @nono le simplet

      En clair tu souhaites la disparition de gens comme moi ??? Qu’est ce que la richesse des échanges selon toi ?? D’être entre vieux gauchiard , et de pleurnicher éternellement sur ta condition de misérable pecnot que tu as choisi d’être. Je te croyais plus fin Nono , mais en fait tu fais parti de la caste Avoxienne qui reste dans l’entre soi , une famille maudite gauche droite qui se dispute , mais qui reste bien ensemble , les uns ayant besoin des autres , et gare à qui a le malheur de ne pas rentrer dans le moule. Ce site se prétend la voix du peuple mais n’est représenté que par de faux intellectuels bien méprisants pour tout ceux qui ne font partis de la caste et qui écrasent du mieux qu’ils peuvent ceux que l’on considère comme pas assez cultivé . Rassures toi je ne fais pas de complexe d’infériorité. Et puis je me suis aperçu qu’au fil du temps on devient addict à ce site et on passe un temps fou , alors qu’il y a beaucoup de choses à faire que de radoter. Tu sais quoi ??? les Avoxiens pour la plupart sont des gens esseulés qui se cherchent une compagnie pour exister et d’avoir des relations sociales et puis il y a les éternels propagandistes politiques . Donc grand merci Nono de m’avoir ouvert les yeux sur l’inutilité de rester assis devant un écran comme un gland , et je suis certain que cela fera plaisir à l’ensemble de ce site . Adieu Nono et je te conchie toi et les autres.


    • nono le simplet nono le simplet 28 novembre 2018 08:56

      @dorian
      En clair tu souhaites la disparition de gens comme moi ???
      si je souhaitais ta disparition, je ne traiterais pas comme je le fais ... de toutes façons tu ne partiras pas smiley


    • nono le simplet nono le simplet 28 novembre 2018 08:59

      @dorian
      je remarque aussi que tu fais des efforts, parfois comme juste au dessus, pour argumenter sans simplement démolir ... et que c’est constructif ... enfin un peu ...


    • nono le simplet nono le simplet 28 novembre 2018 09:07

      @dorian
      encore un mot ...
      la bande que j’exécrais au plus haut point a disparu ou presque pour des raisons que j’ignore et pas de mon fait de toutes façons ... et que ma sensation d’un changement sur le site est peut être dénuée de fondement tant dans sa réalité que dans ses causes si tant est que le changement existe ...
      et aussi que les gens avec qui je ne suis pas d’accord sont nombreux ici mais que je vois aucune raison de les empêcher de s’exprimer ... au contraire même ... rien de plus barbant que de discuter avec qui on est d’accord ...


    • nono le simplet nono le simplet 28 novembre 2018 09:10

      @dorian
      en conclusion : fais pas ta mijaurée smiley


    • troletbuse troletbuse 28 novembre 2018 09:17

      @nono le simplet
      Mais si il va disparaître et tel le phénix, revenir sous un autre pseudo  smiley


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 10:02

      @dorian
      Un écrit long de plus de deux lignes, bravo. Revient vite le naturel, la parano simpliste enkystée autour de l’âge, de la ringardise, imprécations qui font sourire, de la même façon que quand on lit Foufouille.
      Qui perd son temps, ici, celui qui tente d’analyser le quotidien, qui est satisfait des échanges courtois avec les autres, même si on n’est pas toujours d’accord, le sel de la vie en fait, ou celui qui se perd en invectives gratuites, radote ?
      Vous avez toute liberté de partir, au lieu de vous comporter en petit chien harnieux, sans aucun contenu autre que sa propre rage.
      Perdrait on son temps sur agora ?. Ca dépend mon capitaine de ce qu’on apporte, de ceux qu’on croise. Individu esseulé, sorte de Deschiens de le l’écran ?...Les écrits mis à part ceux qui ressemblent à des tweets débiles rageurs sont riches, croisés d’informations, et de sensibilités différentes. Il faut en effet aimer un peu s’extraire du monde, aimer écrire, la gymnastique que ça induit, une création, et chérir un peu la solitude pour « perdre son temps » ici. Comme je le fais sur mon vélo dans de longues ballades, n’hésitant pas à parler parfois avec des cyclistes de rencontre. Vous pouvez continuer à ressembler à ce téléspectateur qui gueulait contre sa télé, dans le temps, avec pour seul changement de vous en prendre maintenant à ceux qui tentent d’avoir des échanges civilisés,. C’est votre part de liberté. Quelque soit votre âge, votre condition, vous pouvez évoluer, car rien n’est statique en ce monde, ou régresser encore….Internet est encore un média nouveau, il met en relation des gens aux quatre coins du monde, avec une base de données incroyables. C’est renversant. Mais à chacun sa capacité d’enthousiasme, pour conjurer surtout l’amertume


