samedi 1er juin - par SEPH

EUROPE : nous la subissons ou nous la quittons

L'Union Européenne est présentée comme nécessaire à notre économie et au maintien de notre pouvoir d'achat, on a l'impression qu'il est impossible d'en sortir au risque d'un cataclysme financier. Et pourtant c'est une machine à fabriquer de l'inégalité et de l'appauvrissement qui a été d'ores et déjà été sciemment mise en place. Où est la vérité ?
 

 

 Partie 1 : LES PERES FONDATEURS DE L'U.E.


 

I - Les « pères » sulfureux de l’union européenne :

1 - Joseph Retinger

 

 Ex-fasciste polonais devenu agent britannique. Il est une figure majeure de l’histoire du fédéralisme européen. Il est le cofondateur, au lendemain de Seconde Guerre mondiale, de la Ligue européenne de coopération économique (LECE). En décembre 1947, il est secrétaire général du Comité international de coordination des mouvements pour l’unité européenne.

Partisan du fédéralisme comme solution à la guerre en Europe dès la fin de la Première Guerre mondiale, Jozef Retinger est parfois considéré comme le père d’ombre de l’Europe contemporaine.

Il a joué un rôle phare dans l’organisation du Congrès de La Haye de 1948 et dans la fondation du Mouvement européen, et a été l’initiateur de l’idée de congrès annuel euro-américain devenu, à partir de 1954, le Club de Bilderberg .

On peut affirmer que l’OTAN et le mouvement Européen ( aujourd’hui l’Union Européenne ) sont les « enfants » de Joseph Retinger

Sources https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Retinger - http://www.bvoltaire.fr/pierrehillard/qui-connait-jozef-retinger,28785

 

2 - Walter Hallstein

 

 Haut fonctionnaire allemand, rédigea le projet hitlérien d’Europe fédérale supra nationale . Il s’agissait de détruire les États européens et de fédérer les populations par ethnies autour du Reich aryen.

 

Walter Hallstein en uniforme nazi

Hallstein avait convenu avec Hitler et Mussolini un projet appelé "Das neue Europa" (la nouvelle Europe)... une nouvelle dictature européenne sous leur contrôle.

 

Le plan ayant raté, ce juriste nazi a été recyclé après la guerre par les Américains pour la création de cette même nouvelle Europe, celle que nous connaissons aujourd'hui.

L’ensemble aurait été soumis à la dictature d’une bureaucratie non-élue, contrôlée par Berlin.

À la Libération, il mit en œuvre son projet avec l’aide des Anglo-Saxons et devint, en 1958, le premier président de la Commission européenne : http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/03/a-lorigine-de-lue-walter-hallstein.html

 

Walter Hallstein , en 1958, est le premier président de la Commission européenne (*)

Partisan de la dictature d’une bureaucratie non-élue

L'Europe était née sous une bonne « étoile » !!!



 

3 - Les autres pères fondateurs de l'U.E. : Jean Monnet et Robert Schuman

 

L'Union Européenne est une invention américaine. C’est Washington qui a conduit l’intégration européenne à la fin des années 1940 et elle l’a financée secrètement sous les administrations des présidents Truman, Eisenhower, Kennedy, Johnson et Nixon.

En effet, La préoccupation principale de la CIA était le soutien au Comité Américain pour une Europe Unie, présidé par Donovan. Un autre document met en évidence que ce comité a fourni 53,5% des fonds à destination des mouvements européens en 1958. La direction incluait Walter Bedell Smith et Allen Dulles, les chefs de la CIA des années cinquante :

 

Extraits des documents déclassifiés du gouvernement US publiés par le Daily Télégraph

 

- Robert Schuman (qui fut ministre de Pétain après lui avoir voté les pleins pouvoirs)

C'est la Déclaration Schuman qui a donné le ton de la réconciliation franco-allemande, et qui devait mener par étapes à la Communauté Européenne, a été concoctée par le Secrétaire d’État américain Dean Acheson à un meeting à Foggy Bottom. « Tout a commencé à Washington, » a déclaré le chef de cabinet de Robert Schuman.

- Jean Monnet qui ne comptait que des amis à la CIA et à Washington, cette Europe ne s’est jamais libérée de sa curatelle américaine


Jean Monnet apparaît largement dans le panthéon fédéraliste en étant l’éminence grise de l’infamie supranationale. Peu nombreux sont les individus qui savent qu’il a passé la plupart de sa vie aux États-Unis et qu’il a servi comme étant les yeux et les oreilles de Franklin Roosevelt en temps de guerre. 

 

Robert Schuman,était un agent des services secrets US. et Jean Monnet était en fait un agent de la CIA envoyé en Europe pour servir les intérêts des États-Unis.te-un-projet-de-la-cia-comme-les-pro-brexit-le-decouvrent-ambrose-evans-pritchard/
 

Pour en savoir plus, cette vidéo d'une conférence de François Asselineau approfondit le sujet : https://www.dailymotion.com/video/x1hipio

De plus, les sceptiques pourront se convaincre en lisant « Aux origines du carcan européen » de l’historienne Annie Lacroix-Riz (Editions Delga) 

 

 

Partie 2 : LES APPORTS DE L'U.E.


 

I - L'U.E. et la PAIX ? Une promesse non tenue !!!

« L’Union européenne a apporté la paix » . C’est une phrase que l’on entend souvent ; rassurant les populations quant à la pacification du territoire continental. Mais c’est faux : depuis 1945 l’Europe a connu et connaît encore de nombreuses guerres sur son sol. Certes, il n’y a pas eu de nouveau conflit entre la France et l’Allemagne après les trois guerres subies entre 1870 et 1945.

Mais les pays les plus importants de l'U.E. ont mené des guerres d'agression contre des pays souverains en Europe où ailleurs sans que l'U.E. n'y trouve à redire.

Que l’on se souvienne du soutien sans faille de l’Union européenne à toutes les aventures du Pentagone qui ont suivi en Bosnie Herzégovine, au Kosovo, en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, au Yémen, …... Dans tous les cas sans exception, elle s’est alignée derrière les USA et son bras armé : l’Otan.

Qu’ils le veuillent ou non, les pays membres de l'U.E. se trouvent aujourd’hui co-responsables des guerres de Washington, y compris par exemple de la famine au Yémen, consécutive aux opérations militaires de la Coalition saoudienne et aux sanctions US.

Les pays de L'U.E. doivent donc choisir maintenant entre endosser ces crimes et rester dans l'U.E., ou se retirer.

 

1 - L'exemple de la Yougoslavie :

Yougoslavie : dix ans de dépeçage

 

 La fin de la Guerre froide aurait pu laisser croire à un retour de la paix en Europe, il n’en fut rien. Le continent a connu la terrible guerre de Yougoslavie qui a duré près de vingt ans.

Sous la pression des USA et de l’Allemagne, il y eut d’abord l’éclatement de l’ancienne fédération entre 1991 et 1995 (accords de Dayton). Puis la guerre au Kosovo entre 1998 et 1999  :

 

  • En 1998, c’est encore l’OTAN qui a attaqué la Serbie, à la demande de Bill Clinton pour la faire plier.

  •  Début 1999, les images d’un charnier dans le village kosovar de Racak ont ému l’opinion internationale et furent décisives dans l’intervention de l’OTAN. Or le rapport des experts finlandais ne prouve pas la thèse de l’exécution massive de civils albanais par des unités serbes. Ce charnier était un montage pour faire accuser les Serbes et légitimer ainsi une agression criminelle de l'OTAN.

 

Actuellement au Kosovo, le conflit dure encore de façon larvée. Les Albanais opèrent une véritable purification ethnique pour éliminer les Serbes de la province afin de la rattacher définitivement à leur pays. Albanie et Kosovo sont deux États mafieux, vivant du trafic de drogue, d’armes et de migrants.

En résumé, l’Europe en Yougoslavie, a donc été un facteur de guerre associé aux USA.

L’intervention de l’OTAN a mis à genoux la Serbie et entériné la déchirure yougoslave. Notons que l'utilisation des bombes à uranium appauvri par l'OTAN a fait d'énorme dégâts dans la population civile : développement de très nombreux cancers

 

Le continent européen a bien connu les horreurs de la guerre du fait de certains membres de l'U.E.

 

2 - Les Promesses de Paix !

De fait l’U.E. n’a jamais véritablement lutté pour la paix, mais uniquement pour ses maîtres anglo-saxons. Elle a soutenu toutes les guerres US, y compris la guerre contre l’Irak que la France et le chancelier Schröder avaient pourtant dénoncée en son temps.

Auquel il convient d'ajouter une autre épine dans le pied,de l'UE. Ses liens très étroits avec Israël qui sont concrétisés dans de nombreux accords dans tous les domaines :

l 'U.E. est le premier partenaire commercial d'Israël : 33 % des exportations israéliennes vers l'UE et 40 % de ses importations vient de lU.E.

L'U.E. Ne prendra jamais de sanction contre Israël pour qu'il arrête ses massacres en Palestine.

Notons aussi que l'U.E. ne dénonce pas le génocide rampant des palestiniens en Palestine, pas plus que l'apartheid qui sévit en Israël vis à vis des arabes israéliens. !!!!!

Ainsi l'U.E. par le biais de l'OTAN est le supplétif des USA et se trouve donc entraînée dans les guerres d'agression étasunienne, la liste est longue et les victimes civiles très nombreuses : rien que pour la Libye plus de 100 000 morts.

Aujourd'hui, l'U.E. participe activement par l'envoi d'armes et de budgets (plus de 50 Milliards d'aide) à alimenter la guerre en Ukraine.

 

II - L'étrange démocratie de L'U.E. Plutôt une oligarchie !

1 - Une institution européenne particulière

Depuis sa formation, l’U.E. connaît un problème prépondérant : il s'agit du déficit démocratique à l'intérieur de ses institutions. Par « déficit démocratique », on entend une faute de légitimité démocratique causée par la complexité du fonctionnement du système qui le rend presque inaccessible au citoyen.

Dans l'U.E. Il y a deux pouvoirs exécutifs : le Conseil de l’Union européenne (réunion des ministres des États membres) et la Commission, et, un seul pouvoir législatif le Parlement Européen qui ne peut légiférer que pour des domaines limités.

 

Ainsi les domaines qui échappent au Parlement sont adoptés selon deux procédures distinctes :

  • la procédure de consultation par laquelle le Parlement ne dispose que d’un rôle consultatif (cas de la politique de la concurrence).

  • la procédure d’approbation qui requiert du Parlement un simple avis conforme. Cette procédure est appliquée pour l’adhésion d’un nouvel État à l’UE ou pour les modalités de retrait de l’UE ou en cas de violation grave des droits fondamentaux au sens de l’article 7 du traité sur l’Union européenne,....

Le parlement européen est une tour de Babel avec un pouvoir législatif très limité : tout le pouvoir est à la Commission. Ce n'est pas un État de droit, car il n'y a pas séparation des pouvoirs.

 

2 - L'union européenne est-elle démocratique ? : 

 
 

Dans la pratique, le Conseil de l’U.E. qui est non élu, est à l'initiative de l’adoption d’une grande partie des directives européennes.

Ainsi, le système institutionnel communautaire est donc dominé essentiellement par deux organes dépourvus de légitimité démocratique directe :

D'une part, un organe qui cumule les pouvoirs législatifs et exécutifs : le Conseil européen qui est juge et partie !!!!!

D'autre part, une institution technocratique sans aucune légitimité représentative réelle : la Commission composée de 27 membres, un par pays, désignés par les gouvernements.


 

La Commission est l’organe exécutif permanent de l’U.E. qui exerce sa souveraineté entourée de lobbies très influents.

En effet, l'U.E. est sous l'influence de lobbies très puissants qui à travers des conseillers et des consultants influents, construisent une Europe a leur façon loin des préoccupations des peuples européens.

Ainsi, "dans le vaste quartier européen de Bruxelles, la puissance des lobbies saute aux yeux. Les grands noms du monde des affaires occupent chaque immeuble de bureau dans un rayon de 1 kilomètre autour des sièges de la Commission, du Conseil et du Parlement européens" : journal Le MONDE du 07.05.2014.

