mardi 16 septembre 2014 - par Stéphane Lhomme

Loi de transition énergétique : le carambolage de la voiture électrique... et nucléaire

- La voiture électrique pollue autant que la voiture thermique

- La voiture électrique n'est même pas efficace contre le co2

- En France, la voiture électrique est une voiture nucléaire

- L'argent public offert aux lobbies et aux ménages aisés

- On ne sauve pas le Titanic en lui envoyant le Costa Concordia

Le développement de la voiture électrique est un des axes majeurs du projet de loi dite de "Transition énergétique". Or, il suffit de se pencher quelques minutes sur ce dossier pour constater qu'il s'agit non seulement d'une impasse mais aussi d'un échec programmé concernant les objectifs écologiques : une étude de l'Ademe montre que, contre toute attente, la voiture électrique n'est même pas efficace contre les émissions de co2.

 

Les constructeurs avouent : la voiture électrique n'est pas écologique

Avant tout, il faut rappeler que l'Observatoire du nucléaire a contraint ces derniers mois les principaux constructeurs - Renault, Citroën, Nissan, Mitsubishi, Opel, Bolloré et ses déclinaisons (Bluecar, Autolib, Bluely, Bluecub) - à retirer de leurs publicités pour voitures électriques les termes "propre", "verte" ou "écologique" (cf Le Monde.fr, 26 juin 2014, http://bit.ly/1lguS6q ).

En effet, il faut bien comprendre que, si elle ne pollue pas au moment où elle roule, la voiture électrique pollue avant, après, et ailleurs : matières premières et énergie pour la construction, pneus et batteries à l'usage, déchets en fin de vie, et bien sûr énergie pour mouvoir le véhicule.

 

En France, la voiture électrique est surtout… la voiture nucléaire

A ce sujet, les plans de développement des voitures électriques en France prévoient que le rechargement des batteries se fera quasi exclusivement sur le réseau électrique ordinaire, c'est-à-dire à 75% par le nucléaire.

La voiture électrique sera alors co-responsable des tares de l'atome, et l'on peut même parler d'une véritable délocalisation de la pollution : contamination du Niger par les mines d'uranium d'Areva, rejets radioactifs dans l'environnement et production de déchets radioactifs par les centrales nucléaires d'EDF, etc, sans oublier les mines de lithium (par exemple en Amérique du Sud) pour les batteries. Et tout ça pour permettre à des urbains privilégiés de rouler prétendument "propre"…

 

La voiture électrique n'est même pas efficace contre les émissions de co2

Mais, ce qui est probablement le plus notable, c'est que la voiture électrique n'est même pas efficace contre les émissions de co2. En effet, une récente étude de l'ADEME a montré que, compte tenu des pollutions citées ci-dessus, il faut avoir roulé de 50 000 à 100 000 kilomètres en voiture électrique avant de commencer à émettre moins de co2 qu'avec une voiture thermique (cf La Tribune.fr, 4 décembre 2013, http://bit.ly/WELjVz ).

Or, sachant que le trajet moyen en voiture électrique est très court, il est probable que la plupart des propriétaires de ces véhicules n'atteignent même pas le nombre de kilomètres requis : il faudrait rouler de 15 km à 30 km par jour, 365 jours par an, et ce pendant 10 ans.

 

Voiture électrique : des aides pour les ménages aisés

Les autorités publiques subventionnent déjà de façon indécente les acheteurs de voitures électriques - qui sont quasi exclusivement des ménages aisés - par des bonus abusivement dits "écologiques" pouvant dépasser 11 000 euros par le cumul d'aides d'Etat et d'aides régionales (cf 76actu.fr, 4 avril 2014, http://bit.ly/1uluDQ0 )

Sans ces subventions, le prix modéré du rechargement des batteries - mais pour combien de temps encore, vu l'explosion du coût de l'électricité nucléaire ? (cf Le Monde, 27 mai 2014, http://bit.ly/TPibtR ) - serait totalement contrecarré par le prix du véhicule à l'achat. A ce compte, n'importe quelle activité ruineuse peut devenir "rentable" à condition de la faire payer par l'argent public.

 

Bornes de rechargement : une facture de 100 milliards !

Non content de ces dépenses insensées, le gouvernement prévoit aussi l'installation en France de 7 millions de bornes de rechargement pour voitures électriques (projet de loi de transition énergétique). Le coût d'une telle borne est à ce jour d'environ 20 000 euros, pose comprise. En prenant 15 000 euros pour tenir compte de l'effet de masse, cela signifie une dépense d'environ… 100 milliards d'euros. Si par miracle les prix baissaient de moitié, cela ferait encore 50 milliards d'euros.

On se demande déjà où cette somme inouïe pourra bien être trouvée et, dans ce cas bien improbable, qui pourrait justifier une telle dépense dans un projet finalement anti-social et anti-écologique, alors que l'argent public manque pour l'éducation, la santé, les énergies renouvelables, etc ?

 

Objectif 2 millions de voitures électriques… sur 40 millions !

Qui plus est, les entreprises d'Etat - à commencer par La Poste, pionnière dans cette voie de garage - et les Collectivités territoriales sont fortement incitées à acheter elles-mêmes les voitures électriques dont, jusqu'à preuve du contraire, les citoyens ne veulent pas : à peine 0,4% du total de voitures vendues en France.

Le gouvernement espère, en dépensant ainsi sans compter l'argent public, que 2 millions de voitures électriques rouleront en France en 2020. Un chiffre totalement improbable mais, même s'il se concrétisait, qui ne concernerait qu'une voiture sur 20 : autant dire une "niche" aussi inutile que ruineuse.

 

Les voitures électrique françaises rechargées par les centrales allemandes au charbon

Par ailleurs, que dire du rechargement de centaines de milliers de voitures électriques qui seraient branchées au même moment, le soir vers 18 heures lorsque leurs propriétaires rentreront du travail ? D'ores et déjà, la surconsommation française d'électricité, en particulier l'hiver avec l'option absurde du chauffage électrique, fait que la France est massivement alimentée… par les centrales électriques allemandes fonctionnant au charbon (Le Monde, 22 janvier 2013, http://bit.ly/YwStMY ).

Il est de bon ton de critiquer ces centrales et leurs émissions de co2 mais, sans elles, la France serait frappée de pénurie tous les soirs d'hiver. Le projet absurde de développement des voitures électriques ne ferait qu'aggraver encore cette situation. Et ce n'est pas le déploiement tout aussi absurde de compteurs électriques abusivement dits "intelligents" - c'est en réalité un autre projet ruineux et inefficace, mais aussi très dangereux pour les libertés publiques, nous y reviendrons dans un autre texte - qui y changera quelque chose.

 

L'argent public : ni pour la voiture thermique, ni pour la voiture électrique

Bien sûr, il ne s'agit pas pour nous de faire la promotion de la voiture thermique (essence ou diesel) qui est elle-même très polluante. Mais, justement, personne ne se hasarderait à offrir l'argent public aux propriétaires de voitures essence ou diesel, leur permettre de se garer gratuitement sur des places réservées, de recharger leurs réservoirs aux frais de la collectivité, etc : alors pourquoi le faire pour des voitures nucléaires ?

 

On ne sauve pas le Titanic en lui envoyant le Costa Concordia

L'argent public doit être affecté aux transports en commun, aux transports alternatifs, ou à tout autre projet d'intérêt général, mais certainement pas gaspillé dans la voie de garage qu'est la voiture électrique. L'objectif de la Loi dite de transition énergétique semble être de développer la voiture électrique pour doper la consommation d'électricité, en baisse depuis plusieurs années, et tenter ainsi de sauver l'industrie nucléaire, en totale déconfiture. Mais on ne sauve pas le Titanic en lui envoyant le Costa Concordia…

 

Stéphane Lhomme
Directeur de l'Observatoire du nucléaire
http://www.observatoire-du-nucleaire.org



135 réactions


  • ETTORE ETTORE 16 septembre 2014 12:05

    Un lobby puissant qui n’en à rien à battre.

    on m’interdit de brûler un sapin dans mon jardin et on m’oblige à faire 25 kms pour le déposer dans une déchetterie ....payante.
    les quelques bobos qui se font mousser et demandent l’installation d’une borne de rechargement devant leur entreprise, histoire d’avoir une place de parking assuré, et frimer avec leur sois disant « culture écologique » écologie à géométrie variable, oui ! 
    c’est eux qu’il faudrait brancher à la prise, histoire de les éveiller un peu à la réalité !!!!

    • Le printemps arrive Le printemps arrive 16 septembre 2014 23:02

      Pour pallier au problème du feu et de la déchetterie, j’ai laissé une zone dans ma parcelle de terrain où je laisse pourrir ces déchets verts, je broie aussi les branches pour couvrir le sol du jardin, voire il m’arrive maintenant d’enterrer à 10 cm certains déchets verts qui sont très vite recyclés par la nature.
      Les feuilles mortes sont récupérées dans les zones où elles ne sont pas désirées pour enrichir le jardin et comme il m’en manque, les voisins ont le plaisir de ne pas aller en déchetterie et me les donnent.
      Résultats un terrain argilo- calcaire assez pauvre devient plus fertile. Je gagne sur tous les plans : meilleures productivités, moins de dépenses

      Pour la voiture électrique : tant que les marchands ont le pouvoir, ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied, ils s’enrichissent avec la pollution qu’ils cachent bien dans les nouveautés sélectionnées qu’il présentent.

      Tout cela n’est pas étonnant...


    • vesjem vesjem 18 septembre 2014 19:56

      @hervéc’estgrav
      d’accord avec toi pour toutes les « entraves aux libertés » que nos élus nous pondent ;
      c’est un complot pour nous faire courber l’échine (à nous les citoyens du pays révolutionnaire) ; radars , dos d’âne , chicanes , limitations etc... ; la répression à tous les étages ;
      nous sommes le pays test dans cette course à la lenteur et aux représailles ;


  • anomail 16 septembre 2014 12:34

    Bonjour M. Lhomme.

    En ce qui me concerne vous prêchez un converti.

    Faire la pub de la voiture électrique, c’est entretenir la confusion entre l’énergie et son conteneur.
    Une voiture c’est toujours une tonne à déplacer, qu’elle soit thermique ou électrique.
    Il faut pour cela une énergie considérable.

    Plus globalement, on (les politiques, les médias) cherche à nous faire croire que la question est de savoir comment faire pour pérenniser nos récentes habitudes occidentales.

    Mais la vraie question est : Comment-va-ton faire pour s’habituer à vivre avec dix fois moins d’énergie par tête de pipe à l’horizon d’une trentaine d’années.

    Pour ce qui est du transport, les premières solutions qui viennent a l’esprit sont :

    - L’allègement des véhicules individuels, pour les courtes et moyennes distance (vélo / scooter électriques).

    - La mutualisation des véhicules pour les grandes distances (bus, trains, bateaux)

    - La fin du transport aérien de masse (pourtant y’en a qui veulent encore construire des aéroports smiley ).


