mercredi 28 septembre 2016 - par CN46400

Mélenchon or not Mélenchon

En 2012, j'ai beaucoup "campagné" pour Mélenchon. Si bien qu'au soir du 1° tour il était 3° dans mon département, avec plus de 14%. En 2017, si rien n'évolue, je ne "campagnerais" pas pour lui, n'y ne voterais, sans doute pas, pour lui.

 Que s'est-il passé pour qu'une telle crise de désamour s'installe entre lui et moi ?

 En 2012, il était tellement unitaire, et pour moi qui sais, depuis que j'ai lu Thorez, que le drapeau de l'unité est l'étendard politique principal du prolétariat (ceux qui doivent travailler pour vivre), je me délectais de ses paroles. Parfois, pourtant, une interrogation traversait mon esprit : Comment peut-il parler comme cela en étant resté 30 ans au PS ? Juste le temps de me raser et je fonçais vers d'autres pensées. Comment remplir les 10 cars que notre Fd-PCF avait prévu pour le meeting de Toulouse ? Et on les a rempli, avec le PG, les 10 cars et même payés !

Puis la vie reprit ses droits, tout juste si je remarquais les diverses scissions qui parcouraient les rangs étroits du PG départemental, notre allié toujours privilégié. Arrivèrent en 2014 les municipales. Chez nous, les principales municipalités sont socialistes avec participation communistes et leur gestion vise rarement autre chose que la satisfaction des besoins basiques des habitants. Voilà que le PG, famélique pourtant, débarque avec ses propositions qui sont des exigences siné qua non : Ok pour des listes FDG mais par de fusion au 2° tour avec les listes PS. A notre remarque qui note la possible disparition des municipalité FdG (communistes pour la plupart), il est répondu : "On s'en fout c'est des élus pourris qui font la politique du PS"

 L'échec clôt les discussions, au chef lieu une liste Pgiste, avec quelques dissidents du PCF, est présentée. Elle capte presque la moitié des voix FdG, mais le grand gagnant est le....PS qui voit sa liste élue dés le 1° tour, une première depuis toujours. Comme quoi la division porte aussi des fruits, sauf qu'au palais, ils sont plus amers que ceux de l'union.... Et le PG s'enfonce encore dans ses divisions, il sera en 2015, incapable d'entraîner les Verts dans une autre opération anti-PCF lequel parvient à faire élire une conseillère régionale sur une liste estampillée ELV-FdG.

 Nous en sommes là lorsque, en janvier 2016 j'apprends que Mélenchon a décidé de se présenter à la présidentielle de 2017 en indépendant, comme De Gaulle (c'est lui qui le dit), au dessus des partis. Ce n'est plus le candidat du FdG, c'est celui des "insoumis", une caste que six mois après, personne n'a encore pu définir autrement que par : "groupies de Mélenchon". Il accepte tout le monde, communistes compris (ils ont des bras, un peu de tune, et les quelques parrainages qui ont été sauvés des bérézinas de 2014-2015), mais SVP pas de socialistes, même pas ceux qui ont voté contre la loi travail. Au temps de l'anticommunisme primaire du PS d'antan, succède, chez la Méluche, le temps de l'antisocialisme primaire, comme s'il n'avait pas remarqué que le second serait, pour la gauche et les intérêts des prolos, aussi mortifère que le premier.

 En fait Mélenchon constate que son parti, le PG, because acrobaties ratées, n'existe pratiquement plus, et il table sur sa notoriété, acquise en 2012, dans l'électorat communiste, qu'il croit suffisante pour éviter toute négociation avec le PCF. Lequel sera bien obligé, bon gré, malgré, de se rallier, avec tous ses attributs (bras, tune et signatures)

 Sauf que si les sondages sont toujours au dessus de 10, et même doublent parfois Hollande, aucun ne donne une place à Mélenchon au 2° tour. Or, à quoi peut bien servir une place figurative pour un candidat "individuel" de 65 balais sinon à alimenter ses conversations avec ses petits enfants ? Et, dans le PC, cette question parcourt toutes les réunions de rentrée de la structure laquelle répond par une autre question : Quel intérêt peut-il y avoir à soutenir une candidature sans avenir et sans contenu de classe, qui au bout du bout ne peut qu'aboutir au maintien des prolos socialistes sur le candidat 100% social-libéral Hollande ?

 C'est de ce raisonnement qu'est en train de germer la candidature du Député Chassaigne dans le PCF qui ne s'effacerait, éventuellement, que devant une autre candidature anti-loi El Khomri sans exclusive. Avec ou sans candidat, le PCF ferait alors entendre une ligne néo-communiste susceptible de rassembler, sur la base de leurs intérêts, l'essentiel des prolos de ce pays.
 En clair, le PCF utiliserait, son éventuel isolement, pour terminer en France, devant le peuple, l'aggiornamento post soviétique qu'appelle l'arrivée en responsabilité d'une nouvelle génération.



226 réactions


  • Schrek Jeussey de Sourcesûre 28 septembre 2016 17:58

    « Avec Jean-Luc Mélenchon, on est face à une dérive égocentrique qui s’accompagne de divergences de fond. » André Chassaigne

    • Fergus Fergus 28 septembre 2016 21:33

      Bonsoir, Jeussey de Sourcesûre

      C’est vrai. Mais s’il n’y avait pas, en la personne de Pierre Laurent, un mollusque soporifique à la tête du PC - et de surcroit faux-cul au bénéfice du PS -, Jean-Luc Mélenchon n’aurait jamais été en position d’agir comme il l’a fait !


    • CN46400 CN46400 29 septembre 2016 07:48

      @Fergus

       En 2012 c’était bien Laurent qui représentait le PC et tout s’est bien passé. Mais on était dans le FdG pas dans les « insoumis » au dessus des partis, des cartels devenus si affreux pour Méjlenchon.


    • legrind legrind 29 septembre 2016 12:14

      @«  Avec Jean-Luc Mélenchon, on est face à une dérive égocentrique qui s’accompagne de divergences de fond. »

      Les présidentielles ne sont pas un concours d’humilité, il faut montrer qu’on veut diriger la France, et j’aimerais bien savoir au juste quelles ont les »divergences" , Laurent reste dans un flou artistique, on a compris qu’il est pour augmenter les salaires, faire disparaître le chômage etc tout en continuant l’immigration etc... mais concrètement on attend toujours ses pistes.

    • jmdest62 jmdest62 29 septembre 2016 12:55

      @CN46400

      la candidature du Député Chassaigne dans le PCF qui ne s’effacerait, éventuellement, que devant une autre candidature anti-loi El Khomri sans exclusive.« 
      °
      Je ne suis pas sûr de bien suivre le cheminement subtil de votre pensée.....
      °
      1) JLM n’a-t-il pas combattu la »loi El Khomri« de bout en bout.... ?
      OUI ! alors le ralliement du PCF à JLM est acquis ...c’est une excellente nouvelle.
      °
      2) Le PCF veut »absolument« jouer collectif à gauche => M. Chassaigne va se présenter à la primaire PS Non ? ...
      il va être battu Non ?( »Quel intérêt peut-il y avoir à soutenir une candidature sans avenir" ) => Fidèle à l’engagement Vous allez voter PS au 1er tour de la présidentielle...
      pourquoi ne pas le dire clairement ,c’est bien votre droit , ya pas de honte , juste un peu d’amnésie antérograde ça doit pouvoir se soigner  smiley
      °
      @+


    • CN46400 CN46400 29 septembre 2016 13:24

      @jmdest62

      C’est pas la peine de faire semblant, je n’ai jamais écrit que Mélenchon n’était pas un anti-loi Travail conséquent, j’ai juste remarqué que JLM tient pour nul et non advenu la position des prolos socialistes qui sont, eux aussi, des anti-loi travail puisque toutes les études disent qu’il existe toujours une majorité de citoyens hostliles à cette loi et cette majorité contient évidemment ces prolos qui gravitent autour du PS. Il est donc aberrant de ne pas faire du rejet de cette loi, l’axe principal d’une candidature soucieuses des intérêts des prolos (ceux qui doivent travailler pour vivre)

       Mais cela suppose de prendre langue avec les députés PS frondeurs, ce qui provoque, allez savoir pourquoi, de gros boutons à Mélenchon. En ce qui concerne Chassaigne, prenez note de ce scoop : il ne sera pas dans la primaire du PS !


    • jmdest62 jmdest62 29 septembre 2016 13:51

      @CN46400

      « Une fois prêt en octobre, ce pacte serait soumis à une »votation citoyenne nationale« pour lui donner »un mandat populaire« . A l’issue de quoi viendrait le temps de la désignation d’un candidat, au besoin par le biais d’une primaire.  » O. Dartigolles juin 2016.
      °
      Pardon j’avais oublié que le PCF allait organiser sa propre primaire...on sait , grâce à vous , qu’il y aura Chassaigne ..qui d’autre ?  smiley
      @+


    • jmdest62 jmdest62 29 septembre 2016 14:06

       @CN46400

      " Mais cela suppose de prendre langue avec les députés PS frondeurs, ce qui provoque, allez savoir pourquoi, de gros boutons à Mélenchon. « 
      °
      députés PS frondeurs :  Vous n’avez donc pas encore compris que les »frondeurs« ne sont là que pour donner le change ....puisque le PS fait tout ce que la droite a rêvé de faire.... il faut bien simuler une opposition.
      Je dis bien »simuler« car ils auraient pu faire tomber le Gvt de Valls et condamner la »loi El Khomri« ..l’ont-ils fait ? ...  » allez savoir pourquoi,°
      @+


    • CN46400 CN46400 29 septembre 2016 14:13

      @jmdest62

       Vous vous réveillez d’un long sommeil, depuis juin, de l’eau a passé sous les ponts. Dartigolles usait alors du conditionnel, Depuis, le PS maneuvre pour organiser une primaire-fauteuil pour Hollande. Chassaigne n’entre pas dans ces calculs.


    • jmdest62 jmdest62 29 septembre 2016 14:31

      @CN46400

      « depuis juin, de l’eau a passé sous les ponts. Dartigolles usait alors du conditionnel, »

      Ben vous avez raison..... on va attendre avril 2017 pour connaitre , après moult circonvolutions , tractations et usages du conditionnel , la position ferme et définitive des dirigeants du PCF(1) .
      °
      Excusez certains , de ne pas vous attendre .
      @+

      (1) j’ai cru comprendre que nombre d’élus et de militants communistes ont déjà manifesté leur impatience ..Laurent ferait bien de se décider s’il le veut pas rester seul avec Chassaigne (et peut-être Dartigolles)


    • CN46400 CN46400 29 septembre 2016 14:35

      @jmdest62
      Comme Mélenchon, vous considérez que tout socialiste, élu surtout, est un « salaud de traître » et vous négligez complètement le fait que les millions de prolos qui élisent ces « salauds » sont, idéologiquement, les plus proches des idées de gauche. Et que la construction d’une majorité de gauche passe par le décrochage des ces électeurs du vote pour les sociaux libéraux qui dominent actuellement le PS. La loi El Khomri est incontestablement une opportunité pour cristalliser ce décrochage. Mélenchon, en refusant obstinément cette stratégie, facilite, sans contestation possible, le maintien de ces prolos dans l’orbite de Hollande.

      Pour ma part je m’en tiens au commandement de Marx : « Prolétaires unissez-vous ! »


    • CN46400 CN46400 29 septembre 2016 14:42

      @jmdest62
      Trois dans une cabine téléphonique, c’est déjà beaucoup .....


    • non667 29 septembre 2016 15:03

      @Jeussey de Sourcesûre

      tout à fait :
      j’ajoute :

      méchanlon avant tout = anti- fn (hénin ) = anti- france/français (discourt de marseille ) : point barre . rien de cohérent en dehors de ça !