 

  • Les lobbies, à travers des conseillers et des consultants influents qui connaissent de très près les instances européennes chargées de rédiger les propositions de loi, construisent une Europe a leur façon loin des préoccupations des peuples européens.

  • Les pays membres ont perdu une part essentielle de leur souveraineté : « battre monnaie » - liberté budgétaire - aliénation juridique à la Cour européenne.

 

3 - Des Présidents de l'U.E. loin d'être au-dessus de tout soupçon !!!

A - L'actuel Président de la Commission de l'U.E. Ursula von der Leyen a été nommé à ce poste grâce à sa participation à la Conférence Bilderberg et à Merkel https://www.kla.tv/_files/video.kla.tv/2019/08/14715/DirectionDeLaCommissionDeLrueL_480p.webm. En effet elle était son ministre des armées dans son gouvernement.

Or, il était temps qu'elle quitte son poste, car Ursula von der Leyen était soupçonnée de trafic et d'abus de bien sociaux. L'affaire a été étouffée après son départ.

Il est important de connaître la famille d'Ursula :

Son père Ernst Albrecht était l’un des premiers fonctionnaires européens, travaillant à ce titre dès la création de la Commission européenne en 1958, d’abord au sein de la commission du nazi Walter Hallstein, comme chef de cabinet auprès du commissaire européen à la Concurrence Hans von der Groeben, puis de 1967 à 1970 comme directeur de la direction générale de la Concurrence.
 

En 1986, elle se marie avec le médecin Heiko von der Leyen, issu de la famille von der Leyen, de Krefeld, qui a fait fortune dans le commerce de la soie. Heiko von der Leyen deviendra professeur de médecine et PDG d’une entreprise d’ingénierie médicale. Il est depuis décembre 2020 « Medical Director » de la société de biotechnologies Orgenesis (thérapies cellulaires et géniques)


 

L’affaire dite des SMS a été révélée par le New York Times en avril 2021. Mme von der Leyen et M. Bourla sont soupçonnés d’avoir négocié directement et secrètement un contrat de 1,8 milliard de doses de vaccin contre le Covid directement par SMS, pour un montant total de 35 milliards d’euros. CF : https://www.euractiv.fr/section/pharma/news/contrats-covid-avec-pfizer-ursula-von-der-leyen-visee-par-une-nouvelle-plainte/

Elle ne veut pas fournir ses e-mails échangés avec Burlat. C'est un abus de pouvoir caractérisé dans la plus grande opacité digne de la Maffia.

Ursula von der Leyen fait l’objet de plaintes pour corruption. : https://francesoir.fr/politique-monde/ursulagate-omerta-et-censure-influences-et-pressions-subies-par-les-medias-suite :
 


 

De façon générale la Commission européenne reste silencieuse sur la façon dont les contrats de vaccins Covid-19 ont été négociés, au risque de jouer avec le feu – ou, dans ce cas, avec Pfizer(*)
 

(*)Pfizer est l’entreprise la plus condamnée au monde dans le domaine de la santé.

La base de données « Violation Tracker » de l’organisation américaine Good Jobs First recense un total de pénalités supérieur à 10 milliards de dollars de 2000 à 2019 pour le groupe Pfizer et l’ensemble de ses filiales. (Ulrich Baumgarten/Getty Images).

Les amendes de Pfizer concernaient des faits de pratiques commerciales frauduleuses, de non respect de l’environnement et des droits humains, publicité mensongère relative à plusieurs médicaments . Rien que ç'a !!!

Ref : https://investir.lesechos.fr/actu-des-valeurs/la-vie-des-actions/usa-pfizer-debourse-23-mds-pour-publicite-mensongere-1601699

https://www.liberation.fr/checknews/le-groupe-pfizer-a-t-il-ete-condamne-par-le-passe-a-des-milliards-de-dollars-damendes-20220106_RP6Q4O5BKBFUBAGN2DI3SCYN3I/


 

B - Le Guardian révèle que l'ancien président de la Commission européenne, déjà impliqué dans le scandale des LuxLeaks, aurait bloqué les réformes visant à lutter contre l’évasion fiscale des multinationales alors qu’il était Premier ministre du Luxembourg.

Thomas Coutrot, économiste et coprésident de l'association ATTAC considère que :

« Les raisons pour lesquelles M. Juncker aurait bloqué les initiatives contre l'évasion fiscale, peuvent s'expliquer par le fait que le Luxembourg était le recordman absolu des accords avec les multinationales qui permettaient à ces dernières d'exercer leurs activités dans le Grand-Duché avec un taux d'imposition dérisoire.


 

C - Notons que son prédécesseur José Manuel Barroso, président de la Commission européenne entre le 22 novembre 2004 et le 3 novembre 2014, est aujourd'hui le président non exécutif du conseil d'administration d'une des toutes premières banques d’affaires du monde : la célèbre banque Goldman Sachs !!!!!

N'est-il pas curieux de voir Barroso qui a supervisé aux côtés du FMI l’austérité en Grèce, finir dans la banque qui avait aidé Athènes à maquiller ses comptes pour « respecter » les règles de l’Union monétaire.

Le comportement de Barroso ne serait-il pas la preuve ultime que les « élites » bruxelloises sont vendues aux lobbys ? La réaction tardive et modérée de Jean-Claude Juncker, qui lui a succédé, n’arrange rien. Le Luxembourgeois hésitera deux mois avant de ­saisir le comité d’éthique maison, qui ­finira par blanchir M. Barroso à l’automne 2016. Étonnant non !!!!!
 

Tout ceci montre à quel point l'U.E. est gangrenée et est devenue une sorte de Mafia.

 

III - L'ÉCONOMIE DE L'U.E. Une machine à paupériser les peuples !

Sur le plan économique l'Allemagne a non seulement désindustrialisé le reste de l'Europe a son profit, mais c'est elle qui est la faiseuse de rois à Bruxelles.

L’ U.E. est aujourd'hui un ogre financier destiné à l'accumulation de richesses par les banques et àles entreprises transnationales (entre autres les GAFA). L'U.E. est un véritable banc d'essai pour la création d'une souveraineté mondiale aux mains d'intérêts privés.

L'U.E. est loin d'avoir profité à tout le monde, elle a créé des disparités entre pays et creusé des inégalités. Le dogme de la concurrence « libre et non faussé » a laminé juridiquement les services publics et les mécanismes de solidarité au sein des pays.

Par ailleurs, l'impact de 1999 à 2017 du passage à l'euro en France a coûté 55 996 euros en moyenne pour chaque français. (voir vidéo https://youtu.be/1MC7tYU4NQY)

 

1 - Les paradis fiscaux sont au cœur de l’Union européenne.

Selon ATTAC, l’évasion fiscale et le dumping fiscal sont des problèmes européens faits maison :

« En effet, Luxembourg, Pays-Bas, Irlande, Malte, Chypre - des États membres de l’UE figurent parmi les paradis fiscaux les plus actifs. L’Allemagne est également l’une des destinations les plus populaires pour les flux financiers non transparents, en particulier en provenance des pays du Sud, avec l’aide desquels le blanchiment d’argent et la fraude fiscale sont pratiqués à une échelle gigantesque . N'oublions pas non plus, aujourd'hui hors de l'U.E., la City de Londres qui est la plus grande place financière mondiale largement ouverte à des transactions opaques échappant à la fiscalité.
 

En outre, on trouve parmi les paradis fiscaux une douzaine d’autres territoires d’outre-mer principalement britanniques et néerlandais, tels que Jersey, Curaçao et les îles Vierges britanniques.

 

2 - La fraude fiscale organisée

En effet, la politique de concurrence a fait de l’UE l’un des piliers de la concurrence fiscale mondiale.

Le pionnier a été l’Irlande, qui applique un taux d’imposition de 12,5 % sur les bénéfices des sociétés depuis 2004. Chypre, l’Estonie et la Bulgarie offrent désormais des taux d’imposition aussi bas et les taux d’imposition des principaux pays industrialisés ont également été progressivement réduits.

La France n’est pas en reste : le taux de l’impôt sur les bénéfices des sociétés a baissé de moitié depuis les années 1980 passant de 50% à 28 % pour les bénéfices inférieurs à 500 000 € et 33,3 % (ou 1/3) au -delà en 2019 et atteindra 25% pour l'ensemble des bénéfices en 2022. » : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23575

Cf : https://france.attac.org/se-mobiliser/europeennes-2019/article/fiche-l-europe-et-l-evasion-fiscale

 

Selon les estimations du Parlement européen, les États membres de l’UE perdent environ 1000 milliards d’euros par an à cause de l’évasion fiscale au profit d’une minorité de riches et des multinationale.

L'U.E. c'est effectivement la fraude fiscale organisée pour les transnationales et les banques et c'est une de ses raisons d'être.

 

Les 10 FAITS QUI MONTRENT COMMENT LES MULTINATIONALES INFLUENCENT LA POLITIQUE EUROPÉENNE

YouTube · Osons Causer https://www.youtube.com/watch?v=3gv7jxCtnpk&t=103s

 

 

CONCLUSION

L'Union Européenne est sortie d'un accord entre les maîtres de forge Français et allemands pour créer la Communauté européenne du charbon et de l'acier (C.E.C.A.).

La C.E.C.A. fut au niveau européen la première organisation basée sur des principes résolument supranationaux. Cette organisation fondée sur le traité de Paris (1951), est entrée en vigueur le 23 juillet 1952 pour une durée de 50 ans. Elle n'existe plus depuis le 22 juillet 2002.
 

Or déjà en 1957, un des plus grands hommes politiques français, Pierre Mendes-France avait déjà mis en garde les députés français, le traité de Rome allait, disait-il, entraîner une abdication de la démocratie. C'est exactement ce qui s'est passé au plus grand bénéfice des transnationales et des banques.

A cette époque Pierre Mendes-France qui représentait alors la conscience morale de la gauche, s'opposait aux visionnaires beaucoup moins sociaux. Eux applaudissaient des deux mains à la création de la CEE. Jacques Rueff par exemple s’en réjouissait, il voyait là « l’aboutissement et le couronnement de l’effort de rénovation de la pensée libérale »

Ce qui est en train de se produire est un désastre industriel majeur, à l’échelle du continent européen, piloté, voulu, assumé par des élites totalement déconnectées et corrompues.

Nous avons financé à grands frais des institutions européennes totalement dysfonctionnelles. Bien entendu, ce désastre se retrouve sur d’autres sujets, tels que la viabilité de la monnaie Euro, un engagement géopolitique délirant dans la guerre en Ukraine, une politique sanitaire plus que dommageable… En vérité, on peinerait à trouver un seul domaine dans lequel ces institutions apportent quelque chose de significativement bon pour le citoyen européen.

On va continuer de nous expliquer qu’il faut plus d’Europe pour résoudre ces problèmes. Ainsi Macron et les europhiles veulent passer a un stade supérieur : une U.E qui sera un seul État supranational avec la disparition des pays de l'U.E.

 

L'U.E. correspond simplement à plus de déconnexion vis-à-vis du réel, et donc encore plus de désastre : cette Europe supranationale c'est l'Europe de la guerre, celle qui va envoyer des soldats en Ukraine.

Elle est donc un carcan inamovible pour les peuples européens inféodés à l'empire des USA, elle en est devenue une colonie. C'est une institution verrouillée qui n'est pas un État de droit du fait qu'il n'y a pas de séparation des pouvoirs. Elle ne peut être changée fondamentalement que par l'unanimité des pays membres. Autant dire que ceux qui veulent une « autre Europe » pourront attendre longtemps. !!!

 

Il faut donc la quitter pour notre liberté.

 

 Inutile de rêver. La « belle idée » Europe n’existe qu’au moment de l’exécution de son hymne, « à la joie ». La ligne générale, historique et continue de Bruxelles est claire aller une Europe supranationale : perte de souveraineté des États - suppression progressive du secteur public – économie ultra libérale – tout le pouvoir à l'argent – progression des inégalités - régression sociale (nivellement par le bas) - suppression de libertés.

Le réveil risque d’être cauchemardesque, car le prochain chef de la commission sera sans doute Mario Draghi qui est un banquier et ancien haut fonctionnaire italien. Il a été le Vice-président pour l'europe de Goldman Sachs entre 2002 et 2005, puis gouverneur de la Banque d'Italie entre 2006 et 2011, il est président de la Banque centrale européenne (B.C.E.) depuis le 1ᵉʳ novembre 2011. Ainsi, la continuité sera assurée pour aller vers le totalitarisme d'une Europe devenue fédérale supranationale.