  • BA 28 novembre 2018 11:12

    Thomas Miralles, porte-parole catalan des « gilets jaunes » : "C’est décidé il y aura un acte 3."


    Thomas Miralles déplore le « flou » des propositions du Président Macron. Il annonce un "acte 3" sur les Champs-Elysées la semaine prochaine.


    "C’était assez flou, je m’attendais à plus. Surtout que Macron avait une grande écoute ce matin, il aurait pu être plus clair".


    Thomas Miralles, porte-parole des « gilets jaunes » demeurant à Perpignan, ne cachait pas sa déception, mardi soir, après l’intervention du président de la République.


    Lui qui ne participait pas ce lundi à la rencontre avec le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy ("Ils m’ont prévenu trop tard"), confirmait en revanche que le mouvement allait se poursuivre au moins jusqu’à samedi :


    "C’est décidé, il y aura un Acte 3 samedi, à Paris, sur les Champs-Elysées. Oui, ça va continuer."


    https://www.midilibre.fr/2018/11/27/thomas-miralles-porte-parole-catalan-des-gilets-jaunes-cest-decide-il-y-aura-un-acte-3,4985277.php


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 11:58

      @BA

      Philippe a déclaré que le gouvernement ne renoncerait pas à la prochaine augmentation des taxes. Ce qui est impressionnant en terme d’autisme. Depuis que ce type est premier ministre, il n’a pas quitté ses bottes, même la nuit semble t’il. Il a peur semble t’il de paraitre pour un faible, de se « renier », ou je ne sais quelle fadaise, issue de la trousse à outils du pouvoir en France. 
      Le pouvoir en fait improvise, et cherche désespérément des rentrées d’argent, après avoir abandonné l’imposition sur les grandes fortunes, pendant que la France gagnait une place dans le classement du nombre des millionnaires ( cinquième, pas mal pour un pays de 70 millions d’habitants)…..Ne parlons pas de la suppression de la taxe d’habitations qui représente maintenant un budget de 20 milliards...Justement, quand on sait qu’un centime de taxe sur les carburants, équivaut à environ 600 millions de rentrée fiscale il n’est guère difficile de comprendre le sens de la démarche..Un enfant de primaire a vite fait de faire le calcul pour sortir la hausse souhaitable des carburants. ...Les écologistes jetés en patûre comme responsables seront furieux, et refusent le deal infâmant. Car les territoires vont payés pour les centres urbains, où la voiture est bien moins indispensable dans cette politique inégalitaire, qui accroit prodigieusement les inégalités, et même les potentialisent. 


  • BA 28 novembre 2018 11:46

    Les cahiers de doléances.


    Une information très importante :


    Lamballe et Saint-Alban. Les Gilets jaunes ouvrent un cahier de doléances.


    «  On ne lâche rien  !  » En cette fin d’après-midi, ce lundi 26 novembre, au quartier général des Gilets jaunes, au rond-point de Lanjouan à Lamballe (Côtes-d’Armor), un barrage filtrant a été mis en place pour recueillir les doléances des automobilistes. À Saint-Alban aussi, on s’installe comme il faut au rond-point du Poirier.


    Cet après-midi, les Gilets jaunes de Lamballe ont mis en place un barrage filtrant au rond-point de Lanjouan, là où ils ont installé leur quartier général, ouvert de 7 h à 22 h, tous les jours.


    Ils demandent aux automobilistes leurs doléances, qu’ils consignent dans un cahier.