      =don quichotte de l’anti- fascisme , sancho pancha du N.O.M.=comique troupier 

      méchanlon va brasser du vent pendant 5 ans pour mieux rabattre ps même lr ? en 2017 !

      pour le M.E.S. pétition ou pas IL N’Y A PAS EU DE REFERENDUM le ps était d’accord avec sarko sur Lisbonne ,la Libye ,.... le N.O.M. .....etc....

       pas besoin de dire non plus que chez les méchalon on est francs maçons depuis 3 générations . cette confrérie ou l’on entre par piston et qui sert avant tout a se pistonner ,s’entr’aider (passer avant les autres ) dans tous les domaine : politique ,administration ,justice au niveau national mais aussi international ! il n’est pas question pour lui de trahir ses frères à qui il doit tant, tout ! , mais accomplir au contraire la mission qu’ils lui ont confié : saboter la nation au profit du mondialisme ! il n’est qu’un pion des francs mac eux mêmes pions de la juiverie mondialiste ( mais ils ne le savent pas ! )

      si gouverner c’est prévoir méchanlon est particulièrement aveugle/traitre qui n’a rien vu (étant aux loges ) du virage au mondialo-capitalisme du ps en 1983 !

      -qui croie pouvoir socialiser l’europe de l’intérieur alors qu’il n’a pu le faire du ps et à du le quitter !

      - qui même quand il voie les couilles a du mal à dire que c’est un mâle , dit qu’il a des doutes et se désiste sans condition préventivement pour le ps !

      au français : il vaut mieux avoir ses ennemis en face que des traitres dans son dos !

       



    • jmdest62 jmdest62 29 septembre 2016 17:04

      @CN46400

      " vous négligez complètement le fait que les millions de prolos qui élisent ces « salauds » sont, idéologiquement, les plus proches des idées de gauche « 

      Je ne néglige rien du tout !
      Si des millions de travailleurs qui ont voté »socialiste« , sont encore proche des idées de gauche ce n’est pas en faisant les yeux doux aux députés (même »labellisés frondeurs« ) ni à la direction de leur parti solférinien qu’on arrivera à les garder à gauche.
      Le seul moyen est de les convaincre par un projet de gauche qui deviendra un programme de gauche .

      chacun sa méthode mais.... l’attitude de la direction du PCF ressemble plus à une tactique pour »sauver les meubles" qu’à une stratégie de conquête du pouvoir.
      Et ça, je crois bien que beaucoup commencent à s’en apercevoir.
      @+


    • jmdest62 jmdest62 29 septembre 2016 17:07

      @non667

      On a fait CACA dans sa couche !


    • Alren Alren 29 septembre 2016 17:52

      @CN46400

      Comme Mélenchon, vous considérez que tout socialiste, élu surtout, est un « salaud de traître »

      Jamais Mélenchon n’a dit que tout élu socialiste était un salaud de traître !!!

      Où êtes-vous allé cherché ça ?

      Ensuite vous avez l’air de penser que les électeurs ont besoin des consignes des élus pour décider de leur vote : ce n’est pas avoir une haute idée de l’intelligence de ces personnes !!!

      Ils n’ont pas besoin d’une entente entre les frondeurs du PS qui se sont écrasés lors des 46-3 pour décider du meilleur vote pour l’abrogation de la loi El Khomri, la remise en cause radicale de l’UE, le refus définitif du TAFTA et du CETA et la fin d’un libre-échange à sens unique dont nous faisons, nous Européens, Français, chaque jour les frais, pour les mesures sociales et économiques que même les économistes de droite reconnaissent comme nécessaires et urgentes, bref pour une politique enfin en leur faveur.

      Mélenchon n’est pas Montebourg qui décide tout seul dans son coin ce qui sera bon pour les Français : le programme de « l’humain d’abord » est le fait d’une réflexion collective et démocratique sans précédent.

      Mélenchon, en refusant obstinément cette stratégie, facilite, sans contestation possible, le maintien de ces prolos dans l’orbite de Hollande.

      Vous me permettrez néanmoins, démocratiquement de contester cette absurdité ! Les « prolos » sont assez grands pour comprendre que Hollande est leur ennemi et qu’il faudrait être vraiment idiot de voter pour lui.

      La phrase de Marx encourageait l’union des prolétaires du XIXe siècle par delà les frontières parce qu’ils constituaient une classe sociale visible (« les salauds à casquette » disaient les réacs de tout poil). Elle est obsolète aujourd’hui.

      Pour réaliser une révolution pacifique visant à donner plus de chances aux gens d’être heureux et essayer de donner un avenir à l’humanité par l’exemple français, il faut une union des 99% qui sont victimes des ultra-riches.

      Il faut avec les salariés de toutes catégories, y compris les hauts cadres, les professions libérales, les petits commerçants, les chefs d’entreprises qui désespèrent de voir rempli le carnet de commandes. Il faut tous ceux qui vivent d’abord de leur travail et les pensionnés, invalides et retraités.


    • eilize (---.---.231.131) 29 septembre 2016 22:24

      @CN46400
      "Mais cela suppose de prendre langue avec les députés PS frondeurs, ce qui provoque, allez savoir pourquoi, de gros boutons à Mélenchon« 

      et pour faire quoi ?
      ils ont eu l’occasion à plusieurs reprises de s’opposer REELLEMENT à :
      -la loi travail
      -la désindustrialisation de la france en mettant le hola à mital et à ses équivalents de moindre mesure(ils pouvaient..ils étaient majoritaire..)
      -la course à l’austérité
      -l’aéroport de notre-dame-des-landes
      -auX 49.3
      etc etc

      on les entends aboyer, pleurnicher, mais dés qu’on les menace de les virer du ps et de leur faire perdre leurs postes, leurs sièges d’élus ou que sais-je encore..on les vois faire profil bas, la queue entre les jambes pour grogner d’autant plus et mordre quand on ose leur faire remarquer(ex : filoche) qu’ils ne sont plus que des larbins..sensés majoritaires au sein de leur parti respectif
      au final ils votent contre leurs soi-disant convictions et leur soi-disant programme pro-prollo centenaire(dixit filoche :p)

      ce ne sont pas des personnes chez qui la parole donnée est une valeur sure, ils ont comme religion le sophisme pour les plus revanchard et sont pour la plupart des mafieux.
      réfléchissez bien et vous verrez qu’ils en ont toutes les stigmates
      (bourrage d’urne, vote monnayable,au dessus des lois[hollande était au courant pour cahuzac] , protège sa caste ET SURTOUT une omerta omniprésente..
      il ne faut rien voir, rien dire sinon on est contre eux et donc populiste,anti-xxx primaire, arrogant, vulgaire, sectaire, etc etc »fait le jeu du FN")

      et vous, vous voudriez qu’on fasse table rase ? qu’on joue avec LEURS règles du jeu ?
      participer à une primaire avec le ps , c’est se mettre au même niveau de responsabilité qu’eux..
      t’as ralé pendant 5ans pour finir par t’allier avec eux pour éviter que la gôche disparaisse et au final ils seront les grands gagnant parce que d’ici 10ans , tout sera oublié sauf ta trahison et le ps reviendra au pouvoir avec valls comme candidat..

      je remarque que les seuls qui n’auront pas une mémoire de poisson rouge, ce sont les abstentionnistes
      malheureusement, ce sont des gogols...même si il n’y avait que 10 personnes à voter en france, le vote serait VALABLE
      et il y a des personnes qui iront TOUJOURS voter, les betancourt et cie
      donc gagnons du temps, retirons le droit de vote aux pauvres, ainsi que tous les droits auquels ils croient avoir droit ad vitam eternam !!!


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 30 septembre 2016 07:55

      @CN46400
      Quelle est l’utilité réelle des frondeurs ?
      S’ils étaient vraiment en désaccord, ils claqueraient la porte du PS et iraient planter leur choux ailleurs, non ? Le PS n’aurait plus de majorité, c’est grave, docteur ? Ils auraient aidé les Français à se débarrasser pour longtemps du PS.
      Ils ne l’ont pas fait, alors quelle confiance peut-on leur accorder ?


      Quant aux Communistes, avant Mitterrand, ils avaient une analyse claire de la construction européenne voulue par les Américains !
      Maurice Thorez déclare en juin 1947, à Strasbourg :
      «  Les capitalistes américains ont en vue d’étendre leur hégémonie sur l’Europe et le monde entier… La recherche des débouchés pour leurs marchandises coïncide avec la volonté de s’assurer des bases politiques à travers le monde. »

      Et la CGT s’opposait en 1956/57 au Marché commun, avec des arguments dont on peut vérifier aujourd’hui l’exactitude.

      Aujourd’hui, le PCF soutient l’UE a bout de bras. Pierre Laurent :« L’UE est un atout pour Syriza » . Rêve ! La Troïka a laminé la Grèce et les Grecs !

      Et la CGT a signé « le Contrat social pour l’ Europe », en échange du financement de la CES par Bruxelles, comme tous les autres syndicats d’ailleurs,( sauf S.U.D.) , ils sont tous affiliés à la Confédération Européenne des Syndicats.

      C’est sûr, on peut compter sur l’ Europe pour faire du social ! Du coup, les syndicats sont muets comme des carpes sur le rôle de l’Europe dans la Loi El Khomri ... Lors des manifestations, silence radio, pas une seule banderole contre la Commission européenne !


    • CN46400 CN46400 30 septembre 2016 08:02

      @eilize

      Vous devriez regarder la politique plus finement, et au lieu de proposer de retirer le droit de vote aux pauvres (on a déjà connu avec le vote censitaire), vous poser cette simple question :
       - Pourquoi des millions de prolos, que vous fréquentez au travail et dans votre voisinage, votent encore pour les socialistes ?

       Et vous verrez que la réponse améliorera sensiblement votre réflexion !


    • CN46400 CN46400 30 septembre 2016 08:09

      @Fifi Brind_acier
      « Quelle est l’utilité réelle des frondeurs ? »

      Et qu’elle est donc l’utilité de l’UPR ? On la mesurera dès qu’il y aura derrière Asselineau autant de députés que chez les frondeurs du PS. Dupont Aignan et peut-être la Marine, ou Sarko, vous feront alors des yeux plus doux qu’aujourd’hui....


    • CN46400 CN46400 30 septembre 2016 08:25

      @Alren

       Vous avez manqué un épisode, le programme « l’humain d’abord » n’est pas le programme de Mélenchon , c’est celui du FdG tout entier. Pour 2017, Mélenchon a décidé de n’en conserver que les « têtes de chapitre » et de remeubler l’appartement avec 3000 propositions choisies par lui et lui seul (voir interview dan l’Huma).

       Vous estimez que Marx est dépassé, si vous aviez la liste de tous ceux qui depuis 200 ans l’ont enterré et réenterré x fois vous auriez le plaisir de constater que vous fréquentez beaucoup de monde, et du beau....


    • CN46400 CN46400 30 septembre 2016 08:54

      @jmdest62

       « Sauver les meubles... » ben oui, si sauver les meubles c’est maniper pour que la gauche qui a fait 15 manifs cette année contre la loi travail soit présente au 2° tour des présidentielles, alors j’en suis...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er octobre 2016 07:26

      @CN46400
      Quelle est donc l’utilité de l’ UPR ? Et bien demandez le aux milliers FDG qui sont désormais adhérents à l’ UPR ! C’est vous qui ne servez à rien, qu’à mentir sur tout !


      J’ai assisté à une réunion sur l’Europe avec toute une brochette du Comité central du PCF. Les arguments avancés pour rester dans l’ UE étaient ceux du patronat et de la finance, que nous avons entendu pendant toute la campagne du Brexit.
      Bel effort ! Surtout ne changez rien !

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er octobre 2016 07:36

      @CN46400
      Il a dû vous échapper que les 15 manifs sont un échec, la LOi Travail a été votée.
       C’est normal, vous vous trompez de cible !
       C’est notre appartenance à l’ UE qui est la cause de la Loi Travail .

