lundi 28 août - par rosemar

Marcher, c’est philosopher...

Notre monde voué à la vitesse ne laisse plus beaucoup de place à cette activité toute simple : marcher, se déplacer à pieds.
La voiture, le jogging ont supplanté la marche : et, pourtant, marcher, c'est aller à un rythme mesuré qui permet la découverte et la réflexion...
 
Marcher, c'est avoir la possibilité d'observer le monde, de s'enivrer des senteurs, de contempler des paysages, on peut, à son gré, s'arrêter, repartir.
Marcher, c'est s'ouvrir au monde et aux autres.... c'est prendre le temps, dans un monde où s'impose sans cesse la vitesse.
 
Tout en cheminant, nous pouvons contempler la nature mouvante et changeante... nous pouvons réfléchir à tout ce qui nous entoure, trouver des idées.
 
Depuis toujours, les philosophes ont aimé la marche : les péripatéticiens donnaient leur enseignement en marchant, Socrate allait dans les rues d'Athènes à la rencontre des autres, les interrogeait, leur faisait découvrir une forme de vérité.


Le nom "péripatéticiens" est, d'ailleurs, issu d'un verbe grec : "περιπατέω, péripatéo, se promener, circuler, aller et venir".
Rousseau était un marcheur infatigable :" J'aime à marcher à mon aise, et m'arrêter quand il me plaît. La vie ambulante est celle qu'il me faut. Faire route à pied par un beau temps dans un beau pays sans être pressé, et avoir pour terme de ma course un objet agréable ; voilà de toutes les manières de vivre celle qui est le plus de mon goût... ", écrit ce philosophe dans le livre 4 des Confessions, évoquant ce bonheur de la marche qui le séduit depuis ses plus jeunes années.
 
Chaque fois que cela est possible, il est bon de marcher pour savourer le monde environnant, pour se livrer à une détente, à une réflexion.
La marche qui fait avancer le corps dans l'espace offre aussi un cheminement à la pensée.
Marcher, c'est retrouver le temps d'avant, un certain goût de la lenteur, le temps "virgilien", comme l'appelle Michel Onfray.
 
Bien sûr, marcher dans nos villes encombrées de voitures ne permet pas un parfait développement de la réflexion : il vaut mieux marcher dans un parc, à la campagne, en montagne.
C'est alors qu'on peut vraiment cheminer posément, en profitant de la nature, de ses bienfaits, de ses bonheurs...
 

La marche nous relie à la terre, nous montre l'importance de la nature, et nous incite à découvrir de nouveaux chemins, des sentiers de liberté.
Parfois, l'esprit s'évade, se nourrit de rêves, de réminiscences...
 
Au rythme de la marche, des idées, des interrogations surgissent : une façon de penser et de repenser le monde... 
 
 
 Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/05/marcher-c-est-philosopher.html

 



49 réactions


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 28 août 11:08
    La métaphysique d’une péripatéticienne qui ne savait ni le grec, ni le Onfray.
    Car, même avec des pieds de grue, (bis)
    Fair’ les cent pas le long des rues (bis)
    C’est fatiguant pour les guibolles,
    Parole, parole,
    C’est fatiguant pour les guibolles.
    Non seulement ell’s ont des cors, (bis)
    Des oeils-de-perdrix, mais encor (bis)
    C’est fou ce qu’ell’s usent de grolles,
    Parole, parole,
    (...)

    https://www.youtube.com/watch?v=HwPgs21a8_I


  • Sozenz 28 août 11:22

    wouahahahah , votre article me rappelle l époque où je vivais en forêt. et je ne voyais que très rarement de personnes,parfois même jamais .
    et puis il y avait ces jours de Marche. et je voyais des troupes pour ne pas dire de troupeaux de personne qui marchaient , batons en main , et avançaient d un pas très rapide ;le nez vers le sol pour éviter les pierres et les racines peut être . ça discutaillait sévère. 
    aucun d eux s arrêtaient ou ralentissaient le pas pour regarder les champignons , les oiseaux , ou tout simplement la composition magistrale de la forêt . mais il est vrai qu avec toute cette ardeur et tout ce bruit , les chevreuils , les renards , les oiseaux alentours que je voyais régulièrement devaient s enfoncer dans la foret . un peu comme moi en allant me cacher dans ma maison ..
    mais voilà , ils participaient à la grande marche .. il fallait participer . comme certains participent à la journée du patrimoine dans les musées gratuits toute l année ..
    il faut suivre la marche de son temps dit on ..
     https://www.youtube.com/watch?v=9ZEjotYcEIs