    «  Ce qu’on fait, ce n’est pas pour vous embêter, insiste une représentante des Gilets jaunes. On se bat aussi pour vous. Donnez-nous vos doléances. C’est le moment. Le principe est que chacun donne ses idées. Ensuite, nous mettrons en place des actions. On ciblera des points qui touchent l’État  ».


    https://www.ouest-france.fr/societe/gilets-jaunes/lamballe-et-saint-alban-les-gilets-jaunes-ouvrent-un-cahier-de-doleances-6092315


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 13:18

      @BA
      C’est peu dire que le parallèle avec les bonnets rouges qui inaugure les thèmes de la révolution de 1789 sont prégants, 100 ans plus tôt. wilkipedia nous propose un article très pertinent sur la « révolte du papier timbré » autre nom de cette révolte, avec les premiers cahiers de doléances sur fond de volonté de refonte d’un système injuste, inégalitaire. https://bit.ly/2ShZo8u

      Extrait : Les paysans révoltés établissent des codes et règlements, sous plusieurs noms (code paysan, pessovat – ce qui est bon –…). On en connaît huit, préfigurations, par leur contenu, les cahiers de doléances de la Révolution française. Le Règlement des 14 paroisses, probablement établi à l’église Notre-Dame de Tréminou en Plomeur, est le plus connu. Il semble faire suite à différents textes antérieurs32. Rédigé en français, il engage les habitants de quatorze paroisses et doit être affiché aux carrefours et lu lors des sermons du dimanche, comme les proclamations royales. Il ne remet pas en cause le régime politique, mais demande que les paysans soient représentés aux États de Bretagne (article 1) ; appelle au retour au calme et à la fin des violences (articles 2 et 3), mais la ville de Quimper et les paroisses environnantes sont menacées de blocus si elles ne ratifient pas le code (article 13) ; au nom de la liberté armorique, il proclame l’abolition des droits de champart et corvée prétendus par les gentilhommes (article 4), mesures des plus audacieuses, le champart étant la principale ressource des seigneurs ; cet article reflète aussi la dégradation récente de la situation paysanne devant l’augmentation des exigences seigneuriales, allant au-delà du droit et des coutumes


  • Spartacus Spartacus 28 novembre 2018 12:11

    Ca sonne faux ce texte.

    Comme Macron, c’est tout aussi incompris par la gauche

    Les gilets jaunes ne réclament rien ni plus de social, comme voudrait le faire croire ce texte et en plus qui essaye de dédouaner les écolos de leur responsabilité totalement coupable de leur folie taxatoire.

    La question de la dame J mouraud dans la vidéo qui a lancé les Gilets Jaunes était simple. « Qu’est-ce que vous faites du pognon ? »

    Ce n’est pas une explosion « sociale », mais une explosion de demande de justifier les comptes. D’en avoir pour son argent. De ne pas payer pour rien.

    C’est au contraire une demande de libération du lobby écologiste décroissant dont les doctrinaires font des demandes taxatoires à n’en plus finir.

    La dame elle veut des comptes, pas des contes moraux à dormir debout Macronique de de la gauche ecolo-gauchiste.

    Si c’était une « explosion sociale avec ces revendications » les gilets jaunes auraient pris les bobos, les syndicats et tous ceux qui veulent récupérer...

    Mais les gilets jaunes ont bien compris que la gauche n’était plus qu’un repère des bénéficiaires net net des taxes...

    Que leurs larmes sont celles des crocodiles...Les gilets jaunes

    veulent moins de taxes et mare de payer pour ceux qui en profitent en premier.

    C’est donc totalement l’inverse d’une demande sociale, mais une demande de justice. C’est un mouvement de droite pas de gauche.


    • Anatine 28 novembre 2018 12:25

      @Spartacus

      Je crois comme vous que c’est la bonne question

      3 revendications.

      1. La transparence sur les donnees relatives a l’impot (anonymisees) et son emploi il y a suffisamment de competences et de ressources de calcul pour faire le travail qui n’est pas fait par l’insee ou bercy...

      2. La mise en place d’un politique protectioniste sur l’emploi de l’impot. Les francais ne sont pas la pour financer le developpement international des entreprises que soit leur statut.