      "Il est intéressant de regarder ces dernières GOPÉ 2015-2016 qui dictent la loi El Khomri [12].

      Voici les passages clés, par lesquels la Commission européenne dicte à notre gouvernement fantoche ce que doit être la politique de l’emploi en France :

      « • Maintenir les réductions du coût du travail découlant du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi et du pacte de responsabilité et de solidarité, notamment en les mettant en œuvre comme prévu en 2016 ; évaluer l’efficacité de ces dispositifs en tenant compte des rigidités du marché du travail et du marché des produits ; réformer, en concertation avec les partenaires sociaux et conformément aux pratiques nationales, le processus de formation des salaires pour que ceux-ci évoluent au même rythme que la productivité ; veiller à ce que les évolutions du salaire minimum soient compatibles avec les objectifs de promotion de l’emploi et de la compétitivité ; »

      « • Réformer le droit du travail afin d’inciter davantage les employeurs à embaucher en contrats à durée indéterminée ; faciliter, aux niveaux des entreprises et des branches, les dérogations aux dispositions juridiques générales, notamment en ce qui concerne l’organisation du temps de travail ; réformer la loi portant création des accords de maintien de l’emploi d’ici à la fin de 2015 en vue d’accroître leur utilisation par les entreprises ; entreprendre, en concertation avec les partenaires sociaux et conformément aux pratiques nationales, une réforme du système d’assurance chômage afin d’en rétablir la soutenabilité budgétaire et d’encourager davantage le retour au travail (dégressivité des allocations)« 

      Les Grecs ont fait plus de 20 000 manifestations, sans jamais demander la sortie de l’ UE et de l’euro : ils sont ruinés. Dans vos manifs, il n’y avait pas une seule banderole contre l’ Union européenne !

       »On les cherche vainement dans les manifestations contre la loi El Khomri, aussi bien à Paris que dans les villes de province : pas la moindre banderole, pas la plus petite pancarte évoquant l’Union européenne pour dénoncer son rôle moteur dans l’offensive tout azimut visant les droits sociaux des peuples et imposant à ceux-ci l’austérité la plus noire.

      Et pourtant, c’est clair, presque officiel : c’est à Bruxelles que sont élaborées les « directives », les oukases, peut-on dire, qui sont à l’origine des mesures imposées aux salariés, aux retraités et aux jeunes dans chaque pays de l’UE. Jusqu’au budget de chaque Etat soumis à la vigilante censure des commissaires européens. Et, bien sûr, si notre Code du Travail est mis en cause dans ses fondements, c’est pour répondre à la nécessité d’assurer aux entreprises une plus forte rentabilité, selon les critères établis tant dans capitale belge qu’à Francfort, dans les salons de la BCE.

      En somme, l’équipe au pouvoir, dans chaque pays, n’est là que pour appliquer ces directives. Que ces équipes soient de droite ou se prétendent de « gauche », ou collaborent entre elles, les chefs d’Etat, les ministres ne sont que les prête-noms des grandes sociétés, dont ils assurent la logistique. Parfois même, leur attitude est tellement criante qu’ils donnent l’impression de se caricaturer pour nous prouver qu’ils ne sont que des valets des intérêts privés !"


    • CN46400 CN46400 1er octobre 2016 08:11

      @Fifi Brind_acier
      « les 15 manifs sont un échec »

       La lutte des casses est un fait trop compliqué pour vous. Les 40 heures bien que validées en 36 sont restées à l’état de revendication de 1925 à .... 1968. Les prolos ont un avantage sur la bourgeoisie : la durée, et ils ne risquent pas, eux, de « tomber » plus bas ! Désolé mais la contre réforme du code du travail sera le dénominateur commun de la plupart des luttes qui vont advenir, et tous les dirigeants de la bourgeoisie doivent se préparer, comme Pompidou en 68, à devoir, un jour passer la marche arrière.. Les luttes ne sont des échecs que pour ceux qui ne les mènent pas !


    • CN46400 CN46400 1er octobre 2016 09:11

      @rocla+
      Tous les imbéciles ne sont pas prolos, beaucoup sont des bourgeois, ce qui leur permet de bien vivre en récoltant les fruits du travail d’autrui.... Mais tous les prolos ne sont pas des imbéciles, mais ils sont, pour vivre souvent, mais pas toujours, chichement, de travailler en produisant les fruits dont profite toute la société, y compris les bourgeois....


    • CN46400 CN46400 1er octobre 2016 09:17

      @CN46400

       SVP on corrige : les prolos sont obligés de travailler en produisant (...)


    • CN46400 CN46400 1er octobre 2016 09:30

      @rocla+

      Vous avez, si je comprends bien, choisi la situation d’« imbécile bourgeois », ce serait bien si vous pouviez donner, sur AV, quelques conseils pour accéder à cette situation enviable....Est-il-vraiment nécessaire d’être imbécile pour bien vivre sans travailler ?


    • CN46400 CN46400 1er octobre 2016 11:11

      @rocla+
      Votre bourgeois doit travailler pour vivre, c’est donc un prolo. Les bourgeois n’ont pas besoin de travailler pour vivre, même pas pour compter leur monnaie (ex me Bétancourt)

       « Gontrand, avez-vous préparé l’enveloppe pour Nicolas ? »...


    • CN46400 CN46400 1er octobre 2016 11:35

      @rocla+

      C’est les « bourgeois grand-luxe » qui commandent, pas les rigolos, qui font suer le burnous pour dégager les 10% que les valets des autres réclament dès le 31 décembre....


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 2 octobre 2016 06:57

      @CN46400
      Il y a une chose que j’ai très bien comprise, c’est que vous allez continuer à enfumer les salariés en leur faisant croire que c’est Hollande qui est responsable, et pas du tout l’Union européenne ...
      Vous vous trompez de cible et vous essayez de faire passer ceux qui dénoncent vos manipulations pour des traitres, alors que les traitres, c’est vous !


    • Attilax Attilax 2 octobre 2016 19:33

      @CN46400
      « Mais cela suppose de prendre langue avec les députés PS frondeurs, ce qui provoque, allez savoir pourquoi, de gros boutons à Mélenchon. »

      Que valent des « frondeurs » qui se sont systématiquement abstenus au lieu de voter contre toutes ces lois dégueulasses votées durant la présidence Hollande ? Ces pleurnichards qui refusent de contrer l’Exécutif se font passer pour des résistants alors qu’ils servent uniquement de caution de gauche pour démontrer que « tous ne sont pas pourris au PS ». Et vous gobez ça ? 


    • CN46400 CN46400 2 octobre 2016 19:55

      @Attilax
      « Et vous gobez ça ? »

       Bien sûr que je gobe cela. Pour vous, le PS ne vaut plus rien depuis que Mélenchon l’a quitté comme s’il était le seul dans ce parti à valoir quelque chose. Mais ce qui est décisif dans cette affaire c’est, au delà des « frondeurs », l’extraction du vote Hollande des millions d"électeurs socialistes, hostiles à la loi travail, comme les autres prolos de gauche, pour les agréger ensemble sur un candidat et un seul, capable, ainsi, d’atteindre le 2° tour !

       Pour moi, cette élection n’est ni un concourt de tribun ni un défilé de mode, c’est un endroit où se joue le proche avenir des prolos français.


    • capobianco 3 octobre 2016 09:27

      @CN46400
      Avoir quitté le ps est déjà, à mes yeux, un acte fort et que je sache il n’est pas le dernier à l’avoir fait. Que les frondeurs veuillent « sauver » le ps je peux comprendre, mais qu’ils aient laissé hollande et sa bande de mener cette politique contre les « prolos » comme vous dites est inexcusable. Qu’il reste à la base du ps des gens réellement de gauche c’est probable mais ceux que je connais (des amis) continuent à soutenir ce gvt même si mollement. « L’extraction » me semble être plus le fait de sympathisants que des adhérents.

      Aujourd’hui, Mélenchon semble être le candidat de gauche le mieux placé pour atteindre le 2 ème tour . Rien ne vous empêche participer à cela, voyez le programme du collectif, investissez vous plutôt que de parler de « tribun et de défilé de mode ». Résumer sa candidature ainsi est ridicule.


    • CN46400 CN46400 3 octobre 2016 10:20

      @capobianco

      « le mieux placé pour atteindre le 2 ème tour »
      L’amour est un sentiment respectable, mais il a tendance à favoriser le cécité. Par contre vous avez raison sur les électeurs PS, plus décrochables s’ils sont sympathisants (et bien plus nombreux) que encartés. Mais l’entraînement de quelques uns de leurs élus ne peut que booster le mouvement. Parce que, cette année, il ne suffira pas de doubler Hollande, il faudra aussi doubler la droite dite « civilisée » (Juppé ou Sarko) qui pour le moment navigue au dessus de 20%.....Et ce matin on peut envisager la candidature Montebourg donc l’échec éventuel devra être assumé par Mélenchon (Voir Chevènement et Taubira en 2002). Ce qui évitera, encore, au PS de se poser quelques questions...


    • capobianco 3 octobre 2016 13:11

      @CN46400
      La bêtise est aussi un sentiment respectable (on n’y peut pas grand chose...) avec ou sans cécité. Cette interprétation de mes propos pour les infantiliser peut elle favoriser votre « projet » d’union ?

      Concernant les 20% (?) aujourd’hui les médias et certains politiques admettent du bout des lèvres que celui que vous appelez « affectueusement » la méluche serait entre 15 et 17 % dans les sondages. La marche semble donc accessible, non ? Perso, je ne vois pas Montebourg comme un homme de gauche. Plus je l’entends (souvent en ce moment) plus il ressemble à hollande et consort, avec des propositions sans grand intérêt et sans projet. Je ne vois pas de sincérité chez lui, juste de la communication et les propos habituels de la « classe politique » en place. 

      Libre à vous d’en faire votre favori, c’est vrai qu’il représente bien « le prolo ». Je regarde le projet que nous soumet Mélenchon et son équipe et, l’amour n’ayant rien à voir, je pense que je ne peux que soutenir....je suis de gauche, je veux un vrai changement et le temps presse.


    • CN46400 CN46400 3 octobre 2016 15:19

      @capobianco
      je veux un vrai changement et le temps presse.

      Vous avez évidemment raison, reste dans ce maelstrom, à trouver le bon cheval capable de franchir la ligne avant Juppe ou Sarko ou LePen. Sera-ce le social démocrate Mélenchon qui traite son ancien parti, ses ex-camarades,
      et le PCF aussi, par le mépris, ou le social démocrate Montebourg qui veut garder le contact avec la base de son parti ? Dans une élection on doit coordonner des idées crédibles avec la base la plus large possible. S’il suffisait d’aligner les idées les plus « radicales » Poutou et Artaud seraient les meilleurs...


    • Legestr glaz Ar zen 3 octobre 2016 15:20

      @capobianco

      Vous voulez vraiment un changement écrivez-vous. Prenez au moins le temps de vous arrêter sur le projet de Mélenchon. Vous ne le connaissez peut être pas. Voici ce qu’il écrit dans son livre « qu’ils s’en aillent tous ».