 

JPEG - 33.5 ko

 

Mario Draghi le banquier de Goldman Sachs : Est-ce que vous lui confirez vos enfants ou votre épargne ?


 

 

REFERENCES :

https://blogs.mediapart.fr/danyves/blog/210317/la-no-news-d-historia-oui-la-cia-finance-la-construction-europeenne

https://www.atlantico.fr/decryptage/283741/schuman-monnet-fondateurs-europe-cia-circus-politicus-christophe-deloire-christophe-dubois

https://www.upr.fr/dossiers-de-fond/la-face-cachee-de-robert-schuman/

http://collectif.pcf17.pagesperso-orange.fr/an08/Publication/CIA_ar.htm

 



144 réactions


  • leypanou 1er juin 17:20

    On ne sait as si c’est Draghi ou quelqu’un d’autre qui va être président de la Commission Européenne, mais si c’est Draghi, quand il a été président du Conseil Italien¹, l’Italie a été l’un des pays où les restrictions sanitaires ont été parmi les plus dures (pass de différentes couleurs).

    Cela étant, je crois que l’UE a déjà validé le principe du pass vaccinal et il est possible qu’ils peuvent exiger d’être à jour de ses « vaccins » pour pouvoir voyager.

    Ce sujet n’a jamais été évoqué lors des pseudo-débats sur les chaînes d’abrutissement en continu.

    ¹ : les mesures ont peut-être été prises du temps de Giuseppe Conte.


    • SEPH SEPH 1er juin 17:43

      @leypanou
      La santé qui était de la responsabilité des États vient de devenir une prérogative européenne. C’est donc la Commission qui nous imposera la façon de nous soigner.

      C’est une décision d’ Ursula von der Leyen sans que personne ne dise rien sur cet abus de pouvoir (un de plus) 
      Décidément l’U.E. est une MAFFIA


  • SEPH SEPH 1er juin 17:46

    Les « bénéfices » de la France dans l’Union Européenne :


    De 1993 à 2023 :

    • La France est passée de 5iéme place à la 7iéme place du classement en PIB des pays

    • Le taux de croissance annuel de PIB est passé de2,86 à 0 ;6

    • La part de l’industrie dans le PIB a chuté de 7%



    De 1995 à 2023 :

    • Le nombre de chômeurs a augmenté de 1 700 000

    • La dette publique a doublé, elle est passée de 57% à 110% du PIB. Elle est aujourd’hui de 3 100 Milliards.



    De plus :

    • La dette publique et privée est passée de 3 500 Milliards en 2008 à 7 000 Milliards en2023

    • Le stock d’or de la Banque de France est passé de 3 060 tonnes à 2 436 tonnes aujourd’hui

    • En 2018 la France a contribué pour 22,2 Milliards au budget de l’U.E. Et a reçu 14,8 Milliards de l’U.E. Soit un déficit de 7,4 Milliards



    En conclusion : la France est sous le joug des créanciers internationaux surtout anglo-saxons qui font la pluie et le beau temps (ce qui est rare) chez nous.



  • SEPH SEPH 1er juin 18:01

    La subir ou la quitter, ce message s’adresse donc à ses membres et à leurs résultats.Le déficit budgétaire de l’État français dépassera cette année 5,5% du PIB et s’élèvera à 160 milliards d’euros, qui devront être empruntés.

    La situation n’est pire qu’en Italie. La dette publique française approche déjà la taille de l’économie entière du pays soit  110 du PIB.

    Empruntés ? Qui prêtera ? sachant que le coût des intérets de la dette nationale française a doublé en 5 ans et s’élève à plus de 50 milliards d’euros par an, un coût supérieur aux dépenses militaires du pays !!!

    Avec la dégradation de la note de la France, le coût de la dette (coût des intérêts) s’élèvera a plus de 75 milliards par an. Bravo Lemaire le Mozart de l’économie en incompétence et à Macron qui en 10 ans (ministre des finances sous Hollande puis Président) a creusé le déficit de la France de 1 000 milliards


    • Eric F Eric F 3 juin 09:08

      @SEPH
      Si la dette publique française est supérieure en part de PIB à elle de tous les autres membres de l’UE, dont globalement le taux d’endettement diminue alors que le nôtre augmente, ce n’est pas pour le coup la faute de l’UE mais bien celle de nos gouvernements. Le ’’quoi qu’il en coûte’’ nous a plombé.


  • SEPH SEPH 1er juin 21:24

    DÉFICITS : MACRON NOUS ENDETTE POUR AIDER SES AMIS MILLIARDAIRES (OLIVIER BERRUYER – ÉLUCID)

    https://youtu.be/Dl4EC9qT6ZA

    Déficits. Déficits. C’est un mot qui nous tombe régulièrement dessus, pour nous dissuader de protester contre la politique austéritaire qui nous est imposée par l’exécutif d’Emmanuel Macron, et qui s’accélère devant nos yeux impuissants. “Inconscients que vous êtes”, nous explique-t-on. Ne savez-vous pas que les déficits publics ont explosé et qu’il faut se serrer la ceinture ?

    Fini les conneries, nous dit le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Ahlala, les Français, quels inconscients, quels gaspilleurs ! Et pourtant, Emmanuel Macron, notre bon roi, pardon notre président bien-aimé, nous avait prévenus… Mais au fait, à quoi sont dus les déficits ? Et qui a profité de la fameuse ère où c’était “open bar” ? Pour répondre à cette question, il faut faire un peu d’histoire économique et beaucoup de chiffres bien mis en perspective.......

    Voir vidéo https://youtu.be/Dl4EC9qT6ZA


    • chantecler chantecler 2 juin 01:11

      @SEPH
      Le principal souci relevé dans les articles de « les crises » sont l’endettement« ininterrompu , principalement de »fonctionnement« .
      le pognon ( »de dingue"emprunté nourrit aussi les grandes sociétés et l’oligarchie , fabrique nos milliardaires et appauvrit l’état par hausse des intérêts de la dette (renégociée au fur et à mesure , et par l’absence de ressources , de rentrées suffisantes pour y faire face liée à la paupérisation des masses .
      Nous ne sommes pas près d’avoir des bilans équilibrés , d’arrêter de vendre nos actifs et de sortir de la politique de rigueur : elle est sans limite .
      .


    • SilentArrow 2 juin 15:42

      @chantecler

      À mon avis, les pays de l’UE doivent rembourser le capital emprunté, mais ne doivent pas payer d’intérêts aux banques puisque celles-ci n’ont pas prêté de l’argent qu’elles possédaient mais simplement fait travailler la planche à billets (ce que la banque centrale européenne aurait aussi bien pu faire).

      Les pays de l’UE devraient donc décompter les intérêts déjà payés aux banques du capital qui reste à rembourser.


  • SEPH SEPH 2 juin 08:38

    Dommage que les europhiles ne s’expriment pas au sujet de mon article


  • zygzornifle zygzornifle 2 juin 08:38

    On ne peut pas quitter l’Europe parce que Macron et toute la droite pisse vinaigre ne le veulent pas, souvenez-vous comme le Sarko-Bismuth a balayé le référendum d’un coup de son moignon orné d’une Rolex ....


    • SEPH SEPH 2 juin 10:12

      @zygzornifle
      Un référendum, comme en Grande Bretagne :
      OUI  la France quitte l’U.E
      NON  la France reste dans Une U.E. supranationale

      Si le OUI l’emporte, la France donne immédiatement sa démission de l’U.E.


    • SilentArrow 2 juin 15:49

      @SEPH

      Je suis pessimiste sur le résultat d’un référendum en France.

      Ua RU, il y avait cette vielle méfiance populaire envers tout ce qui vient du continent et qui a certainement contribué au OUI.

      Les Français semblent aujourd’hui tellement avachis que je me demande s’il leur reste encore un peu de leur chauvinisme proverbial (à défaut de patriotisme).


    • SEPH SEPH 2 juin 16:31

      @SilentArrow
      Le dernier référendum au sujet de la constitution européenne a vu le triomphe du NON contre toute attente malgré une campagne indécente pour le OUI.

      Si la situation se détériore, tout est possible. Aujourd’hui plus de 60% des français haïssent Macron le larbin des US.


    • zygzornifle zygzornifle 4 juin 09:17

      @SEPH

       Macron est pire que le larbin des ricains il est antifRance la seule personne qu’il aime vraiment c’est lui même ....


    • Seth 4 juin 15:38

      @zygzornifle

      Peut être aussi un peu tata Brigeou. Quoique... smiley


    • véronique 6 juin 13:44

      @SEPH

      On peut ajouter que si le OUI l’a emporté pour le traité de Maastricht, on pouvait s’attendre à un Oui plus massif vu la propagande elle aussi massive.
      *


  • leypanou 2 juin 08:41

    @tous

    complément de lecture sur la « démocratie » européenne qui complète bien l’article de l’auteur.


    • SEPH SEPH 2 juin 10:18

      d@leypanou
      La tentative d’assassinat du  Premier ministre slovaque Robert Fico montre bien l’agressivité des fédéralistes et des « otaniens » envers ceux qui osent les défier. Ces gens là n’ont que le mot démocratie à la bouche.


    • Bonsens 4 juin 13:16

      @SEPH
      Cette tentative d’assassinat a finalement été très discrètement relatée dans la presse française. De plus comme ce premier ministre n’était pas vraiment dans la ligne de pensée officielle européenne, il était presque sous entendu dans les commentaires journalistiques que ce monsieur avait presque bien cherché ce qui lui est arrivé et qu’il n’avait finalement que ce qu’il mérité. C’est cela la presse française d’aujourd’hui dans sa très grande majorité.


  • Nous la quittons le plus rapidement possible , C A D demain ...

    C’est les mêmes qui créent l’insécurité latente, par la mise en place des probabilités, des conditions attentatoires, veulent nous protéger des exactions, qu’ ils ont eux mêmes prémédités, pour assoir leur suprématie définitive sur les peuples.

    ETTOR .


  • Seth 2 juin 11:13

    Il est bon (entre autre) de rappeler qui étaient ces « pères de l’europe » vénérés mais bien peu présentables. En particulier Monnet, mercenaire de la CIA que Mitterrand a, dans sa grande bonté d’ex-pétainiste, translaté au Panthéon. smiley

    Ce qui prouve, si c’était nécessaire, que le Panthéon est bien mal fréquenté.


    • Mozart Mozart 3 juin 16:44

      @Seth
      Cher ami, cessez vos balivernes. Monnet a assuré une certaine liaison entre la France et les USA, tout comme il fit avec la Grande-Bretagne. Il ne fut en aucun cas agent de la CIA mais fut proche de Roosevelt et participa à la nomination de De Gaulle à la tête de la France.
      Pour le reste je vous laisse dans vos phantasmes de propaganda staffel popove.


    • Seth 4 juin 15:41

      @Mozart

      Que vous répondre ?

      Je n’y peux rien si vous ne savez rien à rien et que vous répétez comme un perroquet (ou plutôt une perruche si l’on en croit votre niveau mental) la doxa américaniste.

      Mon très cher ami...


    • Mozart Mozart 5 juin 09:03

      @Seth
      Contrairement à vous, très cher idiot utile du Kremlin, aucune doxa mais juste une observation scrupuleuse de l’Histoire et non une réécriture partiale.
      Vous disiez, très cher tovarish ?


  • pierre 2 juin 11:45

    Hallstein

    était donc un officier de la wehrmacht, non pas un « .. »


    • Seth 2 juin 13:36

      @pierre

      Hallstein n’était pas membre du Parti national-socialiste ni du Sturmabteilung21. Il était en revanche, à l’instar de beaucoup d’autres juristes22, membre de diverses organisations professionnelles prises en mains par le régime nazi23 telles que l’Association national-socialiste des enseignants (Nationalsozialistischer Lehrerbund), l’Association des juristes nationaux-socialistes (Nationalsozialistischer Rechtswahrerbund), l’Association allemande national-socialiste des maîtres de Conférence (Nationalsozialistischer Deutscher Dozentenbund) et l’Association national-socialiste de protection des civils face aux raids aériens (Nationalsozialistischer Luftschutzbund)22. Cette appartenance résulte de la prise de contrôle par le régime nazi des associations professionnelles et civiques lors de la Gleichschaltung (« mise au pas » ou « alignement »). De ce fait, la simple appartenance à une association professionnelle signifiait qu’il était membre d’une association contrôlée par le régime nazi24.