  • San-antonio San-antonio 16 septembre 2014 12:42

    Article intéressant. A l’auteur, que la voiture électrique ne réduise pas les rejets de CO2. A terme, on s’en fout un peu :
    - Le CO2 n’a jamais été un polluant, la preuve, n’importe quelle bouteille de soda en est chargée, ainsi que sa majesté Champagne...
    - Le role du CO2 dans le pretendu effet de serre est contesté partout, du moins négligeable par rapport a la simple vapeur d’eau
    - Le réchauffement climatique est loin d ;etre acté.
    - La responsabilité du CO2 dasn un réchauffement climatique hypothétique ne soutient pas le moindre raisonnement.

    En revanche, vous avez raison de préciser que si la pollution est réduite (pas annihilée) au niveau de la voiture elle-même, celle-ci en crée en amont de nouvelles souvent bien peu prises en compte dans les merveilleuses présentations des constructeurs. Cela rappelle un peu les âneries Calvetistes dans les 90’s sur le mazout appliqué a la voiture particulière...

    A ce sujet, vous oubliez plusieurs formes de pollution :

    1 - Celle non resolues par la voiture électrique : le rejet de sous produits pétroliers dans la nature, liquides lave-vitres, usure des pneus sur le bitume.
    2 - Celle induite par la voiture électrique inconnues sur les véhicules a pétrole : pollution électromagnetique dont on ne sait absolument rien des effets sur le corps humain a moyen et long terme.

    Cela étant, plusieurs données permettent toutefois de comprendre l’interet de l’électrification des automobiles :
    - Le rendement d’un moteur a combustion interne ne peut dépasser 40% lorsque les meilleurs moteurs electriques atteignent 97%.
    - Le rejet de fluides en tous genres et dégradés du pétrole est a l’evidence fortement réduit : pas de vidanges, pas de pertes lors des operations de remplissage de reservoirs, fuites de reservoirs...
    - Les phases de freinage sont utilisées comme génératrices : l’énergie autrefois perdue est regénérée en électricité.
    - L’entretien du « powertrain » est réduit a rien, ce qui implique une disparition de la fabrication de toutes les pieces de rechange et de reparation et la diminution de la pollution associée.
    - La simplification du véhicule est une aubaine pour les constructeurs en terme de rentabilité.
    - La possibilité d’utiliser des moteurs bien plus petits que le sacro-saint « bourrin sous capot », donc logeables un peu partout (meme dans les roues), impliquant réduction de poids, ouvrant une voie a des designs inconnus jusqu’ici et permettant des politiques de plate forme super optimisées.
    - Le silence absolu de la motorisation : réduction de la pollution sonore, surtout en ville (sur route ce sont les pneus qui font le plus de bruit)
    - Les performances de la motorisation sont infiniment supérieures a tout moteur a combustion interne de par la disponibilité maxi de couple a tous régime.
    - Ce couple maxi a tous régimes impliquant la disparition de la transmission (boite a vitesse), mais aussi (dans le cas de moteurs logé a proximité ou meme dans les roues) d’arbres de transmission, differentiels, cardans...
    - On peut imaginer que les trajets « specifiques » liés a la distribution de l’essence ou du gazout n’existeront plus (livraison par les camions citernes aux stations services, trajets specifique du quidam « pour faire son plein »), autant d’énergie et de pollution économisée.
    - L’absence de vibration permettant la disparition de jouets tels que volants bi-masse, supports moteurs a technolgie spatiale et autres sieges sur suspension.

    A la liste de des avantages,on ne peut imaginer que le moteur électrique ne s’impose pas dans l’automobile dans les années a venir...

     


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 2014 12:47

      Je me suis bien gardé de me positionner sur la question du co2, je note « seulement » que le principal argument avancé en faveur de la voiture électrique ( réduire les émissions de co2) n’est même pas au rendez-vous !!!


    • Attilax Attilax 16 septembre 2014 13:24

      @ San Antonio,
      Oui, clairement le moteur électrique est beaucoup plus performant, à tous niveaux. Le problème ne vient pas du moteur mais des batteries. Si on trouvait un moyen de développer du courant en continu, genre bagnole Tesla, là ça deviendrait intéressant pour les usagers et la pollution, mais hélas pas pour leurs profits. L’énergie libre, ils n’en veulent à aucun prix.


    • alberto alberto 16 septembre 2014 15:21

      A l’auteur merci pour cet article qui ouvre un débat intéressant !

      A San Antonio : oui, le meilleur rendement du moteur électrique est cependant dégradé par le transport de l’énergie entre la centrale et la borne de recharge...


    • anomail 17 septembre 2014 12:21

      Exact.

      Produire l’électricité => Rendement
      L’acheminer vers la borne => Rendement
      Charger la batterie => Rendement
      Décharger la batterie => Rendement (résistance interne)


    • San-antonio San-antonio 17 septembre 2014 16:49

      oui, le meilleur rendement du moteur électrique est cependant dégradé par le transport de l’énergie entre la centrale et la borne de recharge...

      Je vous repondrai qu’il faut consommer 2.2l de petrole brut pour qu’1 l de mazoil/gazout arrive a votre reservoir. Pas sur que le transport de l’electricte ait un rendement aussi mediocre....


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 16:53

      Les 2/3 de l’énergie primaire d’une centrale nucléaire sont perdus en chaleur rejetée dans l’environnement.

      Si on ajoute les pertes en ligne (eh oui, les centrales sont à la campagne, trop dangereuses pour les villes, d’où des centaines de km de THT) on arrive à une perte de 75% de l’énergie primaire.

      Là aussi, le nucléaire est la pire des énergies...


    • San-antonio San-antonio 17 septembre 2014 17:19

      Rectificatif : Il faut 2,2l de petrole brut pour 1l de gazoil en sortie de rafinerie. On n ;est pas encore dans le reservoir...

      Sinon, M. Lhomme, je ne comprends rien a votre argumentaire.

      Le sujet etant la voiture electrique, j’explique que la bagnole a petrole a un rendement energetique desastreux. Vous dites : « la voiture electrique aussi ». Soit.

      Seulement vous expliquez que 9% seulement de l’energie electrique mondiale est produite a partir du nucleaire...

      Je ne vois donc pas l’interet de ce dernier post...


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 17:46

      Je commence à fatiguer, je me demande si ce n’est pas votre seul but !

      Donc, on reprend :

      - la voiture électrique est censée lutter contre les émissions de co2
      - c’est largement faux d’après l’Ademe
      - c’est un peux moins faux avec de l’électricité nucléaire (qui a cependant des tares au moins aussi graves)
      - de toute façon le nucléaire ne produit plus que 9% de l’électricité mondiale (c’était 17% en 2001) ce qui fait moins de 2% de la conso mondiale d’énergie
      - donc le nucléaire n’est pas seulement nuisible, il est aussi inopérant contre le co2
      - donc il est stupide et illusoire de vouloir « sauver la planète » avec des voitures électriques alimentées au nucléaire
      - ouf


    • San-antonio San-antonio 17 septembre 2014 19:00

      - donc il est stupide et illusoire de vouloir « sauver la planète » avec des voitures électriques alimentées au nucléaire

      Le nucléaire qui ne représente donc plus que 9% dela production mondiale contre 21% pour les énergies renouvelables. (vos chiffres). Les voitures électriques ne seront donc pas alimentées au nucléaire, mais principalement par des centrales thermiques.
      Dans ce cas, je vous suis tout a fait sur le fait que la réduction de CO2 ne sera qu’un leurre, car on ne fait que déplacer la combustion.

      Cependant, je ne vois pas bien ce que le nucléaire vient faire là-dedans, puisque sa part dans la production mondiale n’arrête pas de diminuer.

      Votre combat contre l’énergie nucléaire est défendable, mais, à la lecture de vos arguments et des chiffres que vous citez, désolé, non, je ne vois pas le rapport avec la voiture électrique...


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 19:13

      Il vous suffisait de LIRE le texte que vous commentez si allègrement. Vous auriez alors vu ça :

      "les plans de développement des voitures électriques en France prévoient que le rechargement des batteries se fera quasi exclusivement sur le réseau électrique ordinaire, c’est-à-dire à 75% par le nucléaire.« 

      Le lobby nucléaire va tout tenter pour ne pas disparaitre, en particulier en France (son dernier »royaume"), et la voiture électriques est probablement sa dernière chance...


    • San-antonio San-antonio 17 septembre 2014 20:17

      Ah ben fallait le dire ! Votre adversaire juré serait EDF et votre combat s’arreterait aux frontieres de la Gaulle.

      Ainsi votre article ne concerne finalement pas grand monde, d’autant que les constructeurs Français sont loin de commercialiser une offre de voiture électrique concrète et plausible.

      Bon je m’en vais de ce pas acheter une Tesla smiley


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 20:45

      C’est donc confirmé, vous n’avez même pas LU le texte que vous commentez si allègrement. Vous auriez alors noté que les « élites » françaises veulent gaspiller 100 milliards pour installer 7 millions de bornes de rechargement pour d’introuvables (et polluantes) voitures électriques.

      Je me bats donc (sans aucune illusion, rassurez-vous) pour tenter d’empêcher ce gaspillage stupide de l’argent public qui manque tant pour le social, l’éducation, les énergies renouvelables...

      Commencez donc par lire avant de « réagir » aveuglément...


    • Croa Croa 17 septembre 2014 22:16

      Le fuel brûlé en centrale thermique vient aussi de la raffinerie donc c’est pareil !


    • San-antonio San-antonio 18 septembre 2014 09:53

      Euh, je vous prierai de vous répondre sur un autre ton. Je ne vous ai pas agressé. J’ai simplement demandé des explications sur un article qui ne semble pas correctement étayé.

      Si vous n’acceptez pas la critique, ne publiez pas et surtout pas sur Avox.

      Je vous répète que, votre pettit « probleme » est Franco-Francais. S’il vous semble suffisamment grave pour en faire un article, bien vous en fasse, mais, votre manque de vision globale suffit a lui seul a discréditer vos écrits.

      Quant au « gaspillage de l’argent public », renseignez-vous sur la facon dont est créée la monnaie, vous comprendrez qu’installer des bornes n’est pas un gaspillage d’argent, mais plutot favorise l’emergence d’une nouvelle « industry » (au sens Anglais du terme). Je ne suis pas plus credule que vous concernant le cote polluant du vehicule electrique et en parle en connaissance de cause du bas (sic) de mes 20 ans dans l’industrie automobile du Japon a l’Angleterre en passant par la France et les US.

      Seulement je ne vois ou se trouve le gaspillage d’argent public, ces bornes étant, par nature, destinées a créer de la richesse (totalement virtuelle, donc bien mal acquise, je vous le concède) par la mise sur le marché de liquidités fabriquées a partir des brouzoufs futurs que le client (pigeon) lambda introduira dans la fente magique. Mais, tout d’abord, on est loin du scandale la ce niveau et surtout vous semblez oublier une chose essentielle : on peut fabriquer de l’électricité avec tout et n’importe quoi.

      Des rayons solaires, de la géothermie, la petite riviere au fond de votre jardin, du fumier en décomposition, les marées bretonnes, le vent, la pluie, les barrages de haute montagne, les fleuves en tous genre, le vélo d’appartement de votre belle-mere suant pour eliminer ses bourrelets, du nucleaire, des energies fossiles, des plantes cultivees, des ordures et je dois en oublier un bon paquet.