      « [...] la monnaie commune n’est pas un système conçu pour le développement d’une intégration économique et politique entre les pays membres ; il s’agit d’un système conçu pour une coopération internationale visant à équilibrer et stabiliser les échanges entre des pays strictement indépendants qui ne cherchent pas à constituer un espace politique et économique intégré. [...] Si - comme je le pense avec la plupart des pro-Européens de gauche, qui mènent la bataille contre le traité constitutionnel européen et son clone de Lisbonne -, [...], on est fondés à attendre de l’Europe mieux qu’une simple coopération inter-États, fondés à soutenir un certain degré d’intégration politique. Un grand marché intégré avec des politiques communes peut évidemment constituer un atout considérable pour mener des politiques écologiques efficaces, pour nous protéger contre les politiques commerciales agressives d’autres puissances, pour développer l’activité et l’emploi, entreprendre des grands travaux et des programmes de recherche ambitieux, etc [...]. Si tel est le projet européen, alors une monnaie unique est un pas supplémentaire vers l’intégration souhaitée, d’autant qu’elle rapproche symboliquement les peuples. [...] Il faut donc assurément se battre pour une refondation démocratique de ces institutions [de l’UE]. Mais, en attendant le succès de ce combat, c’est seulement au niveau national qu les électeurs peuvent encore peser sur les choix politiques, et c’est la confrontation des gouvernements nationaux qui détermine le rapport de force politique au niveau de l’UE. » (p 133-135)

      En réalité, Mélenchon est pour « une autre Europe », une « Europe des Travailleurs », une « refondation démocratique des institutions de l’U.E ». En fait, Mélenchon est pour la rénégociation des traités ! Ceci étant strictement impossible, vous avez meilleurs temps de jouer à l’euro million, vous avez bien plus de chance de gagner que de voir arriver l’unanimité obligatoire des 27 membres pour envisager la modification d’une seule disposition des traités. Pour une « Europe à la Mélenchon, il vous faudra avoir 27 gouvernements d’accord sur tout et surtout d’accord sur le projet de Mélenchon ». Vous devriez y réfléchir. Prenez au moins connaissance de l’article 48 du TUE, celui qui permet de « rénégocier les traités ». Vous comprendrez que les traités sont figés pour l’éternité.


    • Attilax Attilax 7 octobre 2016 11:40

      @CN46400
      « Pour vous, le PS ne vaut plus rien depuis que Mélenchon l’a quitté comme s’il était le seul dans ce parti à valoir quelque chose. »

      Raté, je ne suis pas pro-mélenchon. Le PS est mort pour moi depuis 1983, depuis qu’ils ont lâché le socialisme pour devenir « socio-démocrates », puis carrément libéraux. J’ai surtout compris qu’on subissait la dictature des partis et que ce système ne pouvait mener qu’à l’impasse. Tant qu’on donnera le pouvoir à ceux qui le veulent, on sera de la baise. Voilà pourquoi je ne suis QUE pour la démocratie directe, sans représentants, car c’est la seule manière de leur confisquer le pouvoir de manière durable.

  • foufouille foufouille 28 septembre 2016 18:01

    après trente ans de PS et de bouffe avec des francs maçons comme hortefeux, il ne fallait rien attendre d’autre.


  • Auxi 28 septembre 2016 18:03

    Le jour où vous comprendrez que les « sans-dents » ne veulent plus avoir affaire aux socio-collabos, vous aurez fait un grand pas. Pour quelques rogatons, le PCF s’accroche à son alliance avec la droite (oui, le P« S » est une composante de la droite), il coulera avec elle. C’est son problème, après tout.


    • Fergus Fergus 28 septembre 2016 21:35

      Bonsoir, Auxi

      En effet, Pierre Laurent n’est qu’un supplétif du PS, achetable pour une poignée de circonscriptions.


    • CN46400 CN46400 29 septembre 2016 09:01

      @Fergus

       Pour Mélenchon, les parrainages des élus communistes, « pourris » en 2014, semblent présenter un léger intérêt en 2017... Pourtant, je pense que Hollande, qui veut bloquer toute candidature des « frondeurs », dépannera finalement Mélenchon !


    • Alren Alren 29 septembre 2016 18:07

      @CN46400
      Pour Mélenchon, les parrainages des élus communistes, « pourris » en 2014, semblent présenter un léger intérêt en 2017...

      Ceux qui accorderont leur parrainage à JLM le feront en opposition frontale avec la « ligne » définie par le « centralisme démocratique » (! ?) des « permanents » de la place du Colonel-Fabien !
      Et risquent d’en subir les foudres.

       Pourtant, je pense que Hollande, qui veut bloquer toute candidature des « frondeurs », dépannera finalement Mélenchon !

      Mélenchon, c’est le réveil du peuple. C’est donc l’ennemi juré de Hollande, des LR, de Le Pen.
      JLM a de grandes chances, si l’évolution se poursuit de passer devant lui si Hollande parvient à circonvenir les électeurs inconditionnels du PS. Vous croyez qu’on « dépanne » son pire ennemi ?

      Ce système des parrainages est un vrai scandale. De fait il fait de l’élection présidentielle un suffrage quasi indirect, donc non démocratique et contraire à l’esprit de la Constitution, puisqu’il peut éliminer des candidats soutenus par des millions de gens.

      Il faut espérer que des maires de France, révoltés par cette magouille, accordent leur parrainage à Mélenchon malgré les pressions voire le chantage aux subventions qu’ils risqueront de subir.

      Surtout que la Le Pen qui n’a pas cinq cents maires FN à son service, les aura, elle, ses parrainages ... D’où viendront-ils ?


    • CN46400 CN46400 29 septembre 2016 19:27

      @Alren

       Rassurez-vous, les élus communistes sont libres par rapport à Fabien qui n’a aucun moyen de pression. Sauf qu’évidemment les élus communistes peuvent se souvenir de la manière dont ils ont été traités par le PG en 2014.

       Quand aux élus PS, ils sont si nombreux et ont des intérêts si variés par rapport aux « éléphants » locaux ou nationaux que tout est possible. Que Mélenchon aime ou pas Hollande ne pèse rien, il bloque toute candidature « frondeuse » et çà arrange Hollande alors...


  • flourens flourens 28 septembre 2016 18:14

    vous voulez un duel Marine Sarko ? continuez comme ça


    • Trelawney Trelawney 28 septembre 2016 18:19

      @flourens
      Si vous ne voulez pas d’un duel Sarko Lepen, il suffit de donner 2 euro et d’aller au premier tour des présidentielles qui se nomment : « les primaires du LR ». Vous votez pour Juppé et vous aurez un second tour un peu plus républicain.

      C’est d’ailleurs ce que vont faire une grosse parti du PS qui ne veulent plus de Hollande. Ils votent Juppé à la primaire et s’il est candidats, ils voteront Juppé aux deux tours

      Décidément cette élection a un gout de pourri


    • Hortus-34 (---.---.132.180) 28 septembre 2016 18:23

      @flourens

      Elle a un sacré goût de réchauffé cette soupe là !!! C’est la 94eme fois qu’on nous la sert. Et à chaque fois c’est pour faire passer encore plus grosses crapules. Non ! Ce sera sans moi. On ne peut pas faire la politique raciste du FN et crier au loup après lui. Ni FN, ni crypto-FN sarkozistes, ni quasi-FN zocialistes !!!


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 29 septembre 2016 06:50

      @Trelawney
      « Vous votez pour Juppé et vous aurez un second tour un peu plus républicain. »

      Tableau comparatif des programmes des candidats à la primaire UMP.
      Vous pouvez lire les propositions de Juppé, c’est l’application intégrale de la Loi El Khomri !


    • Attilax Attilax 7 octobre 2016 11:46

      @Trelawney
      C’est ce système qui a un goût de pourri. Qu’on arrête juste de nous faire prendre une république pour une démocratie. Nous sommes témoins de notre impuissance politique totale, mais nous cherchons toujours un sauveur pour qui voter !


  • Gorg Gorg 28 septembre 2016 18:25

    @l’auteur,

    Que ça à l’air brouillon dans votre esprit. Pourtant les choses sont simples, le PS ainsi que les Verts sont de droite (des clones de LR). Le PCF est agonisant et une grande partie de ses électeurs l’a quitté pour rejoindre le FN. Alors, qu’est ce que vous proposez ?

    Sans débattre du pour et du contre de Mélenchon, je suis intéressé par le fait d’en finir avec la Ve République et pour le vote à la proportionnelle.

    Le capitaine de pédalo ou pinocchio, très peut pour moi, MLP est incompétente, quand à Laurent ou Chassaigne, on voit déjà que le costume est trop grand pour eux …


    • Gorg Gorg 28 septembre 2016 18:46

      J’ajouterais que je crains fort que ce soit le candidat LR et le candidat FN qui s’affrontent au deuxième tour et c’est pourquoi je ferais partie de ces gens de gauche qui iront voter à la primaire de droite, juste pour saquer le nabot.

      Donc au premier tour Mélenchon, et au deuxième je ne sais pas … J’irais peut-être me promener …



    • CN46400 CN46400 28 septembre 2016 18:54

      @Gorg
      "une grande partie de ses électeurs l’a quitté pour rejoindre le FN."

      Toute les études post électorales montrent que l’électorat FN vient d’abord de la droite, puis du PS et assez loin du PC. L’ex électorat PC est d’abord au PS, considéré comme un moindre mal, puis, souvent, dans l’abstention par défaut de perspectives crédibles.


    • Gorg Gorg 28 septembre 2016 20:40

      @CNN

      « L’ex électorat PC est d’abord au PS ».

      Je viens de vous dire, plus haut, que le PS est à droite (libéraux, idem LR). Alors si les électeurs du PC votent PS, c’est que les moutons aiment se faire tondre la laine sur le dos !. Ou alors c’est le syndrome de STOCKHOLM. Excusez moi mais je ne comprend pas (je peux pas, je suis pas maso) ... Bon, il est vrai aussi que les caciques du PC veulent garder leur petite place douillette ...


  • wesson wesson 28 septembre 2016 18:27

    Allez, vous nous rejouez mine de rien 2 airs qui sont très bien connus : 


    1 - le militant déçu « avant j’ai milité pour Mélenchon mais maintenant c’est bien fini parce que <insérer ici vos éléments de langages> »

    2- Le vote utile. ça si vous y croyez encore c’est votre problème, en ce qui me concerne, j’ai passé le stade. 

    Et j’ai surtout déplacé la ligne de clivage : l’Union Européenne, ou plutôt les règles qui la régissent et que on nous fait bouffer par le fion si nécessaire ! La dernière en date - loi Travail - on voit parfaitement bien comment elle nous fut imposée.

    Avec Mélenchon, j’ai un *petit* espoir que cela changes. Avec les autres je n’en ai strictement aucun.

    Bref, j’ai fait un choix. On ne changera rien avec une tambouille qui consiste à reconduire ceux qui sont déjà en place dans le système actuel - ça inclut les communistes. 

    • CN46400 CN46400 28 septembre 2016 19:48

      @wesson
      2-Le vote utile (...)

       Il y a deux conceptions du « vote utile » dans une élection. La première, la plus courante, consiste à se retirer devant un candidat susceptible de défendre une partie de votre programme, elle doit être évacuée, puisqu’à ce jour aucun des candidats déclarés, susceptible de prendre en compte une once du programme du PCF, n’est encore en capacité d’atteindre le 2°tour de cette élection.
       La seconde consiste, pour un parti comme le PCF, à utiliser (vote utile...) la période et les médias pour moderniser et valoriser l’image du communisme du 21° siècle...


    • Harry Stotte Harry Stotte 28 septembre 2016 20:11

      @CN46400



      « ...la période et les médias pour moderniser et valoriser l’image du communisme du 21° siècle... »


      Comme je connais le CSA, vous n’aurez jamais les 750 heures d’antenne minimum indispensables.

    • Legestr glaz Ar zen 28 septembre 2016 22:51

      @wesson

      La vision de Mélenchon de l’Union Européenne, extrait de son livre « qu’ils s’en aillent tous ». Comment analysez vous sa position wesson ? Combien de tubes de vaseline ? Une autre Europe est possible, c’est Mélenchon lui même qui le dit ! Alors votez pour lui, il va mettre au pas, et vite fait, les 26 autres chefs d’Etat et de gouvernement. Il y en a 26 qui font dans leur pantalon craignant l’arrivée au pouvoir en France de Mélenchon qui va transformer les traités et mettre la barre toute à gauche vers une « refondation démocratique de l’Europe ». L’unanimité il va l’obtenir et en moins de 6 mois en plus. Il faut y croire vraiment. Vous jouez à l’euro million wesson ? 