    • rosemar rosemar 28 août 13:46

      @Sozenz

      Nul besoin de marcher en troupeau... la marche doit permettre la découverte de la nature, une attention aux arbres, aux fleurs, aux oiseaux et insectes....

    • mmbbb 28 août 19:36

      @rosemar un philosophe marcheur Montaigne Il se rendit en Italie la ville d I Urbino lui rendit hommage avec une belle statue Quant a moi je dors dans les bois , cet ete du cote Suisse en montagne tres tot le matin j ai leve une biche, l année derniere a 7 heures du matin alors que la montagne etait calme j ai surpris une harde de chamois et leur petits ils remontent durant la journée et se font plus discrets Cet ete aussi a la lisiere d un bois j ai vu de beaux lys martagon espece protégées Louis XIX fit venir des bulbes et les plantèrent dans son chateau C’est une fleur tres appreciee en décoration notamment en marqueterie . Quant au bivouac j ai droit a un hotel à mille milliards d etoiles


    • Fergus Fergus 28 août 19:37

      Bonjour, Sozenz

      Voilà un constat que nous avons souvent fait avec mon épouse : nombre de groupes de marcheurs sont en effet constitués de personnes qui ne font pas de la marche un but de découverte et d’harmonie avec la nature en soi, mais une occasion d’être ensemble dans un souci existentiel inconscient. Ceux-là sont effectivement le plus souvent aveugles à ce qui les entoure*.

      Mais attention toutefois à ne pas généraliser : il existe également des groupes réellement motivés par la découverte d’un environnement et de ses composantes en matière de flore et de faune.

      * Mon épouse et moi avons rencontré l’un de ces groupes il y a quelques semaines à Chamonix sur le chemin du lac Blanc. Ces personnes étaient toutes hébergées dans la résidence d’un CE et avaient décidé la veille - sur le conseil du gérant - de faire une assez courte randonnée à 2400 m d’altitude entre la télécabine de l’Index et le lac Blanc aller et retour (3 heures de marche, pauses non comprises). Alors que nous faisions une pause en admirant le fabuleux panorama qui s’offrait à nos yeux, l’une des femmes du groupe - une dame âgée - s’est arrêté à notre hauteur et nous a demandé si nous pouvions leur nommer les sommets qui s’alignaient de l’autre côté de la vallée, depuis l’aiguille du Tour jusqu’au dôme du Goûter en passant par l’aiguille Verte et les Drus, les Grandes Jorasses, le aiguilles de Chamonix, l’aiguille du Midi et le Mont-Blanc, pour ne citer que les principaux. Ce que nous avons fait avec un grand plaisir en ponctuant notre énumération de commentaires, sur le livre Premier de cordée dont le décor est le Dru, sur la spectaculaire fonte de la Mer de glace, et sur la première féminine au sommet du Mont-Blanc. Cette brave dame a été ravie. Mais le plus ahurissant était que pas un parmi eux n’avait de carte topographique, ni même un plan sommaire pourtant distribué par milliers d’exemplaires à l’Office du Tourisme !


    • Aristide Aristide 28 août 20:09

      @Fergus

      Sur un autre fil vous approuviez ce discours assez ... simpliste, pour ne pas dire simplet, sur les inconvénients de nos machins-phones. Nul avantages à entendre ce donneur de leçons.

      Si vous êtes , comme vous le démontrez ici, un connaisseur des lieux autour de Chamonix, tout le monde ne dispose de vos connaissances. Vous pourrez convenir que ces machins phones peuvent être utiles par ce que l’on nomme « des applications en réalité augmenté » si on ne connait pas par coeur les lieux ou que l’on n’a pas la chance de croiser un habitué du coin.