      Le véhicule thermique fonctionne aux énergies fossiles pour la majorité volées par la force aux pays les plus pauvres et/ou plantes cultivées, synonyme de pollutions aux pesticides et réduction des terres disponibles pour l’alimentation. Punto Basta.

      Que l’usage de la voiture électrique « dégage du CO2 » n’est en rien lié a sa nature, mais au(x) choix de(s méthode(s) de production de électricité.

      L’obsession Francaise est nucléaire, les Chinois grillent du fossile, honte a eux. Tenter d’empêcher l’installation de bornes de recharge peut sembler une solution, mais vous manquez le but. Le problème, si problème il y a, n’a rien a voir avec l’énergie utilisée, qui (je le démontre plus haut) est d’une efficacité sans commune mesure avec nos machins vroum-vroum hérités du XIX siecle, mais avec le mode de production de électricité.


    • anomail 19 septembre 2014 16:52

      Bonjour San-Antonio,

      « vous semblez oublier une chose essentielle : on peut fabriquer de l’électricité avec tout et n’importe quoi »

      Vous semblez aussi oublier une chose essentielle, pas à l’échelle de plusieurs millions de véhicules.

      Une petite vidéo pour essayer de le percevoir :
      http://www.youtube.com/watch?v=8iNv5lrva_g


    • vesjem vesjem 19 septembre 2014 22:18

      « - la voiture électrique est censée lutter contre les émissions de co2 »

      non , la voiture électrique est sensée réduire la pollution en ville


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 20 septembre 2014 00:01

      ...en polluant loin de là où elle roule : c’est une démarche de salauds, point barre !


    • vesjem vesjem 20 septembre 2014 12:54

      @stéph
      « c’est une démarche de salauds, point barre »

      phrase complètement démago , et sans aucune logique


  • Jacques_M 16 septembre 2014 13:11
    Bonjour,

    Visiblement, la voiture électrique n’est pas la solution universelle comme on voudrait nous le faire croire.

    Ce que je propose : des voitures avec pile à combustible, l’hydrogène provenant de la décomposition de l’acide formique en CO2 et H2.

    Reconversion du CO2 en acide formique suivant l’électricité disponible (surplus éolien et photovoltaïque, nucléaire pendant les heures creuses, centrales solaires thermiques), dans des mini centrales qui serviraient à la fois :
    - au remplissage des réservoirs des véhicules,
    - comme tampons pour les pics de consommation d’électricité,
    - pour le prélèvement de matières premières pour l’industrie.

    Je cherche quelqu’un qui accepte de revoir les calculs et d’évaluer le projet.



    • alberto alberto 16 septembre 2014 15:25

      @ Jacques M :

      Ton acide formique, pour le fabriquer, tu utilises quelle énergie ?


    • Jacques_M 16 septembre 2014 16:07

      @alberto


      Pour fabriquer l’acide formique : 2 méthodes :
      1) électricité pour l’ électrolyse de l’eau, d’où hydrogène + CO2 -> acide formique,
      2) réaction du méthane avec la vapeur d’eau (méthane provenant du gaz naturel ou du biogaz) :
      CH4 + 2H2O + 3CO2 -> 4HCOOH.

      Une méthode intermédiaire consiste en une électrolyse haute température : vers 800-900°C, il faut la moitié d’électricité par rapport à une électrolyse à 20°C : ce serait intéressant si on obtient ces hautes températures par l’intermédiaire de centrales solaires thermiques (à concentrateurs).

      Sur cette page, c’est plus détaillé.


    • Croa Croa 17 septembre 2014 22:20

       smiley smiley smiley smiley Bref il faut à Jacques_M de l’électricité pour faire de l’électricité smiley smiley smiley smiley smiley smiley


    • Jacques_M 18 septembre 2014 08:28

      Salut Croa,


      C’est en effet un moyen de mettre l’électricité en réserve, ce qui est indispensable avec l’éolien et le photovoltaïque, pour les périodes de pointe et pour remplir les réservoirs des véhicules.

      C’est aussi un moyen de développer les centrales solaires thermiques qui ont un rendement bien supérieur au photovoltaïque et qui pourraient remplacer progressivement le nucléaire.

      C’est aussi un moyen d’utiliser le biogaz et le gaz naturel de manière plus parcimonieuse.

      Il s"agit d’un ensemble de mini centrales qui permettrait, petit à petit, de se libérer de l’emprise des grands groupes qui contrôlent l’énergie.



  • Attilax Attilax 16 septembre 2014 13:13

    Totalement d’accord avec votre article. Il est d’ailleurs intéressant de constater que la mayonnaise ne prend pas, et pour cause : les voitures électrique sont hors de prix, n’ont pas d’autonomie, prennent des plombes à recharger et les batteries, qui ont une durée de vie de 900 cycles en moyenne, finissent par devenir des déchets ultimes. Faut vraiment être le dernier des gogos (des bobos ?) pour s’acheter un truc pareil. Ça doit d’ailleurs leur coûter très cher, à toutes ces entreprises, de construire des voitures qu’elles ne vendent pas...
    Les solutions alternatives plus crédibles existent, mais curieusement, elles n’intéressent pas les industriels (air comprimé, électro-magnétisme, hydrogène, bien des prototypes fonctionnent déjà depuis des années). Affaire d’argent, évidemment.


  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 16 septembre 2014 13:20

    La plupart des fabricants de bagnoles sont en train de préparer des modèles fonctionnant avec une pile à combustible à hydrogène qui pourra être produit par des panneaux photovoltaïques ou des éoliennes ( il y a même une marque japonaise qui propose un kit de rechargement domestique pour l’hydrogène ) ce qui fait que ces véhicules seront réellement les plus propres et les plus efficients sans compter les progrès que l’industrie électrique accomplit pour disposer de centrales électriques moins dangereuses et beaucoup plus durables telles que les centrales au thorium ou a fusion.


    Certains objecteront que la pile à hydrogène est encore très coûteuse, mais il existe un projet européen de fabrication de piles à combustible basée sur des polymères plutôt que sur du platine qui devrait permettre d’ici quelques années la massification de la production.



    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 16 septembre 2014 13:24

      Videmment, ceux qui rèvent de décroissance en seront pour leurs frais face à la révolution énergétique qui se profile...


      Et pas qu’eux hein, parce que ceux qui vivent du pétrole et du gaz ont également du souci à se faire quand on n’aura plus besoin de leurs produits.



  • Trelawney Trelawney 16 septembre 2014 13:42

    Le 23 mai 2014, le Ministère des Transports et des Infrastructures Digitales allemand a inauguré les équipements d’alimentation en hydrogène vert de la station-service multi-énergie Total de Berlin-Schoenefeld en faisant le plein d’une voiture électrique (Audi) à pile à combustible. Il faut noter que la société française Total en est le grand architecte et qu’une autre société française (Mc Phy) est le fournisseur d’équipement innovant de stockage d’hydrogène sous forme solide. Le principe de fonctionnement repose sur l’utilisation comme source d’énergie de l’hydrogène produit grâce à de l’électricité d’origine éolienne et solaire. Cette électricité provient d’un parc éolien proche et une installation photovoltaïque posée sur le toit de la station.

    Cela fait partie d’un programme financé par l’état allemand à hauteur de 50 millions d’euro et 50 stations sont en constructions pour être opérationnelles en 2015 (date de diffusion des Honda, Toyota et Mercedes à pile à combustible)

     

    La voiture Audi Q5 à pile à combustible a une autonomie de 300 km

     

    Les allemands ont pris le problème des voitures à énergie verte par le bon bout et son prêt. Les français ont toutes les connaissances et la technologie pour le faire (ce sont des spécialistes mondiaux), mais le développe au Japon, en Allemagne, en Asie. Ils ne le développent pas en France


  • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 16 septembre 2014 13:49

    Pas d’accord !


    Même si les arguments scientifiques que vous avancez sont tout à fait exacts, puisqu’il faut bien fabriquer ces voitures avec des procédés polluants, les alimenter avec des sources d’énergie polluantes et dangereuses, et de surcroît générer une déperdition énorme dans le transport et le stockage de l’électricité, la voiture électrique représente une opportunité majeure de sortir du tout automobile.

    Pourquoi ? Eh bien parce que la voiture électrique est à l’automobile ce que la méthadone est à l’héroïne : elle va permettre à l’homo automobilus de se désintoxiquer du vroum vroum, parce qu’elle roule doucement et en silence. Elle n’est pas une fin en soi, mais une étape vers la décroissance des déplacements.

    Si la voiture électrique s’impose, c’en sera fini du fétichisme de l’objet qui caractérise l’auto depuis un siècle. Sans ce fétichisme, les hommes n’auraient pas massacré leurs villes, leur campagnes, leurs lieux de socialisation, pour le Dieu Auto.

    Faire tomber le symbole de la société de consommation, çà vaut le coup, non ?

    • Trelawney Trelawney 16 septembre 2014 14:09

      Sans ce fétichisme, les hommes n’auraient pas massacré leurs villes, leur campagnes, leurs lieux de socialisation, pour le Dieu Auto.

      Que deviendraient nos campagnes sans voiture ? des déserts.

      La voiture qu’elle soit à l’essence, au diesel ou électrique est avant tout un moyen de se déplacer. C’est d’ailleurs le moyen le plus pratique pour se déplacer. A partir de ce constat, on est bien obligé de trouver des solutions moins énergivore pour se déplacer.


    • 1871-paris 1871-paris 16 septembre 2014 14:26

      Quand les Ecolos sont réactionnaires et lutte contre l’évolution des choses plus parce qu’elles sont polluantes, non mais parce que pour eux elles ne leur plaisent pas !

      Le conservatisme n’est pas seulement celui qui fait des références a des mœurs, des manières anciennes, mais aussi celui qui lutte contre toute évolution.

      le conservatisme est aussi celui qui inverse les choses en reprenant une idéologie qui était conservatrice et qui passant dans l’opposition tente de la faire passer pour novatrice.

       

      que peut vous faire le fait que certain aime ou aime pas l’automobile, à partir du moment où cela est produit consommé et recyclé convenablement. le problème n’est pas l’image (que vous imposez sectairement péjorativement) mais plutôt d’une bonne maitrise industriel de bout en bout de la chaine, production utilisation, recyclage. et cela ne peu ce faire qu’avec une volonté politique forte et non un libéralisme qui laisse les individus libre de faire ce qu’ils veulent a leur échelle. Des choses sont possible, mais seulement si elles peuvent l’être pour tous et non que pour quelques-uns. Ainsi vous ne pouvez prétendre la suppression des moyens de déplacement, mais vous ne pouvez l’imposé sa diffusion si apporte un préjudice.

       

      A parisp par exemple il y a eu un excès le retour a quelque chose de plus modéré est salutaire, mais sombre dans la suppression totale est sectaire !


    • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 16 septembre 2014 14:57

      C’est depuis l’invention de l’auto que les campagnes sont devenues désertes...


    • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 16 septembre 2014 15:03

      Tesla ne fera jamais autant rêver que Ferrari, Mercedes ou Jaguar.


    • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 16 septembre 2014 15:06

      Oui, vous avez raison, je suis viscéralement réactionnaire. 

      Rétif à la culture du toujours plus et de l’avoir. 
      Favorable à la civilisation de l’être et de l’ascèse.