      « [...] la monnaie commune n’est pas un système conçu pour le développement d’une intégration économique et politique entre les pays membres ; il s’agit d’un système conçu pour une coopération internationale visant à équilibrer et stabiliser les échanges entre des pays strictement indépendants qui ne cherchent pas à constituer un espace politique et économique intégré. [...] Si - comme je le pense avec la plupart des pro-Européens de gauche, qui mènent la bataille contre le traité constitutionnel européen et son clone de Lisbonne -, [...], on est fondés à attendre de l’Europe mieux qu’une simple coopération inter-États, fondés à soutenir un certain degré d’intégration politique. Un grand marché intégré avec des politiques communes peut évidemment constituer un atout considérable pour mener des politiques écologiques efficaces, pour nous protéger contre les politiques commerciales agressives d’autres puissances, pour développer l’activité et l’emploi, entreprendre des grands travaux et des programmes de recherche ambitieux, etc [...]. Si tel est le projet européen, alors une monnaie unique est un pas supplémentaire vers l’intégration souhaitée, d’autant qu’elle rapproche symboliquement les peuples. [...] Il faut donc assurément se battre pour une refondation démocratique de ces institutions [de l’UE]. Mais, en attendant le succès de ce combat, c’est seulement au niveau national qu les électeurs peuvent encore peser sur les choix politiques, et c’est la confrontation des gouvernements nationaux qui détermine le rapport de force politique au niveau de l’UE.  » (p 133-135)

      Bref : votez pour nous, on va changer l’Europe...


    • Harry Stotte Harry Stotte 28 septembre 2016 23:09

      @sampiero

      « Alors entre un petit espoir et pas d’espoir du tout , le choix est vite fait. »


      C’est ce que dit le cancéreux en phase terminale à qui on propose une décoction de sauge, de romarin, de persil, de bourgeons de sapin et de pelures de coing.

    • Croa Croa 28 septembre 2016 23:50

      À Ar zen,
      La tactique Mélanchon c’est de pousser l’Union dans ses retranchements et de gagner un peu de temps avant rupture car il pense peut-être que les Français ne sont pas prêts. De plus la constitution de la Ve progressivement adaptée à une soumission à l’Union ne l’arrange pas et la première chose à faire serait plutôt de passer à la VIe !
      À priori le programme UPR (on sort d’abord) est meilleur mais déjà que les chance de Mélanchon pour passer la barrière des parrainage ne sont pas énormes celles de Monsieur Asselineau sont carrément nulles ! 
      Il faudra donc faire avec Mélanchon. Il sait très bien au fond que « l’autre Europe possible » c’est du pipeau même s’il fait semblant d’y croire encore.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 29 septembre 2016 07:08

      @Croa
      Vous avez l’expérience avec Syriza, pourquoi s’obstiner à voter pour un programme impossible à réaliser ? Qui vous dit qu’Asselineau n’aura pas les 500 signatures ?


      Aucun gouvernement européen tout seul n’est en mesure de changer les Traités. Ce sont des Traités internationaux que chaque pays a signé avec chacun des 26 autres pays. Il est nécessaire que tous soient d’accord avec les changements de programme.

      Ce qui est impossible à obtenir, ils ne sont d’accord sur rien.
      Comment se mettront -ils d’accord sur les migrants, alors que des pays sont contre ?
      Sur les paradis fiscaux, alors que l’ Irlande et d’autres, sont pour ?
      Sur les travailleurs détachés, alors que les pays de l’ Est sont pour ?
      Sur les sanctions contre la Russie, alors que certains pays sont pour et d’autres sont contre ?
      Sur un programme social, alors que la plupart sont contre ? Pareil sur l’ Ukraine ou les frontières.

      Il suffit d’1 seul pays qui n’est pas d’accord, et vous ne changez rien aux Traités, voilà la réalité « pour changer l’ Europe » ! Même Cameron, avec un PIB supérieur à celui de la France, n’a obtenu aucun changement dans les Traités.
      En quoi les Grecs sont plus avancés d’avoir voté Syriza en 2015 ? Ils sont ruinés.

    • sasapame sasapame 29 septembre 2016 11:04

      @Ar zen,

      merci d’avoir repris mon message.

      Bien sûr, je conseille vivement de le lire dans son intégralité.

      Pour une meilleure compréhension de la dialectique macabre qui sous-tend le projet européen de l’agent Santerre, je conseille aussi de lire la suite, ici (et plus accessoirement ).

      Pour les passants, en clair : non seulement ils savaient que l’euro était intenable, mais c’est précisément pour cela qu’ils l’ont accepté : justement parce que les peuples allait en chier à cause de la monnaie unique, ils allaient bien devoir se rebeller pour reprendre contrôle sur l’UE [en sortir serait rendu impensable]... ce qui leur imposerait de s’unir entre eux (on ne sait comment, malgré tant d’obstacles)..., condition de la formation de ce peuple européen sans lequel on ne peut avoir d’État fédéral.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 29 septembre 2016 17:59

      @sasapame
      Sauf que c’est une erreur stratégique. Quand les citoyens se rebellent, c’est pour sortir de l’ UE et pas du tout « pour reprendre le contrôle de l’ UE », dont ils ont compris la dangerosité ! Cf le Brexit. Ce sont les régions anglaises abandonnées par la mondialisation qui ont le plus voté pour quitter l’ UE.


    • sasapame sasapame 29 septembre 2016 19:06

      @Fifi Brind_acier,

      erreur stratégique, erreur stratégique : ça fait 25 ans, en fait plus de 30 ans, et on est toujours pas près d’en être sortis. Et 15% de gens vont se faire encore niquer par lui, et combien par ses homologues ?

      La Couronne, c’est-à-dire la City, vous le savez, voulait la sortie de la Grande-Bretagne- qui n’était pas dans l’euro.

      On n’a que des leurres, personne pour nous en sortir (à part un Nikonoff ou un PRCF que personne ou presque ne connaît).

      Pas même le supposé nec plus ultra UPR, l’ultime sirène (à moins que ce soit juste de l’autisme avancé, ce qui ne nous avancerait guère). Ne parle jamais de l’article 88 (de la Constitution), et même pas foutu de voir l’évidence : l’article 50 (du TUE) est une impasse, il ne faut surtout pas l’activer.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 29 septembre 2016 20:37

      @sasapame
      Et vous, le petit génie de la démondialisation, vous comptez en sortir comment de l’ UE ?? Je reçois régulièrement les bafouilles de Nikonoff, au bout de 5 ans de réflexion, il n’a toujours pas de programme complet !


      L’article 50 est une impasse pour vous, mais pas du point de vue du Droit international. Pourquoi se fâcher avec les pays voisins ? L’ UPR compte bien signer des accords de coopération avec des pays européens, et d’autres pays dans le monde. Pour cela il faut respecter les formes légales.

      Sinon, c’est la Cour de Justice européenne et/ou le Tribunal Pénal International qui imposera... d’appliquer l’article 50. On aura perdu du temps pour rien.

      Vous savez ce que fait le Gouvernement anglais ? Il prépare sa sortie de l’ UE en menant des négociations dans le monde entier, avec l’ Inde, le Mexique, la Corée du sud, l’ Australie, la Nouvelle Zélande, Singapour etc , pour remplacer les accords avec l’ UE.
      Ensuite, il activera l’article 50. Point.
      Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?
      Vous comptez que la France se transforme en Corée du nord ? 


    • sasapame sasapame 30 septembre 2016 11:05

      @Fifi Brind_acier,

      Vous savez ce que fait le Gouvernement anglais ? Il prépare sa sortie de l’ UE en menant des négociations dans le monde entier, avec l’ Inde, le Mexique, la Corée du sud, l’ Australie, la Nouvelle Zélande, Singapour etc , pour remplacer les accords avec l’ UE. Ensuite, il activera l’article 50. Point.

      A quoi il lui sera opposé - la Commission l’a d’ailleurs déjà annoncé - que durant la procédure de retrait via l’article 50 tout comme avant son activation, il est formellement interdit aux États membres de négocier eux-mêmes des accords internationaux dans les domaines relevant des compétences de l’UE. Ce qui vaut pour le commerce extérieur et pour ce qui affecte la politique étrangère et de sécurité commune. C’est balo, hein ? Tiens, lis :

      Extraits de l’article 50 du TUE :

      2. [...] À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. [...]

      4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent.

      Article 218 du TFUE, paragraphe 3 :

      3. La Commission, ou le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité lorsque l’accord envisagé porte exclusivement ou principalement sur la politique étrangère et de sécurité commune, présente des recommandations au Conseil, qui adopte une décision autorisant l’ouverture des négociations et désignant, en fonction de la matière de l’accord envisagé, le négociateur ou le chef de l’équipe de négociation de l’Union.

      Pourquoi se fâcher avec les pays voisins ?
      Qui parle de se fâcher avec ?
      Article 50 ou pas, il est évident qu’ils ne feront pas de cadeau. Un État n’a pas d’amis.

      Pour cela il faut respecter les formes légales.
      - La dénonciation pure et simple d’un traité est parfaitement légale.
      - L’insertion de l’article 88 dans la constitution (titre XV) était illégale.
      Il s’agit de la décréter nulle et non avenue.
      Il s’en suivra automatiquement que la ratification du traité de Maastricht, et des suivants, était contraire à la Constitution.

      Sinon, c’est la Cour de Justice européenne et/ou le Tribunal Pénal International qui imposera... d’appliquer l’article 50. On aura perdu du temps pour rien.

      Vous dites vraiment n’importe quoi. Vous ne comprenez même pas la base de la hiérarchie des normes. Il n’existe évidemment rien au dessus d’un acte de souveraineté nationale, surtout s’il consiste à décréter nulle et non avenue une norme adoptée illégalement.

      ce sont les régions loin de la City qui ont voté le plus le Brexit !

      Quel rapport avec ce que j’ai écrit ?
      Même en ne lisant que la sainte parole d’Asselineau, vous devriez savoir que la Reine s’était discrètement prononcée en faveur du Brexit : Asselineau avait relayé l’info.

      Essaie encore.


    • sasapame sasapame 30 septembre 2016 11:39

      TFUE 2-1 Lorsque les traités attribuent à l’Union une compétence exclusive dans un domaine déterminé, seule l’Union peut légiférer et adopter des actes juridiquement contraignants, les États membres ne pouvant le faire par eux-mêmes que s’ils sont habilités par l’Union, ou pour mettre en oeuvre les actes de l’Union.

      TFUE 2-3 3. Les États membres coordonnent leurs politiques économiques et de l’emploi selon les modalités prévues par le présent traité, pour la définition desquelles l’Union dispose d’une compétence.

      TFUE 3 1. L’Union dispose d’une compétence exclusive dans les domaines suivants :
      a) l’union douanière ;
      b) l’établissement des règles de concurrence nécessaires au fonctionnement du marché intérieur ;
      c) la politique monétaire pour les États membres dont la monnaie est l’euro ;
      d) la conservation des ressources biologiques de la mer dans le cadre de la politique commune de la
      pêche ;
      e) la politique commerciale commune.
      2. L’Union dispose également d’une compétence exclusive pour la conclusion d’un accord
      international lorsque cette conclusion est prévue dans un acte législatif de l’Union, ou est nécessaire
      pour lui permettre d’exercer sa compétence interne, ou dans la mesure où elle est susceptible d’affecter des règles communes ou d’en altérer la portée.

      TFUE 207-3 Si des accords avec un ou plusieurs pays tiers ou organisations internationales doivent être négociés et conclus, l’article 218 est applicable, sous réserve des dispositions particulières du présent article.

      En clair, il est évident que la Grande-Bretagne n’a pas l’intention de se sentir liée ni par l’article 50 ni par le reste des traités UE. Ce serait suicidaire. La France ou tout autre pays disposé à sortir de l’UE fera évidemment de même.

