jeudi 5 juillet 2018 - par velosolex

L’affaire des vignerons Japonais de Banyuls : Quand l’administration a un goût de bouchon ! 

 

 

« Une obligation de quitter le territoire français a été notifiée à un couple de vignerons japonais installé depuis 2016 à Banyuls-sur-mer (Pyréées-Orientales), faute de ressources suffisantes pour obtenir un titre de séjour !  » D’abord on lit l’article en diagonale, puis on le relie, persuadé de n’avoir pas tout compris. J’en ai parlé à ma femme. « C’est une blague, un fake, ton histoire ; un truc de journaliste, un hameçon pour les gogos ! …. »

     On aurait dit c’est vrai la présentation d’un mauvais polar. Un de ceux qu’on referme en haussant les épaules. ... Fallait revoir le scénario. Crédible peut être très loin d'ici, en Amérique du sud. Mais sûrement pas dans notre pays des droits de l’homme ! Pourtant, d'autres liens glanés sur le net confirmait la nouvelle.

    « Non, non, je t’assure. Ca paraît vraiment sérieux ! » Libé, le Parisien, le Dauphiné, Ouest-France, tout le monde en parle.

      - 20 minutes : Il font un vin d’exception mais sont menacés : https://bit.ly/2IReRag

                   -La Dépèche : Un couple de japonais, qui produit un vin d’exception….https://bit.ly/2Nun8oq

                  - Le Parisien : https://bit.ly/2IKNy1j

          Pourquoi voudrait-on expulser ce jeune couple qui réussit si bien ?... Pensez : Avec Patience, détermination et talent, ils ont réussi à mettre en valeur un petit domaine dans le vignoble du Banyuls.. Aucune subvention, un apport personnel de 100 00 euros, un crédit de 50 000, et puis le produit de leur énergie, de leur apprentissage. Car ils viennent de loin comme on dit ! Pas seulement au niveau géographique. Ils sont passés par toutes les étapes de la vinification culturelle « made in France ».

      L’affaire ne faisait tout de même pas la une, comme les matchs de la coupe du monde de foot. Hasard et circonstances, même en Russie, l’équipe du Japon venait de surprendre ! Après une partie homérique, contre nos amis Belges, le 11 nippon avait rendu les armes à la dernière seconde. J’avais assisté au match et j’en étais resté abasourdi !.

          Une équipe au jeu collectif, propre, technique, respectueux de l’arbitre et des règles, avait failli ridiculiser la troisième équipe du monde..... Il y avait le fond et la manière. Peut-être était-ce le produit d’une culture, faite de la recherche de l’excellence et du respect, où le sens du devoir et de l’abnégation sont omniprésents, ainsi que de l’importance de l’image que l’on donne aux autres. Un peu les mêmes qualités présentés par ce jeune couple, qui semblait avoir trouvé dans la réalisation de ce vin du sud ouest, une quintessence de perfection et d’équilibre.

           Un modèle d’intégration pourrait-on dire. Le gouvernement les aurait crée pour donner une image parfaite de l’immigration qu’on aurait dit qu’ils en faisaient trop ! A l’interview, tous deux maîtrisent un français parfait. Mais c’est vrai qu’ils commencent à connaître le pays. France 3 régions : Japonais à Banyuls, ils font un vin d’exception. https://bit.ly/2MIYy1R

        Rie Shoji, 42 ans et Hirofumi Shoji, 38 ans, se sont en fait connus en France, où tous deux sont arrivés, attirés par un amour commun, celui de nos vignobles, du vin, de la connaissance et du travail qui allaient avec. Ils n’ont donc pas acheté immédiatement leur 3 hectares et quelques de vignes. Ils ont travaillé comme ouvriers agricoles, et cavistes, forts de leurs diplôme d’exploitant agricole ou de technicienne en œnologie, décrochés dans l’hexagone. En 2016 ils se sont enfin lancés, après avoir mûri longuement ce projet. Une recherche éperdue de la qualité, et du sens.

        Ils ont accroché leur ambition écologique aux vignes. Un vin naturel, sans sulfites, sans pesticides. Demandant beaucoup de technicité. Le résultat ne s’est pas fait attendre, La cuvée 2017 a été une réussite. Le prix de la bouteille s’est envolé. Le bouche à bouche a fonctionné à plein ! Les meilleurs cavistes l’ont recommandé, épuisant la réserve. Ce vin est arrivé sur la carte d’un des meilleurs restaurants du monde : Le Can Roca, à Gérone. « Le verre volé » à Paris a été conquis ! « Qualité de raisin, choix pertinent de la date des vendanges, précision et perfectionnisme typiquement japonais dans la vinification. Ce serait vraiment une grande perte pour nous, collectivement, de les voir partir », a commenté dans le quotidien L'Indépendant Jean L'Héritier, organisateur du Salon des vins naturels à Perpignan. »

      Leur deuxième cuvée est tout aussi prometteuse : « 75 % est déjà réservée », assure leur avocat, soulignant qu'en raison de sa nationalité, le couple ne « bénéficie d'aucune aide » Ils sont à jour de leur cotisation et de leurs impots.....« Ils ne gagnent pas 2 000 euros, tout à leur investissement. Mais le revenu moyen dans ce secteur y compris les aides, est inférieur à 1 000 euros », affirme-t-il. Le couple a déposé une demande de titre de séjour en France début 2017.

     Que leur reproche l’administration ? De ne pas gagner encore assez d’argent..... De ne pas posséder encore une rentabilité excessive, celle que les grands groupes industriels parfois réalisent, en truquant leurs comptes, en pompant l’argent public, en pillant le savoir faire. En on tombe sur les fesses !.... Qui est le tueur qui se cache derrière les lignes administratives ?

     « Les éléments transmis à l'appui de leur demande ne permettent pas de justifier du revenu minimal fixé par la loi », indique benoîtement la préfecture. Un recours contre l'obligation de quitter le territoire français qui leur a été signifiée doit être étudié par le tribunal administratif le 6 septembre.

      Nous sommes là loin, très loin de l’affaire Leonarda, cette gamine originaire du Kosavo, et qui ridiculisa la France et le président Hollande, il y a quelques années, en s’accrochant bec et ongles, avec sa famille, à un statut de demandeuse d’asile, quelque peu bancale, et opportuniste. On accepte cahin-caha des bateaux de réfugiés. On se déchire sur l’arrivée de certains migrants, qui choisiraient leur pays « à la carte » dissertant sur les avantages réels ou fantasmés que leur offrirait l’un plutôt que l’autre. 

      Le sujet de l’immigration, sur fond des milliers d’immigrants économique, traversant la mer en compagnie de réfugiés politiques autoproclamés, réels ou opportunistes, est un sujet qui clive, source souvent de rétropédalage et d’embarras, au pays « des droits de l’homme » ! La France est mal à l’aise devant cet afflux de misère, tenant des discours contradictoires. Des lignes de fracture dans la population apparaissent, mais tout autant au niveau politique, ou colères surjouées, démagogie, et récupération, alternent. Reste l’engagement de vrais indignés, retroussant leurs manches, affrétant des navires pour répondre à l’urgence de vies à sauver !.

      Une réalité, ce n’est pas en deux jours qu’on transforme en migrant en « Français » ! La nationalité n'est qu'un leurre, si l'on a pas intégré son concept et ses valeurs, les devoirs que cela impose. Il faudra du temps, souvent des années, à l’immigrant pour apprendre non seulement la langue du pays qui l’accueille, son histoire, mais pour accepter les règles et les usages qui vont avec.

       La laïcité n’est pas aussi évidente qu’une étiquette de vin déclarant le millésime, le cépage, et l’origine d’une bouteille... Quoique que les meilleurs vins se fassent sur de multiples croisements, et mélanges savament dosés. Il faudra utiliser son expérience, éviter les erreurs du passé, celles qui ont amené une partie des immigrés à se marginaliser et à se recroqueviller sur leur groupe ethnique ! Ce phénomène s’est accentué avec l’aggravation du chômage sans fin, le travail étant le meilleur intégrateur social, un ferment qui donne du sens, de l’espoir, qui familiarise avec les règles du vivre ensemble.

      On se demande en fait quelle case notre couple de japonais ne coche pas, à ce jeu de l’immigré parfait ? Si on les intégrait à un réalité show, genre : «  Le bonheur est dans les vignes », il semble qu’ils pourraient briguer le premier prix.