    • Trelawney Trelawney 16 septembre 2014 15:09

      C’est depuis l’invention de l’auto que les campagnes sont devenues désertes...

      Pouvez-vous me dire en quoi l’invention de l’auto a participé à la désertification des campagnes ?


    • noux noux 16 septembre 2014 15:21

      Attention, LUXE  mc².Certes la « model S » consomme énormément, encore que....Le soir, quand j’ai envie d’un bon poulet au four, et que je me rends compte que les besoins énergétiques nécessaires pour qu’il finisse dans mon assiette représentent approximativement 50km de déplacement avec mon véhicule électrique ( je n’ai pas été manger une côte de bœuf au restaurant ! ), alors je me dis qu’on est à côté de la plaque à induction.Donc 300 chevaux dans un moulin électrique : oui, si l’utilité est avérée.Du Luxe : oui, s’il est antinomique d’un travail mal fait, non durable et énergivore.Un changement profond de la société de consommation : oui. (Changement profond de la société de consommation ne signifie pas que vous n’aurez plus d’écran de 126cm dans le salon ou de poulet rôtis !.La télé sera fabriquée sous d’autres standards, dans un but du durabilité, et une vraie politique de recyclage sera mise en place.Vous ferez une bonne action avec nos copains les poulets, vous en mangerez moins, probablement des poulets locaux et pas lowCO(s)T. Bon je remercie ceux qui ont lu jusqu’ici, j’aimerais finir avec une petite histoire, que je ne sais pas poster ailleurs.  Depuis 7 mois, mon travail consiste à voir un maximum de choses, par journée et par point de chute.Je travail sur tout le BasRhin et Moselle.Il m’arrive de parcourir des distances de 15 km d’un point à un autre, à pied, équipé de chaussures de marches.Je traverse tout droit, à travers champs et collines, quand c’est possible (le maïs c’est chiant).Je vois des arbres fruitiers, des champs de céréales. Il n’y a pas un arbre dont on s’est occupé.J’ai mangé des pommes délicieuses qui restaient là, des quetsches, des cerises. Par tonnes elles pourrissent là, en ce moment, car elle sont trop chères à récolter. Sans parler des noix, des châtaignes, noisettes,... (Il serait d’utilité publique d’emmener vos enfants se promener le dimanche aprem ! )

      Elle ne sont pas trop chères, elles sont juste plus chères que les autres. 
      El le maïs, quand il n’est pas transgénique, il suinte la poudre chimique.
      Tout le monde à déjà décroché un épi de maïs et enlevé sa protection de feuille, voir même en manger directement.
      He bien pas plus tard que la semaine dernière, ils venaient de récolter une parcelle de ma¨s, que j’ai traversé en diagonale en y récupérant ce qui restait. Plus loin, je sais que le cheval que je vais croiser qui appartient à mon amie, ne dit pas non à un du maïs de temps à autres.
      Je décosse le maïs et là, OMG ! (pas OGM, enfin, j’en sais rien), je trouve une poudre blanche, très fine, à la base de l’épi. Et en quantité généreuse.
      Le cheval ne mangera plus de maïs. 

      Je ne saurais que trop conseiller d’aller jeter un coup d’œil sur ce qui se passe autour de chez soit.

      Pour moi la boucle est bouclée, l’énergie, cette clé, la clé, ne peut se maîtriser que par la sagesse.           

    • anomail 17 septembre 2014 09:15

       Qui sont vraiment les conservateurs ?

        Ceux qui voudraient pouvoir continuer à utiliser une voiture d’une tonne pour aller chercher une baguette de pain ?
        
        Ou ceux qui ont franchi l’étape du déni et se sont rendu compte que, électrique ou thermique cela ne fait que déporter le problème, et que de toutes façons ce modèle de société est condamné car il consomme beaucoup trop d’énergie ?
        
        - La production de pétrole décline
        - Dans le monde l’électricité est majoritairement produite à partir de pétrole (60%), charbon et gaz.
        - 2 milliards d’Asiatique voudraient bien rouler dans les mêmes voitures que vous.


    • San-antonio San-antonio 17 septembre 2014 16:54

      Je plussoie avec force. D’autant plus qu’il n’y a meme plus de voitures d’1 tonne (a part une Smart peut-etre) : une simple Clio en fait 300 kgs de plus...
      Il est vrai qu’avant de reinventer la poudre, si les constructeurs construisaient 2 fois moins lourd, on se poserait moins de questions quant au modele de decroissance energetique que d’aucuns brandissent (a juste cause ou pas chacun decidera) comme l’un des problemes a venir les plus sensibles...


    • Croa Croa 17 septembre 2014 22:38

      La désintoxication passe par le faire durer ce qu’on a au contraire ! Il faut laisser la bagnole au garage ou s’en servir le moins possible maintenant que l’on sait que ça pollue. Laissons donc la bagnole vieillir, se démoder... À terme peut-être arriverons-nous à nous en passer ?
      *
      Par contre pourquoi un investissement aussi important (ces trucs électriques ne sont pas donnés !) pour se déplacer moins ? Ça n’a pas de sens ! smiley


    • noux noux 21 septembre 2014 18:29

      @ Croa,


      Je partage votre point de vue concernant cette mode.
      Mais le problème est qu’aujourd’hui il n’y a pas de réelle alternative(à la voiture).
      A moins de vivre dans une ville
      Allié à cela le fait que « produire » un moteur électrique coûte moins cher qu’un moteur thermique, et tout les avantages concernant les pertes énergétiques lié à un tel procédé comparé au moteur thermique (jusqu’à 40% de perte dues au frottement avant la transmission pour un thermique).

      Le soucis du tout électrique aujourd’hui n’est pas la source d’énergie, mais le stockage, les batteries actuelles sont faites d’éléments rares et que l’on ne sait pas recycler.
      L’idéal est de produire directement l’énergie dont on à besoin et de chercher de nouvelles pistes pour le stockage. 

      Pour produire directement de l’énergie dans un système embarqué,
       il existe plusieurs types de procédés qui ne sont actuellement pas utilisés.

      La chimie , tels que les piles à combustible (qui utilisent actuellement des éléments rares aussi, la recherche est nécessaire), ainsi que tout les procédés plus ésotériques, sans oublier le solaire, ...

      Les mécaniques, thermodynamique , tels que le moteur stirling, la récupération d’énergie (freinage, cogénération, PAC,..), le nucléaire (embarqué), les pédales, ....

      Les variantes, qui ne consistent pas en la création d’énergie, mais en son économie, tels que le gain de poids, l’aérodynamisme, la minimisation des frottements, ... 

      Aujourd’hui il est possible de créer un véhicule simple et qui ne pollue pas.
      Voici comment procéder :

      Créez un véhicule avec une base légère de 400kg (véhicule urbain), ajoutez lui 300 kG de batteries au blomb recyclables soit 700ah, chargées par un stirling hydrogène de 1kw, comme en fait DeDietrich, qui se lance seul pour faire l’appoint des batteries. Et voilà vous avez 18kw, pour 700kg, capable de rouler à des vitesses extra urbaine (100/110kmh), en se chargeant dans les bouchons, au feu rouge et en stationnement, sans câble à brancher, sans polluer, sans manquer de chauffage en hivers, sans avoir à faire le plein d’autre chose que de l’eau ou de l’hydrogène, ou même ce que vous voulez (huile de friture, éthanol, paille, bois..). La consommation du stirling étant ridicule, il ne faut que très peut de stockage de carburant pour charger les batteries. 



      J’apprends la semaine dernière, alors que nous sommes en 2014, que les firmes nous sortent des modèles de voitures capables de rouler avec un conso moyenne de 1 à 2 litres de carburant pour 100km.
      Ces mêmes modèles dont l’obsolescence programmée coûtera au final le même prix au contribuable que s’il avait gardé sa vieille cx diesel pour le même nombre de kilomètre et au final le même impacte au niveau consommation globale d’énergie.
      Comment ne pas penser qu’on n’est pas autre chose que des moutons.




  • 1871-paris 1871-paris 16 septembre 2014 14:15

    Bon je vais passer sur votre entement sous-jacent à l’encontre du nucléaire, car il est pathologique chez vous depuis plus de 20ans, dans ce domaine vous êtes ce que l’on appelle un extrémiste sectaire (aucun compromis possible, marche ou crèves)

    Vous faites mine de découvrir candidement que le bilan CO2 de la voiture électrique n’est au misère pas « au rendez-vous » comme vous dites, mais allez-vous nous faire croire que vous êtes étonnez, vous ne cherchiez rien d’autre qu’un argument a charge !Car pour vous la voiture électrique a une tare irrémédiable elle participe au maintien de la production de l’énergie nucléaire.Un utilisation stricte la voiture électrique est indubitablement et sans conteste un véhicule « VERT » ne vous en déplaise, maintenant vous argué de fait (vous n’est pas très précis volontairement de plus sur ce point) que les batterie sont produit avec un lourd impact au niveau CO2, mais enfin ceci est valable pour les téléphones mobile, pour les ordinateurs, enfin tout ce qui est munie d’une batterie, vous êtes aussi intransigeant avec ces équipements ? 
    Pas vraiment, cela vous sont indispensable donc mérite votre mansuétude.Maintenant ce que je vous reproche le plus c’est votre dé corrélation vis-à-vis de votre dogmatisme antinucléaire, vous jugez de cette industrie de ce moyen de production électrique sans tenir compte du contexte politique désastreux et sans tenir compte du contexte économique ploutocrate, vous faites l’accusation le jugement et la sentence.Notre pays ne peu ce passer de cette énergie dans le contexte actuel, et doit trouver toute les solutions pour ne plus dépendre des déficits énergétiques vis-à-vis des autres pays. Oh je ne veux pas parler de manière financière, mais politique, il ne faut pas que notre politique soit prise en otage parce que nous somme dépendant du gaz russe ou du pétrole qatarie je pense que je n’ai pas besoin de vous faire un dessin. Si votre lobby n’avait pas pousser dans les mauvaises direction mais avaient joué les sentinelles de sureté, nous serions a notre époque en pleine maitrise de production de 4ème génération du nucléaire, et la plus besoin d’aller au Niger avec une méthode de type de réacteur a neutron rapide qui a un rendement nettement meilleur qu’a moulin a café type EPR.Mais voilà, au lieu de forcer dans une direction bonne pour tous, vous avez voulu jouer le petit skyppi en jouant les intransigeants, résultat les politiques ont fait des affaires avec leur copains ploutocrates et nous avons des risques majeur du fait que cette industrie aurait dû resté dans le domaine publique, mais est tombé dans le privé avec toutes les conséquence du a la rationalisation que l’on peut craindre.
    D’ailleurs je me rappelle très bien de votre côté stalinien type Pyrrhus que vous aviez fait sur le plateau TV ou il y avait Hulot et Jolie, nous avons vu vos méthodes, c’est soit avec vous ou alors ce sera le FEU rien d’autre. En cela vous utilisez les méthodes révolutionnaires, les soucis c’est qu’elle ne profite qu’a vous.

    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 2014 15:09

      1) message anonyme donc lâche

      2) pseudo volé à la Commune de Paris qui est salie par la bêtise des propos avancés

      3) ce sont vos maîtres du lobby nucléaire qui sont en échec depuis 50 an sur les surgénérateurs, les antinucléaires n’y sont pour rien si vous êtes minables...