      Tu ne veux pas non plus qu’on leur annonce la date et l’heure exacte de notre sortie de l’UE ? Je dis, ça, on dirait qu’il vous faut un dessin.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 30 septembre 2016 19:16

      @sasapame
      Ce n’est pas ballot, c’est vous qui êtes ignorant.
      Les relations commerciales ? Et alors ?
      La GB veut une adhésion indépendante à l’ OMC après le Brexit, où est le problème ? Un pays souverain fait ce qu’il veut.


      La sécurité et la politique extérieure, c’est normal aussi ! Ces questions ne relèvent pas des Traités européens directement , puisqu’elles relèvent de l’ OTAN. Je résume :
      Pour sortir de l’ UE et de l’euro, c’est par l’article 50.
      Et on sort de l’ OTAN par l’article 13 du Traité de l’ Atlantique nord .
      Ce sont donc deux sorties différentes. Où est le problème ?

      Ne pas participer aux divers Conseils pendant les négociations de sortie ?
      La GB s’en fout totalement désormais, de ce qui se raconte dans les divers Conseils, elle sort de l’ UE ! Pourquoi voulez vous qu’elle continue à siéger dans leurs Conseils ?? Elle a autre chose à faire ! 

      Vous vous référez à la Constitution française qui est nulle et non avenue en matière juridique européenne ! La Constitution qui s’applique dans tous les pays européens, c’est le TFUE (que vous conseille vivement de lire !) : le Traité de Fonctionnement de l’ UE, dont l’article 50.

      Et en matière juridique, le Droit communautaire est supérieur au droit des Etats .
      "Selon le principe de primauté, le droit européen a une valeur supérieure aux droits nationaux des États membres. Le principe de primauté vaut pour tous les actes européens disposant d’une force obligatoire. Les États membres ne peuvent donc pas appliquer une règle nationale qui serait contraire au droit européen.
      Et le Droit européen dit que pour sortir de l’ UE, ben, il faut utiliser l’article 50. C’est ballot !

      Se fâcher avec ses voisins ? Les Traités européens n’ont pas été signés par la France avec Bruxelles ou Merkel. Ils ont été signés par chaque pays avec chacun des autres pays. Il faut donc « divorcer à l’amiable » avec chacun de ses pays. C’est la moindre des corrections vis à vis d’eux. La France n’est pas une ennemie des autres pays européens...
      Sinon, il y a viol des Traités.
      Et le viol des Traités relève de la Cour de Justice européenne et/ou du Tribunal Pénal International, ce qui va retarder de plusieurs années le Frexit. Voilà pourquoi il faut sortir de manière légale. C’est le plus court chemin.

      La réaction des autres pays ? Vous n’avez rien compris au Brexit ! Pour la 1ere fois, les européistes ont été obligés d’expliquer publiquement qu’il est possible de sortir de cette usine à gaz. L’UPR était la seule à expliquer l’article 50 et à expliquer que nous ne sommes pas contraints d’y rester. Tous les peuples européens ont compris le message du Brexit ! Si la France, après la GB, sort de l’ UE et de l’ OTAN, elle sera imitée par d’autres, et ce sera le début de la fin de l’ UE. Pourquoi croyez vous que l’ UPR soit censurée depuis 9 ans ?

      Le rôle de la City, et alors ? On a la City en France ? On a des banques qui font leur beurre sur la dette publique. En rendant à la Banque de France le rôle de prêteur à l’ Etat à 0%, on leur coupe l’herbe sous les pieds. What else ?

    • sasapame sasapame 30 septembre 2016 19:27

      @Fifi Brind_acier,

      comme le sujet est très important et comme je n’ai pas envie d’étaler cette discussion sur des dizaines de fils différents, je viens de soumettre à Agoravox un point sur la question. Je ne doute pas que je vous y retrouverai.

      En attendant (on vous a connu plus en forme), il me suffira de pointer cette incohérence complète dans votre position :

      Les relations commerciales ? Et alors ? La GB veut une adhésion indépendante à l’ OMC après le Brexit, où est le problème ? Un pays souverain fait ce qu’il veut..

      Vous n’avez de cesse de nous dire qu’il faut suivre les règles des traités pour sortir de l’UE, et à présent que vous êtes mis au pied du mur, vous nous dites que finalement, un pays souverain en prendra et en laissera.

      Bref, 1 / 0 et je vous retrouve bientôt sur mon nouveau fil.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er octobre 2016 07:44

      @sasapame
      La GB ne dit pas ce qu’elle fera avant le Brexit, mais ce qu’elle fera APRÈS !
      Après le Brexit
      , la GB établira les relations commerciales qu’elle veut, elle sera un Etat souverain. Et après le Brexit elle négociera de nouvelles relations commerciales avec l’ OMC.

      Si vous ne faites pas la différence entre avant et après , je ne peux rien pour vous.


    • sasapame sasapame 1er octobre 2016 08:51

      @Fifi Brind_acier,

      vous n’y êtes pas : la lettre des traités interdit à GB, tant qu’elle n’est pas sortie, non seulement de signer des accords - pour l’après, ça va sans dire - mais même d’entamer de telles négociations. Tant qu’elle n’est pas sortie, c’est à la Commission de négocier à sa place les accords de commerce avec tout pays tiers.

      La question que je soulève est de savoir pourquoi l’UPR pinaille en prétendant qu’elle sortirait par une procédure parfaitement conforme aux traités - tout en saluant ce comportement de la GB - qui est évidemment approprié et même vital. Le fait est qu’elle se permet de dire et répéter que quiconque ne veut pas passer par l’article 50 est un menteur ou un dangereux irresponsable. C’est de la branlette et de la division bien inutile. Mais il est impossible de discuter avec vous sur le moindre iota, vous n’avez rien à apprendre et vous récitez votre texte à la virgule près.

      Or cet exemple montre bien que c’est impraticable, ou plutôt que ce pinaillage autour de l’idée de rester en parfaite conformité avec les traités est un idée à la con. La lettre des traités a tout verrouillé, il s’agira évidemment d’en prendre (tant que c’est praticable) et d’en laisser (quand ça ne l’est clairement pas).

      TUE 50 - 3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

      TFUE 3 - 1. L’Union dispose d’une compétence exclusive dans les domaines suivants : [...] e) la politique commerciale commune.

      2. L’Union dispose également d’une compétence exclusive pour la conclusion d’un accord
      international lorsque cette conclusion est prévue dans un acte législatif de l’Union, ou est nécessaire pour lui permettre d’exercer sa compétence interne, ou dans la mesure où elle est susceptible d’affecter des règles communes ou d’en altérer la portée.

      TFUE 207-3. Si des accords avec un ou plusieurs pays tiers ou organisations internationales doivent être négociés et conclus, l’article 218 est applicable, sous réserve des dispositions particulières du présent article.

      TFUE 218 - 2. Le Conseil autorise l’ouverture des négociations, arrête les directives de négociation, autorise la signature et conclut les accords. 3. La Commission [...] présente des recommandations au Conseil, qui adopte une décision autorisant l’ouverture des négociations et désignant, en fonction de la matière de l’accord envisagé, le négociateur ou le chef de l’équipe de négociation de l’Union.

      Idem s’agissant notamment de préparer la sortie de l’euro. On ne va évidemment pas appliquer les règles des traités qui veulent que, tant qu’on n’est pas sortis, toutes les décisions de politique monétaire et les négociations en vu d’accords sont aux mains du SEBC et de la Commission.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er octobre 2016 09:37

      @sasapame
      Vous êtes idiot ou vous faites semblant ? Actuellement, légalement, la GB est toujours dans l’ UE. Elle se conforme aux règles, tout en préparant sa sortie, en prenant des contacts dans le monde entier. J’ai écrit « la GB négocie avec plusieurs pays ».
      Je n’ai pas écrit qu’elle avait signé des accords !
      Elle ne pourra le faire qu’à la fin du processus de sortie.


      Le Brexit sera effectif, quand la GB aura activé l’article 50, que les négociations de sortie auront eu lieu, et que l’accord de sortie sera définitif.
      Alors, elle signera des accords avec l’ OMC et des pays comme l’ Inde, l’Australie etc. La GB n’est pas isolée, elle est en lien avec les 53 pays du Commonwealth, juste 2 ou 3 milliards d’habitants ... , la GB n’a n’en a plus rien à faire de ce continent européen qui plonge dans le marasme économique !

      La Commission européenne n’a aucun intérêt à rendre la sortie de la GB compliquée. Cela donnerait une image encore plus répulsive de l’ UE à tous ceux qui observent attentivement ce qui est le début de l’effondrement de l’ UE. Cela se retournerait contre elle et augmenterait encore le nombre d’eurosceptiques ! Toutes les déclarations des Mamamouchis européens montrent au contraire qu’ils veulent en finir le plus rapidement possible.

      Quant à sortie de l’euro, il n’y a rien à négocier, il n’y a pas de clause de sortie à l’euro. L’euro est dans le Traité de Maastricht de 1992.
      En dénonçant ce Traité, on sort de l’euro automatiquement.


    • sasapame sasapame 1er octobre 2016 15:05

      @Fifi Brind_acier,

      - « J’ai écrit « la GB négocie avec plusieurs pays ». Je n’ai pas écrit qu’elle avait signé des accords ! Elle ne pourra le faire qu’à la fin du processus de sortie. »

      Vous avez encore un gros problème de lecture. Je venais d’écrire :

      vous n’y êtes pas : la lettre des traités interdit à GB, tant qu’elle n’est pas sortie, non seulement de signer des accords - pour l’après, ça va sans dire - mais même d’entamer de telles négociations. Tant qu’elle n’est pas sortie, c’est à la Commission de négocier à sa place les accords de commerce avec tout pays tiers.

      - "La Commission européenne n’a aucun intérêt à rendre la sortie de la GB compliquée. Cela donnerait une image encore plus répulsive de l’ UE à tous ceux qui observent attentivement ce qui est le début de l’effondrement de l’ UE. Cela se retournerait contre elle et augmenterait encore le nombre d’eurosceptiques !"

      Cela montrerait surtout aux autres peuples que sortir de l’UE a l’air d’une aventure infernale.

      - Quant à sortie de l’euro, il n’y a rien à négocier, il n’y a pas de clause de sortie à l’euro. L’euro est dans le Traité de Maastricht de 1992. En dénonçant ce Traité, on sort de l’euro automatiquement.

      Vous êtes encore incapable de lire. Je n’ai jamais écrit qu’il y avait à négocier avec l’UE, mais à négocier avec d’autres États des accords monétaires avant de sortir de l’UE, et que c’est une compétence exclusive de l’UE. J’ai également écrit qu’il faut cacher la date et l’heure de la sortie de l’euro. Donc celle de la sortie de l’UE.


    • sasapame sasapame 1er octobre 2016 15:09

      Dans Le Figaro : "Une fois parti, le Royaume-Uni devra développer ses propres accords commerciaux, rôle qui, pour l’heure, revient à la Commission européenne. Theresa May s’est vanté d’avoir préparé le terrain et entamé des discussions avec l’Australie, l’Inde, le Mexique, Singapour et la Corée du Sud… Et ce même si le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, lui a rappelé que tant que son pays était dans l’UE, elle n’avait pas le droit de négocier de tels accords. « La négociation d’accords de libre-échange est une compétence de l’Union européenne, conformément aux traités. Nous devons nous y tenir », a martelé Juncker."

      Et encore ici  : "L’Allemagne presse Londres de ne pas commencer à négocier des accords commerciaux hors UE avant de quitter officiellement l’UE. Un avertissement destiné à Theresa May, après les contacts qu’elle a pris durant le sommet du G20. « En tant que porte-parole du gouvernement allemand, je ne suis pas en position de juger les entretiens de la Première ministre britannique », a indiqué Steffen Seibert aux journalistes, à Berlin. Il a toutefois insisté qu’il était « clair qu’un membre de l’UE ne peut mener de négociations bilatérales sur un accord de libre-échange avec des États non-européens tant qu’il est dans l’union »."