      A part ça il n’était pas nazi ; d’ailleurs il est bien connu que les Allemands n’étaient pas nazi à part bien sûr Hitler et ses proches et que ce n’était pas de leur faute si certains faisaient partie d’organisations pro-nazi. smiley

      Tout comme le gouvernement de Adenauer pullulait d’« ex-nazi ».

      Et puis il a aussi eu Waldheim à la tête de l’onu. smiley


    • SEPH SEPH 2 juin 15:02

      @pierre
      Walter Hallstein, fut un officier instructeur du nazisme. Il a servi Hitler sous l’uniforme national-socialiste, tel que la photo le montre en mars 1943 dans mon article.


    • SEPH SEPH 2 juin 15:19

      @pierre

      Erns Klee apporte des précisions au sujet du NSDDP (*). Ernst Klee est un journaliste et écrivain allemand surtout connu pour avoir mis en évidence les crimes de médecins allemands. Il a publié en 2003 « Das Personen-lexikon zum Dritten Reich » avec en sous-titre « Wer war was vor und nach 1945 » soit en français « Le dictionnaire des personnalités du IIIe Reich  » avec le sous-titre « Qui était quoi avant et après 1945 ? ».


      Ce dictionnaire comporte près de 4 300 noms des plus éminentes personnalités hitlériennes parmi lesquelles figure évidemment Walter Hallstein. Remarquons que, hormis les ecclésiastiques, toutes les personnalités citées dans ce dictionnaire étaient des nazis encartés au NSDAP. Il serait étonnant que Walter Hallstein fasse exception. Voici ce que dit Ernst Klee au sujet du NSDDP :

      « jusqu’en 1935, il n’était ouvert qu’aux membres du parti » et fut promu le 24 juillet 1935 en « division du NSDAP […]. Pour y adhérer était exigée la caution de deux nationaux-socialistes éprouvés. Le NSDDB siégeait avec droit de vote au Sénat de l’université et détenait un droit de veto sur les procédures de nomination et d’habilitation des universitaires ».

      CQFD

      NSDDB est une association d’enseignants sous le III iéme Reich 


    • Seth 2 juin 16:05

      @ SEPH

      Voui mais voilà : les Allemands que j’appelle maintenant les « Nozamizalmaniens » sont foncièrement gentils à ce qu’il se dit : pensez donc... ils n’ont jamais choisi Hitler disent ceux qui ignorent l’existence du plébiscite de 1934.

      Les bien pensant (dont toute une « gauche ») préfèrent ne pas se rappeler les 3 guerres successives, la façon dont l’Allemagne nazi est sorti quasiment sans perdre un rond de la dernière guerre (accord de Londres de 1953) avec l’aide des us, eux mêmes partie prenante dans l’avènement du nazisme, qui en ont fait leur truchement dans la colonie de « l’europe » qu’ils ont créée par le débarquement et la « pax americana » qui a suivi et lui en donné la tête après l’épisode de l’épouvantable division et des tapis de bombes us oubliés.

      Alors bien sûr la chute du Mur dont toute une « gauche » s’émerveillait a produit ce qu’on prouvait attendre : la mainmise des us sur tous ces états fantoches de l’est que la sottise de Gorbatchev leur avait livré pieds et poings liés : une petite infiltration et hop, les voilà à l’Ouest, europe, otan et tout le tremblement ! Maintenant on s’attaque au Caucase...

      Etc, etc...


    • véronique 3 juin 09:40
      • @Seth

      Le plébiscite de 1934 n’a pas vraiment de valeur puisque la dictature était déjà installée. De plus on peut facilement admettre que les allemands de l’époque ont été abusés. Très forte crise économique, taux de chômage élevé, discours sur le traité de Versailles... il ne faut pas oublier qu’en 1934, la guerre n’avait pas encore commencé, et qu’il n’y avait pas encore de génocide. Il y avait les lois anti-juives et la chasse aux communistes, mais dejà on a pu éprouver nous-mèmes récemment les capacités d’acceptation de la population face à des mesures très coercitives. Et puis comme je l’ai lu dans un livre très intéressant sur la société allemande durant le nazisme, les pouvoirs publics avaient pris soin d’intégrer dans leurs lois antisémites un certain nombre d’exceptions, ce qui au yeux des allemands rendait les choses plus acceptables (ça pourrait être pire).


    • Seth 3 juin 11:26

      @véronique

      En 34, après la mort de Hindenburg, Hitler qui était Chancelier depuis 33 s’est dépêché de demander la fusion des 2 postes de Président et de Chancelier en un poste unique de « Führer ». On s’est empressé de l’approuver par 89,93% de oui (participation : 95,65%).

      Et voilà qui parle tout seul, excuses ou pas.


    • véronique 3 juin 11:58

      @Seth

      Non ça ne parle pas tout seul, il y a toujours un contexte à ne pas ignorer. En l’occurrence dictature, crise économique, et Hitler avait déjà les pleins pouvoirs, et compte-tenu du contexte, on peut aussi avoir quelques doutes sur les résultats du référendum. En plus à cette époque il était plus difficile encore que maintenant d’avoir accès à l’information (autre que la propagande).


    • Seth 3 juin 12:36

      @véronique

      Hitler avait déjà les pleins pouvoirs,

      Donc ils n’ont fait que confirmer ce qu’ils avaient eu tout loisir de tester. smiley

      Même s’il y a quelque doutes sur les chiffres, même s’il ont été gonflés à la marge, ça laisse quand même un bon matelas de oui.

      Je ne saisis pas cette volonté de pousser ce plébiscite sous le tapis, de l’oublier ou de le dénier. Probablement le résultat des embrassades de Gaulle/Adenauer à Reims...

      Il en va de même pour cette idée qui court que le Traité de Versailles avait été inique et trop dur pour ces pauvres allemands... C’est pourtant le type d’accord suivant une capitulation sans condition et la nécessité pour le vaincu de percevoir la réparation des dommages.

      Ca ne s’est certes pas passé ainsi à la fin de la guerre suivante...


    • Zolko Zolko 3 juin 14:48

      @Seth

      Je ne saisis pas cette volonté de pousser ce plébiscite sous le tapis, de l’oublier ou de le dénier

       
      c’est plus confortable pour les Allemands de prétendre qu’ils ont été dupés que d’avouer qu’ils ont été complices.

    • @pierre

      non pas un... quoi ?

      Tous les allemands opposés à HITLER sont morts avant 1941 .
      Donc le reste c’étaient tous des Nazis mais pas des opposants au Nazisme .
      Je les ai suffisamment fréquenté ces F D P .

      Ma marraine en était .
      Elle savait manipuler la gentillesse envahissante , comme la répression viol... , c’était dans sa culture dans son éducation .


    • Mozart Mozart 3 juin 16:53

      @Seth
      Cher ami,
      Cessez de juger l’Histoire à l’aune de notre époque. J’ai un membre de ma famille, Gaulliste de la première heure, résistant, torturé par la gestapo et déporté à Allach début 44. J’ai plusieurs fois parlé avec lui et il m’a dit, que non seulement il n’en voulait pas aux allemands mais (et cela m’a surpris) que s’il avait été allemand à cette époque, il aurait surement voté Hitler lors des rééfrendum. Comme quoi, quelqu’un qui s’est battu pour son pays, a, contrairement à vous grand Manitou de la pensée historique, vécu et compris ce qui s’est passé en Allemagne à ce moment là. D’ailleurs beaucoup de personnalités qui ont été en 36 aux jeux Olympiques de Berlin, en sont revenus conquises par a cause nazi. C’est après que l’on a su les horreurs, bien après !


    • véronique 3 juin 20:39

      @Seth

      Mais en quoi le plébiscite de 34 apporte quoi que ce soit ? Les allemands ont été à l’époque les idiots utiles des nazis. C’est très facile à l’échelle d’un peuple.

      Et je ne dis pas que le traité de Versailles était trop dur. Mais ça a fait partie de la propagande nazie. La situation des allemands n’étaient pas facile, et pas spécialement à cause du traité de Versailles. Beaucoup d’instabilité politique après la guerre, avec un nombre d’attentats politiques énormes, du chômage aggravé par les soldats revenus du front puis par les restructurations industrielles imposées par les usa, l’hyperinflation, les choses se sont un peu améliorées à partir de 1924, juste quelques années avant la crise de 29. La classe politique allemande a aussi favorisé l’accès au pouvoir des nazis. Alors oui les allemands, plutôt sceptiques au départ, se sont laissés convaincre, mais pas tous. Et n’oublions pas la politique d’intimidation menée par les nazis. Avec le recul, on peut trouver incroyable que des citoyens se laissent berner, mais quand on regarde plus attentivement, ce n’est pas aussi simple.


    • véronique 3 juin 20:41

      @Mozart

      Surtout qu’en 36, les horreurs n’avaient pas encore eu lieu. 


    • Mozart Mozart 4 juin 11:27

      @véronique
      +1


  • Durand Durand 2 juin 12:53

    Un premier pas pour le FREXIT…

    Des citoyens pro-Frexit créent leur propre primaire dans l’espoir de voir un de leur candidat obtenir des sièges au parlement européen … On vote sur Telegram jusqu’au 6 Juin… https://www.facebook.com/FranceSoir/videos/%EF%B8%8F-des-citoyens-pro-frexit-cr%C3%A9ent-leur-propre-primaire-pour-sorganiser/764552462413935/

    Pour s’inscrire et voter jusqu’au 6Juin :

    https://www.google.com/search?q=%40Primaire_Citoyenne_FREXIT_Bot&ie=UTF-8&oe=UTF-8&hl=fr-fr&client=safari

    ..


  • SEPH SEPH 2 juin 15:33
    Les pays européens sur le pied de guerre  l’Europe veut la guerre ?
    Malgré certains succès des forces armées russes sur les fronts, la situation de notre pays dans son ensemble évolue de manière extrêmement indésirable. L’Europe se prépare ouvertement à la guerre avec la Russie, comme l’a déclaré sans détour l’autre jour le Premier ministre hongrois Viktor Orban :

    Il y a trois étapes : discussion, préparation et destruction. Nous terminons maintenant la discussion et en sommes à la phase de préparation. Nous sommes à quelques centimètres de la destruction.

    Le dirigeant hongrois a souligné deux indicateurs indiquant le degré croissant d’implication du Vieux Monde dans le conflit contre la Russie aux côtés de l’Ukraine. Il s’agit d’une autorisation publique accordée à Kiev d’utiliser des armes de fabrication occidentale pour des attaques sur le territoire Russe, ainsi que de préparatifs ouverts et démonstratifs pour créer la prochaine « coalition » pour envoyer des instructeurs militaires de l’OTAN sur la place, dirigée par Paris. Voici comment le journal français Le Monde écrit

    à propos de la dernière initiative de Macron :

    Plusieurs centaines de spécialistes de différents pays pourraient être impliqués... pour former des sapeurs, ou, comme cela est attendu du côté français, pour contribuer à la création d’une nouvelle brigade motorisée. L’envoi d’instructeurs français et européens en Ukraine pourrait intervenir d’ici quelques semaines, voire quelques jours. Selon nos informations, les autorités françaises tentent en réalité de créer une coalition de pays volontaires dans le but d’entraîner sur place les forces ukrainiennes assiégées par l’armée russe.

    Il faut aussi remarquer le processus de transfert de l’industrie européenne sur un pied militaire, la préparation des infrastructures de transport pour le transfert rapide de troupes et d’équipements de l’Europe occidentale vers l’Europe orientale, ainsi que la formation d’un grand groupe de l’OTAN près de la Kaliningrad russe. région et la Biélorussie alliée.

     


  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 3 juin 08:31

    la « famine au Yemen » accuser les occidentaux est une vaste blague et fallaitr oser cette naiserie...