    • Micka FRENCH Micka FRENCH 16 septembre 2014 15:52

      De l’Ecossaise


      Ce bon 1871 regardera cerver ses enfants le sourire aux lèvres, ses convictions meyurtrières ayant été appliquées par ses maîtes EDF et AREVA....

      A suivre... jusquà la catastrophe finale.

      Les petites catas quotidiennes étant honteusement cachées par le lobbye nucléaire.... deopuis la première entrale-passoire....

      L’automobile-nucléaire ? NO THANKS....

      Micka FRENCH en coilère, sur le Web...

    • 1871-paris 1871-paris 16 septembre 2014 16:35

      1) message d’un anonyme qui JUGE vos actes publiques ! si cela ne vous convient pas ne vous rendez pas médiatique, ce sont les risques du métier de « politicien » ce que vous faites peu ou prou.

       

      2) je ne vois même pas la thèse d’un argument, mais bon on va dire que forcement si vous abordez le sujet de la même manière que le nucléaire et l’énergie en générale, votre vision vous limite.

       

      3) J’ai pas de maitres contrairement à vos concepts manichéens puériles, pour moi le nucléaire est une science, après ce que certain homme en font est une autre histoire, la France avait les capacités scientifiques de mené à bien la technologie du surgénérateur, technologie beaucoup plus « propre » que les réacteurs classiques, mais aussi nettement plus dangereuse il est vrai (donc l’emplacement de super phénix était une erreur). C’est pour cette raison que cette technologie doit être sous couvert d’état responsable qui assure tout une logique de sureté extrêmement élevé.

      Mais bon encore une fois vous dites 50ans d’échecs en présentant partiellement les choses, en omettant la vision rationaliste dans laquelle cette technologie est tombé en tombant dans le domaine privé courte rmiste, qui est incapable de faire des projet d’avenir a long terme et a fortiori de mettre une technologie RNR fiable et sur. mais bon pour tuer son chien on l’accuse de toutes les maladies c’est bien connu. 

       

      Ah sinon pour l’énergie, a tout hasard, je ne suis pas du tout un Ayatollah du nucléaire (réserver a des applications de consommation lourde) mais plutôt pour les maisons autonomes énergétiquement.


    • 1871-paris 1871-paris 16 septembre 2014 16:39

      commentaire de Mika... « circulez il y a rien a voir... »


      Comme disait un commique Des années 1980-90, « quant on en sais si peu on est autorisé a la fermé... »

      Mélange de contexte pour tiré parti des peurs, un peu comme le FN avec d’autres sujets... lot commun des reactionnaires de tout bord qui s’ignorent.


  • noux noux 16 septembre 2014 14:16

    Attention, si la voiture électrique est aujourd’hui tellement polluante, c’est bien car les hommes le décident. Les politiques ont choisi d’utiliser le nucléaire, ainsi qu’une foultitude d’engins, de machines et de robots dans la vie de tous les jours, dont l’efficience et la consommation ne sont pas les axes de recherches majeurs.


    Je ne vais pas refaire la théorie sur l’énergie disponible partout, (toitures solaires, routes solaires, éolien, végétal, ....), ainsi que celle sur le stockage des excédants. 
    De l’énergie, il y en a. Le problème de l’énergie, c’est qu’il est idiot d’en consommer, car dans l’idéal nous devrions pour tout faire sans un prélèvement énergétique autre que notre propre énergie.
    Voilà un raisonnement Vandamien qui ne peut souffrir d’aucune critique d’un point de vue philosophique.
    Mais dans la vraie vie, sachant que nous ne sommes pas des Dieux, ou plutôt que nous n’utilisons qu’une partie de notre cerveau, il serait judicieux de définir quelle énergie est la moins risquée, la moins dévastatrice et SURTOUT, SURTOUT, s’appliquer à Toujours chercher le moyen de consommer le moins d’énergie possible pour la même application.

    Si demain, ma bagnole qui pèse 940 kg, et qui consomme 8 littres/100 km de E85, ne pèse plus que 400kg, je vous laisse imaginer la suite.

    Si demain la totalité des industries, des maisons, divisaient leur consommation énergétique par 2, je vous laisse imaginer la suite.

    Les solutions existent, et elle sont, bien entendu, dans les mains des politiques, qui eux même sont dans les mains de.... Je vous laisse imaginer la suite.
     

    • 1871-paris 1871-paris 16 septembre 2014 14:46

      cette article est a charge, et ne décontextualise pas du tout le concepte de la pleutre politique allié a la ploutocratie industriel.


      sortie de ce contexte la voiture elec est la solution de transport contre la polution... mais l’étape suivant sera de dire, Ahh les pneus sont poluant ... etc... on pourrait dire aussi « arrete de pété tu polu et lache du méthane... » enfin bon avec un sectarisme pareil la voie du progres c’est sur passe par celle de la vision decroissante du retour au potager pour tous, tout aussi impossible.

    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 2014 15:12

      Vous êtes un pion bien utile pour EDF (Proglio), Renault (Calos Goshn), Bolloré (.. ; Bolloré !), ces multinationales qui nous tient et leurs PDG qui s’engraissent en nous volant.

      Ils ont besoin d’ânes comme vous, et ils en trouvent hélas beaucoup trop...


    • julius 1ER 16 septembre 2014 15:26

      @ noux,


      on devraient tous rouler en Tata à air comprimé, mais il faut abaisser le poids et la vitesse des véhicules, pas de problème dans un usage de tous les jours............. et construire quelques circuits pour que les accrocs de la vitesse puissent se défouler........ 
      voilà une bonne suggestion à formuler à l’adresse de François H pour qu’il puisse apparaître comme le génie qui aura révolutionné la circulation routière. !!!!!!!!!!!!!!!!!

    • noux noux 16 septembre 2014 15:30

      @ chacun, 



      En général sur un FORUM les règles de courtoisies veulent que lorsque vous formulez une réponse en retour, il est préférable d’identifier le nom de la personne à qui vous répondez comme ceci : @nomdelapersonne.

      Merci

    • noux noux 16 septembre 2014 15:41

      @ Julius, 



      Oui, le plaisir est un besoin vital :)
      Vu que j’aime bien mettre des images en ce moment, imaginez donc la part d’énergie globale consacrée à Youporn. Le résultat, et j’en mets ma main à couper, est pharaonique, soit autant d’énergie nécessaire que pour mettre une fusée en orbite et par jour et je ne serais pas surpris que ce soit bien plus.

    • 1871-paris 1871-paris 16 septembre 2014 16:45

      c’est vrai que vos propositons risque tres fortement de chambouler le systeme d’ici 3294... qui est l’idot util mon pauvre vous qui lutter contre UN moulin avant nucléaire ou les gens comme moi, nous, qui voulont retablir une retablir la vertu politque rétablir un CONTEXTE favorable a un bien etre pour tous et pas seulement repondre a l’envie d’une lubie.


      Je remarque d’ailleur que vous ne citez pas de politique en conflit d’interet (des ploutocrates industriel la liste est si facile), et pourtant ce sont eux qui ont les leviers.... sans le courage certe !

    • San-antonio San-antonio 17 septembre 2014 17:06

      Le moteur a air comprime... La pire idee qui soit... Meme les fabricants de petits outillages s ;en detournent, c’est pour dire.

      La raison est toute simple : le rendement d’un compresseur depasse au mieux les 40% et le moteur a air comprime pas mieux. Resultat 16% de rendement energetique entre la prise de courant et le moteur de l’engin. On est dans des rendements inferieurs au petrole (!)
      En cause, le couple delivre par les moteurs a air comprime est tres mauvais a basse vitesse, d ;ou la necessite de tourner vite Une vitesse de rotation rapide est synonyme de baisse de rendement, les eprtes etant proportionnelles au carre de la vitesse...


    • Croa Croa 17 septembre 2014 22:47

      San-antonio a raison, la bagnole à air comprimé c’est pareil que la bagnole électrique en pire ! (Au besoin relire l’article : tout s’applique pareil ou presque vu qu’il faut consommer de l’électricité nucléaire pour faire marcher les compresseurs de la station à air comprimé.)


  • claude-michel claude-michel 16 septembre 2014 14:48

    Une magouille de plus de la part des politiciens-mafieux..vous savez ceux pour qui vous votez.. !


  • Trelawney Trelawney 16 septembre 2014 14:52

    Notre pays ne peu ce passer de l’énergie nucléaire dans le contexte actuel, et doit trouver toute les solutions pour ne plus dépendre des déficits énergétiques vis-à-vis des autres pays ... il ne faut pas que notre politique soit prise en otage parce que nous somme dépendant du gaz russe ou du pétrole qatarie

    En quoi l’énergie nucléaire qui intervient pour la production de 15% de notre électricité l’hiver et de85% l’été, nous libère de notre dépendance du gaz russe, qatarie ou algérien et du pétrole russe, saoudien, irakien ou norvégien ?

    Indépendance énergétique encore une idée fumeuse qui a fait son chemin


    • Trelawney Trelawney 16 septembre 2014 18:18

      Ce sont les chiffres ERDF. Entre Octobre et Mars, les réacteurs en bord de mer et dans les zones inondables sont arrêtés pour raison techniques. En hiver, 85% de notre production électrique provient de nos centrales à gaz et à charbon, de nos barrages, d’un peu d’éolien et est importée d’Allemagne (charbon et linite)

      Normalement l’EPR Flamanville est conçu pour marcher en cas de forte tempête et devrait donc pallier à la production de courant l’hiver


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 2014 20:43

      @ jarnicoton : vous avez l’excuse de la (profonde) ignorance :

      - 75% de l’électricité font 15% de la consommation finale d’énergie. Vous confondez tout.

      - vous confondez aussi les échanges physiques (notifiés par RTE) et les échanges commerciaux. La France est bien importatrice nette d’électricité, commercialement, tous les hivers pendant des semaines entières...


    • Trelawney Trelawney 17 septembre 2014 16:46

      Monsieur Jarnicoton,

      Votre lien m’a un peu interloqué. Comme je doute en permanence je me suis renseigné plus avant.

      Avant tout, je tiens mes information lors d’un congrès sur la RT2012 qui en matière de chauffage, la réglementation fait la part belle au gaz, mais pas à l’électricité. Des membres de groupement de fabricants de matériels électrique on donc posaient la question : « Pourquoi, dans le logement neuf, une chaudière à condensation au gaz est avantagée par rapport à un chauffage électrique (même pompe à chaleur) qui pourtant produit moins de C02. La réponse fut lapidaire : » Les moins d’hiver la production d’électricité se fait pas le thermique car les réacteurs sont arrêtés pour raison technique et seulement 15% de la production est d’origine nucléaire". Cette réponse n’a pas été contredite par le représentant EDF sur place. Et j’en suis resté là.