      3. Toute legislation et reglementation s’opposant a ce que les francais developpent les solutions propres a leurs besoins doivent etre abrogees dans les 12 mois.


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 15:05

      @Spartacus,

       C’est exactement ce qui se cache derrière le lien que j’ai ajouté en disant « Mais qui sont ces gilets jaunes » si vous aviez écouté.
       L’humour est beaucoup plus efficace que les platitudes.
       Ce qui se passe réellement avec ses manifestations n’a rien à vous avec la gauche et la droite.
       Il s’agit d’une volonté de vivre mieux en dehors des pollutions et de conserver un environnement correct.
       Vous êtes complètement à côté de la plaque.
       Si vous n’avez pas encore compris écoutez ça.
       C’est encore de l’humour sarcastique.
       


    • Xenozoid 28 novembre 2018 15:08

      @L’enfoiré

      spartacus part du quartet ? qui l’auru cru bono ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 15:44

      @Xenozoid

       Comme disait quelqu’un hier soir : « Le low cost, le gratuit qu’Internet nous avait habitué ou le bon marché, c’est fini »
       


    • Xenozoid 28 novembre 2018 15:46

      @L’enfoiré

      quand c’est gratuit c’est toi le produit
      nothing for free,qu’ils disent


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 12:35

      C’est aussi une exportation française chez nous...
      Puisqu’on a choisi des F35 plutôt que des Rafales...
      Il faut des compensations... smiley.


  • Désintox Désintox 28 novembre 2018 12:47

    Je pense que le cliché de l’opposition entre Paris et la Province, l’une habitée par les méchants et méprisants « bobos », et l’autre par les gentils et méprisés « gilets jaunes » est suranné.

    Un français sur 6 vit dans l’agglomération parisienne. Et en Province, la majorité de la population habite dans des villes de plus ou moins grande taille et respire donc toute l’année donc les saines particules que leurs envoient les gentils « gilets jaunes ».

    Moi, j’en ai marre de voir les bagnoles défiler sous ma fenêtre. Toute cette pollution immonde que nous envoient tous les jours ces gens qui circulent, seuls dans leur diesel complètement crade, en sachant parfaitement qu’ils provoquent des dizaines de milliers de cancers, ce n’est pas du mépris peut-être ? Et quand ils ont fini de nous empoisonner, ils rentrent chez eux respirer le bon air.

    Et si nous aussi nous les bloquions ? Quelques centaines de vélos tournant autour des ronds points stratégiques en fin de journée, ce serait marrant, non ? Imaginez tous ces dieselistes, bloqués des heures dans leur voitures à respirer leurs fumées, au lieu de rentrer dans leur petit pavillon. Bien sûr, on ne le fera pas, parce que c’est interdit et aussi parce qu’on ne méprise pas les personnes. Mais... ras le bol.

    Ce ne sont pas deux mondes qui se font face, mais deux problématiques  : l’aménagement du territoire et la transition énergétique. Intoxiquée par le gazole bon marché, la France s’est laissée aller à un aménagement du territoire absurde. C’est devenu complètement intenable pour diverses raisons : sanitaires, écologiques, économiques. Personne n’a de réponse immédiate à donner.


    • Spartacus Spartacus 28 novembre 2018 13:04

      @Désintox
      Si t’en a mare de voir des bagnoles défiler sous ta fenêtre, on peut te mettre directement un pylône d’éolienne devant ta fenêtre.

      Et ton vélo et ces rhumes, angines et maladies pulmonaires liés à son utilisation qu’il génère, ses accidents graves et plus mortels et nombreux, c’est pas un problème de santé publique ?

      Et tes courses, tes enfants tu les transporte à vélo ?
      Faut sortir du poulailler, il existe autre chose que des habitants de la ville.