      Le concept est très simple, il consiste à cadrer un paysage, un lieu comme pour prendre une photo, l’application présente l’avantage de repérer ces lieux qui sont sous vos yeux et de les commenter : désigner les sommets, leurs caractéristiques et plus ....

      Vous connaissiez les lieux donc aucun problème à nommer ces sommets, éventuellement en connaitre les détails, ... Mais voilà donc un usage assez ... intéressant, il me semble , de ce machin phone quand une simple application à moins de 5 €, vous permet de viser n’importe quel panorama du monde lors d’une randonnée et vous donner toutes les caractéristiques des lieux, et bien sur en fonction de vos interets, géographie, histoire ...

      Si l’énergumène auteur de l’article en cause, vous croisait à ce moment, imaginez vous comment vous passeriez pour un technophile imbécile et buté ... définitivement catalogué dans les cuns de championnat.
       

    • Fergus Fergus 28 août 20:27

      Bonjour, Aristide

      Votre propension à déformer ce que j’ai écrit ici et là est hallucinante tant elle relève de la provocation gratuite.

      Un smartphone, nous en possédons un, mon épouse et moi - un pour deux ! -, et jamais de ma vie je n’ai dénoncé l’intérêt que peut présenter cet outil en de nombreuses circonstances, du téléphone à la photo en passant par l’accès au web pour consulter sa messagerie ou dénicher un renseignement. Ce que j’ai approuvé dans l’article en question, ce n’est en aucun cas le recours au smartphone, mais son usage compulsif par une partie des abonnés.

      Pour ce qui est de mon groupe du lac Blanc, désolé, mais si aucun n’avait de carte topographique, pas un ne disposait non plus d’une application capable de se substituer à une table d’orientation.

      Cela dit, je sais qu’il existe des applications de ce type, et même des possibilités de télécharger des itinéraires topographiques avec indications GPS. Et je comprends que certains randonneurs puissent préférer ce type d’outil,


    • Aristide Aristide 28 août 20:47

      @Fergus


      Je crois m’être assez bien expliqué, je ne parlais pas de vous mais de l’auteur de l’article, vous approuviez son propos assez dédaigneux sur ces concitoyens, les classant assez rapidement sous une catégorie sans connaitre les personnes sur la base de simple fait d’usage de smartphones. 

      Que vous resserviez ce jugement à des personnes au comportement compulsif, je ne le met pas en doute. J’avais simplement souligné qu’il est assez difficile de juger de ce type de comportement, ... Peut être suis-je moins sur de mon jugement sur les autres ou peut être j’essaie assez modestement de m’en dispenser tellement chacun est différent ...

      Pour le reste, aucune leçon dans mon propos, vous n’en trouverez aucune trace par rapport à vous, mais une illustration assez évidente je crois de l’utilité de ces machins. 

      Vous condamnez seulement et sans aucun doute le comportement compulsif, il n’en est rien de cet auteur qui transformait cet outil en instrument d’abêtissement généralisé contre lequel je me suis prononcé assez clairement je crois. 

    • rosemar rosemar 28 août 21:19

      @mmbbb

      N’oublions pas Montaigne, oui.... Une chance de pouvoir dormir à la belle étoile et de profiter de cet environnement naturel...

    • Fergus Fergus 29 août 09:21

      Bonjour, Aristide

      Pour mémoire, dès le début de mon commentaire à ricoxy, j’avais écrit ceci, avant de circonscrire mon approbation à la dénonciation des usages compulsifs : « on ne peut évidemment pas mettre - loin s’en faut - tous les utilisateurs des applications présentes sur les Smartphones sur le même plan. »

      Qui plus est, il semble vous avoir échappé que cet article avait été rédigé sur un ton de provocation humoristique.

      Quant à l’« instrument d’abêtissement généralisé », ricoxy n’est pas seul à mettre en avant ce danger, de nombreux médecins et chercheurs étant sur la même ligne, non pas pour les usages normaux (comprendre modérés) des Smartphones, mais pour ces fameux usages compulsifs qui confinent de plus en plus à une forme de pathologie addictive.

      En parlant de montagne, savez-vous qu’il y a quelques mois, un touriste s’est tué en basculant dans un ravin car ; comme on le voit fréquemment en ville, il marchait le nez vissé sur son Smartphone.