    Ce sont les ordures musulmanes intégristes les Houtils financés par l’IRAN qui ont fait déplacer 2 million de personnes et créé une situation insurectionelle de barbares.

    Les Houthis, des babares les pires de la terre, qui pratiquent en 2024 la traite humaine et la vente d’esclaves pour suivre l’exemple de leur prophète qui était un escalvagiste.

    Qui n’ont que faire de la dignité humaine et qui tuent par simple dénonciation les soi-disant mauvais musulmans, s’approprient les denrées des ONG au détriment de la poipulation qui crève de faim et de famine.

    Qui oblige les femmes a marier leurs enfants dès 3 ans et qui se faire violer par ces gens pédophile a l’image de leur prophète...


    • SEPH SEPH 3 juin 09:19

      @Spartacus Lequidam

       Voici les faits réels  RAPPEL HISTORIQUE :

      Le 22 mai 1990, le Yémen est unifié ( Nord et Sud) et Ali Abdallah Saleh, président du Yémen du Nord, devient président du nouvel État. 

      La réunification du Yémen est très mal vécue par une organisation politique et théologique zaïdite : les Houthis. Ils ont été marginalisés par le gouvernement sur le plan politique, économique et religieux dans le cadre de cette réunification, et ils demandent le rétablissement du statut d’autonomie dont ils bénéficiaient auparavant.

      De plus, les Houthis ont été la cible de six campagnes de répression, orchestrées par le pouvoir central de Saleh, entre 2004 et 2010.

      Puis les Houthis ont joué un rôle actif dans la révolte de 2011 qui a conduit au départ négocié, en février 2012, du président Saleh à la suite de soulèvements populaires. C’est le vice-Président Abd Rabbo Mansour Hadi ( l’homme de paille des USA) qui est alors désigné pour reprendre le contrôle du pays. 

      Les Houthis de nouveau persécutés, s’allient avec leur ancien opposant Ali Abdallah Saleh, ils obtiennent la démission de Hadi le 22 janvier 2015.

      Placé en résidence surveillée, le président Hadi parvient à quitter Sanaa en mars 2015.

      Il gagne d’abord le grand port d’Aden, dans le sud du pays, d’où il s’exile chez son allié saoudien, à Riyad après la prise d’Aden par les Houthis le 25 mars 2015.

       Le 26 mars 2015, l’Arabie saoudite suivie de dix pays lance une opération de bombardements contre le Yémen et avec 150 000 hommes envahit le Yémen.

      sous l’impulsion de l’impétueux Prince Mohamed Ben Salmane de l’Arabie Saoudite (dit :MSB)

      Les buts affichés de guerre de Riyad sont de reprendre Sanaa et d’y rétablir le président Hadi en fuite.

      Or, depuis sa naissance jusqu’ici, le régime saoudien a déclenché de nombreuses guerres contre le Yémen sous des prétextes quelconques . Or le vrai objectif est de faire main basse sur les ressources pétrolières du Yémen. : La guerre qu’ont déclenchée les Saoudiens et la coalition arabo-américaine soutenu par les Européens contre les Yéménites s’explique dans ce sens.


    • SEPH SEPH 3 juin 09:24

      @Spartacus Lequidam
      Voici la preuve de la participation de la France, du Royaume-Uni avec des États-Unis aux massacres des populations civiles et à la famine au Yemen.

      L’Arabie Saoudite a mis sur pied une coalition comprenant quatre pays du Conseil de coopération du golfe (Bahreïn, Koweït, Qatar et Émirats Arabes Unis) et quatre pays de la Ligue Arabe (Égypte, Jordanie, Maroc et Soudan) le tout sous le contrôle des USA.

      Elle a mobilisé 150 000 militaires et 100 avions de combat, tandis que les Émirats arabes unis ont engagé 30 avions de combat, Bahreïn et Koweït 15 appareils chacun et le Qatar 10 (source : al-Arabiya).

      Aussitôt la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont fourni les armements nécessaires pour cette nouvelle croisade du pétrole yéménite. Israël a fourni des pilotes supplétifs pour bombarder le Yémen ainsi que des armes !!!.

      Ainsi, depuis le printemps 2015, 70 à 80 chars Leclerc et des dizaines de chasseurs Mirage 2000-9 ont été déployés par l’armée émiratie, alliée de l’Arabie Saoudite, sur le champ de bataille yéménite afin de combattre les Houthis


    • Zolko Zolko 3 juin 09:28

      @Spartacus Lequidam

      se faire violer par ces gens pédophile ...

       
      là vous décrivez les oligarches occidentaux : les Strauss-Kahn, Kohn-Bendit, Epstein, Mitterrand et consorts. Qui s’en vantent d’ailleurs

    • SEPH SEPH 3 juin 12:04

      @Spartacus Lequidam

      L’ONU a pointé le risque de famine au Yémen en 2018 :

      . Selon l’organisation, 14 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire, dont sept millions d’insécurité alimentaire sévère. Dans certains gouvernorats, 70% de la population luttent pour se nourrir. Les enfants sont particulièrement touchés.

      Dans un rapport sur la situation humanitaire au Yémen, les Nations Unies accusent l’Arabie saoudite et la coalition militaire qu’elle dirige de violer les droits de l’homme dans ce pays :

      L’ONU a enquêté sur dix frappes aériennes qui ont fait au total 170 morts parmi les civils, il s’est avéré que les avions de la coalition saoudienne avaient volontairement tiré sur des cibles civiles, à savoir des bateaux de pêche ou de transport, le marché des poissonniers, cinq bâtiments résidentiels, un hôtel et deux véhicules particuliers, indique le rapport de l’ONU basés sur des preuves avérées et des documents irréfutables.

      L’ONU a envoyé une lettre au gouvernement saoudien, lui demandant de fournir des explications aux résultats de cette enquête.

      Riyad n’a toujours pas répondu à la requête onusienne. !!!!!!!!

       

       Cette guerre tue donc de nombreux civils auquel s’ajoute le drame que 20 millions de Yéménites qui commencent de mourir de faim et de soif à cause de l’embargo saoudien

      A cause de l’Arabie Saoudite 1 enfant yéménite meurt toutes les 5 minutes.. 

      https://www.youtube.com/watch?v=sC4Z2jxIDE8



  • Zolko Zolko 3 juin 09:25

    Or le rapport des experts finlandais ne prouve pas la thèse de l’exécution massive de civils albanais par des unités serbe

     

    Vous auriez pu ajouter que Milosevic est mort en 2006 dans une prison de la Haag, accusé de crimes contre l’Humanité commis en 1999, sans avoir jamais été condamné. Le tribunal n’a pas réussi à prouver sa culpabilité malgré les années d’enquêtes. Les circonstances de sa mort restent inconnues, son cœur se serait arrêté.


  • SEPH SEPH 3 juin 09:34

    L’ONU a pointé le risque de famine en 2018 :

    . Selon l’organisation, 14 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire, dont sept millions d’insécurité alimentaire sévère. Dans certains gouvernorats, 70% de la population luttent pour se nourrir. Les enfants sont particulièrement touchés.

    Dans un rapport sur la situation humanitaire au Yémen, les Nations Unies accusent l’Arabie saoudite et la coalition militaire qu’elle dirige de violer les droits de l’homme dans ce pays :

    L’ONU a enquêté sur dix frappes aériennes qui ont fait au total 170 morts parmi les civils, il s’est avéré que les avions de la coalition saoudienne avaient volontairement tiré sur des cibles civiles, à savoir des bateaux de pêche ou de transport, le marché des poissonniers, cinq bâtiments résidentiels, un hôtel et deux véhicules particuliers, indique le rapport de l’ONU basés sur des preuves avérées et des documents irréfutables.

    L’ONU a envoyé une lettre au gouvernement saoudien, lui demandant de fournir des explications aux résultats de cette enquête.

    Riyad n’a toujours pas répondu à la requête onusienne. !!!!!!!!

     

     Cette guerre tue donc de nombreux civils auquel s’ajoute le drame que 20 millions de Yéménites qui commencent de mourir de faim et de soif à cause de l’embargo saoudien

    A cause de l’Arabie Saoudite 1 enfant yéménite meurt toutes les 5 minutes.. 

    https://www.youtube.com/watch?v=sC4Z2jxIDE8


  • Eric F Eric F 3 juin 09:35

    Si on regarde les conditions initiales de création de la CECA puis CEE, on ne peut pas récuser que cela a établi une coopération entre des pays qui s’étaient fait la guerre pendant des siècles, et que depuis lors il n’y a jamais plus eu de guerre entre eux, et que par ailleurs on a connu une croissance solide pendant des décennies.

    Là où ça dérape, c’est sur deux plans :

    -La part excessive prise par les instances européennes qui se substituent de plus en plus aux états, dans une dynamique de fédéralisme européen et de libre échange mondialisé (plutôt que nous protéger).

    -Les élargissements au delà de l’Europe occidentale à des pays dont on a financé le développement au détriment de nos intérêts, élargissements qui en se heurtant à la zone historique d’influence russe nous conduit artificiellement à un conflit qui n’est pas le nôtre.

    Les eurofédéralistes (centristes, socialistes, écolos) veulent que cela s’accentue dans ce sens (suppression unanimité, élargissements encore plus à l’Est), c’est à ceux là qu’il faut absolument faire barrage.

    Les souverainistes veulent réorienter la gouvernance de l’Union vers moins de contraintes et davantage de protection.

    Sinon, faut-il prendre le risque de sortir, ce qui sera pour la France un gap considérablement plus important que ce n’était pour le Royaume Uni car notre économie et la monnaie sont imbriqués ?
    Si on dénonce la dette -ce que n’a pas fait le Royaume Uni, champion de la finance-, on est blacklisté du commerce mondial.
    Nous n’avons plus de ressources locales en matière première énergétique et minière, et le tissu industriel est plus faible que celui de nos voisins (17% PIB au lieu de 24 en moyenne européenne).


    • Yukimuras 3 juin 10:05

      @Eric F
      Ah, du coup on se laisse crever à petit feu ? Vaut mieux rester dans ce marasme et mourir à feu doux ? Parce que cela ne va cesser de nous mener toujours plus par le fond. où essayer de s’en sortir par le haut en reprenant la souveraineté dans tous les domaines qui nous ont été volé ? 
      Bien sûr qu’il y a toujours un risque mais, de mon point de vue, il n’y a pas photo, le bénéfice/risque smiley est largement en faveur du frexit. 

      Et ne réécrivez pas l’histoire à votre sauce comme tous les européistes. L’UE n’est pas la paix et ne l’a jamais été. 
      Les 30 glorieuses ne sont pas du fait de cette UE encore embryonnaire. La suite, n’a été chute lente et douloureuse conséquence en grande partie de ces traités (désindustrialisation grâce aux délocalisations promu et permis par la libre circulation de tout ... )


    • Eric F Eric F 3 juin 10:43

      @Yukimuras
      Je ne réécrit rien, j’expose des faits : aucun pays de l’Union n’a guerroyé contre un autre pays de l’Union -il y a eu participation au titre de l’OTAN à des opérations extérieures à l’UE, je les condamne mais c’est un autre sujet-.
      L’article montre l’implication étasunienne aux origines de la construction européenne, le plan Marshall fait partie du lot (85% des sommes étaient non remboursables), tout cela a carburé les trente glorieuses, et la croissance quoique ralentie s’est poursuivie encore quelque temps. L’inversion vient d’une part de la mondialisation, d’autre part des élargissements, les deux étant les sources des délocalisations.

      Après ça, j’explique l’ampleur du gap d’une sortie (imbrication économique, risque lié à la dette...), j’opte plutôt pour un entrisme souverainiste dans ses instances, et s’il faut aller au delà, sortir isolément ne me parait pas une bonne option, plutôt un éclatement et refondation moins nombreux et moins intégré.


    • Yukimuras 3 juin 11:27

      @Eric F
      Quelle naïveté et crédulité. Vous avez quel âge ? ... 
      La guerre froide et l’arme atomique a beaucoup plus fait pour la « paix » en Europe que cette organisation bureaucratique. Sachant que ces traités organisent la guerre économique les uns contre les autres ...
      Le déclin économique provient bien en grande de l’application des règles et directives de cette technostructure. On ne passe pas de 6/7% de croissance à 0 du jour au lendemain. Il y a une certaine inertie dans de telle changement. 
      Depuis 1992 et encore plus depuis l’euro, la déclin n’a fait qu’accélérer.
      Et votre mondialisation, au cas où vous ne l’aviez pas remarqué, l’UE en est le chantre. C’est l’aboutissement de ce projet avec l’ouverture et la « liberté » de tout. La concurrence « libre et non faussée ». Quelle escroquerie.