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 14:29

      @Désintox
      Votre billet part dans deux directions opposés. Vous vous en prenez aux dieselistes, caricaturant quelque peu d’ailleurs le provincial, qui dans ses manifestations exprime lui aussi le ras le bol d’être pris pour seul bouc émissaire, de cette politique tartuffe, dont il est victime, et pris pour bouc émissaire et idiot utile dans un aménagement du territoire qui n’existe plus….Fait que vous dénoncez avec pertinence dans un second temps. 
      Le diesel, voilà longtemps que je lutte contre cette saloperie. Mais je ne peux supporter l’hypocrisie gouvernementale, qui joue l’ange rédempteur, après avoir encouragé de façon évidente ce carburant, et l’individualisation des transports. Ce mouvement a pour mérite d’obliger le débat, autre qu’à fleuret moucheté. J’écoute la radio, inter, France culture. C’est une grande effervescence qui court dans le pays. Le dédain et le mépris affiché envers ces gens, qui ont « osé » salir la plus belle soi disant avenue du monde, semble bien évoluer, au fur et à mesure qu’on réalise que cette révolte exprime quelque chose d’essentiel, pour le pays entier. 


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 14:38

      @Spartacus
      Je suis loin d’être d’accord souvent avec vous, mais l’encouragement à la pratique du vélo par le gouvernement, a quelque chose effectivement de risible,tant sa pratique a été pratiquement rendue impossible en milieu urbain….
      C’est un vieux cycliste qui vous dit cela et j’ai pourtant l’habitude du vélo et de l’équilibre.
      Mais même les champions se font renversés maintenant, ou tués, à l’entrainement. Alors lâcher un lambda moyen dans la circulation, entre ronds points et ilots centraux, qui se sont multipliés, à quelque chose qui s’apparente au lâché d’une brebis dans la cage aux fauves. 
      Cette vision simpliste symbolise beaucoup de postures politiques, ne voyant absolument pas le terrain. Inconséquence, bêtise, perte de vue de la vraie vie des gens, par des cabinets le nez dans les statistiques et les chiffres ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 14:49

      @Spartacus
      "Et tes courses, tes enfants tu les transporte à vélo ?

      "
      Encore une connerie de nos jours bénits de l’actualité.
      Perso, j’allais à pieds à l’école.
      Ce n’était même pas à vélo.
      Faut finir de ressortir des chimères de notre époque pour se justifier. smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 14:57

      @velosolex,

       Je n’écoute pas France Culture (inaccessible de chez nous).
       Les gilets jaunes devaient manifester ce vendredi à Bruxelles à partir de Wallonie.
       Ils ont changé d’avis.
       Ils ont décider de réunir, les Wallons, les Flamands et les Bruxellois.
       Comme naturellement, il y aura des infiltrations de casseurs, cela ne se termine jamais sans troubles aux biens publiques
       Qui va payer pour les dégâts ? A votre avis...
       Le particulier.
       Bruxelles rassemble plus d’une manifestation de toutes les sortes par jour de l’année.
       On n’a pas assez des bouchons qui, eux polluent que ce soit au diesel ou à l’essence..
       Y en a marre. smiley


    • Xenozoid 28 novembre 2018 15:00

      @L’enfoiré

      ben ça c’est terribleeeeuh


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 15:12

      @Xenozoid
      Et oui, voilà où nous mène les conneries de notre époque.
      Plus cela consomme, plus c’est tof, en 4X4, en SUV comme ils disent quand ils roulent sur du béton... et qu’ils stoeffent (stoeffer= mot bruxellois pour Frimeur, esbroufeur, crâneur). pour en imposer.
      Mais c’est à la mode, il suffit d’aller voir les nouvelles collections pour le constater...


    • Xenozoid 28 novembre 2018 15:16

      @L’enfoiré

      a la haye aussi,pas encore de tank autour du quartier,plein de porshes de mercedes et d’audis queque tesla du cote des ambassades... tout va bien, roger out


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 15:20

      @Désintox,
       Bien d’accord.
       Perso, je ne vais plus en ville en bagnole.
       En jogging ou à vélo...
       La bagnole est une addiction comme les autres.
       Je me souviens d’une réaction d’une nana qui prenait sa voiture pour faire 400m et qui avait fait une esclandre parce que je lui faisais remarqué.
       Extrait d’un de mes billet intitulé « Les fans et leurs idoles additives » .
       

      Dernièrement, j’avais créé une polémique involontaire avec une dame qui était addict de sa voiture.