      Je regarde le site RTF très bien fait et je m’aperçoit que 75% de l’électricité produite les mois d’hiver sont d’origine nucléaire, avec notamment 2 fortes régions de productions le centre et Rhône Alpe). Les régions Normandie et Nord sont elles au ralentit

      http://www.rte-france.com/fr/developpement-durable/eco2mix/donnees-regionales-consommation-production-et-flux-interregionaux

      Comme quoi il faut toujours se renseigner à deux fois


  • DanielD2 DanielD2 16 septembre 2014 14:54

    A moins de construire 150 réacteurs nucléaires à surgénération dans chaque pays du monde ( et encore, ça durerait combien de temps ? 100 ans ? 200 ans ? ), on voit bien qu’on va tous retourner au cheval assez vite, au fur et à mesure que le prix des énergies fossiles montera.

    Peut-être que quelques pays riches réussirons à garder un parc de voitures électriques alimentées au nucléaire ou en cramant les récoltes ( biocarburant ), mais pour le reste, ça sera retour à la charrette.

    Les générations futures parlerons de la petite parenthèse où tout le monde avait son moteur à explosion comme d’une étrange époque ... Et si le climat s’est détraqué d’ici là, ils nous en voudrons surement beaucoup.


  • julius 1ER 16 septembre 2014 15:18

    La voiture électrique pollue autant que la voiture thermique

    - La voiture électrique n’est même pas efficace contre le co2

    - En France, la voiture électrique est une voiture nucléaire

    - L’argent public offert aux lobbies et aux ménages aisés

    - On ne sauve pas le Titanic en lui envoyant le Costa Concordia

    @l’auteur, 

    je partage et j’ajouterai que 4 OU 5 milliards ou+ de véhicules électriques seraient une absurdité dans la mesure où les batteries de stockage étant au lithium, je me demande où on ira pêcher une telle quantité de lithium( si vous avez la réponse envoyez là à Spartacus, le grand prêtre et adepte du tout marché) !!!!!!!!!!!

    je pense que, comme pour une agriculture raisonnée, il faut adapter le type de locomotion en fonction des énergies les plus disponibles sur chaque continent et ce dans un premier temps........ à moins que le véhicule puisse être énergétiquement autonome et fasse appel à des technologies inépuisables et peu chères, mais on en est pas là !!!!!!!!!!


  • alberto alberto 16 septembre 2014 16:25

    @ L’auteur : à quand ton article sur linky ?

    Je crains qu’il y a beaucoup à en dire...

    Bien à toi.


  • wawa wawa 16 septembre 2014 16:52

    Le problème de la recharge en pointe est déjà résolu : la recharge au tarif nuit avec un programmateur.

    faux problème. La voiture électrique c’est du nucléaire c’est une évidence. son développement m^me a petite échelle serait une excèlente nouvelle pour le nucléaire, pour edf (lissage et augmentation de la conso) mais aussi pour la balance commerciale et la stabilité économique du pays.

    C’est vrai que c’est un truc de riche : très cher à l’achat (mais moins à l’utilisation), il faut en plus disposer d’un garage électrifié pour le temps de recharge (nocturne) qui est très long

    Mais rasurez vous, les limites physique de stockage des batteries font que l’autonomie intrinsèquement limité freinera le developpement des voitures électriques.

    • hunter hunter 16 septembre 2014 19:50

      communiqué du MEDEF :

       « Il faut d’urgence passer aux véhicules électriques,pour tous. Mais nous les patrons avons conscience que le corollaire sera d’augmenter les bouilloires nucléaires, et que ceci n’est pas acceptable, car le problème des déchets représente un vrai danger.

      C’est pourquoi, il faut d’urgence bâtir des centrales électriques à pédales, et nous utiliserons comme force motrice, les millions de feigna...euh je veux dire chômeurs, pour pédaler !

      Ils seront payés grâce à notre nouveau sous-smic ! Grâce aux mesures de contrôle des feign...chomeurs, ils ne pourront pas refuser ce travail, en fait ils seront réquisitionnés !

      Nos adhérents dans la construction, sont prêts à construire les centrales (bouygues, eiffage, etc), et avec les futures dérégulations autorisant le travail des enfants, nous allons relancer la croissance, en couvrant le pays de centrales non polluantes, et en donnant du travail à des millions de gens ! Au travail feignasses ! »

      < mode ironie off> ironie... ? quoi que ........

       smiley

      H/


  • christophe nicolas christophe nicolas 16 septembre 2014 18:48

    La preuve que ce n’est pas écologique, le chauffage électrique prend une pénalité d’un facteur 2,7 pour l’obtention des labels pour les maisons BBC. En réalité, il va y avoir deux grande sources d’énergie :



    Vous verrez que la technologie des découvreurs sera grandement améliorée grâce à des technologies d’antennes qui projettent un champ intense à la manière des lasers, avec, à terme, la dépose des lignes hautes tensions qui affaiblissent le champ magnétique terrestre. Ces systèmes se démarrent avec de l’énergie électrique, il faudra donc des batteries ou une petite production locale d’électricité qui devra respecter des critères stricts pour ne pas polluer le champ magnétique terrestre.

    J’oubliais, l’énergie sera quasi gratuite, disponible partout, non polluante. Soulevez un animal avec un rayon sera possible un jour, il n’y a pas d’opposition théorique et cela a déjà fait l’objet d’observations.

  • paul paul 16 septembre 2014 18:53

    il ne faut pas n’ on plus enterrer tout les véhicules électrique
    certains modèles avait un belle avenir :

     https://www.youtube.com/watch?v=sjKttVBBUAA
    (le modèle de pierre couture avec hydroquebec .)

    si les véhicule électrique sont aussi naz à notre époque ,je pense que cela est en grande parti voulu .


  • yvesduc 16 septembre 2014 18:56
    ATTENTION, vous lisez mal le rapport de l’ADEME ! Les deux barres du graphique de la page 12, qui comparent l’impact en termes de gaz à effet de serre pour les véhicules électrique et thermique, sont ramenés à 100 % mais leurs totaux sont différents : 9 tonnes équivalent CO2 pour l’électrique contre 22 tonnes pour le thermique. Le véhicule électrique émet 2,4 fois moins de gaz à effet de serre que le véhicule thermique, dans le scénario étudié (150 000 km).

    Le graphique de la page suivante (p. 13) montre clairement que, malgré son coût initial un peu plus élevé, le véhicule électrique français distance rapidement et sans contestation possible ses concurrents (le véhicule électrique allemand et les véhicules thermiques, essence et diesel), en termes d’émission de GES.

    Pour le reste, j’approuve votre article et vous en remercie. Le charbon n’est pas une énergie propre et le nucléaire, encore moins. Le recul des constructeurs sur la publicité pour l’électrique remet les pendules à l’heure !

  • Esprit Critique 16 septembre 2014 20:58

    Fermons les centrales nucléaires immédiatement et remplaçons les par des écolos sur des vélos fixes pour pédaler et éclairer le monde, dans des pièces insonorisées de préférences pour ne plus entendre leur conneries !


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 16 septembre 2014 21:10

      @Esprit dans un état critique : 

      Électricité au niveau mondial :
      - nucléaire = 9% de l’électricité mondiale (part en chute libre : c’était 17% en 2001)
      - renouvelables = 21%

      Au Japon (130 millions d’habitants) :
      nucléaire = 0% depuis 367 jours consécutifs

      Donc, au lieu de raconter des âneries, allez donc à Fukushima vous occuper de VOTRE catastrophe nucléaire...


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 06:46

      Vous avez une totale incapacité à regarder les faits tels qu’ils sont, tout ce que vous écrivez est contaminé par vos fantasmes.

      Je ne me réjouis pas de voir que l’électricité mondiale est à 70% « carbonée », je le constate, de même que je constate que la part du nucléaire est passée de 17% en 2001 à 9% aujourd’hui, et je constate que les renouvelables font plus du double (21%)

      Et pourquoi le nucléaire baisse-t-il pendant que tout le reste monte ? Pour une seule raison : le nucléaire est trop cher, contrairement à ce que les promoteurs de l’atome prétendent aujourd’hui encore. Vos mensonges se fracassent sur la réalité.

      Si les atomistes avaient agi pour les renouvelables depuis 50 ans, on ne serait pas dans une telle merde..


    • julius 1ER 17 septembre 2014 15:05

      @esprit critique, 

      tu veux faire de l’humour agrémenté de cynisme mais le problème est que dans ton énoncé tu n’as rien compris au nucléaire.......................... car tu as beau faire le malin, les centrales nucléaires vont être fermées dans les 10 à 20 ans qui viennent simplement à cause de l’usure des bouilleurs eh oui personne ne te l’a dit mais les centrales s’usent si l’on s’en sert ............... et l’on ne peut pas changer les cuves, çà non plus on ne te l’a pas dit, alors on fermera les centrales, mais cela ne résous pas la question : par quoi les remplacer ?????????????
      Alors les pro- nucs vont dire par d’autres centrales( genre surgénérateurs qui ne marchent pas ) ou alors chercher d’autres moyens pour produire de l’énergie ....... les vrais enjeux sont là maintenant.

    • 1871-paris 1871-paris 18 septembre 2014 11:14

      En plus vous prenez vos interlocuteurs pour des jambons,

       

      le japon a dû remettre en service un partie de son parc nucléaire, ne dit pas de sottise, ils ont voulu s’en passer, mais la réalité économique a poussé Abé a redémarrer ce qui pouvait l’être !

       

      Votre obstination est malhonnête, vous n’êtes plus dans le débat argumentaire mais dans la confrontation religieuse, dès que le mot nucléaire et prononcé près de vous, vous entré en transe...

       

      Vous utilisez les techniques habituel des manipulateurs (les mêmes que la bande à Proglio que vous combattez comme nous mais pas pour les mêmes raisons) d’amalgames, de travestissement des chiffres en les sortant de leur contexte, et ici et la-vous glissez une ou deux affirmation péremptoire…

      Continuez et l’écologie qui devrait être un débat, et non un affrontement religieux sera toujours cantonné a moins de 10% voire parfois moins de 5% des suffrages. Alors que la France a les capacités techniques pour relever le défi de concilier industrialisation, production de masse et harmonie avec le capital vivant, votre sectarisme dessert la cause plus qu’autre chose !


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 18 septembre 2014 13:20

      Est-ce que vous mentez par ignorance ou par bêtise ?
      La vérité est que TOUS les réacteurs japonais sont à l’arrêt, et ce depuis plus d’un an.

      Vous prenez probablement pour argent comptent les divers effets d’annonce, mais le fait est qu’aucun réacteur japonais n’a été remis en service.

      Si la relance stupide des 2 réacteurs de Sendai a hélas lieu, ce ne sera pas avant décembre.
      Lisez donc ceci, mais savez-vous lire ?

      http://www.rts.ch/info/monde/6132575-feu-vert-au-redemarrage-de-deux-reacteurs-nucleaires-au-japon.html


  • Jean Keim Jean Keim 16 septembre 2014 20:59

    Les centrales produisant de l’électricité grâce à l’énergie nucléaire n’ont pas été conçues à l’origine pour recharger des batteries de voitures mais puisqu’elles existent autant les utiliser tant qu’elles sont en place.

    Il est à noter que beaucoup des arguments anti voitures électriques peuvent également s’appliquer aux éoliennes et aux panneaux photovoltaïques.