      « plutôt un éclatement et refondation moins nombreux et moins intégré. »
      Vous êtes encore sur la fable d’une autre Europe ? ça fait jusque 50 ans qu’il y a cela sur les affiches ... 

      « plutôt pour un entrisme souverainiste »
      Le seul intérêt de votre entrisme serait de faire une Nigel Farage mais j’y crois peu malheureusement. Avec nos médias moisis jusqu’au trognon


    • Eric F Eric F 3 juin 13:23

      @Yukimuras
      La crédulité est de croire qu’on sort d’un claquement de doigts et que tout s’arrange, dans la situation de notre économie.
      Des pays ont réussi à tirer leur épingle du jeu, mais nos gouvernants nous ont enfoncé, avec la surtransposition des normes et le creusement des déficits.
      Le réalisme est de prioriser les possibilités, l’urgent est que le Parlement Européen ait le moins possible de fédéralistes pro-élargissement, et une gouvernance plus propice aux nations.


    • Yukimuras 3 juin 14:41

      @Eric F
      « La crédulité est de croire qu’on sort d’un claquement de doigts et que tout s’arrange, dans la situation de notre économie. »

      Mais à aucun moment personne ne dit ça ... Evidemment que cela va être compliqué. C’est nécessaire mais pas suffisant pour retrouver notre souveraineté et remettre le pays à flot. C’est un préalable indispensable. 

      « Des pays ont réussi à tirer leur épingle du jeu »
      Oui, l’Allemagne et ses satellites. Mais c’était pour, la monnaie étant faite pour eux. Sinon ? Donc, on s’en fout, c’est encore à notre détriment. 

       
      « mais nos gouvernants nous ont enfoncé, avec la surtransposition des normes et le creusement des déficits. »
      ça, c’est sûr, on a la chance d’avoir les européistes les plus zélés de la terre et les plus traitres à notre nation. En terme de traitrises, ce seront des cas d’école pour les historiens dans le futur. 

      « Parlement Européen ait le moins possible de fédéralistes pro-élargissement, et une gouvernance plus propice aux nations. »
      C’est toujours une autre Europe qui n’adviendra jamais 


  • Octave Lebel Octave Lebel 3 juin 09:51

    La dette, un sujet récurrent qui mérite quelques éclaircissements.

    Faire tomber le mur de la dette (Vaut le détour, très clair et synthétique , ne vous contentez pas du résumé ci-dessous, vous gagnerez en compréhension sur un point essentiel et donc vous gagnerez de l’autonomie de réflexion et du temps).

     

    « La manière dont les États se financent les met à la merci d’un chantage du capitalisme financier. Le problème, plutôt que la dette publique elle-même, c’est bien ce chantage organisé autour d’elle. L’État refinance sa dette auprès des marchés financiers...

    Dans les mois qui viennent, plusieurs de ces titres de dette arrivent à échéance. Et la BCE ayant mis fin à sa politique de rachat nets de dettes publiques, nous allons devoir refinancer au moins une partie de cette dette auprès des marchés. Jusqu’à présent, cela ne posait pas de problème particulier étant donné le niveau des taux d’intétrêt. Mais l’inflation nous entraine dans une spirale de hausse des taux. La BCE, contre tout bon sens, a annoncé pour cet été un hausse de son taux directeur. Donc l’endettement va dévenir plus cher pour les États au moment même où la banque centrale arrête son programme pour garantir leur financement...

    Quand cette exception tant historique que géographique, sortie de l’esprit de néo- libéraux fanatiques, est devenue intenable pour les tenants même du statu quo dans l’Union européenne, la banque centrale a inventé un moyen de le contourner. Entre 2015 et 2022, elle a racheté sur les marchés, de la dette publique des États, pour la mettre dans ses coffres. Elle a ainsi acquis plus de 3 000 milliards d’euros de dettes des États européens. 30 % de la dette publique française est ainsi détenue par la banque centrale, et plus sur les marchés financiers. C’est ainsi, en contournant largement les traités, qu’elle a pu éviter à court terme une crise financière généralisée, la banqueroute dans plusieurs des plus grands États européens et surtout plusieurs des plus grandes banques européennes notamment allemandes...

    Il faut donc profiter de l’occasion historique qui résulte des sauvetages pratiqués par la BCE dans la décennie qui vient de s’écouler. Cela nous donne une occasion historique. Notre banquier central peut acter du fait que la dette détenue dans ses caisses ne sera jamais payée, que les États n’auront plus besoin d’aller sur les marchés financiers pour la refinancer. Il peut utiliser sa capacité à créer de la monnaie pour financer les États. Bien sûr, cette opération resterait dans le cadre actuel des traités. Elle ne changerait pas d’ailleurs la nécessité de sortir de ces traités pour établir d’autres règles. Mais elle constituerait un tournant historique. Pour la première fois depuis 40 ans, la banque centrale serait en Europe du côté des peuples et de leurs États et non des puissances financières. »

     

     

    https://melenchon.fr/2022/06/10/faire-tomber-le-mur-de-la-dette

     

     

     


    • Eric F Eric F 3 juin 10:49

      @Octave Lebel
      l’analyse est intéressante, mais pour que la BCE rende non-remboursables les dettes publiques qu’elle détient, et par ailleurs fasse ensuite directement les prêts ou avances aux états, il faut l’unanimité de ses membres. J’approuve totalement, mais il va y avoir un sacré travail de persuasion pour y aboutir.


    • leypanou 3 juin 11:58

      @Octave Lebel
      Mélenchon a été candidat aux présidentielles 3 fois, 3 fois il a été incapable d’être présent au 2ème tour : arrêtez de nous gonfler avec lui.
      Si LFI choisit Panot ou Bompard comme candidat en 2027, ce sera pire.


    • Octave Lebel Octave Lebel 3 juin 12:36

      @leypanou

      C’est un rapport de force à créer comme toujours en politique et celui-ci vient des citoyens qui prennent de plus en plus conscience et de tout ce qui les informe et les rend plus responsables, c’est le genre d’utopies qui avec de la persévérance deviennent des réalités.


    • Octave Lebel Octave Lebel 3 juin 12:36

      @leypanou

      Le petit pipi habituel smiley


    • Octave Lebel Octave Lebel 3 juin 13:00

      @Octave Lebel

      Eh, Ho Agoravox ?!

      En fait ce message du 3/06 à 12:36 est une réponse à Eric F


    • Octave Lebel Octave Lebel 3 juin 13:04

      @Eric F

      Eh oui, il y en a qui travaille et qui ne font pas que de l’électoralisme.JLM au scd tour d’une présidentielle, en débat, face à Macron, cela aurait été très intéressant.


    • Eric F Eric F 3 juin 13:30

      @Octave Lebel
      Pour ce qui est du débat, Macron ne sera plus là pour la prochaine présidentielle, et il vous faudra refaire une union à gauche pour figurer au second tour, or le PS se macronise.


  • SEPH SEPH 3 juin 11:17

    Il faut quitter l’U.E. avant de quitter l’Euro


    L’article 50 sur l’Union Européenne est le seule appui juridique préexistant sur lequel un pays peut compter pour quitter la zone euro. Pour ce faire, un pays désireux sortir de la zone euro doit formuler une demande au Conseil européen, non pour quitter la monnaie unique, mais pour sortir de l’UE

    En effet, que disent les traités européens ? Pas grand-chose, en fait. Si le Traité de Lisbonne prévoit bien une clause de sortie de l’Union européenne à son article 50 - "Tout Etat membre peut décider (…) de se retirer de l’Union" suivant une procédure très codifiée -, il ne prévoit rien concernant une sortie de la zone euro. "Juridiquement, il n’y a pas de clause permettant de sortir de l’euro", confirme au JDD.fr Florence Chaltiel, professeur de droit public à Sciences Po Grenoble et spécialiste du droit européen.

     A commencer il faut quitter l’U.E. avant de quitter l’Euro, car tant que la France fait partie de l’UE les tribunaux français doivent donner primauté au droit européen sur le droit français, en particulier en matière monétaire.


    • Zolko Zolko 3 juin 11:40

      @SEPH

      un pays désireux sortir de la zone euro doit formuler une demande au Conseil européen


      la liberté et la souveraineté ne se demandent pas, elles se prennent. Un esclave qui demanderait à son maître de la laisser partir restera toujours un esclave. Si la France veut quitter l’€uro, elle peut le faire tout-simplement en le faisant. Et en faisant défiler des escadrons de Rafale en vol supersonique au dessus de Frankfurt pour faire exploser les vitres de la tour de la BCE pour bien signifier les rapports de force

    • Seth 3 juin 12:45

      @Zolko

      Il s’en trouve encore pour croire à l’intangibilité des traités, que voulez vous répondre à ce simplisme politique ? smiley


    • SEPH SEPH 3 juin 15:00

      @Seth
      L’intangibilité des traités est en relation avec le droit international qu’il convient de respecter. Je sais bien que les USA ne le respecte pas On en subi tous les conséquences les plus désastreuses.

      Les USA énoncent des Règles en place du Droit International

      qui sont à leurs convenances. C’est comme cela qu’ils justifient toutes leurs turpitudes et qu’ils peuvent se permettre n’importe quoi.


    • Zolko Zolko 4 juin 11:39

      @SEPH

      le droit international qu’il convient de respecter

       
      vous êtes un comique. Bon, admettons : et si un pays viole le droit international par exemple en envahissant un pays, déjà sous embargo de l’ONU, avec des prétextes mensongers présentés devant l’ONU et causant des centaines de milliers de morts qui va faire respecter ce droit international ?
       
      Concernant l’€uro, il suffit de faire un référendum et ensuite appliquer les traités sur la démocratie et l’autodétermination.

    • Seth 4 juin 12:21

      @SEPH
      Respecter un « droit international » hypothétique alors que d’autres ne respectent pas, souvent à votre détriment, c’est être ...(vous choisirez le qualificatif à votre convenance). smiley


  • leypanou 3 juin 11:54

    @tous

    L’Assemblée Mondiale de la Santé vient d’adopter un certain nombre d’amendements qui va modifier sensiblement la manière dont la santé va être gérée.

    Comme l’Union Européenne est complètement avec le FEM ainsi que le régime macronien, il est à craindre que l’on risque de subir les conséquences de cela.

    En France, les médias n’en ont pas du tout parlé.

    Plus de détails ici.


  • SEPH SEPH 3 juin 11:58

    L’UE s’engage vers la guerre, en oubliant de négocier avec la Russie un plan de sécurité pour l’Europe entière


    Si vous avez l’impression que les globalistes poussent vraiment fort pour la Troisième Guerre mondiale ces jours-ci, vous n’êtes pas le seul. Au cours des derniers mois, de nombreux responsables européens et américains ont fait allusion à la possibilité d’un nouveau projet militaire, l’UE a parlé ouvertement de l’envoi de troupes sur le terrain en Ukraine, les responsables de l’OTAN ont déclaré sans équivoque qu’ils n’accepteraient PAS de perdre l’Ukraine au profit des Russes et le Kremlin a averti une fois de plus que les armes nucléaires étaient sur la table si les troupes occidentales entraient en guerre.

    De plus, le gouvernement américain a récemment affirmé que l’Ukraine rejoindrait l’OTAN, une ligne rouge dans le sable pour la Russie.


    Alors, la troisième guerre mondiale est désormais inévitable – voici pourquoi elle ne peut être évitée“ :

    le plan, le plan sous-jacent pourrait bien être d’essayer de forcer les Américains et le sous-jacent pourrait bien être d’essayer de forcer les Américains et les Européens à accepter une guerre de plus en plus étendue avec la Russie. Le public occidental a été bombardé de mensonges sur la capacité de l’Ukraine à gagner ; lorsqu’elle perdra, les gens seront choqués et révoltés par le résultat.