      Cela dit, ce n’est évidemment pas ce genre de danger que dénoncent les médecins, c’est l’enfermement dans une bulle asociale, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes en passant son temps sur des réseaux sociaux où ,il est vrai, la majorité des usagers se parle à elle-même, les correspondants jouant le rôle de miroirs narcissiques.


    • Aristide Aristide 29 août 15:52

      @Fergus

      Vraiment nous ne serons jamais d’accord. 

      Sur l’article de cet énergumène : son humour de façade dissimule assez mal une misanthropie évidente et une suffisance assez impressionnante, cette manie de catégoriser ses concitoyens me déplaît au plus au point, mais bon, le personnage ne mérite pas mieux ...

      Il n’est surement pas le seul à jouer de ce que l’on nomme le « déclinisme » sous tous ses aspects. Ici sur les smartphones, ordinateurs, ... Ailleurs sur la bagnole, ... ou encore sur les réseaux sociaux, ... La caractéristique commune à tous ces spécialistes est la simplification abusive des comportements sociaux, humains, ... dans le seul but de cadrer avec leurs aprioris.

      Les smartphones sont un outil devenu indispensable pour la quasi totalité de la population, son usage même excessif à vous entendre correspond souvent à d’ancien comportement qui existaient d’ailleurs et n’était pas désigné comme tel, par exmple consulter un livre, un article, un journal pendant son temps de déplacement, ... enfin, juger les gens sur ce comportement particulier dans les transports en commun, dans la rue, les lieux publics et en déduire une addiction me semble etre un tantinet téméraire.

      Pour ce qui est du type tombé dans un ravin à cause de son smartphone, vous usez encore de ce procédé assez tendancieux. De nombreux morts ont été provoquée par l’inattention, que ce soit avec un smartphone, un journal ou en regardant le ciel .... C’est le smartphone ou l’inattention ? 

  • foufouille foufouille 28 août 11:26

    le jogging est essentiellement utilisé pour te faire perdre tes kilos en trop.


    • rosemar rosemar 28 août 13:41

      @foufouille

      La marche est bonne aussi pour perdre des kilos en douceur, et tout en profitant des paysages environnants...

    • foufouille foufouille 28 août 16:21

      @rosemar
      moui c’est certain mais la dépense de calories est beaucoup plus faible, c’est surtout utile pour les personnes vraimment très grosses qui ne peuvent faire du jogging.
      combien de kilos en trop ?
       


  • covadonga*722 covadonga*722 28 août 11:41

    yep , philosopher si vous le dites personnellement sous bien des tropiques j’ai pu vérifier l’axiome de mr Audiard


    deux intellectuels assis vont moins loin qu’un brute qui marche !

  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 28 août 11:48

    Rosemar « En Marche », on s’en doutait smiley


  • juluch juluch 28 août 12:05

    La randonnée il y a pas mieux !!!


  • sarcastelle sarcastelle 28 août 15:11

    Le marcheurs gênent quand on roule en trail. 


  • Taverne Taverne 28 août 16:38

    « La philosophie est de toutes les sciences la seule libre ; car seule elle est à elle-même son propre but. »

    « Ainsi toutes les sciences sont plus nécessaires que la philosophie, mais nulle n’est plus excellente. »

    « Ce fut l’étonnement d’abord comme aujourd’hui, qui fit naître parmi les hommes les recherches philosophiques. »

    « Douter et s’étonner, c’est reconnaître son ignorance. »

    (Citations du fondateur de l’école péripatéticienne, Aristote : La Métaphysique, Livre Ier)


    • rosemar rosemar 28 août 17:05

      @Taverne


      Merci pour toutes ces citations...

      Douter, s’étonner de toutes sortes de spectacles que nous offre la nature, voilà ce que permet la marche...

    • Fergus Fergus 28 août 19:41

      Salut, Taverne

      Citation de Frédéric Dard (de mémoire) : « La philosophie, c’est l’art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité ». smiley


    • Sozenz 30 août 17:25

      @rosemar
      Douter, s’étonner de toutes sortes de spectacles que nous offre la nature, voilà ce que permet la marche...
      perso , je doute et je m etonne de toutes sortes de spectacles que me donne ( j echange votre mot offre , car parfois c est vraiment pas un cadeau ) les humains .

      quand je regarde la nature , y a rien de plus normal . il y a juste a regarder sans rien chercher
      être et être là ; c est tout .