  • redrock redrock 17 septembre 2014 01:12


    Voici le texte exact de la conclusion de l’étude de l’Ademe qui ne dit pas exactement la même chose que l’auteur.
    Le VE peut être très interessant s’il peut être rechargé en renouvelable, utilisé en ville en autopartage et en tramway ou bus électrique, s’il est allégé et simplifié au maximum.
    Les progrès en cours pour les batteries devraient améliorer l’autonomie et la vitesse de charge.
    Comme le faisait remarquer Frdéric Boyer l’usage du VE responsabilise plus le conducteur et le désintoxique du Vroum Vroum ; Comme le dit mon petit fils,la voiture de papy fait pas Vroum vroum, elle fait Bzzzhi Bzzzhi !
    L’opportunité de développer massivement le VE ? en ville peut être, sinon cela restera marginal tant qu’il y aura du pétrole ! Après le pétrole, est ce que l’on pourra encore rouler et se payer des voitures ? Pas sur !
    En tout cas, les différentes primes à la casse ont certainement couté plus cher au contribuable que les bonus écolo qui profitent plus-c’est vrai- aux classes moyennes qu’aux populaires.

     « L’étude permet de conforter l’intuition selon laquelle le mode de production de l’électricité
    impacte fortement le bilan environnemental du véhicule électrique qui se révèlerait
    particulièrement performant avec un mix électrique 100% renouvelable. Elle met par
    ailleurs en évidence l’importance des impacts liés à la fabrication de la batterie.
    Les conclusions suivantes sont issues des résultats de l’ACV et de l’analyse d’incertitude
    présentée dans le Chapitre 4.3.8. Les principales catégories d’impact sont présentées :
    changement climatique, acidification, consommation totale d’énergie primaire,
    épuisement des ressources fossiles, eutrophisation et création d’ozone photochimique.

     Pour le potentiel d’acidification, les scénarios modélisés montre que la contribution
    du VE est plus importante que celle du VT. Le potentiel d’acidification représente
    un désavantage de l’électromobilité. D’un autre côté, l’analyse d’incertitude montre
    l’importance des matériaux rentrant dans la composition de la batterie, offrant un
    levier d’amélioration potentiel important. Le scénario utilisé à l’horizon 2020 valide
    cette amélioration potentielle,

     Pour le potentiel de création d’ozone photochimique, le VE affiche un bénéfice par
    rapport au VTs. Le potentiel de création d’ozone photochimique est principalement
    dû aux émissions de composés organiques volatiles (VOC) des VTs en phase
    d’usage (conduite), émissions inexistantes pour les VE durant cette phase.
    Comme le POCP est un problème de pollution locale, le VE favorise la diminution
    de cet impact potentiel à l’endroit où le véhicule est utilisé (par exemple en milieu
    urbain),

     Le potentiel d’épuisement des ressources fossiles révèle que le VE tend à réduire
    la consommation de ressources fossiles, même pour le scénario du VE allemand.
    Le VE est donc plus indépendant des ressources fossiles, notamment pour le VE
    français (utilisant de l’électricité principalement nucléaire) et pour un VE utilisant
    des énergies renouvelables pour se charger,

     La consommation totale d’énergie primaire montre que le VE n’est pas plus
    efficace énergétiquement qu’un VT sur l’ensemble de son cycle de vie. La plage
    d’incertitude du VE pour cet indicateur est plus grande pour le VE que pour le VT,
    ainsi le VE tend vers une efficacité énergétique moindre par rapport au VT,

     Les déchets/émissions radioactives n’ont pas été calculées dans l’analyse
    d’incertitude, mais les résultats pour ces flux sont disponibles dans ce rapport. Un
    chapitre dédié aux bouquets électriques montre que les flux radioactifs (déchets et
    émissions) du VE sont logiquement plus importants que ceux des VTs, quelques
    soit le bouquet électrique utilisé pour la charge,

     Pour les autres indicateurs d’impact potentiel, les résultats dépendent du bouquet
    électrique utilisé pour la charge du VE. Un bouquet basé sur des énergies fossiles
    entrainera un bénéfice faible pour le VE. Un bouquet basé sur des énergies renouvelables représentera une meilleure alternative pour l’ensemble des
    indicateurs d’impact potentiel à l’exception de l’acidification.
    Des résultats similaires ont été obtenus pour le véhicule utilitaire léger (VUL). Les écarts
    entre le VE et le VT pour les indicateurs d’impact potentiel montrant un avantage pour le
    VE sont encore plus marqués pour le VUL que pour le VP.
    Des résultats similaires ont été obtenus pour l’horizon 2020, mais les différences entre VE
    et VT sont moins importantes. De plus, la technologie de batterie utilisée (avec 50% de
    LiFePO4) réduit les impacts potentiels de la batterie de 20 à 40% à l’exception de la
    consommation de ressources minérales.

    En France, les véhicules électriques étudiés affichent un avantage sur de nombreux
    indicateurs, dont l’effet de serre : on observe une réduction d’environ 65% sur les
    émissions de gaz à effet de serre par rapport à un véhicule thermique93 comparable en
    2012, en raison du pourcentage élevé d’énergie nucléaire.

    Cette performance dépend
    fortement du mode de production de l’électricité : en revanche, à l’horizon 2020, le
    véhicule électrique modélisé pour une utilisation en Allemagne affiche une contribution à
    l’indicateur de changement climatique aussi élevée que celle d’un véhicule Diesel.
    Par ailleurs, le gain potentiel en pollution atmosphérique locale représenté par le
    développement du véhicule électrique en milieu urbain dépend fortement de la taille du
    parc : à horizon 2020, la taille projetée du parc (1,8%) s’avère encore trop faible pour
    qu’un impact significatif sur la qualité de l’air d’une ville de 500 000 habitants puisse être
    validé (gain de 0,07% sur les émissions totales de VOC hors méthane).
    De même, si le véhicule électrique représente un bénéfice en termes de nuisances
    sonores, la taille du parc envisagé en 2020 ne permet pas de conclure à un effet sensible
    sur une ville de 500 000 habitants, sauf si des zones sont dédiées au VE. »


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 07:21

      En clair, vous reconnaissez que la voiture électrique n’est intéressante (selon vous) que si elle est rechargée en bonne partie... au nucléaire. Bravo, et bon Fukushima.

      D’autre part, vous semblez vous accommoder de la véritable délocalisation de la pollution que réalise la voiture électrique : les urbains aisés roulent « propre » dans leurs centre ville tout en polluant à des centaines de km (centrales nucléaires) et même des milliers de km (mines de lithium pour les batteries, mines d’uranium pour l’électricité nucléaire...)


    • redrock redrock 17 septembre 2014 11:53

      Ne déformez pas mes propos : j’ai dit aux renouvelables et non au nucléaire, éoliennes ou PV.
      Mais il est vrai qu’en France on économise 65% de gaz à effet de serre en roulant électrique y compris d’ailleurs en TGV.

      Que vous rouliez en thermique ou électrique la pollution induite ailleurs est largement comparable : métaux, fonderie, raffinerie, les dernières batterie ion polymère sont recyclables ;

      En terme de risque, le risque climatique est-il selon vous plus grand que le risque nucléaire ?
      Dans l’état actuel de la faible occurrence du nucléaire l’un est planétaire, l’autre reste pour l’instant limité à des impacts régionaux même si je n’ignore pas leur gravité.
      Faut-il alors limiter drastiquement tout véhicule personnel ? tout objet manufacturé dont la production engendre pollution ou nuisances diverses ?
      Faut il encourager la décroissance démographique ?
      Quid des pollutions agricoles, nitrates, pesticides,... des additifs industriels divers... des particules fines... des OGM... des Guerres stupides ?


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 12:23

      Il faut donc dire et redire que vous vous faites de sacrés illusions en croyant que le nucléaire limite les émissions de co2 :

      Consommation mondiale d’énergie :

      - pétrole-gaz-charbon : 85%
      - renouvelables 13%
      - nucléaire 1,8% (une part infime et en baisse continue)

      Par ailleurs, vous semblez ignorer que les batteries de M Bolloré doivent être en charge tout le temps, même lorsqu’elles sont pleine, pour être maintenues à 80 degrés de chaleur : un gaspillage ENORME !


    • redrock redrock 17 septembre 2014 15:02

      vous ne répondez pas à mes questions !

      En terme de risque, le risque climatique est-il selon vous plus grand que le risque nucléaire ?
      Dans l’état actuel de la faible occurrence du nucléaire l’un est planétaire, l’autre reste pour l’instant limité à des impacts régionaux même si je n’ignore pas leur gravité.
      Faut-il alors limiter drastiquement tout véhicule personnel ? tout objet manufacturé dont la production engendre pollution ou nuisances diverses ?
      Faut il encourager la décroissance démographique ?
      Quid des pollutions agricoles, nitrates, pesticides,... des additifs industriels divers... des particules fines... des OGM... des Guerres stupides ?

      vu la faible occurrence de la population française, 1% environ, elle peut alors consommer ce qu’elle veut si je suis votre raisonnement sur l’impact du nucléaire sur l’effet de serre !

      Oui le nucléaire produit moins de GES
      oui le nucléaire présente des risques
      oui la batterie Bolloré consomme en permanence 300 watts pour l’instant en autopartage mais pourrait consommer moins en individuel si on inclue un préchauffage de l’électrolyte. C’est pourquoi l’intérêt est d’avoir une recharge en renouvelable PV ou éolienne ou enercoop

      Ce n’est pas la peine d’en rajouter ou de désinformer ; vous seriez plus crédible.


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 15:22

      M l’employé d’EDF, ou de Bolloré, ou des deux :

      Votre question « le risque climatique est-il selon vous plus grand que le risque nucléaire ? » est parfaitement STUPIDE :

      Le réchauffement est un problème, le nucléaire en est un autre, quel est l’intérêt d’un « classement » ? Et comment comparer des émissions de co2 avec les nuages radioactifs issus de Tchernobyl et Fukushima ? Ou avec les déchets radioactifs ?

      Mais de toute façon, une chose est certaine : qui veut réduire les émissions de co2 perd son temps en croyant y arriver avec le nucléaire qui, outre le fait qu’il est lui même une calamité, a un impact quasi nul sur les émissions de co2...


  • Laulau Laulau 17 septembre 2014 09:01

    matières premières et énergie pour la construction, pneus et batteries à l’usage, déchets en fin de vie

    Dois-je en conclure que les voitures thermiques sont construites sans dépenser d’énergie, qu’elle roulent sans pneus ni batterie ? A trop vouloir démontrer on s’emmêle les pinceaux.

    Bravo, et bon Fukushima.

    Là vous vous dévoilez comme le bon ayatollah écolo que vous êtes. Puis je vous rappeler que le très grave accident nucléaire de Fukushima a été provoqué par un raz de marée d’une force exceptionnelle et que 99,9999 % des victimes sont mortes noyées et pas irradiées ?


  • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 09:27

    Vous démontrez pourquoi il est impossible de débattre correctement sur ces questions : je conteste (à juste titre) que la voiture électrique soit « propre », en précisant noir sur blanc qu’elle « pollue autant que la voiture thermique », ce qui signifie bien que celle-ci est tout aussi coupable.

    Mais voilà, aveuglé par vos fantasmes, vous m’accusez contre toute évidence de promouvoir la voiture thermique. C’est juste nul. Profondément nul. (Soupirs)

    Quant à votre sortie négationniste sur Fukushima, je préfère ne pas relever, c’est dramatique...