      Oui, on peut être addict de son auto.

      Voiture qu’elle utilisait pour remplacer ce qui aurait pu être une promenade de santé réalisée par quelques centaines de mètres à pieds sans avoir à transporter d’autre qu’elle même.

      - Quand on n’utilise pas ses jambes pour marcher, elles s’atrophient", lui avais-je dis à l’oreille.

      - Je fais du tennis", me répondit-elle de manière virulente.

      Qu’aurais-je pu lui dire ou répondre à une telle réplique en gardant mon sang froid en parlant d’addiction ?

      - Chère Madame, sachez que l’addiction est une chose bien plus complexe qu’il n’y parait, qu’elle est une dépendance, une conduite qui repose sur une envie répétée de manière automatique et irrépressible.

      Qu’entre le fait de marcher et de jouer au tennis, il n’y avait aucune contrindication ?

      Que nous sommes montés à l’origine sur deux jambes et pas sur quatre roues à moins que l’on devienne un homme ou une femme augmentée, fan de transhumanisme ?

      Oui, j’aurais pu lui dire cela et répondre ainsi.

      Mais elle ne présentait aucune verve de l’humour qui aurait pu faire partie d’un dialogue après ce premier contact.

      En direct, la conversation s’arrêta immédiatement.

      Elle ne le méritait d’ailleurs pas plus sans tamtam ni trompette.

      En différé, dans un match de seconde main, dirions-nous, puisqu’elle parlait de tennis, je dirais que les balles perdues signalées par certains échotiers, je les ai ramassées dans les filets.

       


    • joletaxi 28 novembre 2018 15:30

      @L’enfoiré

      de quoi il se mêle le Mossieu ?

      c’est exactement ce genre de comportement qui rend les sauveurs autoproclamés imbuvables

      pendant ce temps, on crame des milliards pour des hachoirs à oiseaux inutiles voulus par vos confrères de la secte de la poele à frire


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 15:56

      @L’enfoiré
      Vous pouvez écoutez au moins France culture sur internet. https://bit.ly/2rbrWEY A partir de radio France. Il y a le direct et les replay qui sont très riches. Je fais la promo sans doute mais cette radio est très pertinente. le nom « France culture » semble peut être élitiste, mais cette radio n’a plus rien à voir avec le ton qu’elle avait dans le passé.
      On peut parfois ne pas être d’accord, ou même ne pas comprendre grand chose, dans des émissions scientifiques, mais jamais au moins l’auditeur n’est pris pour un con.
      Perso, je vois pas grand chose à jeter. ’ Les pieds sur terre« à 13 h 30 qui est une sorte de »streap tease« et puis » écoutez vous l’éco« , » la compagnie des auteurs " après. C’est rien que de la gourmandise.


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 15:58

      @L’enfoiré

      Bravo en tout pour votre intervention. Quel que soit la réaction de cette dame, vous avez semer la petite graine du doute, et de l’éveil. 


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2018 17:22

      @velosolex,

       Merci pour l’adresse de France Culture.
       Sur France Inter, il y a un copain bruxellois qui fait des sketchs depuis quelques temps : Alex Vizorek.


    • Désintox Désintox 29 novembre 2018 10:45

      @Spartacus
      Le pylône d’éolienne ne me dérangerait pas.
      Avec des magasins de proximité, on va faire ses courses à pied.
      Les enfants peuvent aller à l’école à pied, faire leurs activités à pied, en vélo ou en autobus.

      Bien sûr, on peut préférer avoir sa maison individuelle. Il faut alors accepter les contraintes de l’habitat dispersé :

      1. Difficulté de maintien de services publics de proximité
      2. Consommation de carburant importante due à la multiplication des trajets en automobile.
      3. Coût élevé du chauffage d’une maison individuelle.

      Tout cela coûte cher. Il faut en avoir conscience avant de faire ce genre de choix. Une fois qu’on les a fait, la seule solution est de sortie sa carte bleue


  • zygzornifle zygzornifle 28 novembre 2018 14:54

    Macron c’est le pognon et la seule façon de l’atteindre c’est de s’en prendre au pognon , bloquer toute l’économie, plus de TVA ni de taxes qui rentrent la ça pique et tant pis si ça coute , autrement c’est vous qui paierez début d’année avec toutes les augmentations qui arrivent , carburant , électricité , assurances la liste est longue comme un jour sans pain ....