      Cultivés, courageux, autonomes, ils ont su en moins de temps qu’il ne faut parvenir à l’excellence, et parvenir à la consécration dans un domaine où le savoir faire est envié, et valorisé à l’international, comme une marque de notre culture. A l’heure des quartiers sensibles, des voitures incendiées à la moindre étincelle, l’image lumineuse de ces deux jeunes gens venus du pays du soleil levant, donnerait au notre celle d’un soleil couchant, ou d’un vin salement bouchonné, bourré de pesticides, si leur aventure devait prendre fin !

       Retour au mondial : Après le coup de sifflet final, qui les avait vu rendre les armes face à la troisième équipe du monde dans les dernières secondes, après avoir tout risqué, les japonais étaient restés un moment sonnés, assis sur la pelouse. Il y a cependant des défaites honorables. On n’oubliera pas ce match homérique. En partant, le onze japonais avaient nettoyé le vestiaire à fond, et laissé un petit mot de remerciement. La grande classe !

       L’affaire des vestiaires a aussi à longuement été traité dans les journaux. Ce n’est pas la première fois, mais d’habitude c’est pour déplorer la casse. Dans ce milieu, les perdants ont eu parfois le réflexe de faire un carnage, vandalisant les lieux. Les exemples à ce titre sont malheureusement légions. ASSE : insultes, vestiaire saccagé, Lemoine ... - But Football Club

      Les « péteurs de plomb » milliardaires, leur ballon d'or comme une plaque diplomatique leur donnant tous les droits, n’ont souvent pas un regard pour les petites gens qui doivent ramasser leurs déjections, refaire les peintures. Ils sont à l’image de cette oligarchie, méprisante, hautaine, qui oublie totalement ses origines, consentant juste à signer les autographes que les gamins leur demandent pour des raisons d’images, quand les télés sont là. Tous ne sont pas ainsi, évidemment, mais que la leçon donnée par les japonais, est été reprise par tant de journalistes étonnés est signifiante en soi de quelque chose d’unique.

       L’exemplarité et le civisme, ainsi que toutes les valeurs morales, quand elles aboutissent au succès doivent être médiatisés. https://bit.ly/2KIfTdX Nous sommes des êtres grégaires, d’imitation, et les jeunes sont particulièrement sensibles à de tels déroulements, dans un sport qui crée modèle et fascination.

     Le shintoïsme et le bouddhisme sont les religions les plus courantes au japon, et un certain syncrétisme s’établit entre eux. Le culte de la nature, et de ses forces vives, le respect des ancêtres, issu du confucianisme, fait que la société japonaise donne une place importante à la morale, à l’excellence même. Cet absolu n’est pas sans faire de dégâts, et de marginaux, dans la même course à la mondialisation que nous suivons nous mêmes, corrompoins nos idéaux, et notre culture, pour un produit insipide vendu au rabais, sans saveur< ;

       Le Japon est une société écartelée entre modernité et tradition, l’art le plus brillant, et l’appréhension des risques majeurs ; industriels, naturels, et environnementaux, comme installé au centre de toutes les plaques techtoniques du monde. Notre dette envers les habitants de cette île lointaine sont grandes. De l'art de la calligraphie, au arts martiaux, et à la cérémonie du thé, à la philosophie du zen, c'est toute une richesse de signifiants qui se déplioie en poupées gigognes.

       Ne parlons pas du cinéma et de la littérature. Les références culturelles sont si nombreuses, nous ont tant influencé, ont tant changé notre regard sur le monde, qu’il est impossible de les compter, sans même aborder les nouvelles technologies. Tout cela n'est pas le produit du hasard ! 

        Il y a plus d’un siècle, Vincent Van Gogh, pétri de l’influence des estampes japonaises, comme tant d’autres peintres de cette époque, s’installa lui aussi, en Arles, dans le midi de la France. Un Hollandais voyant des cerisiers japonais en fleurs en bordure du Rhône, croyant peut être reconnaître dans les neiges du mont Ventoux, l’écho lointain du mont Fuji Yama.

      Il faut parfois être étranger au pays, pour voir et sentir avec une acuité nouvelle, toute la grâce et la beauté d’un pays, en faire ressortir au mieux ses essences. Si les toiles de Vincent parle au monde entier, c’est qu’il a su capter en sa peinture l’énergie du monde, faire œuvre de chaman, de passeur. Une savante alchimie qui convertit les soleils levant en or pur et en vermillon.

      On dit que celui des bouteilles de vin que produisent notre couple est éclatant, et que le goût est somptueux. Je veux bien le croire. Mes papilles sont déjà aiguisées. J’espère bien le goûter un jour. J’y sens déjà toutes les substances de ce Languedoc parfumé, si authentique, se cognant à la corne de l’Espagne.

          

 

       Et puis au delà des senteurs de thym, et de garrigue, les odeurs de la mer, immense, qui nous envoie au bout du monde. D’autres ferments « tout en nez, ou en bouche » comme on dit, nous plongeant ravis dans des réminiscences harmonieuses et veloutées, nous faisant dériver tout en haut du pic du Canigou, ou du mont Fuji !

  …..  Bien loin, si loin de relents acides de l’administration !

      Une dive bouteille, une sorte de syncrétisme heureux entre ce que le Japon et la France produisent de mieux, quand ils jouent ensemble. Le meilleur d’une rencontre ! Il ne faudrait pas que notre couple, après une décision administrative défavorable, nous laisse comme leurs footballeurs en Russie, un mot d’adieu, nous remerciant de notre accueil, et de notre gentillesse.

      Enfin, peut être pas quand même... « Si la France ne veut pas de nous, alors nous partirons ! » Ont-ils déclaré….. Ca serait dommage. 

     Voilà l’affaire. Tout le monde s’est ému, tant l’absurde semble côtoyer l’injustice la plus totale. https://bit.ly/2z4lZ3v Pétition : Non à l'expulsion des vignerons japonais de Banyuls !

Cette pétition en ligne a recueilli déjà plus de 30 000 signatures. Les raisins de la colère et de l’indignation secoue le pays.

 



98 réactions


  • alinea alinea 5 juillet 2018 11:46
    Presque cinquante mille !
    Bandes de connards, y a-t-il plus con qu’un fonctionnaire ? plus obéissant ?
    Qu’on leur donne des aides s’ils sont trop pauvres, mais je vois bien le coup : pas de pesticides et pas de sulfites, c’en est trop ! car question revenus, je vais leur en présenter des paysans , des éleveurs qui ne gagnent rien !

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 12:09

      @alinea
      Bonjour. C’est peut être bien le cœur du problème. Malgré les discours officiels, on ne supporte pas les gens courageux qui se lancent dans le bio. Pour ceux ci, pas moyen de leur couper les subventions, ils n’en avaient pas. On s’est aperçu alors qu’ils étaient japonais...Ainsi cette affaire est un peu russe aussi, avec des poupées gigogne se contenant les unes dans les autres. Le soutien à cette production bio, qui devrait être une cause nationale, devait être actée, une fois pour toutes....Je ne vous apprends rien. Tout de même, cette affaire est si ubuesque que je ne doute pas qu’elle servira de tête de pont pour représenter toute la bêtise d’un système, quelque peu mafieux. Symbolique d’une sorte de schizophrénie, que les fonctionnaires traduisent d’un coup de tampon. Car les déclarations « la main sur le cœur », des soit disant marcheurs, s’opposent à la réalité du terrain, et des simples observations que le pékin moyen contemple, et subit, dans son assiette ou son verre. Notre terre est en train d’agoniser. Les paysans dissidents, ces pionniers qui tentent de faire survivre l’écosystème, et toute un culture, devraient être soutenus. 

      Pas besoin que l’administration les inscrive au patrimoine de l’humanité, comme les buildings de « la grande motte », mais de les respecter, et de les encourager, sans leur foutre un coup de pied au cul !

    • Alren Alren 5 juillet 2018 13:20

      @alinea


      Des travailleurs indépendants pauvres qui paient plein pot les cotisations et autres dépenses obligatoires, c’est pourtant ce que recherchait le pouvoir avec le statut des autoentrepreneurs.
      Ils coûtent moins à la société mais ils lui rapportent autant qu’un travailleur ayant de meilleurs revenus.

    • Alren Alren 5 juillet 2018 13:21
      @Alren

      Bien entendu, j’ai signé la pétition.