  • sls0 sls0 28 août 16:39

    Il y a aussi la marche méditative.

    Pour la tête et le corps c’est pas mauvais la ballade.
    Aux gens qui me demandent si je fait de la marche je réponds « non, je marche ».

  • Fergus Fergus 28 août 19:06

    Bonsoir, Rosemar

    100 % d’accord avec cet article.

    Sans prétendre à philosopher du fait que je marche à chaque fois que j’en ai l’occasion*, je confirme que cet exercice dépasse la simple activité physique par la dimension d’osmose avec la nature qu’il permet, par l’introspection qu’il favorise, et par la facilitation des échanges qu’il occasionne aussi bien lors de courtes promenades qu’à l’occasion de randonnées plus ambitieuses.

    La marche devrait être prescrite par les médecins tout au long de la vie ! smiley Mais il est vrai que c’est déjà le cas d’une partie d’entre eux.

    * Aujourd’hui encore sur le GR34 à l’occasion d’un déplacement à Saint-Malo où j’avais deux ou trois emplettes à effectuer.


    • rosemar rosemar 28 août 21:23

      @Fergus

      Un loisir accessible, qui ne coûte rien, qui offre détente, évasion, réflexion... Quoi de mieux ?

  • zak5 zak5 28 août 20:07
    Bonjour

    Moi je marche en ville, pas les moyens ni le temps d’aller le faire à la compagne ce paradis terrestre. Hier, je me suis tapé pedicus jambus 3 arrondissements. Sur le chemin du retour, j’ai vu une homme ivre couchée dans le caniveau, dans le filet des eaux usées qui coulait d’une plaque d’égout voisine, qui lui mouillait la nuque et le dos. Il marinait dans ce jus et se tortillait pour se relever, mais n y parvenait pas, il retombait dans le ruisseau de fange

    PS je crois que c’est Nietzsche qui disait : marcher, c’est philosopher

    • rosemar rosemar 28 août 21:26

      @zak5

      Il m’arrive aussi de marcher en ville et de voir ces êtres en marge du monde : que faire ? On ne sait même plus comment leur porter secours.

    • kalachnikov kalachnikov 28 août 23:53

      @ rosemar

      ’Les grandes idées viennent en marchant’ [Nietzsche]. Pour Nietzsche, l’écriture n’est pas un simple processus intellectuel, mais un processus qui met en oeuvre le corps tout entier.

      Bah, je sais pas, dans le cas présent, tu vas voir le type et tu lui dis calmement ’cela ne va pas, monsieur, vous avez besoin d’aide ?’. S’il te repousse ou je ne sais quoi, tu appelles le 17 mais comme je l’ai fait récemment, c’est un peu la croix la bannière. (Je raconte : je vois de ma fenêtre un type assis sur un muret qui oscille et d’un coup il tombe et se claque violemment la tête sur le béton, j’entends le son distinctement. Les gens passent alentour et s’en cognent. Du coup, au bout de 5’, j’appelle les pompiers et descend de chez moi, plusieurs étages. Un médecin m’a guidé par téléphone pour que j’ausculte le type, histoire de juger de son état. Puis les pompiers ont rappliqué et l’ont pris en charge.)


    • philippe baron-abrioux 29 août 10:18

      @rosemar

       Bonjour Rosemar ,

       
       Il m’arrive aussi de marcher en ville et de voir ces êtres en marge du monde . On ne sait même plus comment leur porter secours. : que faire ?

       votre titre « marcher, c’est philosopher » devrait me semble t il vous aider à trouver la réponse à la question posée .

       cette personne « en marge du monde » , cet « être » comme vous l’écrivez , a peut être un jour ,lui aussi marché en philosophant ou pas , et peut être vu lui aussi des « êtres » semblables à lui , avant , puis à ce qu’il est devenu aujourd’hui .