  • Monika Karbowska 28 novembre 2018 15:08

    Belle analyse fort juste. J’ajouterais, pour avoir été sur les Champs Elysées le samedi soir, qu’il y avait parmi les Gilets Jaunes de nombreux habitants de Seine et Marne, département rurale proche de Paris ou il n’y a plus de boulot depuis bien longtemps. Il faut aller à Paris et dans les autres banlieues, il n’y a évidemment pas de bus, peu de train. Impossible d’y vivre sans voiture et pourtant on est à 50 km de Paris. Beaucoup d’habitants sont des Parisiens ou banlieusards chassés par la spéculation immobilière effrenée depuis 10 ans à Paris et petite couronne. Dans de nombreuses villes pas de services publics, pas de CAF, pas de CPAM, pas de centre médical... Il faut aller à Paris pour se soigner ! Les Franciliens pauvres sont aux même loges que les provinciaux. D’ou leur slogan « Macron démission ». D’ailleurs il ne faut pas exagérer les prétendus dégradations sur les Champs ; Surtout des dégats matériels. Il n’y a pas d’épiciers du coin sur les Champs, c’est des grands groupes qui ne payent pas d’impots. Alors leurs assurances paieront et c’est tout. Quand aux touristes, cela leur fera une belle lecon que les Champs c’est pas la France. Que le Francais vit mal et est exploité par une bourgoisie locale et internationale vorace. J’ai parlé en Anglais aux touristes des hotels adjacents qui vouailent voir. Comment, la France puissance mondiale et les Francais y vivent si mal ?. Ce fut une bonne lecon de choses. 


    • kalachnikov kalachnikov 28 novembre 2018 15:36

      @ Monika Karbowska

      Bien sûr. Pauvre département qui compte 6 autoroutes, 4 lignes rer et 3 lignes transilien. Il y a même le seul Disneyland d’Europe dedans et un des plus grands aéroports en bordure. Et bien entendu tous ces gens qui fuient la cherté immobilière de Paris vivent dans des tentes et des cartons, on ne construit pas de logements, pour quoi faire, de toute façon vu qu’à 50 bornes de Paris on est encore au paléolithique. Ne connaissent même pas la médecine.

      Vous n’êtes pas obligée de romancer à la Zola pour expectorer votre haine des riches.


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 16:07

      @Monika Karbowska
      On invite le français à s’adapter, oubliant qu’on lui a mis des chaines et un boulet au pied.
      Que dire de l’administration, totalement à la ramasse. Ceux qui ont déménagé ont été confronté à la difficulté de transférer leurs comptes. Ne parlons pas de la carte vitale.
      Le lien avec le médecin référent relève du parcours du combattant quand il faut chercher un autre : La secrétaire vous renvoyant dans les cordes, le cabinet n’acceptant plus de client….
      le manque d’anticipation de la formation de médecins ne s’apparente pour autant surement pas un hasard, mais est le fruit d’une politique délibérée : Baisser le cout de la sécu, en limitant le nombre d’actes, par le nombre de médecins. Le cynisme à l’état pure, ne dérangeant aucunement le lobby libéral, complice….
      Cette misère n’est effectivement plus le seul cas des provinces reculées, mais affecte maintenant les villes. Mais pour la première fois, les territoires perdues, des sortes de vigies de la misère et de l’abandon, signalent aux citadins ce qui les attend demain. On aurait tort pour cela de se boucher le nez, devant les manants. 


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 16:14

      @kalachnikov
      Etrange de considérer que Zola avait la haine des riches. L’avez vous lu ?..Bien sûr dans « la fortune des rougon », « la conquète de Plassant », ou « la curée », il montre comment l’arrivisme bourgeois et la spéculation, marié au manque de scrupule et à l’opportunisme, parvient à faire passer un médiocre un peu malin, en prince. Comme les gilets rouges sont le miroir de se mouvement, et les premiers échos de la révolution de 89, l’époque dont parle Zola est très proche de la notre. 
      Sans doute nous manque t’il un type de cette temple.
      Ou de celle de Victor Hugo...La révolte du papier timbré fut en tout cas dans l’histoire de France un événement bien plus important qu’on le traite. 