    • reivax 6 juillet 2018 14:21

      @alinea

      Merci pour tous les fonctionnaires qui ont signé cette pétition, dont je fais parti.
      N’ a t’il pas plus C.. qu’un C..qui s’ignore, et qui croit tout savoir sur tout.


    • alinea alinea 6 juillet 2018 22:15

      @reivax
       smiley je ne sais pas la réincarnation de qui vous êtes ! mais je défends toujours les fonctionnaires ; ceci dit j’en connais un paquet, avec leur petit pouvoir, qui font suer le burnous de qui ils peuvent pour se sentir forts !!


  • Clocel Clocel 5 juillet 2018 11:54
    Signé !

    Ils ont dû se faire des potes dans les environs, p’t être même que leur petite affaire fait des envieux chez les locaux !?

    Allez savoir, ce pauvre pays est tellement pourri jusqu’à la moelle...

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 12:12

      @Clocel
      Evidemment, on pense aux vipères, aux spéculateurs, qui flairent la bonne affaire ! 


      Mais l’administration est tout aussi redoutable. Cela rappelle les jours sombres, quand il y avait de la dénonciation.
       Mais parfois, il suffisait juste du zèle de quelques fonctionnaires, visant une gratification. 

    • Clocel Clocel 5 juillet 2018 12:47

      @velosolex


      Nous sommes au pays de Jean de Florette...

      Mais nos anciens auraient dû être vigilants lorsqu’on leur a refilé cet ectoplasme de l’Empire romain : Le Préfet.

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 13:09

      @Clocel
      Au bout de la main du préfet au garde à vous, le bras de l’état. 

      En marche avant, ou plutôt arrière. 
      Refus de légiférer sur le glyphosate, soumission aux diktats des lobbys. On s’en remet à cette vague responsabilisation des « acteurs de terrain », pour changer leurs pratiques, alors que les pesticides, d’une année sur l’autre, battent tous les records d’utilisation .
       Yannick Jadot est une rare voix divergente, qu’on laisse de temps en temps s’exprimer. 

      Ce qui se passe en ce moment, où le silence des oiseaux est assourdissant, et qui sonne comme le glas de notre humanité, est si grave que l’on peut ne parler que d’ethnocide. 
      Plan biodiversité : "On peine terriblement à voir arriver les mesures ...

  • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 2018 12:04
    On se demande en fait quelle case notre couple de japonais ne coche pas,

    A mon humble avis, des vignerons locaux jaloux ont du faire des pieds et des mains pour virer ces concurrents. A savoir même si ces vignerons ne font pas partie des élus ?

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 12:22

      @ZenZoe
      A mon avis, c’est raté. La mobilisation ressemble à cette vague peinte par un peintre japonais. Certaines vous emportent, d’autres vous soutiennent. La revue de presse du 5 juillet Je viens de voir qu’un radio du sud a inclus cette nouvelle dans sa revue de presse. Cette information c’est vrai catalyse toute la bêtise du monde, et son énergie. 

      Un mauvais film qui se terminera on l’espère par une happy end. 

      Reste que bien des gens faisant du bio sont obligés de vivres parfois dans la clandestinité. J’ai entendu au mois d’avril cette rubrique, si parlante de l’état des lieux, sur france culture, dans cette superbe émission nommée les pieds sur terre, que la radio diffuse tous les jours à 14 heures. On peut les réécouter en post cast. La fabrique du silence : les agriculteurs sous la pression de l ...


    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 12:42

      @Robert Lavigue
      Vous avez raison. Merci. C’est un thème qui a été repris par bien des artistes. Les estampes japonaises, exposées dans les vitrines des marchands parisiens, provoquèrent l’ahurissement des artistes français de la fin du dix neuvième siècle. 

      Van Gogh en acheta beaucoup, et l’évolution de son style en fut marqué à jamais.
       La rencontre avec le midi de la France fut celle que l’on sait. 
      Les retrouvailles avec Gauguin à Arles furent moins heureuses. Viviane Forrester, l’auteur de « l’horreur économique », publia dans les années 80 un bon livre sur cette histoire. 
      Van Gogh ou l’enterrement dans les blés, Viviane Forrester, Littérature ...

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 12:55

      @Robert Lavigue
      Je n’aime pas trop le mot « toc » ! 

      Il me rappelle le bruit sourd d’un tampon de l’administration tombant sur un imprimé !

      De tous temps, les artistes se sont inspirés les uns des autres. 
      Les eaux de l’atlantique et du pacifique se mélangent
       L’Afrique inspira aussi beaucoup nos génies français. 
      Les masques africains n’étaient pas signés. Picasso en ramena un dans son atelier. 
      C’est comme ça que sont nés les demoiselles d’Avignon. Un bande de prostituées prenant le frais sur le pas de leur porte avec des masques africains sur la tête, en guise de modernité. 
      On en fit de demoiselles par convenance.
       L’histoire de l’art est une coffre à malices, avec tampon de l’administration faisant foi

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 14:10

      @Méduse
      No comprendo. Soyez plus explicite. 


    • Méduse Méduse 5 juillet 2018 14:39
      @ Mekissê

      Merci. Je suis gâteux moi aussi mais je n’ai pas encore réussi à marionnetiser un Lavigue et à lui faire danser la polka de la piété filiale pour qu’il pallie à mes carences concernant les technologies modernes.

      Ps : un peu de gratitude, j’essaie de relancer le ventilateur.

    • Christian Labrune Christian Labrune 5 juillet 2018 17:21
      Et peintre japonais pour parler de Hokusai, c’était aussi au sens figuré ?
      =======================================
      @Robert Lavigue

      Mauvais procès : l’histoire de l’art a toujours considéré que Hiroshige, Kunisada ou Hokusai, et tous leurs devanciers de l’Ukiyo-e à l’époque d’Edo, étaient des « peintres », même s’ils s’exprimaient surtout par la xylographie des estampes.

      Article « artiste peintre » dans Wikipedia :
      Un artiste peintre (ou simplement peintre avant le XIXe siècle) est une personne pratiquant la peinture, comme discipline des beaux-arts ou des arts plastiques, comme activité de loisir (peintre amateur) ou bien comme métier (peintre professionnel). Ce terme est apparu début du XIXe siècle en France, pour distinguer le peintre d’art de l’artisan peintre, qu’il soit peintre en bâtiment ou peintre décorateur dans la loi de finances du 22 octobre 1798, après l’abolition des corporations. Selon les périodes les artistes peintres ont eu des organisations professionnelles et des reconnaissances différentes. Leur métier a également évolué en fonction des techniques pratiquées : peinture à l’huile, aquarelle, fresque, pastel, peintures à base de résines synthétiques et aujourd’hui avec toutes techniques infographiques et numériques dans un but non technique (donc qui ne soit ni du design, ni de dessin industriel) qui apparaissent comme des techniques contemporaines, comme le fut en son temps la sérigraphie utilisée par Andy Warhol, Robert Rauschenberg et les peintres du mouvement Pop Art. Au XXIe siècle, le terme « artiste-peintre », « peintre » inclut ainsi aussi le terme « artiste plasticien », dont le sens va au-delà de la seule peinture.

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 19:46

      @Christian Labrune
      Vous avez raison. J’ai voulu faire court. La représentation et les matériaux dépendent des techniques, des matériaux, et des échanges, qui se répondent.

       « La vague » de Hokusai est sans doute la peinture qui a le plus été reprise par les peintres japonais et occidentaux. Les thèmes de« passage de pont » sont tout aussi nombreux.
       Van Gogh s’en inspira beaucoup. 
      Les « nabi » du mot « prophète » en hébreux, travaillèrent à cette peinture symboliste, inspirée elle aussi des estampes japonaises 

  • eddofr eddofr 5 juillet 2018 12:08

    Le motif d’expulsion est tellement tiré par les cheveux que j’en viens à me demander s’ils n’ont pas fait de l’ombre à un quelconque notable local.


    Quand aux fonctionnaires, on se plaint qu’ils n’aient ni imagination ni initiative, mais c’est parce qu’on fait tout ce qu’il faut pour réprimer la moindre intelligence en eux .. Imaginez un peu qu’un fonctionnaire se mette à faire preuve d’intelligence, à interpréter les décrets et ordonnances, il risquerait sans nul doute de mettre en évidence l’ineptie de nombreuses décisions politiques ...

  • Milka Milka 5 juillet 2018 12:14

    Vive le Japon !

    A bas l’administration !

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 12:35

      @Milka
      Il y a pas mal de fautes d’orthographe, et de frappes. 