       s’est il posé la même question que vous et quelle réponse a t il apporté s’il a voulu porter secours à cet « être » qui un jour a été appelé « une personne » , a eu un nom qu’il a peut être oublié ou que le monde à la marge duquel il vit ,a choisi d’oublier ?

       il est des voyages ,des marches , faits par ces « êtres » que nous ne ferons jamais et dont le plus souvent notre monde ne veut rien savoir sauf à en retenir la dégringolade au lieu d’en entendre les richesses accumulées et qu’il serait sans aucun doute possible d’évoquer avec ces « êtres » comme des étapes de leur Vie à partir desquelles ils pourraient se porter secours à eux mêmes .

      mais pour cela , encore faudrait il leur redonner toute leur humanité ,celle qui leur est si souvent déniée par ce monde qui les maintient « à la marge » comme une composante inévitable et un peu honteuse d’une société qui ne peut s’occuper « de toute la misère du monde » selon la formule .

       bonne fin de journée  !

       bonne marche à tous , les yeux ouverts , pas seulement sur la beauté des lieux visités !

       P.B.A

       


  • Taverne Taverne 28 août 23:59

    « Marcher avec les philosophes » est un numéro hors-série de Philo magazine en kiosque en ce moment. Mais je ne l’ai pas lu et je ne sais donc pas s’il est bien...


  • francois 29 août 08:47

    « Au rythme de la marche, des idées, des interrogations surgissent : une façon de penser et de repenser le monde...  »
     

    Marcher fait enfler les chevilles !


  • sarcastelle sarcastelle 29 août 09:04

    La marche doit permettre la découverte de la nature, une attention aux arbres, aux fleurs, aux oiseaux, aux insectes

    .
    La marche est bonne pour perdre des kilos en douceur et tout en profitant des paysages environnants
    .
    La marche autorise la réflexion et permet de se ressourcer auprès de la nature
    .
    Oui, mais selon votre titre « marcher c’est philosopher ».
    On dirait que vous ne marchez pas souvent ? 



  • otc31 29 août 11:40

    Merci pour cet article ou je m y retrouve à 100%. Nous prenons le temps tous les soirs de marcher avec ma femme et mon enfant. En plus d’être en famille, on s’amusent, on discutent, on refait le monde ou bien on ne dit rien, on contemple de magnifiques paysages et la faune qui va avec. Je pense que beaucoup de gens ont oubliés ce que la nature peut nous apporter. La marche c’est bon pour les jambes et la tête. Prendre le temps de marcher c’est voir le temps qui passe dans l’instant, et finalement le vivre pleinement. Oubliez la nostalgie un instant et ne pas réfléchir au lendemain, la marche est un pas en avant vers le bonheur. @+


    • rosemar rosemar 29 août 19:15

      @otc31

      MERCI pour ce témoignage : la marche nous fait retrouver ce contact essentiel avec le cosmos et la nature...

  • sarcastelle sarcastelle 29 août 13:33

    Un sondage dans les messages de Rosemar indique qu’elle ne répond apparemment que sous ses propres articles. Elle n’a ainsi aucune opinion, ne porte aucun intérêt à ce qu’elle n’a pas écrit. Certes, on comprend que ses écrits et la richesse de leur pensée remplisse largement sa vie. 


  • jesabelle jesabelle 30 août 10:58

    bonjour à tous

     j ai remarqué depuis cette été que les oiseaux ne m accompagnent plus dans mes promenades  que se passe -t-il ?
    OU SONT PASSÉ LES OISEAUX ?
    avez- vous aussi remarqué ce phénomène ? 

    • hans-de-lunéville 30 août 12:37

      @jesabelle
      Bonne remarque, non seulement les oiseaux mais aussi les insectes, cette année presque plus rien, même les araignées sont presque inexistantes.....


    • jesabelle jesabelle 30 août 13:57

      @hans-de-lunéville
      MERCI D’ AVOIR RÉPONDU JE ME SENS MOINS SEUL MAIS TOUJOURS PAS D’EXPLICATION


  • jesabelle jesabelle 30 août 13:31

    que ce passe -t-il ?
    Cest graves ?
    QUE FAIRE ????? INFORMER LES CITOYENS oui mais comment agir et qui incriminer ?

Réagir