    Peut-être les élites espèrent-elles que la population sera tellement furieuse de cette défaite qu’elle se ralliera à un effort de guerre plus important de la part de l’OTAN ? Le gouvernement français a déjà affirmé qu’il était prêt à envoyer des troupes en Ukraine dans le cadre d’une confrontation directe avec la Russie, tandis que la Lituanie et la Pologne ont déclaré qu’elles n’excluaient pas cette possibilité.

    L’heure est-elle aux négociations de paix ?, AVANT que l’Ukraine ne soit totalement vaincue. Cela se produira-t-il ? Probablement pas. Mais lorsque la diplomatie est complètement écartée de la table, la seule conclusion à laquelle nous pouvons aboutir est qu’une guerre plus importante est souhaitée.

    Lorsqu’une guerre plus importante est souhaitée, nous devons également conclure que nos dirigeants ont quelque chose de substantiel à gagner en mettant le monde en danger.

    Il est indéniable que cette guerre est intensifiée par des intérêts particuliers et nous devons nous demander pourquoi.


    • Eric F Eric F 3 juin 13:42

      @SEPH
      On n’en serait pas là si la Russie avait tout bonnement annexé les républiques séparatistes (outre la Crimée), et proposé dans la foulée la refondation de la sécurité et stabilité européenne, incluant la non-extension des alliances militaires et supranationales. Attaquer le cœur de l’Ukraine a été le déclencheur des étapes suivantes de l’escalade.
      Une fois la campagne militaire déclenchée, aucun pays ou bloc ne peut se permettre de perdre totalement la face, chaque escalade d’un côté est contrée de l’autre pour ne pas se retrouver en position trop défavorable l’inéluctable jour de la négociation, et être discrédité face au monde. Chacun des blocs a sous-estimé la détermination de l’autre.
      Souffler sur les braises en poussant la chansonnette nucléaire me parait irresponsable.


    • Zolko Zolko 3 juin 14:01

      @Eric F : je pense qu’au début, les Russes voulaient faire une sorte de crise de Cuba inversé, et pensaient que les responsables de l’OTAN auraient l’intelligence de reconnaitre la situation et auraient laissé l’Ukraine indépendante. Ils n’avaient pas envie d’envahir l’Ukraine pour de bon.
       
      Ca a même failli marcher avec le plan de paix de mars 2022
       
      Mais ensuite, le premier ministre Britannique a torpillé les pourparlers et l’enfer s’est déclenché en Ukraine. Maintenant, Zelensky est coincé et c’est la fuite en avant comme pour Hitler en 1945. Si on s’en réfère à l’Histoire, ça ne s’arrêtera qu’avec le défilé de l’armée rouge à Kiev.


    • SEPH SEPH 3 juin 14:45

      @Eric F
      avant l’intervention Russe en Ukraine, Poutine avait présenté un plan de sécurité aux USA et à l’Otan.

      Le projet de Traité de Sécurité présenté par la Russie proposait des garanties bilatérales entre la Russie et les Etats-Unis afin d’écarter définitivement la présence de l’OTAN et toute tentative d’extension de celle-ci à proximité de la Russie. Cela concerne notamment les territoires de l’ancienne Union Soviétique, pays de l’Europe de l’Est et Baltes ou pays limitrophes de la Russie. Nombre d’entre eux en effet sont devenus membres de l’OTAN, d’autres demandent l’accession à l’OTAN.

      Le jeudi 23 décembre 2021,Poutine a adressé un message aux Occidentaux : "la Russie souhaite en effet éviter un conflit avec l’Ukraine et l’Occident", a déclaré le président russe, qui a réclamé une réponse de Washington et de l’Otan à ses demandes de « garanties de sécurité ».

      Il n’a pas obtenu de réponse, sinon des menaces en cas d’invasion de l’Ukraine.

      Cette guerre était déjà planifié dans l’agenda américain. D’ailleurs début février 2022 l’armée ukrainienne armée jusqu’au dent par l’Otan a commencé à bombarder violemment le Donbass (plus de 1000 obus par jour) pour l’envahir en violation des accords de Minsk.
      C’est dans ce contexte d’agression de populations civiles que le 22 février la Russie intervenait en Ukraine pour éviter un génocide des populations civiles du Donbass.

      Un mois plus tard à Istanbul, la Russie et l’Ukraine était sur le point de signer un accord de paix dans lequel : 

      le Donbass devenait une province autonome de l’Ukraine, la Crimée était définitivement Russe et l’Ukraine n’adhérait pas à l’Otan et devenait un pays neutre.

      Mais Boris Johnson , le 1er ministre anglais, a tout fait capoter en promettant à Zélensky des armes à profusion. C’est ainsi que la guerre à continuer.


    • Eric F Eric F 4 juin 11:04

      @Zolko
      Au début, il est évident que les Russes ont cherché à faire une ’’reprise en main éclair’’ de l’Ukraine comme à l’époque soviétique, pensant qu’une partie de la population ukrainienne soutiendrait, et que les occidentaux seraient mis devant le fait accompli avant d’avoir le temps de réagir (rappelez-vous les commentaires ici même de Roman Garev à l’époque qui parlait de résolution en quelques jours).

      Le problème de la négo de fin mars/début avril 2022 est que les Ukrainiens ne croyaient plus à la parole des dirigeants russes, qui avaient affirmé auparavant ne pas vouloir attaquer l’Ukraine. Ce n’est pas Boris Johnson, contrairement à la légende, qui a fait capoter ; mais quelques jours plus tôt, l’affaire de Boutcha suite à quoi Zelensky a fait une déclaration tonitruante en visio à l’ONU (5 avril) accusant Poutine de crimes de guerre. Ursula est venue en Ukraine apporter le soutien le 8, et BoJo le 9 a enfoncé le clou déjà planté. 

      Zelensky n’est pas dans la situation du conquérant Hitler en phase d’effondrement, n’étant pas l’attaquent initial, mais il vise en effet une certaine fuite en avant existentielle, au lieu de prendre acte des réalités et opter pour un cessez le feu sur la ligne de front, avant négo (il y aura forcément partition en final).
      Le front s’effrite mais ne s’effondre pas, les américains siffleront probablement la fin de la partie après leurs élections (Trump à la hussarde, ou Biden en catimini).

      PS : ’’défilé de l’armée rouge à Kiev’’, ah la nostalgie soviétiste !


    • Seth 4 juin 15:58

      @Eric F

      Tout ça c’est bien gentil mais avant il y avait eu Minsk dont la Russie était garante, tout comme le falot hollandouille et la grande cheftaine mémèrekel qui ont reconnu depuis avoir signé un accord pour le mettre à la poubelle.

      Car je vous rappelle qu’en tant que « garants », la France et la Teutonnie auraient du être au côté de la Russie pour en assurer le respect et l’application.


    • Eric F Eric F 4 juin 16:21

      @Seth
      Chaque camp accuse l’autre d’avoir saboté les accords de Minsk -dont l’application aurait assurément été préférable-, les occidentaux pour requinquer l’Ukraine au cas où les attaques reprennent, les pro-russes pour préparer prétexte à une intervention (et c’est exactement ce qui s’est passé).
      La France ni l’Allemagne n’ayant de frontière avec l’Ukraine, leur capacité d’action de terrain était limitée. Hollandouille comme Macron ont essayé des concertations (’’format Normandie’’) et se sont fait balader. C’est une des explication de la volte face de Macron, médiateur humilié, voulant devenir chef de coalition....

      La véritable faute occidentale est plus en amont : le fait d’avoir voulu attirer l’Ukraine dans son giron sans tenir compte des avertissements de Poutine dès 2007. Car la ligne rouge était l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN, or les occidentaux différaient mais sans y renoncer, et les Américains ont même relancé le processus d’adhésion en 2021.
      Faute géopolitique et diplomatique, à laquelle à répondu la force des armes.


  • SEPH SEPH 3 juin 15:13

    De plus en plus de pays européens s’engagent dans une confrontation avec la Russie.

    Les Pays-Bas donnent a l’Ukraine le droit d’utiliser des chasseurs F-16 fournis pour frapper le territoire russe.

    Le chef du département de la Défense du pays, Kaisa Ollongren, en a parlé :

    Il n’y aura aucune restriction dans le style belge. Nous appliquons le même principe que pour toute autre fourniture. Dès que nous transférons des armes à l’Ukraine, ils peuvent les utiliser.
    – a déclaré Ollongren dans une interview avec Politico.

    Au total, les Pays-Bas prévoient de transférer 24 F16 vers l’Ukraine d’ici la fin de cette année. Le chef du département a seulement mentionné que la partie ukrainienne devra se conformer « au droit international et au droit de légitime défense » !!!!!.

    La veille, le Danemark avait donné la même autorisation aux Ukrainiens. La France, la GB, les USA ont donné les mêmes autorisations.


    • Eric F Eric F 4 juin 11:11

      @SEPH
      ’’transférer 24 F16 vers l’Ukraine d’ici la fin de cette année’’
      Peut être tout cela consiste à mettre l’Ukraine en position moins fragile pour des négociations. Mauvais calcul selon moi, car entretemps elle perd peu à peu du terrain, or la ’’ligne de front’’ est généralement le critère prépondérant (confère la guerre de Corée).


  • Christophe 3 juin 15:23

    @l’auteur

    Concernant Racak, voir ici.

    C’est un sujet que j’ai approfondi suite à la mascarade de Boutcha fomentée par les occidentaux, c’est le même procédé, celui de la CIA.

    En fait dans sa biographie elle ne parle pas que de pression du gouvernement finlandais mais aussi des USA. Ils fallait qu’ils utilisent l’OTAN pour leur propres fins quitte à lancer l’OTAN dans une guerre d’agression qu’e l’OTAN a lancé sur des preuves fallacieuses.


  • FREXIT FREXIT FREXIT

    SI L’UNION EUROPÉENNE TRIOMPHE, LA GUERRE DES NATIONS SERA TOTALE | FRANÇOIS ASSELINEAU | GPTV

    https://www.youtube.com/watch?v=CE0O1SNmrnY&t=25s&ab_channel=G%C3%89OPOLITIQUEPROFONDE

    François Asselineau, fondateur de l’Union Populaire Républicaine (UPR), propose une vision résolument audacieuse : rétablir l’indépendance de la France et redonner au peuple français sa liberté, en renouant avec le rôle historique de la nation comme porte-parole de la liberté des peuples et des nations.

    À travers une connaissance profonde de l’histoire européenne, Asselineau envisage de défaire les chaînes de ce qu’il qualifie d’« Europe-empire », une Union européenne en déclin qui révèle aujourd’hui son caractère belliciste.

    Asselineau critique fermement le projet politique de l’Union européenne, perçu non comme un facteur de paix, mais comme une entité guerrière aux ambitions prédatrices.

    Le programme de l’UPR vise à se distancer de cette Europe et à restaurer la souveraineté pleine et entière de la France, en s’appuyant sur des principes gaullistes de liberté, d’indépendance et de diplomatie.

    Inspiré par la vision politique de Charles de Gaulle, François Asselineau rappelle l’importance de valeurs telles que l’autonomie nationale et la défense des droits humains.

    Son message, illustré par un appel à un retour aux fondamentaux de la Ve République, propose à la France un rôle de médiateur et de leader moral face aux crises géopolitiques actuelles, un écho puissant aux enseignements de l’histoire.

    Dans le climat actuel où l’OTAN semble se préparer à un affrontement accru avec la Russie, exacerbant les tensions internationales, Asselineau souligne les risques de voir l’Europe entraînée dans un chaos profitant principalement aux États-Unis.

    Il plaide pour une Europe qui privilégie la paix et la stabilité régionale, loin des influences et agendas externes.

    En résumé, François Asselineau et l’UPR appellent à un réveil politique pour prévenir les conflits et repositionner la France comme un acteur indépendant et influent.

    Dans une époque marquée par d’importantes décisions géopolitiques, la perspective d’Asselineau offre une alternative cruciale, invitant à repenser les alliances et à restaurer l’autonomie française en conformité avec ses valeurs historiques.


    • SEPH SEPH 3 juin 18:23

      @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
      la France et d’autres pays européens veulent monter une COALITION contre la Russie.
      On espère que Macron ne veut pas entrer en guerre et nous entraîner dans une guerre qui serait une folie pure. Pour tous, pas que pour les soldats qui iraient se battre .