    • kalachnikov kalachnikov 28 novembre 2018 22:47

      @ velosolex

      Mouais. Remarquez que je soutenais la lutte des zadistes mais pas du tout celle du Gilet Jaune. J’ai horreur de la pleurniche, je trouve ça sinistre ; je préfère les gens volontaires. Vous êtes mûr pour tomber en pâmoison dès qu’une populace investit la rue.
       


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 23:28

      @kalachnikov
      J’ai soutenu notre dame des landes, et me suis rendu plusieurs fois sur le terrain. Le combat ne s’arrête pas à l’arrêt de l’aéroport, il est toujours en vie pour une autre forme d’agriculture mortifère, de partage, et d’arrêt des prédations. C’est très volontaire. Actuellement on peut dire que d’autres combats font convergence, tel celui lancé par Nicolino, journaliste, type engagé, blessé dans l’attentat de charlie. Je l’ai vu dernièrement à une conférence contre les pesticides. Une pétition en ligne existe pour lutter contre ses saloperies, et vu la réaction de la FNSEA, on peut dire qu’il prend des risques. 
      Mon attitude par rapport avec le mouvement des gilets jaunes ne se situe pas par un « Pour », inconditionnel et béat, tant celui ci véhicule de thèmes différents. Je le comprend, c’est tout. Comme on comprend la colère des exclus, de ceux dont on se moque avec cynisme. Mais sans pour autant approuver toutes leurs manifestations et les déclarations qui s’y rattachent.
      Cependant, dans son aspect brouillon il prend une importance révolutionnaire que les mouvements parfois bien plus structurés n’atteignent pas. Il provoque par effet d’avalanche l’emballement des commentateurs, des prises de position, des débats sur l’aménagement du territoire. Au delà comme vous dites « de la populace qui investi les rues » et qui dérange le prince et les bourgeois, il nous rappelle que la compression finit toujours par provoquer l’explosion.

      Pétition en ligne contre les pesticides : Nous voulons des coquelicotshttps://bit.ly/2Rr7V9i


    • velosolex velosolex 28 novembre 2018 23:30

      @velosolex
      Pétition en ligne contre les pesticides : Nous voulons des coquelicotshttps://bit.ly/2Rr7V9i


    • kalachnikov kalachnikov 29 novembre 2018 00:01

      @ velosolex

      En résumé, vous avez pitié et projetez. Et fantasmez. Votre ’il nous rappelle que la compression finit toujours par provoquer l’explosion.’ m’amène à dire ’la belle affaire’. Etre exploité, ployer l’échine sous le joug, hors les quelques récentes années plutôt confortables, c’est quasi depuis l’origine la condition humaine et on peut aller très loin dans ce domaine, vous savez. Combien de jacqueries sous l’Ancien Régime avant que celui-ci soit terrassé ?

      Il me semble que vous confondez votre désir propre de révolution avec le présent phénomène, l’hystérie Gilet Jaune.


    • kalachnikov kalachnikov 29 novembre 2018 09:21

      @ velosolex

      Je vais vous le définir exactement ce mouvement de populace. Ce n’est pas une population touchée d’un coup par la grâce de la sobriété heureuse, ayant tout à coup une conscience politique. Non, c’est une population qui a parfaitement intégré le ’après moi, le déluge’, dont la valeur cardinale est l’égoïsme. Ce qui la meut, c’est la crainte du déclassement et d’être exclue du banquet des banquiers, d’être interdite de jouer son rôle fétiche de ramasse-miette des puissants.

      Le reste, on le voit très bien au quotidien et à l’usage, l’absence totale de fraternité et de solidarité, les vieux qui crèvent dans leur coin, le mépris du pauvre et du déchu, le bougnoule tenu comme responsable de tout, les voisins qui se parlent plus, en se connaissent même pas, etc.


Réagir