      J’ai lu cette nouvelle hier, et elle m’a tellement révolté que j’ai pris mon sabre de samouraï, sans trop avoir le temps de me corriger. Le Japon est un curieux pays, qui m’ a toujours fasciné, et que je visite grâce à ses films, pleins d’intelligence, et de subtilité, avec leur trame souvent sur la famille. 
      Ainsi, curieusement, même s’il est bien plus pudique, il me rappelle le cinéma italien des années d’après guerre, celui du néo réalisme, et qui a couru jusque dans les années 70, posant des questions essentielles, et entretenant la grâce, une esthétisme magnifique, une calligraphie cinématographique savante. 
      Les films de Kurosawa , d’Ozu, et tant d’autres m’ont autant marqué que ceux de Tati, de Carné...
      Quand à la littérature, Mishima et Kawabata ont trouvé bien des successeurs. Et Ogawa est une sorte de Patrick Modiano du soleil levant

  • gaijin gaijin 5 juillet 2018 12:27
    «  Cultivés, courageux, autonomes, ils ont su en moins de temps qu’il ne faut parvenir à l’excellence »
    donc il n’ont rien a faire en france .....personne ne leur a donc expliqué ? quand on fait des dossiers ( expériences, analyses , contrôles ......) on le fait a l’envers : on part du résultat que l’on doit obtenir et on bidonne tout jusqu’à ce que ce que ça rentre dans les cases ............

  • révolQé révolQé 5 juillet 2018 13:00

    Haaaa...si seulement ils savaient escalader les façades d’immeubles... smiley


  • velosolex velosolex 5 juillet 2018 13:24

    Apparemment les choses s’arrangent à toute allure. 

    Les bouchons vont bientôt sauter !. 
    Retournement de situation pour Rié et Hirofumi Shoji. Après leur avoir refusé à chacun le titre de séjour, le préfet des Pyrénées-Orientales décide de réexaminer leur dossier. Ce couple japonais s’est installé à Banyuls il y a un an seulement et la préfecture estimait que l’exploitation n’était pas viable « alors que la première récolte date seulement de septembre dernier » 

    • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 2018 14:03

      @velosolex
      Comme quoi les media servent à quelque chose des fois !


    • Cadoudal Cadoudal 5 juillet 2018 14:13

      @ZenZoe

      C’est gentil de votre part de remercier les lanceurs d’alerte de la « fachosphère »...

      Mais pas sur que vos amis apprécient...

    • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 2018 14:16

      @Cadoudal
      Hein ?


    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 14:18

      @ZenZoe

      Avec le net, la mobilisation va parfois très vite. On observe que l’information, si elle a été traité avec engagement par FR3 régions, n’a pas eu de répercution sur france inter. France culture, je ne sais pas...Le ton est souvent dérangeant et engagé. J’en reviens à l’émission sur pied sur terre, où la journaliste mettait la dernière fois sur le grille une juge qui avait blanchi contre toute attente arcelor mital dans l’accident d’un ouvrier, brulé vif, tombé dans un laminoir....A un certain moment, devant les questions accablantes de la journaliste, elle lui indiqué ...La porte....

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 14:21

      @Robert Lavigue
      Mon article n’a que l’importance de la goutte d’eau dans la force de la vague. 


    • Clocel Clocel 5 juillet 2018 14:23
      @velosolex

      Cowabunga ! smiley

    • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 2018 14:28

      @Robert Lavigue

      Ah non, pas d’ironie pour le coup. Quelquefois un journaliste fait son boulot et fait publier des trucs qui lui semblent délirants ... l’article est lu ....le reste suit (ou pas, c’est un autre sujet ça).
      Le tollé dans l’histoire de Naomi Musenga est venu d’une publication dans une feuille de chou locale... J’ai remarqué depuis longtemps que, quand on a un litige qui n’avance pas, un petit communiqué de presse bien envoyé peut faire des miracles (je le sais parce que je l’ai fait).

    • Cadoudal Cadoudal 5 juillet 2018 14:42
      @ZenZoe
      Pardon, j’ai confusionné, je te croyais du camp du bien..


















    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 14:58

      @ZenZoe
      De fait, dernièrement le scandale de la mort de cette jeune femme, appelant le samu, d’une voix désespérée « je vais mourir », et ne rencontrant que sarcasmes d’une standardiste, a été revélé par un journal local, avant d’être repris par la presse nationale, et d’engendrer le scandale que l’on sait. 


    • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 2018 15:44

      @velosolex
      Oui, c’est ce que je dis plus haut.


  • Trelawney Trelawney 5 juillet 2018 13:39

    Le préfet du département se nomme Philippe Chopin. Il faut mettre un nom à ce personnage, parce que l’anonymat dans l’administration ne doit pas exister et il faut qu’il ait le courage de ses actions, sans se cacher derrière un « je ne fais que faire respecter la loi ». 

    Ce préfet est arrivé en juin et fait déjà parler de lui. Ou comment un rat de bureau ne veut pas qu’on l’oublie au fin fond de la Catalogne.
    Maintenant il annonce qu’il va revoir le dossier. Non mais c’est quoi ce clown ! Heureusement que dans le privé le niveau intellectuel est un peu plus relevé, sinon je ne donne pas cher du pays. 

  • Christian Labrune Christian Labrune 5 juillet 2018 13:44
    @Vélosolex

    Il y a quand même quelque chose d’un peu suspect, dans le cas de ces deux immigrés : même s’ils ne roulent pas sur l’or, ils ne paraissent pas inspirer la pitié. Je parierais même qu’ils n’ont pas de casier judiciaire, qu’ils n’ont jamais connu ces ennuis abominables qu’on peut malheureusement rencontrer quand on a cassé la gueule à quelqu’un ou commis quelque petit larcin : la justice est si souvent féroce, dans nos banlieues, pour les pauvres immigrés ! Je suppose qu’ils ne crachent pas non plus systématiquement sur leur pays d’accueil, comme beaucoup de ces malheureux venus d’anciens pays colonisés au terme de toute sorte de vicissitudes et qui auront bien mérité, à ce titre, quand la roue de fortune aura enfin tourné, de nous succéder dans ce vieux pays.

    Ils sont arrivés à un bien mauvais moment, vos Japonais. Ils voudraient construire quelque chose dans un pays qu’ils croyaient probablement civilisé sans avoir compris que ce qui était à l’ordre du jour en Europe, et particulièrement en France, c’était la destruction de cette même civilisation, qui commence par celle de la langue dans nos écoles. Ils parlent parfaitement le français, ces salauds, dites-vous. Autant dire qu’ils sont carrément des Céfrans, et le teint de porcelaine des Japonaises fait qu’elles méritent encore plus que nous d’être appelées des « faces de craie ». 

    Leur place n’est pas ici. Qu’ils partent, et vous aussi, Vélosolex, qui aimez vous pencher sur les subtilités de toutes les formes de l’art japonais. Votre place n’est plus ici. Vous ne comprenez rien à la marche de l’histoire et vous n’allez quand même pas comparer la musique d’un Gagaku ou bien Kinshi Tsuruta chantant la bataille de Dan no ura avec ce que la fête de la musique aura su faire entendre, à l’Elysée, au couple présidentiel ! Bon Dieu, il faut vivre avec son temps, et accepter de bonne grâce d’être foutu. 

    • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 2018 14:13

      @Christian Labrune

      On pense au « syndrome de Paris » (wikipedia : cette affection touche plus particulièrement les touristes japonais qui, désemparés par l’écart entre la réalité et leur vision idéalisée de la ville se retrouvent désillusionnés et déstabilisés par le fossé culturel entre la France réelle et l’image qu’on s’en fait à l’étranger ou au Japon).

      Furansuni yōkoso ! (bienvenue en France)



    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 14:36

      @Christian Labrune
      Merci de votre intervention. Par chance la France est un pays multiple. Les vignes, plongent très profondément leurs racines en terre. Mais elle donnent toutes sortes de vins, pas toujours capiteux. Certains sont d’ailleurs transformés très rapidement en vinaigre. 