    • Laulau Laulau 17 septembre 2014 11:15

      Quant à votre sortie négationniste sur Fukushima, je préfère ne pas relever, c’est dramatique...

      Ce qui est dramatique c’est votre argumentaire : quel rapport logique voyez vous entre les voiture électrique et Fukushima ?
      L’extraction des énergies fossiles tue CHAQUE JOUR plus de gens que l’accident nucléaire de Fukushima et ceci sans qu’un tsunami s’en mêle .

      Vous devriez vous méfier des bocaux !


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 11:24

      Une fois de plus, vous tentez de réhabiliter la peste du fait du choléra.
      Les fossiles tuent ? Eh bien, est-ce que cela rend vie aux victimes du nucléaire ?

      Si le nucléaire tue moins (sur le moment), c’est qu’il couvre 2% de la conso mondiale d’énergie, quand les fossiles font 85%...

      Mais rassurez-vous, l’atome tue beaucoup dans la durée, Tchernobyl et Fukushima tueront au final des millions de personnes, vous pouvez vous réjouir...


    • Laulau Laulau 17 septembre 2014 14:16

      Les fossiles tuent ? Eh bien, est-ce que cela rend vie aux victimes du nucléaire ?

      C’est sûr que non, mais vous proposez quoi ? De vous passer d’énergie ? Rassurez moi, il y a bien des prises de courant chez vous, non ?

      Si le nucléaire tue moins (sur le moment), c’est qu’il couvre 2% de la conso mondiale d’énergie, quand les fossiles font 85%...

      En France, je crois savoir que le nucléaire fournit très largement plus de 2% de l’énergie ; combien de morts dans les centrales ? Combien de morts, ne serai-ce qu’à cause du très écologique gaz « naturel » ?
      Mais rassurez-vous, l’atome tue beaucoup dans la durée, Tchernobyl et Fukushima tueront au final des millions de personnes, vous pouvez vous réjouir...

      A ce niveau de paranoïa il n’y a pas de réponse possible. Méfiez vous des bocaux et des chambres capitonnées.


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 14:46

      Voilà pourquoi il est impossible d’avoir un débat qui se tienne avec les pronucléaires, dont neurones sont de toute évidence grillés :

      J’explique pourquoi il est absurde de remplacer la peste par le choléra, et pourquoi il est injustifiable que l’argent public soit mobilisé pour des options polluantes, et je lis qu’il faudrait donc « se passer d’énergie ».

      A ce niveau de bêtise, il n’y a rien pour vous sauver...


    • Laulau Laulau 17 septembre 2014 18:26

      Tout d’abord je ne suis pas un pronucléaire mais j’ai un petit bagage scientifique en physique et je me désole de voir des gens comme vous qui croient que l’on va pouvoir remplacer les centrales actuelles par des moulins à vent ou en faisant bruler les pets de vaches.
      Par ailleurs à part dénoncer la « bêtise » que vous voyez chez vos contradicteurs vous ne répondez jamais aux arguments qu’on vous oppose. En parlant de sottise, la paille et la poutre, vous connaissez.
      Et méfiez vous des bocaux !


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 18:44

      Eh bien, si vous n’êtes ni un crétin ni un sale menteur, dites-moi donc où vous avez vu que je compte « remplacer les centrales actuelles par des moulins à vent »

      Une telle débilité ne peut venir que d’un pronucléaire...


  • alinea alinea 17 septembre 2014 10:06

    Il y a une vingtaine d’années, au cours d’études universitaires sur l’environnement, un prof nous avait dit : quand le gouvernement promeut quelque chose, c’est toujours une entourloupe ! ( il l’avait dit mieux que ça, et étayé !) ; lui parlait de la pollution comparée entre l’essence ordinaire- qui disparaissait alors des pompes- et le sans plomb !!
    Rien ne change donc, malgré les promesses !!
    Tout ça,oui, ce sont des subventions déguisées pour les fabricants et les riches utilisateurs !
    « Ils » auront beau jeu de nous dire que:le voilà l’investissement, qui va donner du travail et de la consommation ; la relance quoi !
    Mais quand on est favorable à la politique de la demande, dans le respect de l’environnement, quand on attend des investissements, recherche et autres, pour les énergies renouvelables, on ne peut que « manger son chapeau » !!


  • hunter hunter 17 septembre 2014 10:18

    Bonjour Stéphane,

    Bon cette fois, pour être un peu sérieux, vos remarques sont tout à fait exactes, et à ce propos, je me souviens avoir vu il y a plus de cinq ans, un documentaire US sur la chaîne planète, qui parlait de tous ces problèmes d’énergie, de transport, grosso modo la colonne vertébrale de ce système infâme.

    Le réalisateur expliquait comment par exemple, les industries pétrolières et automobiles, avaient fait en sorte que les transports en commun tombent en déshérance dans les années 50 à Los Angeles ( surface déjà très grande) : il fallait vendre de la bagnole et de l’essence !

    Mais il évoquait aussi la situation actuelle, et la Californie dispose de beaucoup de gens de talent, qui essaient de travailler pour améliorer tout ça.

    Je me souviens en particulier du témoignage d’un jeune ingénieur, qui lui avait parié sur l’hydrogène : il modifiat des hummers (changement du calculateur, qui doit calculer plus vite pour l’hydrogène, et bien entendu des réservoirs haute pression), mais en plus, il avait développé une unité qui permettait à l’automobiliste de produire lui-même son hydrogéne, et de la comprimer pour faire le plein chez lui. Bon, c’est sûr c’est pas très pratique, mais bon, c’est un début.....

    Et c’est là que tout se corse : car cette unité personnelle, fonctionnait...à l’énergie solaire, donc pas besoin de la raccorder au réseau électrique !

    Et bien entendu, le jeune homme expliquait qu’il se prenait des volées de procédures tatilonnes en justice, de la part des pétroliers (qui veulent vendre jusqu’à la dernière goutte et de plus en plus cher), et aussi des vendeurs d’électricité !

    Il s’en prenait plein la gueule, et il n’hésitait pas à un moment à dire, en gardant le sourire, que même sa vie était menacée.

    Ce documentaire interrogeait aussi à un moment, un ancien ingénieur d’un grand constructeur US, genre GM, qui lui expliquait que tous les constructeurs auto avaient dans les cartons, des solutions pour réduire considérablement la consommation des véhicules (genre un ou deux litres pour 100 bornes, voire moins), mais que tout ça était caché, top secret, car les accords avec les pétroliers les empêchaient de les utiliser.

    Il n’hésitait pas non plus à dire que certains de ces brevets, avaient été en fait développés par différents particuliers, sans gros moyens, mais avec des talents certains, et que malheureusement, bien souvent, ces gens avaient été spoliés, et souvent violemment, au prix de leur vie.

    D’ailleurs comme le disait cet ingénieur retraité, en rigolant, je vais arrêter de parler, car par le passé, j’ai des vieux copains qui ont déjà fait des témoignages comme celui que je fais, et curieusement, alors qu’ils étaient plutot en bonne santé, ils sont subitement morts. alors comme je voudrai bien profiter encore de ma retraite, je vais arrêter de parler de tout ça !

    Vu le poids des lobbies, de l’intérêt de très grandes multinationales, qu’elles soient pétrolières, nucléaires ou fabriquant de bagnoles, cette hydre, cette pieuvre met tout en oeuvre pour mettre des bâtons deans les roues à des tas de soutions qui existent, et qui pourraient améliorer la vie des gens !

    Tant que les dirigeants de toutes ces entités maléfiques n’auront pas été physiquement éliminés, nous n’en sortirons pas, et ce système ira à la catastrophe, mais c’est ce qu’ils veulent, car jusqu’au dernier moment, ils trouveront toujours le moyen de faire un petit billet !

    L’homme est pervers et inexorablement, travaille à sa perte !

    Adishatz

    H/

    PS :impossible de me souvenir du titre de ce doc...si quelqu’un a une idée, car ce genre de truc est difficilement retrouvable sur le réseau (pas assez de mots clés précis)


    • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 17 septembre 2014 10:45

      Il ya effectivement un énorme malentendu par rapport à l’Humain : cette espèce croit s’être extraite de sa condition animale par la Civilisation, ce qui est exact par moments et pour certains, mais la réalité est que l’Animal est toujours là, plus que jamais, et que le plupart des humains ne se préoccupent que de leur gueule en se foutant bien des conséquences.

      Finalement, ce sont probablement les humanistes (antinucléaires et autres) qui sont dans l’erreur en se faisant des illusions sur leurs congénères...


  • hunter hunter 17 septembre 2014 11:12

    D’accord avec vous ; ceux qui arrivent à s’émanciper des « valeurs » humaines classiques ( compétition, succès, argent, concurrence, etc, etc, ) sont je pense, des êtres qui ont subi une mutation génétique, inexplicable, vu le pauvre niveau de la technoscience, à laquelle la masse du bétail est priée de rendre le culte (combien de fois n’a-t-on entendu « mais ils vont trouver une solution ! Qui est ce »il«  ? ).

    Comme toute mutation, elle ne touche d’abord qu’un faible nombre d’individus, épargnant la masse qui en fin de compte, se complait dans ce système, et en demande plus : quand on entend les clameurs pour »plus de pouvoir d’achat« , on ne remet pas en cause le système mortifère, on en veut juste une plus grosse part, ce qui sous-entend qu’il faut qu’il perdure !

    Je rêve d’entendre »supprimons le pouvoir d’achat, supprimons le salariat !", mais là, je peux rêver longtemps !

    La question est de savoir si la mutation va se répandre assez vite, de manière à mettre un terme à cette façon de vivre absurde, avant qu’il ne soit trop tard, et que la planète ne puisse plus abriter une forme de vie comme la notre !

    A vrai dire Stéphane, étant assez pessimiste, je crois qu’il est déjà trop tard :les masses sont trop profondément programmées pour ce système (on a presque l’impression là aussi, que ça se passe au niveau du génome) !

    Vous l’avez vu ici, vous l’avez fait remarqué, nous sommes dans l’époque des dogmes les plus forts :technoscience, argent......les nouvelles idoles ont eu des millénaires pour s’implanter et elles le sont fortement ! Viendra-t-il quelqu’un pour chasser les marchands du temple ? là, on entre dans un autre domaine.......

    Alors nous verrons bien ! J’ai pour ma part renoncer à convaincre : je me suis mis en accord avec moi-même j’essaie de ne pas nuire aux autres, de nuire le moins possible à mon environnement, je consomme le moins possible pour ne pas entretenir ce sysytème, je vis en campagne c’est plus facile pour troquer mes compétences contre là un canard, là un poulet, là des légumes....je me suis préparé au pire, même à la mort, mais je ne me rendrai pas sans combattre pour ce que je crois juste.

    J’attends, je profite encore des quelques jolies choses qui subsistent (même s’il y a moins de chauve-souris le soir, le vol de celles qui sont encore là est toujours magnifique), j’essaie de faire de mon mieux, mais face à l’égoïsme généralisé du consumérisme, que faire ?

    On ne peut pas forcer les gens à devenir conscients !

    Bon courage et comme je le dis toujours, Dieu reconnaîtra les siens !

    Adishatz

    h/


Réagir