      Bluff ou pas, surtout si l’interprétation de la Commission (et du gouvernement allemand) est confirmée par la CJUE, on verra ce que vaut le jusque-boutisme légaliste de l’UPR. C’est la question que je pose.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 2 octobre 2016 07:21

      @sasapame
      Signer des accords est interdit, donc la GB n’en signe pas. Négocier est interdit, Théresa May « discute » avec d’autres pays dans le monde. Il n’est pas prévu d’empêcher les rencontres et les discussions, rien ne l’interdit, même si les Mamamouchis européens en font des cacas nerveux....


      Comment voulez vous qu’ils interdisent à un Chef d’Etat de discuter avec d’autres Chefs d’états ?
      Ils vont envoyer le Charles de Gaulle bombarder Londres ? Ils vont porte plainte auprès d’Interpol pour « extrader » et incarcérer d’office tout Chef d’état qui veut sortir de l’ UE, pour l’empêcher de rencontrer d’autres dirigeants dans le monde ?

      Ils auraient sans doute bien aimé, sauf que c’est pas prévu dans les Traités. C’est ballot, donc Theresa May continue à discuter, et vous en êtes pour vos frais.
      De plus, elle a prévu un grand plan pour réindustrialiser la GB, ce qui est contraire à la mondialisation. Et ça, c’est bien plus important pour les ouvriers anglais, que vos questions au ras des pâquerettes.

    • sasapame sasapame 2 octobre 2016 09:45

      @Fifi Brind_acier,

      vous venez vous-même d’écrire, de mettre en gras et de souligner qu’il s’agit de négociations... Maintenant on « discute ».

      Une chose de sûre, c’est chaque fois pénible de discuter avec vous. Même sur mon texte « Premier rappel... », qui était si en phase avec ce que dit Asselineau (je laisse la question de la peine de mort, qui n’était sans doute qu’inutile diversion ou source de division et d’incompréhension), vous êtes intervenu en disant que je trompe mes lecteurs... et qu’il faut sortir de l’UE. Bien sûr, vous n’avez pas d’excuses à faire.

      Pour une fois, dites, ce serait possible de discuter sans se faire systématiquement rentrer dans le lard, à coups de vérités supposément immuables et pures, de supposée infaillibilité et perfection d’une tête d’affiche, comme à coup de procès d’intention et autres « vos questions au ras des pâquerettes » ? Eh, vous croyez que je voterai pour qui en 2017 ? Calme.

      J’ai cité ce que la Commission et le gouvernement allemand ont eux mêmes dit, et qui a été repris dans la grande presse. Mais comme vous foncez tête baissée à la chaque fois, vous n’avez pas compris, bien que je pensais l’avoir suffisamment laissé entendre, que je prends ça pour de l’intox, de la guerre de l’information. Tout le monde n’a pas lu attentivement les traités (entre autres aspects de votre attitude détestable en conversation, j’ai bien noté ce coup bas aussi). Il n’est d’ailleurs même pas dit que la CJUE soit saisie, et on l’a déjà vue prendre des arrêts fanatiques.

      Il n’empêche, la guerre de l’info en est une, de guerre, et celle-ci a son importance notamment dans le contexte d’une sortie de l’UE. La question de fond que je soulève est celle de savoir comment gérer ça, justement, dans le cadre d’une politique résolument conforme aux traités.

      C’est bien beau d’avoir raison, mais avoir un recul stratégique c’est mieux. Et chercher à clarifier les choses n’est pas un geste malfaisant en soi. Mon intention n’est pas de cracher dans la soupe, mais de susciter le débat quand j’estime qu’il mérite d’être tenu.

      J’ai réécouté attentivement une bonne partie de la conférence « Le jour d’après » de M. Asselineau, et je maintiens qu’il botte en touche régulièrement quand sa posture « légaliste pure » risque d’être questionnée.

      Par exemple, entre son élection à la présidence et la sortie de l’UE, veut-il vraiment nous faire croire qu’il ne prendrait aucune mesure unilatérale, au besoin, qui serait contraire à l’article 63 ? A d’autres. Et en même temps, il dit que les autres gouvernements en prendraient certainement - par exemple, pour éviter d’un côté la fuite massive de capitaux, de l’autre l’afflux de créances sur la Bundesbank, à honorer ensuite en monnaie réévaluée à la hausse.

      Il va jusqu’à « parier » qu’ « on ne nous mettra pas de bâtons dans les roues ». C’est vraiment ridicule pour le coup, et ça permet surtout de botter en touche à loisir quant à la question de la faisabilité d’une sortie parfaitement dans les règles des traités. En même temps, d’ailleurs, il parle d’une guerre de l’info qui chanterait la fin du monde au cas où il serait en passe d’être élu. C’est tout à fait contradictoire, mais qu’importe... La France, pour l’UE, n’est ni un petit pays de l’Est ni la Grande-Bretagne qui « nous emmerde ». La sortie de la France, c’est direct la fin de l’UE. Pas glop du tout pour « les américains ». Et il ne le sait que trop bien.

      Encore une fois, je ne veux pas cracher dans la soupe, mais questionner des points qui sont laissés dans le flou de manière injustifiable. La question que je pose est de savoir si on peut raisonnablement croire, dire ou promettre qu’une sortie peut être négociée vraiment dans les clous, ce que suppose textuellement le recours à l’article 50. Or j’ai de bonnes raisons de croire que c’est ingérable. Mais manifestement, il est hors de question d’en parler avec l’UPR.

      Tout le monde commet des erreurs, des oublis, des incohérences. Par exemple, Asselineau veut carrément abroger l’article 89 de la Constitution. En réalité, il veut seulement supprimer la procédure de révision par la voie du Congrès, ce qui est sans doute très bien. Reste que les deux derniers alinéa de l’article en question, pas du tout évoqués, n’ont évidemment pas à être traités par un simple coup de crayon les annulant...

      Même ça, on ne peut pas en parler ? Si je dis qu’il s’est trompé, ou que c’est mal dit, qu’il faut revoir ça, je vais encore me farcir des réactions hystériques de gens ne concevant pas que monsieur puisse avoir commis la moindre erreur.

      A la longue, vous devriez savoir que votre comportement systématique d’adeptes d’une secte fait fuir les gens. Et pour les mêmes raisons,vous rejetterez toujours sur les autres la responsabilité de semer la division.

      Bref, merci de considérer que nous ne sommes pas des opposants mais que ça n’empêche pas de discuter du fond, c’est comme ça qu’on apprend et qu’on avance, pas en récitant une messe.


    • Attilax Attilax 2 octobre 2016 19:42

      @CN46400
      « pour moderniser et valoriser l’image du communisme du 21° siècle... »


      Ahaha ! Elle est excellente, celle-là, je la replacerai ! Faut faire du stand-up, vous allez cartonner.

    • CN46400 CN46400 2 octobre 2016 20:00

      @Attilax

      Parceque, comme tous les bourgeois, vous espérez que le capitalisme est éternel ?


    • Legestr glaz Ar zen 2 octobre 2016 20:36

      @sasapame

      Vous savez bien qu’une directive européenne porte en elle une date à compter de laquelle elle devient applicable. Le délai est en général de 2 ans. Par conséquent, durant la phase de négociation, le pays sortant peut très bien « négocier » ce qu’il entend négocier avec ses partenaires futurs. C’est une vue de l’esprit que de considérer que le pays sortant ne peut rien envisager tant qu’il n’est pas sorti de l’UE.

      Il faut prendre en compte qu’une « négociation » ne va pas à sens unique. Une négociation de sortie de l’UE ne va pas nécessairement dans le sens que veut lui faire porter la commission. Si la France est concernée par une sortie, il s’agira de « négocier », par exemple, le paiement annuel de 23 milliards d’euros. Si la France refuse de payer, l’UE se retrouve instantanément en cessation de paiement puisque le budget de l’UE est prévu sur plusieurs années. Négocier c’est se confronter à l’avis des autres. Ce n’est pas, nécessairement, accepter le point de vue de l’autre mais « chercher » un consensus favorable aux deux parties.

      Les articles du Figaro, ou d’autres médias de grande diffusion, aux mains de l’élité financière, ne possèdent aucun fond. Jusqu’au « Brexit » les « grands » médias ne connaissaient pas l’article 50. Étonnant non ? Ce que peuvent dire le figaro, et les autres médias aux ordres de l’oligarchie, est une manière de faire peur. Il leur faut créer une ambiance de crainte. Juncker peut dire ce qu’il veut, cela ne veut pas dire qu’il a raison et que les choses se passeront selon son point de vue. Une « négociation » prend en compte la vision de chacun des deux parties. Pourquoi l’avis de l’un supplanterait-il systématiquement celui de l’autre ? Le contenu de l’article 50 manque de précisions sur les modalités de sortie.

      Exemple d’application dans un délai donné : la directive dite « retour ». (Signature le 16 décembre 2008, le 24 décembre 2010 pour s’y conformer ! ).

      Article 20

      Transposition

      1. Les États membres mettent en vigueur les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour se conformer à la présente directive au plus tard le 24 décembre 2010. Pour ce qui est de l’article 13, paragraphe 4, les États membres mettent en vigueur les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour se conformer à la présente directive au plus tard le 24 décembre 2011. Ils communiquent immédiatement à la Commission le texte de ces dispositions. Lorsque les États membres adoptent ces dispositions, celles-ci contiennent une référence à la présente directive ou sont accompagnées d’une telle référence lors de leur publication officielle. Les modalités de cette référence sont arrêtées par les États membres. 2. Les États membres communiquent à la Commission le texte des dispositions essentielles de droit interne qu’ils adoptent dans le domaine régi par la présente directive. Article 21

      Relation avec la convention de Schengen

      La présente directive remplace les dispositions des articles 23 et 24 de la convention d’application de l’accord de Schengen. Article 22

      Entrée en vigueur

      La présente directive entre en vigueur le vingtième jour suivant celui de sa publication au Journal officiel de l’Union européenne. Article 23

      Destinataires

      Les États membres sont destinataires de la présente directive, conformément au traité instituant la Communauté européenne. Fait à Strasbourg, le 16 décembre 2008. Par le Parlement européen Le président H.-G. PÖTTERING Par le Conseil Le président B. LE MAIRE


    • sasapame sasapame 2 octobre 2016 21:43

      @Ar zen, @Fifi Brind_acier,

      C’est une vue de l’esprit que de considérer que le pays sortant ne peut rien envisager tant qu’il n’est pas sorti de l’UE.

      Oui, et ce n’est évidemment pas ce que je considère. Mon questionnement portait sur la manière dont M. Asselineau envisage les choses. Je tache de résumer l’essentiel.

      1) Un malentendu tient à l’idée de recours à l’article 50, car cet article (re-)dit lui-même (paragraphe 3) que les traités restent à l’État sortant jusqu’à la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait (ou, à défaut, deux ans après la notification, etc.) Autrement dit, jusqu’à la sortie effective.

      J’insiste là-dessus, parce qu’il est probable que beaucoup de gens relativement connaisseurs, notamment des militants d’ici et là (ça a été mon inquiétude en tous cas), s’inquiètent en pensant que ça va être complètement ingérable. Par exemple, comment, alors, contrôler les mouvements de capitaux, pour casser la spéculation, dans les semaines ou mois précédent et suivant une sortie de l’euro ? Plus largement, faut-il voir les gens crever la bouche ouverte 18 mois ou 2 ans de plus avant qu’on s’affranchisse de l’interdiction d’interdire suprême de l’article 63 ?

      Après vérification, me voilà doublement rassuré :

      2) la première étape, pour l’UPR, serait de modifier la constitution (par référendum) pour retirer l’article 88-1 (entre autres) de la Constitution. Dès lors, l’essentiel est fait puisque le ’droit" européen, traités, directives et autres ne prime plus le droit national et redevient même, en bien des points, contraire à la Constitution, donc nul ;

      3) ensuite seulement, et après avoir notifié au Conseil l’intention de sortir, mais avant, parfois même bien avant la conclusion de l’accord de retrait, il est clairement prévu de prendre nombre de mesures contraires aux traités - articles 63, et même 123 TFUE, et j’en passe et des meilleures.