      Se pourrait il qu’un vin nouveau envahisse nos coteaux, présageant d’un avenir harmonieux, avec des parfums de myrrhe et d’encens, où nous pourrions nous retrouver, sous la treille, dans la tiédeur du soir. Luxe, calme, volupté....
      Y aura t’il quelques fantômes, pour nous parler de nos mauvaises actions ? 
      Les Contes de la lune vague après la pluie - de Kenji Mizoguchi (1953 ...
       « Les contes de Le lune vague après la pluie », reste pour moi la quintessence du cinéma, et de la pensée japonaise. 
      En particulier la fable de « la maison dans les roseaux » avec le retour dans son village d’un type ayant abandonné sa famille pour devenir samouraï, et ne s’apercevant au bout d’un moment, qu’il n’a retrouvé que des fantômes, des ombres. 

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 14:46

      @ZenZoe
      Les touristes japonais et chinois, bénéficient souvent d’un prise en charge psychologique de retour au pays, après avoir voulu voir la tour Eiffel. 

      Ils veulent prendre de la hauteur, et se retrouvent au deuxième sous sol...
      Deux voyages pour le prix d’un. C’est un argument que devrait développer nos agences. Le musée des arts premiers va aussi bientôt sans doute ouvrir une nouvelle aile, destinée à l’art Macronisme, rien à voir avec celui de la Micronésie. 
      L’art macronisme est fait de rituels d’envoûtement, assez proche du vaudou, mais inversement !
      On suggère aux victimes qu’elles sont vivantes, alors qu’elles sont mortes, tuées par l’administration et le non sens, dés qu’elles ont votés.

    • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 2018 15:48

      @velosolex

      Les contes de Le lune vague après la pluie

      Renversant, je l’ai vu aussi !

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 18:53

      @ZenZoe
      La qualité est souvent au RDV, et les thèmes restent les même. L’esprit des morts, les fantômes, tournent toujours en boucle dans la culture nippone. J’ai adoré le film « Harmonuim ». C’est à tort qu’ils appellent cela un film d’horreur, dans cet article ..Ce n’est pas par hasard que Kurosawa tourna « le château de l’araignée, qui est une adaptation de l’’Hamlet de Shakespeare. Il peut broder comme le britannique sur le thème des esprits, des voix annonciatrices. 

      LesInrocks - »Harmonium«  : un éblouissant film d’horreur
      Dernièrement sont passés » les délices de Tokyo" sur arte. Magnifique...Thèmes éternels du japon : La transmission., sur fond d’histoire et de passé refoulé, accordant beaucoup d’importance aux anciens. .
      Les délices de Tokyo de Naomi Kawase - (2015) - Film - Drame ...


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 juillet 2018 19:04

      @velosolex Pour la ballade de Narayama t’iras en solex électrique crever là haut. Joke.


    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 19:31

      @Aita Pea Pea

      Eviter d’aller voir « la ballade de Narayama » avec sa grand mère.
      Les Epadh sont tout aussi redoutables, et tiennent du supplice chinois de la goutte d’eau dans une transfusion. 
      J’espère finir plutôt dans la montée de la croix du restefond, à cause de la vue magnifique, avec les 72 vierges me prenant en charge dés que je tomberais de vélo

    • Christian Labrune Christian Labrune 6 juillet 2018 10:57

      @velosolex


      Le cinéma japonais à été une merveille et je partage votre admiration pour Mizoguchi ou Ozu. 

      Je reverrais bien les Contes de la lune vague, mais je crois que je préfère encore L’intendant Sansho. C’est un film tout à la fois atroce et sublime, comme le sont ceux de Mikio Naruse. S’il y avait des lecteurs de cette page qui n’aient encore jamais vu Nuages flottants et Nuages d’été, de Naruse, il faut qu’ils se débrouillent pour voir ça au plus vite. On a beaucoup projeté ces films dans les années 80 en France, mais on les trouve désormais en DVD.

    • Christian Labrune Christian Labrune 6 juillet 2018 11:05
      ADDENDUM
      On trouve ces films de Naruse sur Amazon. Je vois même qu’on a entrepris une édition à peu près complète de ses oeuvres. Il en a réalisé énormément, à peu près 200, mais beaucoup sont des productions commerciales et ne présentent pas le même intérêt que les deux chefs d’oeuvre que j’évoquais plus haut et qui sont le plus souvent édités, comme on peut le voir sur cette page :


    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 14:49

      @Christian Labrune
      Merci des références. Tant de chefs d’oeuvre. Je vais tacher de trouver ces films. « Après la pluie », de Koisumi, Shara, de Kawase, et Printemps,été, automne, hiver, de Kim ki duk sont des films que je repasse de temps à autre...La notion de temps est étrangement dilatée, et tout autant ramassée, dans le cinéma japonais, comme le diaphragme d’un appareil photo, ou la pupille de l’oeil.. 


    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 15:43

      @Christian Labrune
      D’une façon générale, on peut constater que le service public ne fait plus son boulot dans les médias. France culture, musique et arte étant les exceptions, mais même sur cette chaîne, il semble que l’ambition est moins grande. 

      Sans doute que l’explosion du bouquet a amené des effets insipides, une commercialisation à tout crin. Quand le choix était plus restreint, le public se focalisait sur quelques chaines, et le ciné club de la 2, faisant un malheur. 
      C’était l’époque où tout un public d’adolescents découvrit émerveillé avec Pierre Jean Philippe, et le générique si poignant, se renforçant dans l’émotion au fil des années de fidélité, des chefs d’oeuvre, comme autant de fenêtres sur une mode de création, qui allait des années 20, à celui des années 60. 
      Il y eut aussi dans les années 80 l’émission « cinema-cinema », intelligente, curieuse, insolente, faisant parler les acteurs et les cinéastes de ces années là : De Louise Brooks à Bergman, qui était aussi une icône, semblable à Kurosawa. Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, mais les vieux films sont toujours aussi excellents. Mieux même : Le temps en fait des pages d’histoire, des témoignages d’une époque, dont le sens anthropologique se superpose aux autres....Je regarde en ce moment « Heimat »cette prodigieuse compilation allemande, d’une vingtaine de CD, sur l’histoire d’une famille, des 1870 au début du vingtième siècle. Il y a du Murnau, du Fritz Lang, du Bergman, et même du Fellini, dans cette production réalisée en noir et blanc surtout, par edgar Reitz 
      Retour sur “Heimat”, la monumentale trilogie d’Edgar Reitz - Cinéma ...

  • foufouille foufouille 5 juillet 2018 13:59
    un tas de couples n’ont pas 2000€ de revenus, ça va faire un paquet d’apatrides.
    les bureaucrates sont des vrais kapo.


    • Pseudo Victor 5 juillet 2018 15:25

      @foufouille

      Il faudrait savoir, tu es pour virer les étrangers sans le sou ou pas ?


    • foufouille foufouille 5 juillet 2018 16:09

      @Pseudo Victor

      ils ont investit 100 000€ et ne sont pas sans le sou mais c’est juste la première récolte. celle de septembre est réservé en grande partie.


    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 19:13

      @Pseudo Victor
      Est ce pour faire peur aux étrangers que vous vous peignez le nez en rouge ? 

      Ou un effet d’un excès de consommation de vin de Banyuls, afin d’encourager notre couple de nippons.. 
      Beaucoup de questions en ce monde couvert de brume. 
      Les yazukas japonais ont eux aussi un signe distinctif : L’auriculaire coupé. 
      Des choses qui arrivent aussi dans le domaine de la vigne ; J’ai failli perdre le mien en coupant les raisins, ainsi dans le beaujolais, à l’époque où l’on se servait encore de serpettes redoutables. 

      Ainsi il arrive que les mêmes effets aient des explications différentes. 
      D’où l’utilité de réfléchir avant de sortir une ânerie. Enfin je ne sais pas ce que dirait le maitre zen à son disciple qui lui demanderait où est la voie....
      Peut être dans l’énigmatique : « Va voir le plan de vigne dans la cour ! »


  • Coriosolite 5 juillet 2018 14:05
    Incroyable crétinerie administrative. Ou comment écoeurer ceux qui, venus de loin, veulent investir leur argent, leur énergie et leur intelligence dans notre pays.

    Si vous avez un lien vers la pétition, passez-le ça fera quelques signatures de plus.

    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 15:03

      @Coriosolite
      Même si l’affaire semble progresser, vous avez raison ; Cette pétition montre la force de la mobilisation, et peut engendrer beaucoup de prudence de l’administration. Même si cette affaire est réglée, il faut garder notre colère intacte. 