      Écoutez le constat lucide de la géopolitologue. Caroline Galactéros sur l’effondrement actuel de l’Occident et de l’UE : https://youtu.be/rsJqCvSbhrI?t=161



    • SEPH SEPH 3 juin 18:28

      @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

      La France et d’autres pays Européens veulent monter un coalition contre la Russie.

      On espère que Macron ne veut pas entrer en guerre et nous entraîner dans une guerre qui serait une folie pure. Pour tous, pas que pour les soldats qui iraient se battre

      Un constat lucide de la géopolitologue. Caroline Galactéros sur l’effondrement actuel de l’Occident et de L’UE  :https://youtu.be/rsJqCvSbhrI?t=161


    • Bonsens 4 juin 13:27

      @SEPH
      Très bonne analyse de Mme Galactéros. On aimerait que nos dirigeants et plus généralement nos hommes politiques puissent être capables de développer une telle analyse et une vision aussi pertinente de la situation actuelle.
      Hélas, s’ils en étaient capables, ils n’auraient sans doute pas fait de la politique et encore moins auraient pu atteindre les postes de pouvoir qu’ils occupent.


  • MARTINIQUE LA 1ere MONTRE
    QUE SEULE LA LISTE ASSELINEAU-FREXIT COLLE DES AFFICHES
    👍Cet extraordinaire reportage de la TV du service public montre qu’en Martinique, le seul parti mobilisé pour les européennes est justement l’UPR, le parti du Frexit !
    la1ere.francetvinfo.fr/martinique/programme-video/la1ere_martinique_journal-martinique/diffusion/6045000-edition-du-dimanche-02-juin-2024.html


    • Mozart Mozart 3 juin 16:56

      @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
      Le parti des tripoteurs de pissotière !


    • SEPH SEPH 3 juin 18:06

      @Mozart
      L’insulte à la bouche ne vous quittes jamais dans vos commentaires. C’est une constance chez vous. C’est affligeant


    • Mozart Mozart 4 juin 11:28

      @SEPH
      Non pas une constante, mais un constat.
      Vous disiez ?


    • Seth 4 juin 16:00

      @Mozart

      Le parti des tripoteurs de pissotière !

      Encore faudrait-il que tu aies quelque chose à te faire tripoter pour parler ainsi.. smiley


    • Mozart Mozart 5 juin 09:05

      @Seth
      Spirituelle comme réponse. Vous en avez d’autres comme ça ? On voit le niveau. Vous savez que vous êtes marrant ? Non ? ben je vous le dis. 


    • Seth 5 juin 14:32

      @Mozart

      On ne répond par des conneries qu’à ceux qui en ont dit avant vous.


  • Krokodilo Krokodilo 3 juin 17:03

    C’est pire que ça : il semble que l’Otan ait attaqué la Russie ! Si on considère que Kiev n’a pas les capacités électroniques pour choisir ses cibles et guider les missiles, il s’agit en fait d’un ou plusieurs pays de l’Otan, probablement USA et GB. L’attaque « ukrainienne » par drones du radar du système de protection anti-balistique aurait très bien pu être considéré par la Russie comme le prélude à une attaque de première frappe... Est-ce encore une nouvelle marche dans l’escalade, pour tester la Russie ? Un bluff ? Pendant plusieurs années nos dirigeants ont juré-craché que notre aide se limiterait à fournir des armes, et à former des soldats. On a depuis appris qu’il s’agissait de beaucoup plus, notamment en matière de surveillance électronique et de planification, et depuis la fuite des généraux allemands, on (le grand public) a compris que Kiev ne faisait pas voler ses missiles tout seuls !

    Donc, après avoir organisé un coup d’Etat du Maïdan, le renversement d’une démocratie avec le soutien et le financement US, nos dirigeants nous ont menti effrontément ! Avec le silence complice de quasiment tous les médias. Ces élections européennes sont l’occasion d’envoyer un message clair aux fous qui nous dirigent vers la 3eGM, au nom du soutien à un régime qui a maintenant toutes les caractéristiques d’une dictature (interdiction des partis d’opposition, censure, répression culturelle inouïe contre toute culture russe, présidentielles annulées).


  • Mozart Mozart 3 juin 17:05

    C’est le déballage des idées affligeantes et toutes les plus saugrenues et idiotes les unes que les autres. Alors que la Grande-Bretagne sombre pavillon haut depuis son départ de l’Europe, nos crétins nationaux se passionnent pour faire la même chose. Voilà des gens, Jacobinistes dans l’âme, qui ne savant même ce que le mot fédéralisme veut dire, incapables qu’ils sont, de sortir du modèle français et jugeant tout à cette aune. Faut quand même avoir l’esprit étroit ou, pire, être un agent de l’étranger pour croire que la France seule va pouvoir s’en sortir. Avec notre économie en berne, nos blocages sociaux, notre feignasserie étatisée, notre dette abyssale nous ne surnagerions pas même le quart du temps que la GB met pour couler. Nous serions phagocytés par les USA, la Chine ou par d’autres grandes puissances économiques mondiales. En un mot, on serait en tiers mondisation !

    Un bel avenir somme toute ! On en redemande.


    • Berthe 4 juin 01:29

      @Mozart

      « Alors que la Grande-Bretagne sombre pavillon haut depuis son départ de l’Europe »
      Merci pour les arguments crédibles.. ivous avez lu çà sur lepoint ou un de ces trochs Q qui jettent des piges préparées par Chatgpt depuis au moins trois mois dans un objectif de réduction des couts... mdrr


    • @Mozart

      « Alors que la Grande-Bretagne sombre pavillon haut depuis son départ de l’Europe »


      A propos de sombrer ...
      Par simple curiosité l’autre jour j’utilisais goggle street view, vous voyez ce que c’est cher ami ?
      Donc par exemple je vous en conseille l’usage dans les pays du 1/4 monde les pistes Afericaine que vous ne semblez pas avoir fréquenté dans votre vie...
      Car tres souvent l’etat des routes releve de celle d’un pays, ce n’est pas LE critere exclusif mais un critere
      Popour l’etat de mes routes en region Parisienne et sur paname etant dans l’UE il ressemble de plus en plus à des ppistes Africaines ou des routes de pays en sous developpement alors que dans les années 90’s 2000 nous etions dans les mieux classés enfin encore, ou il existais si je vous asure des routes comme en .. GB
      Cad des routes sans trous , nids de poule, craqelées de partout ni ou l’on vois carrément non plus en dessous le bitume (1er couche) ni en dessous les pavés lorsque celle ci en etais recouverte , ni encore sous la chappe beton maigre ou autres protections mais cette fois la terre (sacrés trous )
      Ah quel progres, c’est absolument incroyable ce progres que nous apporte cette europe et je note cette déchéance tratosphérique que chacun possedant un pc ou une tablette et une connection internet pourras de lui meme constater de l’etat catastrophique des routes (et memes des petites j’ai cherché histoire de voir a ma surprise) en GB , vivement qu’ils reintegrent l’UE pour se mettre a joiour dans la modernité , peut etre qu’un jour nous rejoindrons les fonds de campagne du Maroc de la tunisie ou de l’Algerie histoire de ne pas aller trop loin pour connaitre la modernité absolue vers laquelle votre europe nous mene.....

      Pour lk’economie rappellez nous qui est devenu AA  la recement ?
      Ah oui c’est un sugne de modernité
      Sinon vous sortez de chez vous de temps a autres ?
      Il dis quoi M Touatti l’economiste par exemple sur la GB vs la France pays de l’europe ?
       
      Auriez vous un autre économiste qui publie les graphes régulierement à nous conseiller peut etre ? et que dis cet économiste à ce propos ?

      Enfin bref ...


    • @Mozart
      Alors que la Grande-Bretagne sombre pavillon haut depuis son départ de l’Europe, nos crétins nationaux se passionnent pour faire la même chose. Voilà des gens, Jacobinistes dans l’âme, qui ne savant même ce que le mot fédéralisme veut dire, incapables qu’ils sont, de sortir du modèle français et jugeant tout à cette aune. Faut quand même avoir l’esprit étroit ou, pire, être un agent de l’étranger pour croire que la France seule va pouvoir s’en sortir. Avec notre économie en berne, nos blocages sociaux, notre feignasserie étatisée, notre dette abyssale nous ne surnagerions pas même le quart du temps que la GB met pour couler.

      -----
      Oui j’ai appris sous peu que la Suisse bien plus petit pays que nous et seule suce des cailloux
      il y a des collectes d’envoi de riz non pas pour la somalie mais pour geneve ....
       
      Je préfere en rire qu’en pleurer tiens ...lorsque je lis pareilles conneries
      ILs se regroupent ici tous les oufdingos , ce n’est pas possible autrement l’explication


    • @Mozart
      Rassurrez vous le tiers mondisme arrive a grands pas ainsi que la guerre
      https://www.rfi.fr/fr/podcasts/lignes-de-d%C3%A9fense/20240602-l-envoi-de-soldats-fran%C3%A7ais-en-ukraine-se-pr%C3%A9cise?utm_medium=social&utm_campaign=x&utm_source=shorty&utm_slink=rfi.my%2FAej6

      L’europe n’est plus la paix
      L’europe est la guerre, la misere et la décheance programmée de notre pays y compris de notre dissuasion nucleaire
      https://www.rfi.fr/fr/podcasts/lignes-de-d%C3%A9fense/20240505-france-la-fin-d-une-dissuasion-nucl%C3%A9aire-chimiquement-pure

      Le 27 avril, Emmanuel Macron s’est de nouveau dit prêt à ouvrir le débat d’une défense européenne qui comprendrait aussi l’arme nucléaire. Une inflexion se fait jour, dans une doctrine qui jusque-là érigeait la dissuasion comme une défense strictement nationale. 

      Au moins nous magerons des champignons lorsque la hyene aura acces au bouton qui va bien

      Bonus Phillipot qui en cause et l’electricité (Ex DG de RTE) qui va agmenter drastiquement grace aux moulins à vents et l’UE
      on en a une de ces chances lol
      https://youtu.be/F_iMbzzVLDs


    • @Mozart
      "..On en redemande.

      "
       
      Ah si vous en redemandez alors un petit Tatiana recent sur le sujet histoire d’informer un peu sur le sujet
      https://youtu.be/ROMCEjJOOnE?t=2304


    • Mozart Mozart 4 juin 09:01

      @Ouam (Paria statutaire non vacciné)
      Bon, cher Neuneu, il va falloir reprendre point par point vos... comment appelez-vous cela , vos argumentaires quelque peu bafouillant.
      L’économie anglaise est en récession, les investissements étrangers en baisse importante, la pénurie de main-d’œuvre en hausse... Une bonne partie des anglais ayant voté le Brexit pense qu’ils ont eu tort. Ayant une fille vivant en Angleterre depuis de nombreuses années je puis vous dire que le système de santé britannique est encore pire que le nôtre, que les inégalités sociales sont plus importantes, que la monnaie est en berne... une bien belle réussite que même Mme Thatcher aurait reniée.
      Pour le reste je vous laisse dans votre stupidité crasse avec votre état des routes et autres joyeusetés qui n’ont aucun sens. 


    • Mozart Mozart 4 juin 09:11

      @Ouam (Paria statutaire non vacciné)
      Cher Neuneu,
      Petite précision au sujet de la Suisse : les USA leur ont demandé de communiquer l’ensemble des données bancaires sur les citoyens américains ayant des comptes chez eux. Refus des Suisse. Embargo des USA sur les produits Suisse. Acceptation empressée des Suisses pour communiquer les données. La Suisse est le seul pays ou il y a des pauvres riches, à savoir que gagnant environ 3 fois qu’un français, ils n’arrivent plus à se loger et à manger tous les jours. Enfin, la Suisse ne vit que parce qu’on la tolère, malgré toutes les saloperies qu’elle a faite (nazisme, comptes cachés des dictateurs de tous poils et des fraudeurs internationaux....). Elle est, pour une bonne partie de son économie l’état receleur d’une bonne partie de la pègre internationale. Et le jour où une grande puissance décide ce qu’elle doit faire, elle est obligée de s’exécuter car elle ne fait pas le poids.


Réagir