      J’adhère totalement à ce programme (et au reste), même si je continue de penser que la communication choisie, en mode résumé du moins, laisse traîner de gros doutes.

      Bilan, je viens d’adhérer à l’UPR. ;)


    • sasapame sasapame 2 octobre 2016 21:46

      Boulette de rédaction :

      - 1) Un malentendu tient à l’idée de recours à l’article 50, car cet article (re-)dit lui-même (paragraphe 3) que les traités restent applicables à l’État sortant jusqu’à [...]


    • Attilax Attilax 6 octobre 2016 21:28

      @CN46400
      « Parceque, comme tous les bourgeois, vous espérez que le capitalisme est éternel ? »


      Non, il est même destiné à crever. Je me gausse parce que la formule « moderniser et valoriser le communisme du 21e siècle » est comique, c’est tout. Figurez-vous qu’on peut être anticapitaliste sans être communiste.

  • leypanou 28 septembre 2016 18:28

    André Chassagne candidat ? Pourquoi pas, mais pour espérer quoi exactement ? Le PCF est grillé : la propagande réactionnaire a fini de le discréditer définitivement, avec l’aide de secrétaires généraux du genre Marchais ou Hue, même si le PCF est le seul parti où il y a le plus d’élus issus des classes travailleuses.

    Quant à JL Mélenchon, il a trop fait d’erreurs, amha, anodines en soi, mais électoralement pas rusées. L’affaire de « à 30 000€ je prends tout » et le soutien à J Kerviel en sont 2 exemples. Pour quelqu’un qui a un conseiller en communication en la personne d’Arnault Champremier-Trigano, je me demande bien l’intérêt à parler de salaire plafond ou de défendre J Kerviel. Même son appartenance à la FM est un handicap. En politique étrangère aussi, il y a eu des couacs (le soutien à A Tsipras par exemple - ce type a discrédité ceux qui ont osé le soutenir).

    S’il n’arrive pas avoir les 500 signatures, qu’est ce qu’il va faire ?
    Aucune offre ne paraît satisfaisante pour 2017, en tout cas pas assez mobilisatrice pour parvenir à 17-18%. L’idée très forte et avec laquelle je suis d’accord avec JL Mélenchon est la mise en place de la VIème république et c’est le seul qui le propose à ma connaissance.

    De toute façon, les élections présidentielles au suffrage universel lui-même sont une escroquerie où on vote pour un individu et non un projet.


  • Aristide Aristide 28 septembre 2016 20:28

    Mélenchon est attaqué sur le sujet de l’identité nationale par le PCF et le NPA


    Bon, instrumentaliser à ce point un débat proposé par Mélenchon sur le sujet est la preuve de l’inanité du PCF et du NPA. Il ne manquera surement pas de démontrer la validité de sa position sur la nécessité de poser cette question de la signification de la nationalité.

    Il ne manquera surement aucun vrai de la vraie gauche pour essayer de le faire passer pour un facho. Dartignolles ne manquera de faire le pas après son accusation éhontée quand on connait la valeur qu’attache Mélenchon à la République dans toutes ses dimensions.

    Il est vrai que le PCF est à l’agonie, joindre sa voix à celle du NPA est ... le signe de leur définitive marginalisation.

    Par ce positionnement , je crois que Mélenchon est en passe de clarifier sa position politique. si à un moment quelques anciens LO ou NPA avaient cru trouver une nouvelle idole à admirer, il s’aperçoivent du réalisme de cet homme politique et de sa participation claire au système en place.





    • LaCamille 28 septembre 2016 22:25

      @Aristide
      Alexis Corbière a répondu, et de belle façon, aux détracteurs NPA et PC . Reste à savoir s’ils l’entendront !

      http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2016/09/27/En-R%C3%A9publique%2C-nos-anc%C3%AAtres-sont-les-r%C3%A9volutionnaires-de-1789-%21


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 29 septembre 2016 07:14

      @LaCamille
      Tous ces débats à la noix, que ce soit le burkini, l’ Islam, l’identité ou l’histoire de France, n’ont qu’un but, détourner l’opinion publique du débat central : le Frexit et la souveraineté.


    • Aristide Aristide 29 septembre 2016 09:47

      @LaCamille


      On peut discuter de cette affaire sans être accusé de fascisme ou de repli identitaire, mais bon, autant demander au NPA et PCF d’être dans le monde réel.



    • jaja jaja 29 septembre 2016 10:51

      @LaCamille

      Je ne vois pas en quoi il répond ici au NPA... D’autre part :« Je ne dirais pas « Nos ancêtres les Gaulois », je vous dirais que le moment fondateur c’est le moment où on devient citoyen, c’est plutôt la Révolution de 1789 ». J’approuve à 100 % et cela n’étonnera personne. »

      C’est oublier qu’en 1789, sous les plis du drapeau tricolore, se dissimulait la bourgeoisie exploiteuse et que c’est bien Babeuf et la Conjuration des Égaux qui représentaient le prolétariat de cette époque comme le reconnaîtront aussi bien Engels, Marx ou Rosa Luxemburg... Les classes sociales unies dans une même Nation et sous un même drapeau est une utopie que les mélenchonistes perpétuent de nos jours.

      Notons aussi que la RF aurait bien fait d’écouter Babeuf sur le droit des femmes : exclues des discussions dans les clubs masculins elles ne purent qu’imposer leur présence dans les tribunes tout en fondant parallèlement leurs propres clubs de discussion exclusivement féminins.

      « La prétendue supériorité de l’homme sur la femme et la despotique autorité qu’il s’arroge sur elle ont la même origine que la domination de la noblesse. »

      En conséquence la Révolution de 89 n’a fait que permettre à la bourgeoisie de se libérer tout en gardant la grande masse des paysans et prolétaires sous le joug. Elle a inscrit dans sa déclaration des Droits de l’homme (de 1789) l’inviolabilité de la propriété et l’égalité en droits (mais non de fait comme l’exigeaient Babeuf et les Égaux) et donc instituait l’inégalité dans ses principes fondateurs...

      Inégalités sociales, exploitation des classes populaires et femmes maintenues sous domination masculine me suffisent pour ne pas brandir, avec Mélenchon, le drapeau tricolore ni chanter la Marseillaise qui ont écrasé la Commune de Paris et ses drapeaux rouges !

      Normal que partant de là on en arrive vite aux formulations limites racistes comme le fameux « travailleur détaché, qui vole son pain aux travailleurs qui se trouvent sur place. » Déclaration venant s’ajouter au refus du droit d’installation, aux déclarations sur la « guerre civile » algérienne et non la guerre d’indépendance contre le colonialisme Français...

      Et que penser lorsqu’on est anticapitaliste lorsqu’il affirme :« 
      « Millionnaires, vous ne pouvez pas ignorer la marée montante de la pauvreté dans la patrie. ......Et il insiste : « Je suis venu vous dire dans quelles conditions, compte tenu de ce que je ferai avec nos gouvernements et nos majorités, vous pourrez vous rendre utile au pays et aux objectifs communs que nous tracerons à la patrie. »

      En quoi Patrons et salariés auraient donc des objectifs communs dans cette société « d’Union nationale » où fatalement le capital continuerait de dominer ?


    • jaja jaja 29 septembre 2016 10:53

      Pour faire plaisir à Fifi j’ai volontairement oublié la polémique sur le Burkini taxé de « provocation politique » par le grand homme smiley


    • Jean de Beauce Europa Terra Nostra 29 septembre 2016 11:38

      @jaja
      Blablabla... Le peuple ne vote pas pour toi et il en a marre des donneurs de leçons dans ton genre. 


    • jaja jaja 29 septembre 2016 11:46

      @Europa

      Tiens un prof qui me traite de donneur de leçons... Bof... ton com à la con tu te le mets où je pense...

      Tartuffe !


    • CN46400 CN46400 29 septembre 2016 11:51

      @jaja

      Ma culture est peut-être lacunaire mais, que je sache, personne parmi les personnalités que vous avez cité n’a parlé du drapeau tricolore ou de la Marseillaise. Seul Marx ecrit : « les prolétaires n’ont pas de patrie (...) au sens bourgeois du terme ». Ce que le PCF (Thorez) traduit à partir de 36 en fonction des circonstances. Le drapeau tricolore à Valmy est prolétarien, comme dans la Résistance ou dans les défilés du Front Populaire. Sous les empires, la guerre de 14, chez Pétain, ou en Algérie, il est bourgeois et réactionnaire.

      De même pour la Marseillaise, hymne des soldats de l’an2, révolutionnaire à Moscou en 17, et en Amérique du sud et réactionnaire pour tous les trotskistes (sauf Trotsky et Mélenchon)


    • jaja jaja 29 septembre 2016 12:05

      @CN46400

      « personne parmi les personnalités que vous avez cité n’a parlé du drapeau tricolore ou de la Marseillaise »

      « Le drapeau tricolore et la Marseillaise sont des symboles révolutionnaires » dixit Mélenchon lui-même ! -


    • charlie charlie 29 septembre 2016 12:41

      @Aristide

      L’entourloupe crève les yeux. JLM sait qu’il restera toujours coincé à 10 % s’il ne ratisse pas vers les soucis sécuritaires et identitaires de la majorité de l’électorat. Les dernières études d’opinion montrent que ce sujet d’intérêt/inquiétude est passé devant le chômage…..


      Après son discours de Marseille en 2012 (qui l’a stoppé net dans sa montée dans les sondages), après ses prises de position sur les migrants, après ses multiples déclarations sur ce sujet (voir comment il a agressé Céline Pina sur le plateau de C dans l’air et lui a dénié toute crédibilité), son revirement « identitaire » montre qu’il a enfin compris qu’il faisait fausse route dans la conquête du pouvoir.


      Comment s’y prendre sans manger son châpeau et passer pour un politicien girouette et inconséquent ?

      Rentrer par la petite porte, à petits pas. Être prêt à un DÉBAT sur le sujet, en voilà une idée qu’elle est bonne…..

      Qui pourrait lui reprocher de vouloir « débattre » ? et contre Sarko, en plus : buzz assuré.

      Pour le PCF et le NPA, la ficelle était trop grosse. Pas dupe.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 29 septembre 2016 18:05

      @charlie
      « s’il ne ratisse pas vers les soucis sécuritaires et identitaires de la majorité de l’électorat »
      Ce sont les fantasmes du FN.
      Pour la majorité des Français, les problèmes sont liés au chômage, aux revenus et au logement dans les grandes villes.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er octobre 2016 09:40

      @jaja
      L’UPR ne parle pas de provocations, mais de détournement de l’attention de l’opinion publique.
      Et de volonté délibérée de diviser les Français sur des sujets secondaires.


  • fatizo fatizo 28 septembre 2016 20:37

    Moi aussi j’ai voté Mélenchon au 1er tour en 2017, et hors de question que je le refasse .

    Tant qu’une bonne partie de la gauche de la gauche détestera 2 religions tout en trouvant toutes les excuses aux dérives de la troisième ce sera NON.

  • franck milo franck milo 28 septembre 2016 20:46

    Alors si vous croyez que les « prolos » vont voter pour le PC...pour faire plaisir à Chassaigne.
    Les derniers « prolos » qui ne votent pas encore FN, ceux qui décident par eux memes et non pas selon les consignes d’un chef qui vise seulement une place au chaud pour les 5 prochaines années, ceux qui en ont marre des querelles, qui ont compris que le PCF s’etait approprié le logo FDG en décision unilatérale comme il sait si bien le faire.
    Ceux là voteront JLM que ça vous plaise ou pas. et vous, allez à la pêche, ou bon vous semblera, aucune importance, vous ne servez à rien (de constructif).


Réagir