      Car derrière cette affaire, combien d’autres non médiatisées. 
      Si l’’administration, toute à sa bétise et à son assurance, a cru plier l’affaire c’est que la force de l’habitude l’a amené à penser qu’elle pouvait le faire, sans rencontrer de résistance, et que les gens allaient plier. 
      Reste à dénouer les causes. Quels sont les donneurs d’ordre, ceux qui à qui pouvait profiter le crime ?

    • Pseudo Victor 5 juillet 2018 15:29

      @velosolex

      Si ça peut vous aider à vous faire passer pour un Grand Résistant, ce sera déjà ça de gagné pour votre égo smiley


    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 18:56

      @Pseudo Victor
      Un peu misérable comme commentaire. 

      La route est longue avant que Victor devienne Hugo...

    • Pseudo Victor 6 juillet 2018 09:43

      @velosolex

      J’ai l’impression de voir tous les misérables du monde en ce moment, les grands résistants de la 25e heure sur la guerre en Syrie qui n’a pas eu lieu, les défenseurs du rouler à 90 à l’heure, maintenant la boulette administrative (qui sera vite réparée) érigée en crime contre l’humanité.


  • Pseudo Victor 5 juillet 2018 15:24

    à tous les virulents commentateurs, et à leur chef de meute :

    vos réactions prouvent donc parfaitement que vous ne vous trompez jamais et que vous voyez toujours juste. Jamais au grand jamais smiley

    J’ai envie de dire tant mieux pour vous si, comme Sherlock Holmes, vous arrivez à tout comprendre tout de suite, après une enquête internet de 2 min

    Tiens, pour rester dans le monde viticole, ça me rappelle le scandale totalement scandaleux subit par ce vigneron bourguignon adepte de l’agriculture bio-cyclique, qui était poursuivi par les tribunaux pour avoir refusé de vacciner ses vignes.

    Le pôôvre a fini par s’en tirer avec....une relaxe, après avoir risqué une condamnation de... 1000 euros.

    La justice est vraiment horrible.
    L’administration une plaie.

     smiley


    • eddofr eddofr 5 juillet 2018 15:35

      @Pseudo Victor

      C’est vrai qu’expulsé vers le Japon, il y a pire.



    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 19:25

      @eddofr
      Il faut se mettre dans la tête de gorgone de l’administration. Peut être ont ils eu peur d’un regroupement familial....Peu probables, les japonais n’attendent rien de nos centrales nucléaires. L’administration à mon avis perdrait bien moins son temps en contrôlant la vente de domaines entiers viticoles de renom, à des grands groupes d’actionnaires chinois, par exemple. 


      La SAFER contrôlait auparavant la vente des terres, mais des combines permettent de s’absoudre de ces contrôles en montant des sociétés bidons, achetant des milliers d’hectares, et contournant la préemption, transforme le territoire en passoire. 

      Que font les préfets, et Edouard Philippe ? 

      Est il toujours enfermé dans un radar flashant à plus de 80 ?.... 
      900 ha de terres agricoles achetés par des investisseurs chinois en ...

  • popov 5 juillet 2018 17:20

    Complément d’information : ce qu’en dit la presse japonaise (anglophone).

     
    Bon courage à ce jeune couple talentueux et entrepreneur. J’espère que cette affaire se terminera bien pour eux et que cette exposition médiatique non souhaitée fera connaître leur vin.

  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 juillet 2018 18:27

    Signé.on marche sur la tête.


    • velosolex velosolex 5 juillet 2018 19:01

      @Aita Pea Pea
      Tout cela m’a donné envie de boire une furieuse envie de boire du vin de Banyuls. 

      Quand à l’imbécile de la préfecture, qu’il soit condamné à boire un tonneau de vinaigre sur la place publique. 
      Ou alors à affronter un samouraï avec comme arme juste un tampon encreur.

  • exocet exocet 5 juillet 2018 20:19

    Bonsoir, je me suis un peu documenté sur cette affaire, par ailleurs.
    .
    Donc pour ce couple Japonais.
    .
    D’après leur avocat, malgré le fait qu’ils se soient pendant 7 ans formés et diplomés en oenologie et gestion d’exploitation en France, aient investi 150 000 euros dans une exploitation en France, aient eu des la première année un vin naturel excellent, vendu dans de grands restaurants, aient deja cette deuxième année prévendu 75% de leur future récolte, ....
    .
    « La Préfecture », ou plutot un ou quelques fonctionnaires de ladite Préfecture des Pyrénées orientales, voire le préfet lui-même.....s’improvisant expert en économie d’entreprise et expert en rentabilité......estime (à tort) que leur domaine ne peut pas être rentable et donc qu’ils doivent quitter le territoire.
    .
    Quand on songe au nombre de miséreux absolus venus d’Afrique, qui n’ont pas le sou, volent et mendient pour manger ou dépendent de l’action sociale, et ne sont pas expulsés....aux dizaines de milliers de célibataires hommes Africains qui promènent leur misère sexuelle à la recherche d’une proie féminine......
    .
    Là on a un couple de gens intelligents, honnetes, courageux, travailleurs..dans une dynamique de travail et de réussite....et on voudrait les virer en leur volant leurs investissements et le fruit de leur travail.
    .
    Quel sombre enculé de fonctionnaire d’énarque de merde a pu faire ça ?
    Cette fois il faut demander des comptes. Qu’importe si c’est par connerie que les cons osent tout, ou par malhonneteté pour s’emparer de leur domaine et leurs matériels tout neufs....
    .


    • Cadoudal Cadoudal 5 juillet 2018 20:37
      @exocet
      Tout ça est largement documenté, rien de neuf sous le soleil :

      De fait, le conseiller Schleier, « constatant que la grande majorité des partisans de la politique de collaboration vient de la gauche française »24 pousse Abetz à favoriser l’entrée au gouvernement de Vichy des syndicalistes et socialistes acquis à la collaboration.

    • alinea alinea 5 juillet 2018 23:29

      @exocet

      Je ne veux froisser personne, mais il y a quand même que ces japonais n’ont pas choisi le meilleur territoire français, question politique. La catalogne française est un nid de FN ; les viticulteurs pour beaucoup de pieds noirs qui ne supportent l’étranger qu’arabe, dans sa cabane au fond du terrain quand il ne trime pas à la vigne ou au champ.
      Les mêmes au Pic St Lou, ou aux dentelles de Montmirail n’auraient peut- être pas eu les mêmes problèmes

    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 09:49

      @alinea
      De même dans le Finistère. 

      Mais il aurait fallu qu’ils soient très forts en agronomie pour y faire pousser de la vigne. Je pense plus sérieusement que le type de domaine qu’ils cherchaient, ainsi que leur budget rendait assez restrictif leur choix. 
      Dans un ordre d’idées plus large, que ce sot les choix d’une maison, d’un domaine, d’un endroit à choisir, voir même parfois d’un compagnon, on ferme les yeux sur des défauts envisagés, on les minore, en espérant que « ça se fera », mieux même, que ce sera « la sud de Nino Ferrer », et qu’on pourra vivre ainsi des milliers d’années, et toujours en été...
      Et puis la guerre arrive. 


    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 10:01

      @exocet
      Ce qui est délirant, c’est cette échéance de départ, qui leur est tombé dessus, inimaginable. 

      Je les imagine en bleu de travail, s’apprêtant à aller tailler la vigne, et regardant leur courrier avant de partir....Deux ou trois courriers sans importance, des pubs, et puis ce truc.
      Un courrier de la préfecture, tiens...Peut être un moment se sont ils demandés s’ils n’avaient pas dépassé le 90 km/ h sur la départementale.....C’était pas encore l’époque du 80...Non, c’était un autre type de radar, bête, stupide et méchant, un radar sélectif, dont on peut se demander qui l’a déclenché.«     »Les éléments transmis à l’appui de votre demande ne permettent pas de justifier du revenu minimal fixé par la loi, en conséquence....Veuillez recevoir, messieur, madame, l’expression de.....« 
      Allez savoir ce que cela aurait pu déclencher chez certains...Ils en sont restés bêtes, sonnés. Quand ils se sont mis au boulot, une heure après, la taille pour une fois n’était pas parfaite. Le sécateur devait encore trembler....Un ami informé leur a dit : »Putain, faut consulter un avocat, informer la presse !"

    • alinea alinea 6 juillet 2018 10:05

      @velosolex
      Je parle là de deux crus assez fameux !!! en tout cas si on se fie au prix d’une bouteille !!


    • kalachnikov kalachnikov 6 juillet 2018 10:26
      @ velosolex

      Vous êtes trop sentimental, trop dans l’apitoiement et restez scotché au nippon sympa. Qui l’est sans doute, ce n’est pas l’objet.

      L’objet, il est politique. La préfecture invoque la loi, la loi c’est politique ; les agents préfectoraux sont des exécutants.

      La question est celle de la politique d’accueil menée par le pays et celle du sens qu’elle doit avoir. Depuis des années, on gave le citoyen avec l’idée que l’étranger ne s’intègre pas et qu’il faille durcir, toujours durcir les conditions d’accès et de résidence sur le territoire. Il faut parler la langue, il faut ceci, cela.

      Or, à quoi assiste-t’on dans les faits ? A l’exclusion de personnes qui ont fait loyalement tous les efforts pour s’installer ici. A contrario l’installation sans tracasseries administratives de personnes qui ne veulent en aucune façon s’intégrer et qui viennent ici pour des raisons diverses et variées, utilitaires dirais-je, égoïstes/individuelles et non idéalistes.. Et enfin, à l’acceptation d’étrangers sur le fait du prince, par arbitraire sans que nulle part ne soit posée la question des conditions idéales d’intégration (le cas du jeune homme qui a accompli un exploit, pris démagogiquement sous son aile par Macron ; a-t’il un niveau scolaire correct pour intégrer une école de pompier ? On s’en fout !).

      Bref, tout cela rend la politique d’accueil illisible, contradictoire et absurde. C’est un message exécrable qui est envoyé : la volonté d’intégration, l’exemplarité, c’est pipeau. Il vaut mieux venir de façon illégale (ceux qu’on appelle sans arrière pensée des migrants quand il s’agit de fait d’immigrés illégaux, dont la première marque d’adhésion à leur futur pays est de trangresser la loi en entrant de façon clandestine sur le territoire) et avoir un coup de chance que de s’installer légalement dans le pays, d’être respectueux des lois, de vouloir s’inscrire dans la communauté et s’efforcer d’y contribuer.

    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 10:28

      alinea


      Ce qui est certain, c’est que ça m’a mis le vin à la bouche. 
      Un vin a de multiples saveurs. Et son histoire est une composante. Sans aucun doute, cette histoire va donner une renommée à ce vin, qui semble pourtant ne pas en avoir besoin.
      Il faudrait faire un cru pour chaque scandale ; A quand un cru à Notre dame des landes ?
      Cependant, attendre encore quelque milliers d’années à Fukushima....

    • kalachnikov kalachnikov 6 juillet 2018 11:14
      @ alinea

      Pic saint loup, au-dessus de Montpellier ? t’en trouves à moins de 10 boules la boutanche. Super chouette cet endroit, je le kiffais bien.
       

    • kalachnikov kalachnikov 6 juillet 2018 11:18
      @ Self con troll

      La pression qu’a l’exécutant que ce soit mode récompense (prime au mérite) ou châtiment (brimades, etc), c’est aussi le politique.

      Je les trouve aussi sympatoches, les samouraïs qui ont troqué le katana pour le fouet.

    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 13:04

      @kalachnikov
      Je suis sans doute sentimental, mais je maitrise tout de même mes émotions. Cette histoire, c’est un roman de Simenon, mais qui va bien se terminer. 

      Il ne faut pas être naïf. Il y a des crapules parmi les immigrants, comme dans tout groupe, comme à l’assemblée nationale. Il y a une proportion de gens biens, et de salauds, dans n’importe quel groupe. 
       Que cela soit à l’ENA, ou ailleurs, n’importe quel groupe. Cela commence à l’école. Les fayots, les arrivistes, les calculateurs, ceux qui font le con au fond du car. J’étais plutôt dans ceux là, trop impétueux, insolent, rigolard. Cela m’a joué souvent des tours.
      Mais j’ai jamais tué de chats, comme disait Brel
      Ou c’était y a longtemps

    • alinea alinea 6 juillet 2018 13:48

      @Self con troll

      Où ai-je parlé de chauvinisme catalan ?
      J’ai parlé du FN, et je pense qu’on ne peut pas me contredire si je dis qu’il est fort là-bas ; comme dans le Gard de petite Camargue !
      Mais ceux qui me connaissent auront compris qu’il s’agit plus d’une boutade que d’une analyse géopolitique !!

    • alinea alinea 6 juillet 2018 13:52

      @kalachnikov
      10 boules, une fortune, que je n’ai pas ! au dessus d’un euro quarante le litre,je ne regarde même pas !mais c’est bio sans sulfite et super bon à ce prix là !! et puis au dessus de onze degrés, un dé à coudre m’enivre, et c’est que j’ai à faire moi !


    • kalachnikov kalachnikov 6 juillet 2018 14:01
      @ alinea

      T’as du bol, tu peux aller à la coopérative avec le bidon. Là où je suis, les prix c’est l’hallu totale, ils vendent de ces piquettes à un de ces prix !. Mais bon, après avoir trouvé un petit fitou à 3,20, j’ai trouvé un corbières à 5,20 qui dépote !

      Un temps, j’achetais un vin 70 centimes le litre chez un vieux. Il avait refusé l’appellation Gaillac et ne pouvait vendre qu’en vrac en tant que vin de table. Toutes les quinzaines, j’allais chercher mes 15 litrons en vélo.

      La ville de Montpellier est la seule ville à faire son propre vin.

    • kalachnikov kalachnikov 6 juillet 2018 14:03
      @ alinea

      Je trouve pas de pélardon en revanche.

    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 14:58

      @Self con troll
      De fait ce sont d’abord les catalans qui se sont mobilisés pour défendre ce couple. 

      Après, on ne sait qui tenait le manche du couteau du tueur caché dans l’ombre. 
      Il y a là une idée de scénario cinématographique intéressant, qui parle d’énormément de choses : Les migrants, qui ne correspondent pas à l’image forcément à l’image misérabiliste qu’on leur prête, une administration stupide, à moins qu’elle ne soit aux ordres, ou corruptible...
      Et puis la réaction de tant de gens capables de se mobiliser contre une décision absurde. 
      Ainsi du mal ressort parfois le bien. 

    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 15:15

      @kalachnikov
      Vous avez raison dans les faits, et cela explique pourquoi, à moins que je me trompe, cette histoire n’a guère été commenté à la radio, et encore moins à la télé. 

      Elle dérange totalement le discours et les versions officielles sur l’immigration et l’effort.

       Elle va effectivement à l’encontre du préchi-précha gouvernemental, qui est de montrer que l’immigrant ressemble plutôt au bonhomme Banania, publicité exécrable qu’on condamne, mais qu’on revitalise, à travers effectivement l’exemple de l’africain jouant Tarzan, qu’on fait entrer dans les pompiers, avec ce message subliminal : La France est comme Charlemagne, elle met les bons élèves à droite, et les mauvais à gauche, direction la frontière.

      Il y a donc des nouvelles qu’l vaut mieux ignorer, ou laisser aux réseaux sociaux : L’image épouvantable d’une administration prenant des décisions à priori absurdes, allant à l’encontre de la propagande d’efforts demandés et justement récompensés, ne peut être que totalement improductive pour les en avant marche. Un couac dans le clairon du Macron. 

      Si ces décisions ont un sens, alors c’est encore plus grave. Un enquête sans doute s’impose ; Y aura t’il des journalistes assez courageux pour tenter de démasquer la pieuvre ?.

    • kalachnikov kalachnikov 6 juillet 2018 15:30
      @ velosolex

      Il y a des tas d’implications, en fait. Quand la lettre de la loi aboutit au résultat inverse de ce pourquoi elle est prévue (l’esprit des lois), c’est que cette loi est mauvaise.

    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 15:51

      @kalachnikov
      A Trausses Minervois, quand je descendais dans cette région que j’adore, et qui me semble plus authentique que la provence, j’achetais du vin à un viticulteur qui faisait du bio sans l’étiquette. Il avait arrêté les pesticides il y a une vingtaine d’années, car cela le rendait malade. 

      Ce n’est que dernièrement que des amis lui ont suggéré de se mettre sous l’appellation bio..
      Le prix s’en ai ressenti. 
      .Une réalité que vous connaissez sans aucun doute. Il faut être très affûté pour faire du bio. l’erreur ne pardonne pas. Voilà pourquoi la plupart des paysans freinent des quatre fers. Cela demande du travail, et des savoirs et des techniques que la plupart n’ont pas, ou plus

  • exocet exocet 5 juillet 2018 20:34

    Le Préfet de département est nommé par décret du Président de la République.
    .
    C’est donc au Président de la République qu’il faut exprimer notre désaprobation vis à vis de ce que fait la Préfecture des Pyrénées Orientales.
    .
    A faire de toute urgence.
    .
    http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/


    • Cadoudal Cadoudal 5 juillet 2018 20:47
      @exocet
      Macron est en tain de gérer le burn out de tous les « Young Leaders » de son cabinet, en plus des 500 000 visas à signer pour les ingénieurs Nigérians, il est un peu débordé en ce moment, parait que hier soir il a même pas répondu à l’appel quotidien de Soros...
      Ça craint..

      Par contre, on peut aussitôt désigner un perdant, dans tous les cas un acteur qui doit accueillir ces premières relations avec une fureur contenue : le parti démocrate US, essentiellement dans sa branche de gauche sinon gauchiste, qui est son aile marchante et son avenir à la fois, – paraît-il depuis la désignation aux primaires de New York de la jeune Alexandria Ocasio-Cortez, qui se dit épisodiquement “socialiste”, qu’on dit proche des “marxistes culturels” et qui déclenche la fureur déchaînée du site WSWS.org qui ne déteste rien de plus que d’avoir une concurrence sur sa gauche, ou sur sa pseudo-gauche. Un des chevaux de bataille de ce parti démocrate New-NewAge qui prône un “capitalisme tiers-mondiste” (oups) et un “socialisme postmoderne (oups & oups), c’est l’immigration, et essentiellement la légalité de l’immigration, c’est-à-dire la suppression des frontières... Rien que cela ! Les démocrates attendaient une aide décisive d’Obrador qui allait exacerber les tensions en attaquant et en en dénonçant Trump, ce qui aurait accentué le regroupement de tous les Latinos et autres Hispaniques autour du parti, aurait donné des munitions supplémentaires aux démocrates contre Trump puisque la “guerre civile soft” se poursuit sur un si bon rythme... Et patatras.

  • exocet exocet 5 juillet 2018 21:25

    Leur avocat

    Une rentabilité financière de 260 000 euros

    Car depuis, la rentabilité du domaine Pedres Blanques semble acquise : le vin de Rié et Hirofumi Shoji, star incontestée du dernier salon Indigènes consacré aux vins « nature » (à Perpignan, les 29 et 30 avril dernier), voit ses prix s’envoler pour atteindre actuellement 26 euros le flacon. Avec une production de 10 000 bouteilles écoulées principalement à l’export (au Japon chez Ken & Yuki, en Australie via la société d’import-export Andrew, aux USA par l’intermédiaire de Wasserman, en Suède, etc.) et dans les restaurants gastronomiques et bars à vins hexagonaux.

    « Avec 75% du nouveau millésime 2018 déjà réservé, ils devraient atteindre une rentabilité financière de 260 000 euros cette année », se réjouit maître Codognès. Une perspective qui pourrait panser les plaies dont sont l’objet ces jeunes vignerons trentenaires. Diplômés de l’Université de Dijon (en œnologie pour Rié, en gestion de domaine agricole pour les deux), les Shoji avaient, à partir de 2011, entamé un véritable compagnonnage vigneron en se formant à Bordeaux et en Bourgogne (à Chambolle-Musigny chez Jacques-Frédéric Mugnier, à château de la Tour Figeac, grand cru classé de Saint-Emilion, etc.). Avant d’approcher le rêve en Roussillon… et que ce rêve ne vire à la très mauvaise farce.
    Une pétition a été mise en ligne pour interpeler le Préfet des Pyrénées-Orientales et empêcher l’expulsion de Rié et Hirofumi Shoji, voir en suivant ce lien.


  • exocet exocet 5 juillet 2018 21:57

    Le Préfet qui leur a fait notifier leur expulsion n’est pas l’actuel.
    .
    Dans les Pyrénées Orientales, le Préfet a changé en mai 2018, soit après, à priori, la notification d’avoir à quitter le territoire.
    .
    L’ancien Préfet, celui concerné par cette affaire s’appelle........Philippe Vignes....ça ne s’invente pas....est-ce à cause de son patronyme qu’il s’est autorisé à s’ériger en expert en gestion de domaine viticole ?


  • exocet exocet 5 juillet 2018 22:31

    C’est égal, je crois que je n’ai pas tout compris au droit des étrangers en France.
    .
    Nous avons l’immigration droit d’asile, ce sont les gens traqués dans leurs Pays respectifs par une dictature.
    .
    Les « déboutés du droit d’asile », qui n’ont pas réussi à faire valoir la situation précédente.
    Et dont seuls 20% sont priés de quitter le territoire, les autres s’évaporant dans la nature en attendant une vague de régularisations.
    .
    Ceux qui brulent les voitures et incendient les commerces, ce sont des étrangers, ou bien des Français enfants d’étrangers régularisés ?
    .
    Ceux qui harcèlent les filles et les femmes dans les banlieues, devant le café du coin de la rue, ceux qui commettent des attentats islamistes, ceux qui font le trafic de drogue dans les cités, ce sont des étrangers ou bien des Français fils d’étrangers régularisés ?
    .
    Et est-ce que notre petit couple de Japonais, qui ont trimé pour se former dans les grands domaines vinicoles, qui ont étudié à l’école pour se diplomer, qui ont économisé pour investir, qui ont travaillé dur pour sortir un très bon vin, n’ont ils pas assez démontré qu’ils sont capables, quoi qu’il se passe, de vivre en respectant les lois du pays, de donner une bonne éducation et le gout de l’effort à leurs futurs enfants ?
    Pourtant pour eux, pas d’associations pro-migrants qui se mobilisent....
    NOUS devons nous mobiliser pour les soutenir.


    • Pseudo Victor 6 juillet 2018 09:40

      @exocet

      Dans votre inventaire « finkelkrautien », vous avez oublié cette menace gravissime contre la République :
      « Les non sous-chiens qui n’écoutent pas Johnny Hallyday ».

      L’heure est grave !


    • exocet exocet 6 juillet 2018 11:10

      @Pseudo Victor
      Dis, grosse merde, c’est toi qui m’a moinsé partout ?
      Personne ne t’a rien demandé ici.
      Si tu n’as pas d’amis va revoir ton psy, et surtout qu’il pense à ton traitement.


    • exocet exocet 6 juillet 2018 11:12

      @Pseudo Victor
      Et si tu es raciste vis à vis des Japonais, dis toi bien que eux aussi t’emmerdent, toi et tous les cons de ton espece.


    • Pseudo Victor 6 juillet 2018 11:15

      @exocet

      Faut pas vous énerver pour ça (en plus c’est pas moi le « coupable »).


  • Ruut Ruut 6 juillet 2018 05:56

    Il y a probablement un incompétent riche avec des connaissances haut placé qui lorgne sur ces vignes et qui a fait en sorte que ces experts soient virés du pays pour leur voler leurs vignes.

    Bienvenu en France des Ripoux.


    • velosolex velosolex 6 juillet 2018 10:14

      @Ruut
      « L’ami » de la préfecture, leur avait dit en mots sibyllins que l’affaire était sur les rails.Le courrier avait été envoyé. L’appel avait été envoyé d’un portable jetable. On n’est jamais assez prudent avec ce genre de choses. 

       Le rêve pour lui, sans doute, c’aurait été qu’ils paniquent, qu’ils dépriment, ou pire...
      De toute façon ils allaient quitter le pays, en vrac...
      Il savait que les japonais étaient très respectueux de l’administration
      . Du moins ils avaient imaginé plus ou moins qu’ils ne réagiraient pas comme l’aurait fait des corses, des italiens...
      Un ami à lui qui était marchand de bien passerait dans les jours qui allaient suivre, sous un prétexte quelconque, avec une petite voiture. Surtout pas avec la mercedez. 
      Acheter pourquoi pas par exemple un carton de bouteilles. 
      « Dites donc, vous vous plaisez ici. Ca se passe bien votre petite affaire. Vous n’avez par eu la maladie cette année ? »
      Ils craqueraient. Ils avaient envie de parler. Et même de partir, le plus vite possible. 
      "Que voulez vous ? Leur aurait il dit. Il leur proposerait paternaliste un prix, en disant que l’époque n’était pas très portante, que les acheteurs ne se précipiteraient pas. Il payait cash. 
      Il fallait qu’ils se décident vite.

Réagir